AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782080810175
214 pages
Éditeur : Flammarion (04/01/1999)
4.05/5   11 notes
Résumé :
La finalité de toute structure vivante est de maintenir cette structure : un groupe social représente une structure vivante d'un certain niveau de complexité. Henri Laborit démontre que la ville est l'un des moyens utilisés par tout groupe social pour maintenir sa structure. En effet, l'Homme qui, jusqu'à une époque récente, n'a découvert que la physique et l'a utilisée pour accroître sa puissance technique permettant la domination de certains individus ou de certai... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
lehibook
  10 août 2021
Laborit est un grand scientifique ,c'est aussi un homme curieux de tout ,assez atypique dans les milieux universitaires. Cet ouvrage est le fruit de son désir de faire un travail réunissant divers spécialistes pour oeuvrer en commun. La ville comme structure complexe relève d'une approche multidisciplinaire .L'ouvrage est assez difficile . 7 parties : A,B,C de cybernétique/Cadre pour une approche de l'urbanisme/L'Effecteur/Les facteurs/L'Effet et la ville/Le servi-mécanisme/Alors quoi?
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
lrntvlrntv   26 juillet 2020
Les besoins de l’homme moderne lui sont essentiellement suggérés par son environnement social. En apparence, chaque individu semble désirer posséder les signes, les objets et les comportements de la classe qui le domine et à laquelle il souhaite appartenir. C’est apparemment la tendance fréquente du matérialisme bourgeois. En réalité, nous verrons en traitant de la diffusion des informations que la société bourgeoise et nous entendons par là toute société dans laquelle la motivation fondamentale est le profit pour la domination, ne diffuse que les informations lui permettant de se maintenir. Or, Pour se maintenir, elle doit vendre, d’où le mythe de l’expansion continue. Pour vendre, elle doit produire exclusivement des objets qui s’achètent d’une part, et faire participer la masse des producteurs à ces achats.Il résulte de cet enchaînement impératif que pour survivre elle doit créer dans le système nerveux de tous les individus qui la constituent, quelle que soit la classe sociale à laquelle ils appartiennent, des automatismes basés sur des jugements de valeur qu’elle croit elle-même être des choix. Elle y parvient d’autant plus facilement aujourd’hui que la diffusion des informations est plus rapide et que les moyens de diffuser ces informations sont plus nombreux. La technologie a réalisé là sa plus belle performance. La publicité par l’affiche, la presse, la radio, la télévision n’a qu’une finalité : créer des automatismes. Bien plus, tout ce qui est vu ou entendu ne vise qu’à créer une conception générale de la vie humaine orientée vers la notion que le bonheur s’obtient en consommant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
lehibooklehibook   10 août 2021
La ville est un outil efficace qui n'a jusqu'ici servi ,à des groupes humains dominants ,qu'a maintenir leur domination.La signification,l'utilisation,la structure même de la cité ne peuvent changer que si la structure socio-économique qui lui donne naissance change d'abord.
Commenter  J’apprécie          20
xTHX1138xxTHX1138x   15 février 2020
Tous les espoirs sont permis à l'Homme, même celui de disparaître.
Jean Rostand, Nouvelles pensées d'un biologiste
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Henri Laborit (21) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Henri Laborit
Henri Laborit était l'invité d'Edmond Blattchen dans l'émission Noms de dieux du 11 mars 1993. Noms de dieux était une émission de télévision produite et diffusée par la télévision belge francophone de service public.
autres livres classés : urbanismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Pas de sciences sans savoir (quiz complètement loufoque)

Présent - 1ère personne du pluriel :

Nous savons.
Nous savonnons (surtout à Marseille).

10 questions
351 lecteurs ont répondu
Thèmes : science , savoir , conjugaison , humourCréer un quiz sur ce livre