AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2757844393
Éditeur : Points (23/10/2014)

Note moyenne : 3.25/5 (sur 12 notes)
Résumé :
Voici un livre qui a transformé les idées reçues sur l'urbanisme. Au lecteur le plus pressé, il présente une synthèse claire et ordonnée des courants d'idées apparemment disparates et hétéroclites qui, depuis les débuts de la révolution industrielle, ont l'urbain pour objet ; ainsi qu'une anthologie de trois cents pages groupant des textes - pour la plupart introuvables ou non publiés en France - de trente-sept auteurs. Plus fondamentalement, c'est une thèse : l'urb... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
aniby
  19 décembre 2012
Commenter  J’apprécie          00
scienceenlivre
  23 décembre 2017
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
ElGatoMaloElGatoMalo   04 avril 2012
Nos lectrices nous pardonneront de nous arrêter un moment pour chercher quelle pouvait être la pensée qui se dérobait sous ces paroles énigmatiques de l'archidiacre : Ceci tuera cela. Le livre tuera l’édifice.
A notre sens, cette pensée avait deux faces. C’était d’abord une pensée de prêtre. C’était l’effroi du sacerdoce devant un agent nouveau, l’imprimerie. Mais sous cette pensée, la première et la plus simple sans doute, il y en avait à notre avis une autre, plus neuve. C’était le pressentiment que la pensée humaine en changeant de forme allait changer de mode d’expression, que l’idée capitale de chaque génération ne s’écrirait plus avec la même matière et de la même façon, que le livre de pierre, si solide et si durable, allait faire place au livre de papier, plus solide et plus durable encore. Sous ce rapport, la vague formule de l’archidiacre avait un second sens; elle signifiait qu’un art allait détrôner un autre art. Elle voulait dire : l'imprimerie tuera l’architecture.
[citation de Victor Hugo, Notre Dame de Paris]

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
ElGatoMaloElGatoMalo   04 avril 2012
Nous cheminons pendant un certain temps et nous remarquons des différences entre l’art de l'ingénieur sur terre et celui d’Utopie. Les rails, les trains sur routes, les conduits souterrains, le tunnel d' Umerloch sont de belles choses. La machinerie, les voies, les quais, les tranchées, les ponts de fer, toutes les inventions de l'ingénieur ne doivent pas forcément être laides. La laideur est à la mesure de l’imperfection : un objet de fabrication humaine est laid dans la plupart des cas, proportionnellement à la pauvreté de la pensée qui l’a construit; il est laid ou beau, plus ou moins, selon que le constructeur a plus ou moins saisi le besoin auquel il répond.

Mais, en Utopie, un homme qui entreprend l'établissement d’une ligne de chemin de fer est un homme cultivé; de même qu'un bon écrivain ou un artiste, il s’efforcera d’atteindre la simplicité de la perfection. Les traverses, les rails, les accessoires, prendront cette grâce, cette harmonie que la Nature, ce grand ingénieur, donne aux tiges et aux feuilles de ses plantes, aux articulations et aux gestes de ses animaux. Juger cet homme comme le contraire d’un artiste, déclarer artiste quiconque façonne des objets avec ses pouces, et brute quiconque se sert d’une machine, ce n’est là qu’une phase passagère de la stupidité humaine.

[H. G. Wells, Une Utopie Moderne]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
ElGatoMaloElGatoMalo   04 avril 2012
Et d'abord, le plan de la ville est essentiellement simple et régulier, de manière à pouvoir se prêter à tous les développements. Les rues, croisées à angle droit, sont tracées à distances égales, de largeur uniforme, plantées d'arbres et désignées de numéro d'ordre.
[citation de Jules Verne, les 500 millions de la Begum]
Commenter  J’apprécie          80
ElGatoMaloElGatoMalo   04 avril 2012
Cette question de la propreté individuelle et collective est du reste la préoccupation capitale des fondateurs de France-ville. [citation de Jules Verne, les 500 millions de la Begum]
Commenter  J’apprécie          30
Video de Françoise Choay (1) Voir plusAjouter une vidéo

Les monuments historiques ; 1
Indicatif annonce de l'émission les monuments historiques, 1ère partie
- à 1'55 : citation de Maurice BARRES (0'15)
- à 2'55 : Françoise CHOAY, historienne, le concept de patrimoinehistorique depuis le 16ème siècle avec le début d'une passion pour les antiquités encore existantes; la naissance de notion de conservation à la révolution française avec la nationalisation des biens du...
Dans la catégorie : Communautés urbainesVoir plus
>Communautés>Types de communautés>Communautés urbaines (75)
autres livres classés : urbanismeVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
258 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre