AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 207011208X
Éditeur : Gallimard (01/10/2015)

Note moyenne : 3.87/5 (sur 34 notes)
Résumé :
Il y a dans chaque livre de François Cheng un souffle de vie qui prend à la gorge. Sans doute parce que celui-ci provient d'une voix sans autre exemple. D'une voix qui éperonne la pensée, avec une acuité foudroyante et douce. D'un chant qui a depuis longtemps puisé sa force dans l'élan intérieur. D'une sagesse orientale qui transmue le fugace en élixir d'éternité. D'une écriture tremblée qui s'enracine à même la rosée. D'un exil qui dépayse jusqu'à la nostalgie. Ave... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
sabine59
  30 août 2017

J'avais beaucoup apprécié " À l'orient de tout" mais la découverte de ce recueil a été plus encore pour moi: une révélation, un vertige de mots qui tous m'effleuraient de leur beauté simple et fragile...
On retrouve bien sûr les thèmes propres à François Cheng: l'impermanence de l'homme au sein d'une nature immuable, la volonté de s'inscrire dans l'instant, la recherche spirituelle d'un guide, qu'il nomme aussi bien la Voie, comme dans le taoïsme, que dieu ou Lumière. J'ai aimé que l'auteur se pose des questions à propos de cette existence divine, que rien ne soit pour lui acquis, certain.
J'ai vibré au contact des vers qui rendent si bien nos quêtes universelles, tous les poèmes m'ont parlé, ce qui est rare lorsqu'on lit un recueil. D'ailleurs, je souhaiterais tous les citer, c'est dire...Et j'ai trouvé que l'ensemble était moins hermétique, plus accessible que " À l'orient de tout".
Parfum de lilas, énigmatique tortue, nuit mère des lumières, la Voie qui seule sait, au-delà des questionnements existentiels,ces images douces et sereines m'ont envahie, la magie des mots purs et évocateurs...
J'en reste éblouie...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          352
glennherbertgould
  15 avril 2017
François Cheng voue aux mots une passion sincère. Dans ce petit livre délicat, son goût inconditionnel pour la vie s'exprime. Au détour d'un jardin, dans l'intimité d'une chambre, son vers s'imprègne de l'émotion présente. Se délectant des plaisirs fugaces, appréhendant l'immensité de l'espace, la profondeur d'une voix.
Le vers se veut mystérieux, hermétique parfois abscons mais toujours la grâce demeure et jamais ne se meurt. Le poète magique des ombres révèle ainsi sa véritable candeur.
Commenter  J’apprécie          360
michfred
  12 décembre 2016
Poésie de l'attente et de la fusion, comme ces aquarelles délicates et intenses de Zao Wu Ki.
Pivoines ouvertes sous la pluie, tortue prophétique dans un jardin, bleu des yeux , des mers et des rêves, galet lové dans une paume fraîche :François Cheng capte des images, en fait des signes qui s'impriment à l'encre de Chine sur le papier blanc de nos âmes.
Commenter  J’apprécie          354
kuroineko
  18 mai 2017
L'écriture magnifique de François Cheng m'a transportée tout au long de ce recueil de poèmes.
Il y a beaucoup de sensibilité chez François Cheng. Beaucoup de vécu et pas seulement du fait de l'âge. On sent dans sa poésie toute l'attention qu'il porte au monde, visible comme invisible. Il nous livre ici une spiritualité à la fois emplie de mystique et de quotidien. Les poèmes se font tour à tour contemplatifs et introspectifs. La frontière entre l'intériorité et l'extériorité se fond en une recherche perpétuelle du présent, de la Voie, de la vie et du sacré.
La Nature est omniprésente, complice ou détentrice d'une sagesse que l'humanité devrait s'efforcer d'acquérir.
Et toujours cette richesse des mots, l'amour de François Cheng pour la langue française qui tintent clairs et sublimes à chaque strophe, à chaque vers.
Alors tant pis si, faute de connaissances ou de sensibilité, je n'ai pas tout compris. Tant pis si certaines pièces me sont restées complètement hermétiques. Car au final est-ce si important? Si La vraie gloire est ici, selon François Cheng, peut-être que l'humilité y est aussi, celle m'engageant à comprendre que tout n'est pas compréhensible. La magie des mots, la musique de la langue suffisent à combler mon appétence de lectrice quand la compréhension est absente. Permettre d'accueillir la beauté en soi est un cadeau inestimable du poète.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          202
ATOS
  26 mai 2016
« Point de retour sans aller 
Point d'aller sans retour ».
« Tu entends enfin ton chant
qui lui même est appel
à tous les vents venant vers toi,
à tous les vols partant de toi,
à la terre explosée en fleurs… »

« À la source du Long Fleuve », « Austères glaciers »,« Tendre filet d'eau… »
 « Voici que le fleuve retourne à sa source,
Que nous terminons notre grand périple. »
 « Tant de jours à longer le fleuve millénaire,
Toujours à contre-courant, à contretemps »
 « À sillonner l'aride haut-plateau,
Creusé de ravins, menacé de vautours,
 
À traquer chairs crues et fruits sauvages,
À dormir à même les herbes virginales,
 
À traverser le lac aux étoiles, poussant plus loin
Nos corps tatoués de gelures, de brûlures,
 
Minuscule caravane à bout d'endurance,
En ce point de l'ultime rendez-vous,
 
Austères glaciers, tendre filet d'eau,
Où toute fin est commencement. »
« Proche est le lointain,
Durable l'instant.
Quand le feu s'enfouit,
Quand se tait l'oiseau,
Tout tend vers son libre
Ou vers son repos. »
Stupéfiant silence...

Ici commence la rencontre , la joie de notre reconnaissance,
L'instant de l'échange.
« un oeil justifie la création
parce que l'oeil est regard et que le regard donne signe de vie »

« cendres-semences » , la «  brume va monter de la vallée l'in-fini cet inachevé « 
« Tout est signe » , alors « nous comprenons alors que nous aurons
à refaire le chemin parcouru »
« Le monde recommence »
Écoute !
« La nuit prépare le festin des jours »
Regarde !

«  cette lumière tremblotante
sur le rebord de la coupe »
« Nous avons trop vécu pour ne plus être »
« Encore un jour de gloire
Pour ceux d'ici qui voient.
 
Gloire des corps, gloire des fruits.
Mystère même des étoiles.
 
Pour ceux qui voient et louent,
Nulle possession, nulle proie.
 
Sol nu buvant la source,
Rien d'autre que cri de joie.
Encore un jour de gloire
En-deçà, au-delà. »
«  avant la tempête annoncée,
Il y a ce coin d'hiver,
ce coin perdu de l'univers,
où s'attarde un reste de soleil …. »
Lueur émise, flamme meneuse d'âmes,
«  en cet instant de l'éternelle donation,
Ici retourné par un regard étonné
en perpétuelle offrande ».
Ô
«  que toujours nos instants se fassent accueil »
«  Mais ce qui a été vécu
sera rêvé ;
Et ce qui a été rêvé
Revécu. »

transmutation de toutes « douleurs bues » en leur renaissante tendresse.
« car tout est à revoir, tous les rires, tous les pleurs, toute la gloire »
maintenir la flamme allumée, veilleuse éternelle , pour toutes nos âmes errantes 
«  au royaume de l'infini, la moindre lueur est diamant. »
La vrai gloire est bien ici, dans le vide médian que libère le souffle de la Poésie.
«  Vers son libre
vers son repos »…
source du renouveau.

