AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070336980
Éditeur : Gallimard (09/03/2006)

Note moyenne : 2.77/5 (sur 11 notes)
Résumé :

L'inspecteur Ali n'est jamais pressé, même quand la sécurité du monde est enjeu. A fortiori quand une huile du gouvernement marocain le convoque pour lui annoncer une macabre découverte: un cadavre au fond d'un puits dans le patio d'un riyad, un palais de Marrakech. Entre deux bouffées de kif et quelques tajines épicés, Ali mène l'enquête grâce à son traditionnel réseau d'indics, composé... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (2) Ajouter une critique
Krout
26 octobre 2016
Inch Allah ! Voilà Ali. J'en suis baba. Je l'ai trouvé ! En chair et os, si je puis dire. Dans L'inspecteur Ali, souviens-toi (*), ami lecteur, il était le héro d'un roman dans le roman. Une espèce de faire-valoir car le véritable héro du véritable roman n'était autre que l'auteur. Je me rappelle fort bien, l'un des auteurs nous en promettait pure merveille dans Ali coït au Koweït : cela ne s'invente pas. Comme je n'ai trouvé nulle part, j'ai de suite pensé qu'il était une fiction, un mythe. Alors là, l'Ali,^^ dans l'Homme qui venait du passé, c'est bien lui. Il a vieilli ! Il est plus mûr, son ironie est plus sombre, ses réflexions parfois désabusées.
Et cette fois c'est un vrai policier : il y a des morts ! Mais c'est beaucoup plus simple car, somme toute, il suffit juste pour l'inspecteur (en chef !) d'officiellement enterrer le meurtre d'Oussama Ben Laden. Sous le manteau,^^ cependant ...
"- ... Vous plaisantez ?
- Tout à fait. Ma façon de plaisanter est de dire la vérité. Et je plaisante tout le temps. Cela me permet de m'instruire. Fractures ?" p.38 Bien oui, il va y avoir de la casse : l'humour est une arme redoutable. Rares sont ceux qui le manient avec la dextérité de l'inspecteur Ali, mais faut-il encore qu'en face quelqu'un sache parfaitement le décoder. Et ce n'est pas chose facile, pour le lecteur non plus, car l'humour de Driss Chraïbi a la douceur du sucre impalpable, c'est dire combien il est fin. L'humour c'est de l'intelligence au carré.
L'ironie a un rôle très important : elle sert à entourer la trop dure vérité d'un voile impudique. Elle permet de dire ce qui devrait rester caché. Connais-tu la lumière noire qui fait apparaître les pluches autrement invisibles ? Eh bien l'humour noir, c'est pareil. L'humour, l'inspecteur Ali s'en sert comme d'une grenade à fragmentation (**), pour déstabiliser son interlocuteur. Connais-tu Prigogine ? Quand je te dis que je suis ébahi devant l'inspecteur Ali. Il a compris, lui aussi, que derrière l'ordre apparent se cache le chaos, mais ce chaos lui-même renferme un certain ordre. Alors suis-moi très attentivement et fais bien attention de ne pas te perdre dans la médina. L'humour de Driss Chraïbi consiste souvent à parler de l'ordre caché dans le chaos comme s'il parlait de l'ordre apparent. Et à faire comme si il ne le faisait pas. "Il donna vie à la loi du marché qui veut que la drogue soit une monnaie forte dans un monde de concurrence et de libre-échange." p101
Et tout soudain, comme un violent atemi asséné au coin d'un bois, tu te prends une phrase hyper-sérieuse du type "L'univers a été créé par Dieu, selon des lois que l'homme suit plus ou moins. La religion a été créée par l'homme, selon des lois que Dieu doit suivre. Il ne faut pas confondre l'Islam et le Coran, n'est-ce pas ? L'inspecteur Ali l'approuva avec émotion." p.111 et il te faut bien réfléchir aussi. Ou alors, ce qui te montre l'étendue du talent, carrément décoller dans la poésie philosophique : "Et aussitôt, ce fut comme si le temps chevauchait le temps, faisait vivre intensément le passé dans le présent." p.100
Deux cent pages de très grande intelligence, beaucoup d'ouverture, de sensibilité et de finesse. Un véritable bijou, un collier de perles. Faites-vous le offrir Mesdames, empruntez-le, au besoin volez-le ! Dans son dernier livre l'auteur a pris ses responsabilités en défendant avec cran des positions très fermes et très personnelles. Il faut saluer son grand courage. On pourrait s'inquiéter pour lui, dans le climat actuel, mais ce n'est pas la peine. Il est déjà mort. Un premier avril, quand je vous disais son grand sens de l'humour et de l'ironie. "Les voies du passé sont aussi insondables que celles de la Providence chrétienne ou du Nasdaq." p.128 La grande littérature c'est celle qui parvient a exprimer l'indicible, si je l'ai lu quelque part, j'ai oublié où ce qui me permet de croire que c'est de moi ;). En tout cas ce qui suit l'est : même s'il est déjà trépassé, Driss Chraïbi ne sera jamais dépassé. Ce livre est en quelque sorte son testament, ce qui le rend plus précieux encore, d'où mon conseil, Mesdames.
"Pour bien préciser les faits, je vais mettre en majuscule la lettre "i" et souligner le point qui se trouve dessus." p.133 L'humour de Driss Chraïbi ce n'est rien d'autre que de l'amour. Et même s'il se cache, moi je me lève, j'applaudis et je crie pour l'inspecteur Ali, BIS !^^
(*) http://www.babelio.com/livres/Chraibi-Linspecteur-Ali/83523/critiques/946876
(**) Ouiiii comme Krout dans Certes Terces reste secret !
http://www.babelio.com/forum/viewtopic.php?p=177441#177441
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          3410
dancingbrave
23 août 2012
Roman policier au style confus
Il me semble sentir la non maîtrise totale de la langue française par cet auteur marocain.
A moins que ce qui me paraît confus soit le reflet de la culture arabe et de sa façon d'appréhender la vie.
Je n'ai pas pu finir ce livre ; ses allusions fréquentes à l'actualité politico-religieuse me font horreur.
Commenter  J’apprécie          20
Citations & extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
KroutKrout24 octobre 2016
Fais nous entendre la voix de la vie. La chanson de l'arbre, par exemple, du regretté Omar Naqishbendi. Tu connais ? [...]
Le luth, il le fit glisser sur ses genoux en un geste très lent, comme s'il se fût agi d'un enfant endormi. Les cordes, il les effleura du bout des doigts pour les réveiller. Puis il leur fit donner de la voix, à plein. Et voici : le passé rejoint le présent, l'instrument devient aussi vivant que l'arbre plein de sève qui lui a jadis offert son bois. Quatre cordes en boyau de chat, tendues à rompre. Placée au centre, la cinquième est en crin de cheval tressé : le bourdon. Naissant à partir de ce bourdon et y revenant à intervalles régulier, à la fois pour y mourir et pour en renaître, monte langue de la vie, musicale charnellement ; monte, scande et bat selon l'alternance du jour et de la nuit, selon le déroulement des saisons, le flux et le reflux de tous les océans du monde, le déferlement des vents issus des quatre horizons du ciel, la fulgurance des étoiles filantes par les soirs d'été ; danse le mélodie de l'arbre du Destin ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
KroutKrout20 octobre 2016
Etendu sur le dos entre deux massifs de fleurs, l'inspecteur Ali contemplait les étoiles ... ces fleurs du ciel que l'homme essayait vainement de reproduire dans ses jardins. Elles étaient amicales et chaudes. Chacune d'elles à la fois un point obscur et un point lumineux du cœur humain, sans commencement sans durée sans fin. De l'une à l'autre, le temps remontait vers le passé et revenait pour aller à la recherche de l'avenir. Elles étaient si lointaines, si proches. Ali n'avait que huit ans lorsque son père s'était rompu le cou [...] Huit ans, l'inspecteur les avait encore à l'âge adulte, ici et maintenant. Prosaïque , le téléphone portable des temps présents se mit soudain à vibrer. C'était le ministre. Ali retrouva aussitôt sa réalité de flic et la vacuité des mots.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          182
KroutKrout22 octobre 2016
- Xactement. Tu ne comprends pas. Tu n'as jamais rien compris à la boulitique ou la filousophie. C'est pour ça que tu est resté un sans-grade durant toute ta vie. [...]
Un fonctionnaire dans ta position, avec ou sans diplôme, aurait gravi les échelons quatre à quatre en délogeant les collègues à coups d'intrigues et à coups de pied. Et, arrivé tout en haut, il aurait tiré l'échelle pour empêcher quiconque de monter. L'arabitude a du bon.
Il avait les larmes aux yeux, le foie gorgé d'émotion. Et, sans transition aucune, il posa une petite question : Et le nouveau, comment est-il ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
SachenkaSachenka12 mai 2013
Nous ne sommes plus à l'époque d'Omar qui était en même temps calife et marchand de vin. Nous avons évolué. Quand on devient adulte, on oublie souvent d'être soi-même, reniant du même coup nos rêves d'enfants et les idéaux de notre adolescence. Et on est plus du tout soi-même dès que l'on dispose d'une parcelle de pouvoir. La religion nous tient lieu d'humanité, avec ses interdits, ses gardes-fous et ses tabous.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
KroutKrout25 octobre 2016
Et tous deux, par-delà la Méditerranée, les confessions, les idéologies, l'espace et le temps, avaient en commun le bien le plus précieux de la vie : l'amitié.
Commenter  J’apprécie          170
Videos de Driss Chraibi (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Driss Chraibi
"Toute ma vie et toute mon oeuvre n'ont eu qu'un seul et même thème: la trajectoire du destin. Le destin des êtres et des peuples.
autres livres classés : rifVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

L'Afrique dans la littérature

Dans quel pays d'Afrique se passe une aventure de Tintin ?

Le Congo
Le Mozambique
Le Kenya
La Mauritanie

10 questions
220 lecteurs ont répondu
Thèmes : afriqueCréer un quiz sur ce livre