AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Janine Lévy (Traducteur)
EAN : 9782702429686
253 pages
Éditeur : Le Masque (02/07/1999)

Note moyenne : 3.66/5 (sur 305 notes)
Résumé :
Pourquoi Mrs Lancaster a-t-elle brusquement quitté la maison de retraite où Tommy et Tuppence Beresford sont venus voir leur tante Ada ? Et pourquoi cette vieille dame un peu perdue faisait-elle allusion à un enfant enterré dans une cheminée ? L’affaire se corse quand, voulant lui restituer un tableau qu’elle avait offert à leur parente, Tommy et Tuppence s’aperçoivent qu’il est impossible de retrouver sa trace…
Une maison au bord d’un canal, une série d’infa... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (42) Voir plus Ajouter une critique
Biblioroz
  09 août 2020
Sollicitée par ses lecteurs, Agatha Christie a sorti de son train-train quotidien ce petit couple vif et attachant, Tommy et Tuppence, déjà rencontré lors d'aventures extravagantes pleines de péripéties.
Leur âge se reflète pour chacun d'eux dans leur chevelure moins éclatante et colorée mais leur bel optimisme leur fait dire qu'ils ont « à peine atteint la fleur de l'âge.» Ce qui est vrai, sans aucun doute !
Tout commence par une corvée dictée par leur grand sens du devoir : aller rendre visite à la tante Ada dans sa maison de retraite. Si encore c'était une gentille vieille dame mais non, tante Ada a plutôt un petit côté mégère et refuse d'accepter Tuppence dans sa chambre en la qualifiant de femme dévergondée ! Ce sera l'occasion pour Tuppence, qui flaire toujours le louche où qu'il se cache, de mettre déjà un pied dans ses prochaines investigations. Enfin quelque chose d'intéressant, voire d'exaltant pour pimenter un peu son quotidien !
Des petites vieilles à l'esprit plus ou moins vacillant, cet excellent établissement baptisé La Crête ensoleillée en regorge. Affabulation macabre ou fantasmes inoffensifs ? Tuppence, toujours aussi mordue d'intrigue en tout genre, va se pencher sérieusement sur la question, car comme la qualifie ironiquement son mari, c'est un véritable chien de chasse.
Ambiance noire qui gravite autour d'une maison divisée en deux d'une façon plutôt singulière. Pas âme qui vive aux alentours. Des locataires un tantinet inquiétants en occupent la moitié. Drôle d'atmosphère qui se prolonge jusqu'au cimetière du village où un vieux pasteur recherche une pierre tombale.
C'est ce côté délicieusement glauque que j'ai aimé ici : cette atmosphère étrange qui se déplace de la maison de retraite vers cette autre maison isolée, près d'un canal, en passant par un tableau hérité de la tante Ada et représentant ladite habitation. Pas à pas, les évènements bizarres s'additionnent, émergeant de ce décor presque surnaturel.
On retrouve pas mal d'éléments familiers d'Agatha Christie mais le plaisir-détente de cette lecture reste le même, surtout aux côtés de ce duo si sympathique dont l'affection mutuelle est si réconfortante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          264
NatachaMNEA
  30 mai 2019
Après une panne (énorme panne même) de lecture, je me suis remise dans une valeur sûre ! Bien entendu Agatha Christie ! Ceux qui me connaissent savent à quel point un Agatha me regonfle à bloc !!
Bref, le livre...
Encore une bonne grosse réussite pour moi !
Pourquoi des gens disparaissent et meurent dans une maison de retraite ? Normal me direz vous mais les circonstances beaucoup moins...
Cette histoire d'enfant dans la cheminée est des plus étranges également !
Il n'en faudra pas plus à Tuppence pour mener l'enquête, pas plus pour nous entraîner dans cette histoire sombre ! Une lecture passionnante ! Addictive !
De plus j'adore le caractère de Tuppence ! Ce côté fonceuse, entêtée !
Avec un dénouement digne de la reine du crime 😉
Me voici donc regonflé pour mes prochaines lectures ! Merci Agatha Christie ! Mon maître ma force ! ❣
Commenter  J’apprécie          190
XS
  10 mai 2019
Au hasard de mes découvertes, Mon petit doigt m'a dit est le deuxième roman dans lequel je retrouve Tommy et Tuppence Beresford. Alors que dans Mr Brown ils étaient de jeunes apprentis espions, ils sont maintenant patinés par le temps : leurs enfants sont grands et la retraite approche. Ceci étant, ils restent toujours fringants, toujours caustiques et... toujours aussi peu raisonnables.
L'atmosphère un peu décalée des prémices du roman dans une charmante maison de retraite, où habite une vieille tante de Tommy, est très réussie. L'humour noir affleure dans les relations (vaches) entre Tuppence et Ada.
L'intrigue est assez légère : une disparition inexpliquée, un tableau mystérieux, et la curiosité inexpliquée de Tuppence la mènent dans un petit village isolé où vivent un charmant pasteur, une gentille sorcière, et une commère intarissable. Et où eurent lieu, vingt ans plus tôt, une série de meurtres d'enfants.
Les relations malicieuses de Tommy et Albert, dévoué majordome, tandis qu'ils essaient de retrouver Tuppence entrainée par son intuition donnent du piquant à une enquête qui gagne à être lue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Gaphanie
  09 janvier 2019
Zut ! me suis-je-dit en commençant la lecture : ni Hercule Poirot, ni Miss Marple, mais les Beresford... Et de Tom et Tuppence, je n'avais en tête que le duo Catherine Frot - André Dussolier. J'aime beaucoup ces deux acteurs, mais vraiment, je ne trouve pas qu'ils forment un couple très crédible...
Du coup, ce roman a été une vraie bonne surprise.
Tom et Tuppence décident de rendre visite à la vieille tante Ada dans sa maison de retraite. Tuppence fait la connaissance d'une charmante vieille dame, qui disparaît du jour au lendemain. Sa nièce, Mme Johnson, est venue la rechercher. Or cette vieille dame était amie avec tante Ada, et lui a offert une toile représentant une maison. Et comme ladite tante Ada meurt quelques jours après la visite de ses neveux, la toile leur échoit, et Tuppence décide alors de tout faire pour retrouver sa propriétaire originelle pour la lui restituer - ou tout au moins avoir sa permission de la garder.
Impossible ici de deviner à l'avance où Agatha Christie veut nous emmener, et le pot aux roses est d'autant plus difficile à découvrir qu'en fait de roses, il s'agirait plutôt d'une étrange et vénéneuse digitale...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          141
CatherineDuc
  29 mars 2020
Tommy et Tuppence vont rendre visite à tante Ada qui est dans une maison de repos. Pendant que Tommy discute avec sa tante, Tuppence rencontre Mrs Lancaster qui lui dit qu'il y a un enfant mort derrière la cheminée! Tuppence pense que la vieille dame perd la tête et rentre chez elle avec son mari. Quelques semaines plus tard ils apprennent que tante Ada est décédée dans son lit et lègue tous ses biens à Tommy. Quelque chose d'étrange attire leur attention (surtout celui de Tuppence) un tableau accroché dans la chambre de la tante qui ne se trouvait pas là la dernière fois. Ils apprennent que c'est Mrs Lancaster qui a offert le tableau. Partant d'une bonne intention Tuppence voudrait rendre le tableau à Mrs Lancaster mais elle apprend que cette dernière est partie de la maison de repos.. Faisant des recherches pour retrouver Mrs Lancaster mais elle a disparu. Tuppence a enfin trouvé pourquoi elle trouvait ce tableau bizarre… c'est parce qu'elle l'a déjà vu!! Oui mais où? Et où a bien pu passer Mrs Lancaster!!!
Encore une énigme pour Tommy et Tuppence qui sont proche de la retraite ! Je les avait déjà vu dans leur première enquête qui m'avait laisser sans voix dans Mr Brown! Je ne me suis pas du tout doutée de qui était le vilain! La fin m'a fait froid dans le dos! Un chef d'oeuvre pour la reine du crime! Mon 32ème Agatha Christie!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80