Astrid Shriqui Garain

Lien : https://dutremblementdesarch..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          162
Citations et extraits (89) Voir plus Ajouter une citation
WyomingWyoming   13 décembre 2018
Viens te lover dans ma main, galet,
Tiens un instant compagnie
A l'anonyme passant. Toi , le pain cuit
au feu originel, nourris ce passant
de ta force tenace, de ta tendresse
lisse , au bord de cet océan
sans borne, où tout vivant, accorde
au mendiant sans voix les faveurs,
fais moi don de tes inépuisables
trésors : fête de l'aube, festins
du soir, farandoles sans fin des astres,
tant et tant de tes glorieux compagnons
réunis ici en toi, un instant lovés
dans le creux charnel de ta paume !
Toi qui survis à tout, garderas-tu
mémoire de cette singulière rencontre ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
WyomingWyoming   13 décembre 2018
Vers Emmaüs

Nous marchons sur la route de la mort,
Sans un instant soupçonner
Que chemine à côté de nous
La Vie qui s'est levée
d'entre les les morts.

Nous marchons vers la désolation,
Sans un instant soupçonner
Que juste à côté de nous la Vie
Bascule une fois pour toutes
dans l'in-fini.

Voici le soir. L'auberge est ouverte
Et la table mise. Pain rompu,
Regard échangé, éclat de la Voie...
Et tout le reste en nous
expire d'un coup.

Je me lèverai et j'irai vers toi,
Traversant les nuits d'insomnie, franchissant
La ligne incandescente des étoiles.
Je sais que tu es loin,
Mais que par toi
tout sera retrouvé.

Je me lèverai et j'irai vers toi,
Enjambant l'abîme d'un pas résolu, ignorant
Toutes distances qui séparent.
Je sais que tu es proche,
Que je dois te chercher
au plus intime de moi.

J'irai vers toi, sûr de te retrouver,
Car je n'oublie point une scène de jadis :
Après une longue fugue, je suis revenu au logis,
L'ombre maternelle s'est retournée, a dit :
"Te voilà!", j'ai répondu : "Me voici!",
et j'ai fondu en larmes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
WyomingWyoming   12 décembre 2018
Mais nous reverrons bien ceux à qui
nous n'avons pas dit à temps au revoir,
Ceux qui sont partis sans dire mot
dans le long effroi du délaissement.
Nous les reverrons, car nous n'aurons
de cesse de leur dire les mots qui n'ont été
Dits à temps, de leur répéter sans fin
au revoir au revoir selon la loi de la Vie :
Toute fleur est une fleur refleurie,
toute pluie une source retrouvée, toute larme
Une peine ravivée, tout visage un regard
reconnu, tout sourire un don échangé,
Et toute vie à venir
une vie à jamais survécue-souvenue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
michfredmichfred   22 novembre 2016
Viens te lover dans ma main, galet,
Tiens un instant compagnie
A l'anonyme passant. Toi , le pain cuit
au feu originel, nourris ce passant
de ta force tenace, de ta tendresse
lisse , au bord de cet océan
sans borne, où tout vivant, accorde
au mendiant sans voix les faveurs,
fais moi don de tes inépuisables
trésors : fête de l'aube, festins
du soir, farandoles sans fin des astres,
tant et tant de tes glorieux compagnons
réunis ici en toi, un instant lovés
dans le creux charnel de ta paume !
Toi qui survis à tout, garderas-tu
mémoire de cette singulière rencontre ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          272
nattanatta   09 octobre 2015
Ici, à l'ombre, nous avons murmuré
Des choses, et puis tout d'un coup
Nous nous sommes tus,
De crainte qu'à trop toucher
Le secret nos mots ne deviennent cendres.
Une coupe d'encens couvant l'attente
Nous protège du dehors, là,
Près de la fenêtre entrouverte,
L'éclatante pivoine, ivre
De son rêve de rondeur, de parfum,
S'ouvre sans frein au soleil,
Fontaine de pétales jaillie du fond
Aux laves irrévélées, pure flamme
En son interminable délire,
En son irrépressible, inépuisable
vouloir-dire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
Videos de François Cheng (38) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de François Cheng
Interview de François Cheng.
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
672 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre