AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782812930782
Éditeur : Editions De Borée (14/03/2019)
4.06/5   25 notes
Résumé :
À la fin du XIXe siècle, Juliette, fille d'une famille modeste, hérite de la confiserie de son oncle à Clermont-Ferrand. Malgré l'interdiction de son père, elle se lance dans cette aventure et devient sa propre patronne. Son commerce étant prospère, elle embauche Pierre, dont elle tombe amoureuse et avec qui elle a une fille. Mais très vite, Juliette doute de l'honnêteté de son conjoint.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
4,06

sur 25 notes
5
6 avis
4
7 avis
3
2 avis
2
0 avis
1
0 avis

sld09
  17 mai 2020
J'ai passé un bon moment avec ce roman qui nous raconte la confiserie en Auvergne au tournant du 20ème siècle depuis la petite boutique de quartier jusqu'à la grosse fabrique et la production presque industrielle des confiseries au sens strict du terme (des fruits travaillés avec du sucre). L'auteur souligne la façon dont les hommes se sont accaparés les tâches nobles de la transformation des fruits, les femmes ne servant qu'aux tâches annexes et ne recevant donc aucune reconnaissance.
C'est contre cet état de fait que se lève la jeune héroïne qui tient à être reconnue pour ses compétences de confiseuse. Ce n'est pas une défenderesse acharnée du féminisme (elle a même plutôt des valeurs traditionalistes) mais elle entend à être respectée en tant que professionnelle aussi douée que ses confrères.
Parmi les autres thèmes abordés, il y a les grandes questions politiques de l'époque, comme la séparation de l'état et du clergé et les débats enflammées qu'elle suscite ou la première guerre mondiale et la manière dont l'industrie de la confiserie a dû s'adapter pour contourner les restrictions.
A part ça, le roman ne se démarque pas beaucoup des romans du terroir en général. Un métier, une région, une personne et la façon dont tout cela évolue au fil des années : joies et peines familiales, succès et revers professionnels... Les personnages m'ont semblé un peu trop manichéens : un peu de nuances entre les méchants et les gentils aurait pu les rendre plus attachants.
Aux Douceurs du Temps a donc été une lecture agréable et tranquille (peut-être un peu trop...).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Mamy_Poppins
  13 avril 2019
Je savais que l'Histoire avec son grand H solennel avait une moindre part dans ce roman, l'autrice le dit elle-même. Sachant que c'est ce qui m'avait enthousiasmée dans ses deux précédents livres, j'aurais pu ne pas apprécier ma lecture.
Il n'en est rien.
En effet, l'histoire de Juliette est prenante, on se laisse vite happer par ce destin de femme, qui n'a rien d'une héroïne capable d'accomplir des exploits incroyables, comme on en trouve dans trop de romans (rendant ainsi l'intrigue peu crédible). Au contraire, la jeune femme est représentative des femmes de son époque, encore engluées dans une société patriarcale qui régit leur vie, mais qui commencent à revendiquer le droit à une existence propre. Les suffragettes ne sont pas loin, la guerre de 14 non plus, et le formidable vent de liberté qui va souffler pour les femmes est déjà discernable dans l'histoire de Juliette.
Comme d'habitude, Véronique ancre ses personnages dans un quotidien minutieusement décrit, détaillé et dans lequel il n'est pas difficile de s'immerger. On découvre ce métier de confiseuse, ses aléas, ses joies, ses techniques, et on en a l'eau à la bouche (surtout que j'adore les pâtes de fruits 😉 ). Ce quotidien se heurte régulièrement aux événements historiques, en bien ou en mal, permettant au lecteur de comprendre comment ils ont pu être perçus par les gens de l'époque : 800e anniversaire de l'appel aux Croisades, exposition universelle…
C'est là que se situe à mon sens la force des romans de Véronique Chauvy : cette capacité à ne pas se contenter de relayer l'Histoire, mais de nous la donner à voir par les yeux de ceux qui l'ont vécue, que ce soit en tant qu'acteurs ou en tant que simples spectateurs. Cette façon d'envisager les choses est très plaisante et permet de se détacher de notre façon de penser du XXIe siècle pour adopter la vision de l'époque.
Sa plume est toujours aussi fine et belle, je me suis même surprise à lire certains passages à voix haute, afin de les savourer autant de l'oeil et de l'oreille. La langue est magnifique, chaque phrase aussi appétissante et ciselée qu'une gourmandise confite (oui, je sais, l'analogie était facile, puisqu'on parle d'un roman sur les confiseurs). Pour autant, rien d'ampoulé ou de strict, les pages coulent naturellement, les unes après les autres.
Pour moi, Aux douceurs du temps voit une véritable évolution dans l'écriture de Véronique : elle s'autorise désormais à se lâcher un peu plus dans la construction et la psychologie de ses personnages, elle s'affranchit du joug de l'Histoire pure, pour pénétrer à l'intérieur des êtres. Et c'est juste magique à lire ! Sans doute avait-elle besoin de prendre confiance en elle, en ses capacités, pour donner libre cours à son talent (cette fin… mon Dieu… cette fin !).
Ses deux premiers étaient bons, le troisième est excellent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Sami33
  28 mars 2019
Je ne sais pas vous mais pour ma part, j'aime beaucoup la première de couverture qui nous invite à nous poser tranquillement dans un bon fauteuil avec des petites douceurs, une bonne tasse de thé pour savourer ce livre.

J'ai découvert la plume de l'auteur avec "Une promesse bleue horizon" que j'avais beaucoup apprécié. Pour mon plus grand bonheur, l'auteur revient avec un nouveau titre très gourmand et acidulé pour la grande gourmande que je suis !

Nous sommes à la fin du XIXème siècle, Juliette apprend qu'elle hérite d'une confiserie d'un oncle qu'elle ne connaît absolument pas ! Elle n'en a jamais entendu parlé mais est très intriguée par cet héritage d'un oncle inconnu, elle va se rendre à Clermont-Ferrand contre l'avis défavorable de son père.

Juliette est issue d'une famille modeste. Lorsque son père lui interdit de prendre cet héritage, elle ne l'écoute pas et décide de tenter cette aventure qui s'offre à elle ! Seule, dans une ville qu'elle ne connaît pas, va-t-elle réussir dans sa nouvelle vie ? Etre sa propre patronne est un rêve que tout le monde aimerait voir exaucé et c'est la chance que Juliette a, d'autant plus qu'elle pourra allier plaisir et gourmandise à sa guise !

Dans cette nouvelle entreprise, elle va réussir, elle va être débordée au point qu'elle va devoir embaucher de la main-d'oeuvre. Ce sera Pierre qui aura le job, elle va en tomber follement amoureuse de cet homme avec qui elle aura une fille sauf que voilà, Juliette sent que quelque chose cloche avec son conjoint, il y a anguille sous roche...

Un ouvrage joliment conté, qui allie romance et histoire avec brio ! J'ai beaucoup aimé en apprendre sur le métier de confiseur, j'ai aimé que l'auteur nous parle de la condition de la femme à la fin du XIXème, début XXème siècle qui était très difficile. Confiseur était un métier réservé exclusivement aux hommes, le fait que Juliette ait réussi à s'imposer dans un métier d'hommes est admirable. La persévérance, le courage et la ténacité de Juliette ont payé !

A travers les obstacles que la vie vont dresser sur le chemin de Juliette, elle ne va pas abandonner. Elle va mener le combat sans jamais baisser les bras. Elle force le respect et l'admiration. C'est un personnage que j'ai pris plaisir à découvrir, que j'ai voulu soutenir à de nombreuses reprises. Au côté de Juliette on va partager ses doutes, ses espoirs, ses angoisses, ses difficultés à s'imposer, sa vie de mère, sa vie de femme, le combat d'une femme pour réussir.

La plume de l'auteur est belle, fluide, harmonieuse, agréable à lire. Pour ma part, j'ai vite succombé au charme de ce roman, à ses personnages forts qui sont attachants que l'on ne peut qu'apprécier. Au fil des pages, nous allons découvrir les secrets des confiseurs, de ses goûts exquis qui vous feront saliver surtout si vous êtes gourmand.

Tout ça pour vous dire que tous les ingrédients sont réunis pour passer un agréable moment livresque. A déguster de toute urgence !