Citations et extraits (21) Voir plus Ajouter une citation
genougenou   15 août 2015
Tommy et Tuppence Beresford prenaient leur petit déjeuner. C’était un couple sans rien de particulier. Des centaines de couples du même genre et d’âge tout aussi respectable prenaient leur petit déjeuner au même instant dans toute l’Angleterre. La journée non plus n’avait rien de particulier. On en voyait de pareilles cinq jours sur sept. La pluie menaçait mais il pouvait tout aussi bien ne pas pleuvoir.
Les cheveux de Mr Beresford avaient été roux naguère. Ils gardaient encore quelques traces de leur couleur primitive mais, dans l’ensemble, ils étaient maintenant de ce blond-gris que prennent souvent les chevelures rousses vers la maturité. Ceux de Mrs Beresford avaient naguère été noirs, vigoureux et bouclés. Maintenant, le noir était rompu par des fils gris, dispersés comme au hasard. L’effet en était assez plaisant. Mrs Beresford avait bien un jour songé à se teindre, mais elle avait préféré en fin de compte rester telle que la nature l’avait faite. À la place, elle avait décidé, pour se remonter le moral, d’essayer une nouvelle nuance de rouge à lèvres.
Un couple d’un certain âge prenant son petit déjeuner. Un couple charmant, mais sans rien de particulièrement remarquable. Voilà ce qu’aurait pu dire un spectateur. Et si ce spectateur ou cette spectatrice avait été jeune, il ou elle aurait pu ajouter :
Oh ! oui, tout à fait charmant, mais ennuyeux à périr, cela va de soi. Comme tous les vieux. Mr et Mrs Beresford n’en étaient cependant pas encore arrivés à se considérer comme vieux. Et l’idée ne leur venait pas qu’on pût automatiquement les considérer, eux et bien d’autres, comme ennuyeux à périr sur cet unique critère. Pleins d’indulgence, ils auraient estimé, bien sûr, que cela ne pouvait être qu’un point de vue de jeune car les jeunes, que connaissent-ils de la vie ? Les pauvres chéris, toujours soucieux de leurs examens ou de leur vie sexuelle, toujours occupés à s’acheter des vêtements extraordinaires ou à faire subir d’extraordinaires traitements à leurs cheveux de peur de passer inaperçus. De leur point de vue tout ce qu’il y a de personnel, Mr et Mrs Beresford avaient à peine atteint la fleur de l’âge. Ils se plaisaient, à eux-mêmes et l’un l’autre, et les jours pour eux se succédaient, doux et paisibles. Bien sûr, la règle souffrait des exceptions, aucune règle n’y échappe.
Mr Beresford ouvrit une lettre, la parcourut et la posa sur une pile, à sa gauche. La lettre suivante, il ne l’ouvrit pas mais la garda en main, sans la regarder, l’oeil fixé sur le porte-toasts.
Après l’avoir observé un moment, sa femme lui demanda :
Qu’est-ce qui se passe, Tommy ?
— Ce qui se passe ? répéta Tommy distraitement. Ce qui se passe ?
— C’est bien ce que j’ai dit.
— Il ne se passe rien, répondit Mr Beresford. Que veux-tu qu’il se passe ?
— Tu pensais à quelque chose, dit Tuppence d’un ton accusateur.
— Je ne pense pas que je pensais à quoi que ce soit.
— Oh, si, tu pensais ! Il est arrivé quelque chose ?
— Non, bien sûr que non. Qu’est-ce qui pourrait bien arriver ?… j’ai reçu la facture du plombier, ajouta-t-il.
— Ah ! s’écria Tuppence, brusquement éblouie. Plus élevée que tu ne t’y attendais, j’imagine.
— Naturellement, répliqua Tommy. Comme toujours.
— Je ne comprends pas pourquoi nous n’avons pas appris la plomberie, fit observer Tuppence. Si tu étais plombier, je pourrais être ton compagnon et nous entasserions jour après jour des fortunes.
— Nous avons eu la vue courte, ma parole, pour que cette possibilité nous ait filé sous le nez.
— C’était la facture du plombier que tu regardais à l’instant ?
