AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782258110687
256 pages
Presses de la Cité (12/02/2015)
3.03/5   30 notes
Résumé :
« Je suis Cate-la-grosse, un obus oublié qui, depuis le collège, ne demande qu'à exploser. »


Caterina est une jeune italienne spirituelle et intelligente.
Caterina a une famille qu'elle adore.
Mais Caterina, à l'instar de ses parents et de ses frères, est grosse. Très grosse. Et ses kilos en trop l'empêchent d'exister. Selon sa conception binaire du monde – les obèses d'un côté, les « personnes » de l'autre – elle est une « non-p... >Voir plus
Que lire après Moi, la grosseVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
3,03

sur 30 notes
5
1 avis
4
4 avis
3
5 avis
2
2 avis
1
2 avis
C'est récit qui traite habilement de thème de l'obésité, au travers de l'histoire d'une jeune lycéenne italienne.
Chez elle tout le monde est gros, mais elle a toujours vécu dans une enveloppe d'amour qui contraste avec le monde extérieur, un monde cruel, adolescent, sans pitié avec ceux qui sont différents. Jusqu'au jour de ses 18 ans où…

C'est un thème qui est intéressant. le récit permet de visualiser cette problématique à plusieurs niveaux et selon différents points de vue .. à la fois familial et global quand l'obésité touche tout les membres d'une famille, et à la fois du point de vue de la victime des moqueries et du harcèlement.

En cela le livre est une réussite, car il décortique les ressentis de la jeune Caterina pour montrer à quel point le harcèlement peut modifier la vision que l'on a du monde extérieur et développer une sorte de haine qui se retourne en soi, jusqu'à modifier notre façon d'être et d'interagir avec les autres. En effet l'auteur montre habilement comment se constitue la carapace des personnes qui souffrent pour se barricader du monde extérieur.

Il est très habile de la part de l'auteur de montrer également le mécanisme du harcèlement du côté des harcelées, de comprendre pourquoi et comment il se met en place chez les jeunes, presque malgré eux. Comme si le harcèlement ne faisait partie que de la loi de la jungle que les jeunes n'ont pas encore appris à déconstruire et à éviter. Comme si le harcèlement était quelque chose d'irrémédiable, un passage obligé, une tare que l'on ne peut dissimulé… voire un trait inventé exagéré par la personne qui le vit jusqu'à ce que quelque chose fende l'armure.

Il faut cependant un petit moment pour se plonger dans l'ambiance et vraiment entrer dans le récit. le rythme de l'écriture et du récit sont déstabilisants, et les nombreuses métaphores sont un peu compliquée à avaler.
En définitive, c'est un joli thème bien exploré, bien que la lecture ne soit pas à la hauteur… le récit est en effet parfois ennuyant.
Commenter  J’apprécie          30
Caterine a 17 ans et se considère comme une « non-personne ». Ses kilos en trop lui pourrissent la vie au point qu'elle change presque de personnalité en sortant de chez elle, refusant la moindre attention, essayant de faire fuir ceux qui aimeraient devenir ses amis. Alors qu'elle ne pense qu'à son poids, à la manière dont les autres parlent d'elle, Caterine s'empêchent totalement de vivre. D'autant plus qu'à l'approche de la fête de son 18ème anniversaire, elle panique totalement à l'idée d'être le centre de l'attention !

Le roman est bien écrit et traite avec justesse de cette période si compliquée de l'adolescence, encore plus lorsque le regard des autres se posent sur un corps non « conforme » à ce que semble exiger la société et les médias. Caterine est un personnage attachant, parfois aussi agaçant (on a envie de la secouer pour qu'elle arrête de se montrer égoïste en ne voyant que ses problèmes et pas ceux des autres !), mais cela reflète assez le comportement des personnes obsédées par leur poids. Ce roman aurait peut-être gagné à être un peu plus développés sur certains points, mais dans l'ensemble, il se lit de façon très agréable. À l'heure où de nombreux romans traitent de l'anorexie, il est également intéressant de parler de boulimie ou d'obésité lorsque cette maladie touche de plus en plus d'enfants, d'adolescents et même d'adultes.