Lien : https://leslecturesdeladiabl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          41
Binchy
  24 mars 2019
Avril 1892. Lorsque Juliette apprend qu'elle est l'héritière d'une confiserie à Clermont-Ferrand léguée par un oncle dont elle n'a jamais entendu parler, elle comprend que cette nouvelle va changer son destin. La jeune fille aux origines modestes n'aurait jamais pu imaginer devenir un jour elle-même "confiseuse". Mais est-ce un métier pour une femme ? Saura-t'elle remettre à flot ce petit commerce et égaler la réputation des plus grands artisans de la ville ? Qui est cet oncle mystérieux et pourquoi l'a-t'il choisie, elle ? Va-t'elle relever le défi de tenter sa chance ? Happée par la curiosité, Juliette accepte de visiter cette boutique si bien nommée Aux Douceurs du temps... Malgré l'interdiction de son père et les manigances de ceux pour qui elle représente une future concurrente, sa décision est prise : elle sera "confiseuse" !
Tout d'abord, que j'ai aimé ce roman que je viens de terminer. Un ouvrage romancé certes mais très documenté sur le métier de confiseur à la fin du 19ème et début du 20ème siècle où une femme confiseuse était très mal vue. C'était un métier réservé aux hommes ! Juliette se voyait mise à l'écart mais cela, par son courage, sa persévérence ne l'a pas empêché de réussir.
Dans ce roman, elle hérite de la confiserie de son oncle. Cet héritage est très mal vu par son père mais en lisant le livre vous comprendrez pourquoi. Vous comprendrez également toutes les difficultés que Juliette va rencontrer que se soit dans sa vie sentimentale et autre. Elle sortira grandit, je ne vous en dévoile pas plus, lisez-le ! Vraiment, il mérite d'être en tête des ventes, ce livre se déguste dans tous les sens du terme et est une bonne leçon de morale, de courage. Une leçon de morale sur la vie ! A LIRE ! A mettre en évidence sur la table des libraires de toutes nos librairies indépendantes de France ! A conseiller !
Après des études de droit, un début de carrière dans l'administration scolaire et des engagements associatifs, Véronique Chauvy se lance dans l'écriture. Elle choisit l'Auvergne, sa terre d'adoption depuis plus de vingt-cinq ans, pour planter le décor de ses romans où le destin de ses personnages traverse la grande Histoire. Elle est déjà l'auteur d'Une Promesse bleu horizon aux éditions de Borée.
"A déguster sans modération" ! 20/20 !
Lien : http://binchy.canalblog.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
purgi89
  28 mars 2019
Juliette, la vingtaine, travaille depuis 10 ans dans une usine de confiserie à Clermont-Ferrand. Un matin son patron reçoit un courrier d'un notaire, qui lui demande de faire venir son employée à son cabinet notarial. Ne sachant pas pourquoi elle est convoquée par un notaire, Juliette s'y rend un peu à reculons. Quel n'est pas son étonnement quand elle apprend que son oncle par alliance, lui lègue une boutique de confiserie dans le centre ville. Oncle dont elle n'a jamais connu l'existence.
Juliette est une jeune femme forte, qui connaît le métier pour avoir effectué toutes les tâches depuis qu'elle a 11 ans. Mais il n'est pas facile de se faire accepter à la fin du 19ème siècle dans un domaine qui est réservé uniquement aux hommes. Mais Juliette tient à prouver à tous qu'elle en est capable. Et malgré les doutes qui vont l'assaillir, le refus de son père qu'elle accepte l'héritage et la malveillance de ses futurs confrères confiseurs elle décidera de relever le défi.
Attendez vous à entendre votre ventre gargouiller à la lecture de ce roman gourmand. Fruits confits, pâtes de fruits, dragées, cerises à l'eau de vie, que de gourmandises décrites et qui font envie. J'ai tout de suite visualisé la petite boutique de Juliette dans ma tête, tellement elle est bien décrite par l'auteure.
Ce livre est une ode à la femme. Les conditions de la femme sont à l'honneur et l'auteure connaît parfaitement le sujet. Elle connaît aussi parfaitement le métier de confiseur qu'elle nous dépeint à merveille.
Nous allons suivre donc l'histoire de Juliette tout au long de son parcours que ce soit professionnel ou amoureux.
Moi qui aime les romans d'un autre temps j'ai été particulièrement gâtée avec cette lecture. J'ai beaucoup aimé lire la vie de Juliette, son parcours un peu hors norme pour l'époque.
Juliette va vivre de grandes choses et grâce à sa bonne étoile trouvera toujours des solutions aux problèmes qu'elle pourra rencontrer. Elle va également vivre de grands moment historiques notamment l'Exposition Universelle, et la première guerre mondiale.
J'ai beaucoup aimé cette histoire. Si vous aimez les histoire d'un autre temps, ce livre est pour vous.
Lien : https://livresaddictblog.blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (26) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   27 novembre 2019
Juliette le regardait avec une sérénité attentive et Gustave Marquand se surprit à penser que cette fille combinait beaucoup de qualités : pugnace sans être entêtée, décidée mais pas obtuse pour autant, et en même temps lucide sans faiblesse. L’épisode de la confiture sauvée de justesse avait renforcé une conviction que la débrouillardise de la jeune fille, au cours de toutes ses années d’emploi, avait fait naître peu à peu. Mais elle avait eu la prudence de rester à sa place, c’est-à-dire de ne pas profiter de l’expérience pour aspirer à un poste d’ouvrier confiseur. Il n’y avait pas de féminin à cette tâche et il lui avait su gré de ne pas chercher à prétendre de façon pérenne à un travail où elle ne pourrait jamais être employée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   27 novembre 2019
Une bâtarde ! Le mot avait tourné dans sa tête durant la journée, la renvoyant à ces chiens qui traînaient dans les rues quand on ne les avait pas jetés au ruisseau au préalable, l’échine tombante comme s’ils se savaient marqués du sceau de leur origine. Elle avait voulu se convaincre que le déshonneur dont s’était rendue coupable sa mère était demeuré un secret bien gardé, mais elle se sentait cependant salie. Elle avait essayé de se persuader qu’elle avait vécu vingt et un ans de la sorte, dans une ignorance qui l’avait préservée, alors pourquoi sa vie devrait-elle en être brusquement changée ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   28 novembre 2019
Dans la voix de Pierre, Juliette avait senti vibrer la peur. La peur d’être découvert, la peur d’être dénoncé, la peur de devoir payer sa fuite. Durant ces cinq longues années, où elle avait enduré l’humiliation d’avoir été abandonnée, la tristesse d’élever une enfant sans père, éprouvé du souci et de la peine pour Rodolphe, lui se cachait et n’exprimait à présent que de la peur ? C’était tout là l’homme qu’elle avait épousé ! Ses propres angoisses d’être confrontée à lui s’évanouirent aussitôt.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   27 novembre 2019
Un à un, les fruits seraient sélectionnés, les plus beaux seraient écartés, destinés à être confits entiers. Le tout-venant serait transformé en confiture ou en pâtes de fruits. Éclairées par d’immenses verrières, les tables attendaient les ouvrières qui découperaient, dénoyauteraient, éplucheraient. Adélaïde Récamier jeta un œil vers la place où, il y a quelques années, la petite Juliette officiait : la deuxième chaise à gauche de la cinquième table, vers la baie vitrée. Gustave Marquand, alors qu’il visitait les champs de fruitiers dont il achetait la production, avait remarqué qu’elle s’occupait de la cueillette avec soin. Sans doute parce que, en tant que fille d’un propriétaire d’un joli verger d’abricotiers, elle avait pris conscience de la fragilité de ces fruits que menaçaient sans cesse les caprices de la nature, un coup de gel qui grillait les bourgeons, la pluie trop dense qui lavait les fleurs, la sécheresse exceptionnelle qui appauvrissait la chair du fruit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   28 novembre 2019
Juliette méditait les paroles de Pierre en le dévisageant d’un air à la fois amusé et circonspect. Une impulsion naturelle l’incitait à se méfier de ce beau garçon dont elle avait appris à comprendre que, sous le comportement servile, se cachait une forte personnalité. Elle était consciente de la lutte qu’elle poursuivait pour se faire respecter en tant que femme, sachant que, de son côté, il menait son propre combat pour se rendre indispensable à la bonne marche de l’entreprise. Qu’aurait-elle fait sans lui ? Il offrait ses bras, ses compétences et la peine qu’il donnait sans se plaindre dans le seul but de fabriquer un produit « Montel » derrière lequel il était parfaitement invisible. Que deviendrait-elle s’il prenait l’envie à Pierre de s’installer à son propre compte ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Marseille, son soleil, sa mer, ses écrivains connus

Né à Corfou, cet écrivain évoque son enfance marseillaise dans Le Livre de ma mère. Son nom ?

Elie Cohen
Albert Cohen
Leonard Cohen

10 questions
288 lecteurs ont répondu
Thèmes : provence , littérature régionale , marseilleCréer un quiz sur ce livre

.. ..