— Oh ! non, c’était juste un appel de fonds.
— Pour des petits délinquants ? Pour l’aide à l’intégration raciale ?
— Non. Juste pour une nouvelle maison de retraite.
— Voilà qui est plus raisonnable, déclara Tuppence. Mais alors, pourquoi cet air soucieux ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
loiscamaloiscama   13 février 2016
Un couple sympathique, sans histoire, mais sans doute ennuyeux aux yeux d'un représentant de la jeune génération qui déclarerait : "Charmants et terriblement démodés, comme tous nos aînés, d'ailleurs."
Néanmoins, Mr et Mrs Beresford estimaient n'être pas encore parvenus à l'âge où l'on entre dans cette catégorie. Ils ne se doutaient pas, qu'avec bien d'autres, ils étaient déjà relégués, par la jeunesse actuelle, dans le monde triste et froid des vieillards désoeuvrés. Pour leur part, ils voyaient leurs cadets d'un oeil indulgent, ne les critiquant pas dans leurs efforts pour surmonter les difficultés multiples que se crée l'adolescence.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Dionysos89Dionysos89   04 juin 2012
Plus tard, j’ai entendu un type faire allusion à elle comme à la femme la plus laide qu’il ait jamais rencontrée. Sur le moment, cela m’a donné un choc et puis, j’ai pensé qu’il était sans doute préférable que je ne l’aie point revue.
Commenter  J’apprécie          190
CriTicCriTic   06 février 2016
 Mr et Mrs Beresford n’en étaient cependant pas encore arrivés à se considérer comme vieux. Et l’idée ne leur venait pas qu’on pût automatiquement les considérer, eux et bien d’autres, comme ennuyeux à périr sur cet unique critère. Pleins d’indulgence, ils auraient estimés, bien sûr, que cela ne pouvait être que le point de vue de jeune, car les jeunes, que connaissent-ils de la vie ? Les pauvres chéris, toujours soucieux de leurs examens ou de leur vie sexuelle, toujours occupés à s’acheter des vêtements extraordinaires ou à faire subir d’extraordinaires traitements à leurs cheveux de peur de passer inaperçus. De leur point de vue tout ce qu’il y a de personnel, Mr et Mrs Beresford avaient à peine atteint la fleur de l’âge.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
CriTicCriTic   06 février 2016
 Tommy répondit que Tuppence était en forme et toujours active.
-Elle l’a toujours été. Elle me faisait penser parfois à une libellule. Sans cesse courant après une idée de son cru et apparemment absurde jusqu’au moment où on s’apercevait qu’elle n’était pas absurde du tout. Un vrai plaisir, remarqua le général, approbateur. Je déteste ces femmes sérieuses et sur le retour qu’on rencontre aujourd’hui, qui luttent toutes pour une Cause avec un C majuscule. Quant aux jeunes filles…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60

Videos de Agatha Christie (50) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Agatha Christie
Pour terminer en beauté cette troisième saison dans les coulisses du genre, Nicolas Perge, auteur-réalisateur, immense fan de polars à l'âme de collectionneur, partage avec nous sa passion pour la Reine du crime et nous dévoile ses coups de cœur, pêchés comme des trésors dans le fonds des éditions du Masque. Du Agatha Christie, bien sûr, mais également de pures pépites méconnues de la littérature noire, écrites par Catherine Arley, Celia Fremlin ou encore Kyril Bonfiglioli. De quoi alimenter vos longues soirées d'hiver au coin du feu... Bonne écoute ! 🎧
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Agatha Christie

Quel surnom donne-t-on à Agatha Christie ?

La Dame du Crime
La Reine du Meurtre
La Dame de l'Intrigue
La Reine du Crime

10 questions
1272 lecteurs ont répondu
Thème : Agatha ChristieCréer un quiz sur ce livre

.. ..