A faire lire pour redonner confiance en eux à ce qui en manque !
Lien : https://girlkissedbyfire.wor..
Commenter  J’apprécie          70
Bon! Et bien ce n'était pas si mal! Ça m'a replongée 13 ans en arrière, à l'époque où j'étais obstinée, butée et bornée (ai-je vraiment changé? hahaha). Cette époque ingrate où l'on s'imagine tout ce que les autres peuvent penser de nous, tout le pire de ces choses que ces foutus autres peuvent peut-être penser de nous. Vous me suivez?
Cette époque où l'on a des jugements à l'emporte-pièce, cette époque où « ouè mais d'façons tu peux pas comprendre, t'es pas dans ma tête, tu vis pas c'que j'vis » bla bla bla (bullshit)
Ici l'auteur a su capter le cheminement intérieur d'une adolescente qui va fêter ses 18 ans. Il a su attraper l'essence de ce cerveau en ébullition, de cet ésprit en rébellion contre lui-même.
Et surtout, sans jugement de valeurs ajouté.

Un petit roman à l'écriture facile, au sujet fort qui frôle le body positivisme et que je recommanderai aussi bien aux adultes qu'aux jeunes adultes (voire aux ados)
Commenter  J’apprécie          30
Cat est obèse. Issue d'une famille d'obèses. Bien évidemment, avec tous ces kilos en trop, sa vie d'adolescente est très compliquée. de toute façon, tout est compliqué; pas que ses relations avec les autres jeunes. Alors Cat se fait indifférente. Rien ne l'atteindra, alors que bien sur, chaque contrariété la percute de plein fouet. Et à chaque fois, elle se renferme un peu plus. Au point de ne plus réussir à voir les bonnes surprises que la vie peut lui réserver…

Je trouve que la réflexion sur le mal-être ici développée (de l'obèse, de l'adolescent), de la sensiblité à fleur de peau (malmenée) et de la fragilité de cette jeune fille, n'est pas suffisemment poussée. Notamment en ce qui concerne les problèmes rencontrés au quotidien par les obèses, justes évoqués.. Ce n'est pas juste le mal-être, les réflexions à la con, ne pas pouvoir poser ses fesses sur un siège ou être essouflée pour avoir seulement fait quelques pas. C'est bien plus que cela. C'est ne pouvoir aller nulle part parce qu'effectivement les sièges ne sont pas adaptés (train, cinéma, cafés, restaurants, salles d'attente, etc…), c'est la douleur ressentie à chaque geste parce que le corps n'en peut plus, ce sont les boutiques desquelles on n'ose plus franchir le seuil parce qu'on va être détaillée et jetée dehors, ce sont les milles et unes petites humiliations quotidiennes (qui sont infinies), c'est aussi la paranoïa qui finit par nous investir à chaque regard des autres, à chaque parole qui bien sur est toujours condescendante… Bref, c'est une masse incroyable de problèmes et d'impossibilités auxquelles il faut faire face. Bien sur, ce que j'évoque là n'est pas valable que pour les obèses.

D'autre part, la chute de ce petit roman m'a un peu gênée. Ca m'a fait penser à ces happy-end des films américains. Un peu trop happy-end justement. Je ne vais pas détailler l'ensemble des éléments qui me font dire ça, sans quoi il ne servirait plus à grand chose de lire le livre, mais c'est un peu trop « bisounours » pour moi.

Après j'ai lu pas mal de critiques très enjouées et positives surce roman. Moi, je suis passée à côté. Une déception.

Lien : https://lyseelivres.wordpres..
Commenter  J’apprécie          10
aujourd'hui plongez avec moi dans l'adolescence de Caterina, en surpoids, qui va nous livrer ses pensées intimes, son quotidien, sa vision de son entourage jusqu'à son dix-huitième anniversaire.
.
La plume drôle et poétique de l'auteur ne va pas simplement nous livrer le mal-être de Caterina, elle va nous montrer les mécanismes misent en place par ceux qui souffrent et leurs visions parfois étriquées de la vie, de la famille, de leur entourage.
L'auteur traite parfaitement du fait de manger ses émotions, de la génétique mais surtout du repli sur soi et de la compensation.
.
Notre personnage va évoluer au fil des pages, elle va en apprendre plus sur elle, sur les non-dits et sa vision va peu à peu s'adapter aux changements qui vont s'opérer en elle.
.
Rien n'est épargné les moqueries, les méchancetés des autres, mais aussi les doutes, la peur, le questionnement. Tout est écrit et dépeint avec sensibilité et délicatesse sans jamais tomber dans l'excès. Ce fut une belle découverte sur un sujet trop peu souvent abordé. Un roman lumineux et plein d'espoir.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
Quand je suis arrivée au lycée, quatre mois m'ont suffi pour comprendre que je n'avais pas les compétences requises pour faire partie du club des autres, condition nécessaire à mon bonheur.
Grosse, pas jolie pour un sou, timide et peu bavarde. Immédiatement mise à l'écart, je souffrais de n'avoir pour qualités que mes excellentes notes et un sens déjà aigu des responsabilités : c'étaient là deux moyens de paiement que les jeunes de mon âge n'acceptaient pas.
Commenter  J’apprécie          55
Et oui, je suis la meilleure de la classe.
C'est difficile à croire. D'habitude, une boule de graisse est victime d'une éducation alimentaire catastrophique, désastre qui s'étend à tous les autres domaines de sa vie à cause de l'irresponsabilité de parents s'étant connus trop jeunes : bien partis pour mal finir.
Mais pas moi. Il y a un paquet de neurones qui nagent dans mon océan de triglycérides, et avec aisance, en plus.
Commenter  J’apprécie          40
Des enfants à vélo passent à côté de moi; quand ils me désignent, j’essaie de distinguer leurs mots, j’entends Bouboule, je les entends dire elle recule, mais je n’en suis pas sûre, je n’en suis plus très sûre. Je me suis aperçue que, parfois, je fais dire aux gens des paroles qu’ils n’avaient aucune intention de prononcer. Je suis tellement conditionnée et sur mes gardes que je complète chaque bribe de mot ou de phrase d’un coup de poignard dans mon cœur.
Commenter  J’apprécie          20
Il reste là, éteint, et je me dis que dans un monde où même pour aller aux champignons on te demande d’avoir suivi une multitude de cours, il faudrait imposer une formation sanctionnée par un concours très difficile pour être père. Pour être parent. Et si vous échouez, pas d’enfants.
Page 181
Commenter  J’apprécie          20
Nous sommes les héros de la démesure, parce qu'avoir des kilos en trop c'est une question de quantité, c'est tout. Pour me fabriquer, il a fallu plus de pâte à modeler que pour toi.
Commenter  J’apprécie          30

autres livres classés : complexesVoir plus
Les plus populaires : Littérature étrangère Voir plus

Lecteurs (64) Voir plus



Quiz Voir plus

Grandes oeuvres littéraires italiennes

Ce roman de Dino Buzzati traite de façon suggestive et poignante de la fuite vaine du temps, de l'attente et de l'échec, sur fond d'un vieux fort militaire isolé à la frontière du « Royaume » et de « l'État du Nord ».

Si c'est un homme
Le mépris
Le désert des Tartares
Six personnages en quête d'auteur
La peau
Le prince
Gomorra
La divine comédie
Décaméron
Le Nom de la rose

10 questions
820 lecteurs ont répondu
Thèmes : italie , littérature italienneCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..