AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Leonardo Cremonini (Illustrateur)
EAN : 9782718607160
211 pages
Galilée (07/09/2006)
4.33/5   9 notes
Résumé :
Au début d’Hyperrêve, la question est posée : « Dans l’obscurité je descends le bel escalier silencieux. Est-ce que je rêve ? Suis-je éveillée ? »[2]. Tout d’un coup quelque chose se passe ; quelqu’un arrive. Mouvement très brutal ; le voile se déchire – ou alors il se replie, menaçant, sur la promeneuse ou le promeneur, le rêveur ou la rêveuse – l’enveloppe – comme un serpent. La chambre s’effondre sur elle-même, le sol se dérobe. Elle note le (non)raisonnement sui... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
LucienRaphmaj
  10 avril 2017
1. Une fille lave les ulcères de sa mère malade, proche de la mort. A la Tour abolie sa seule étoile se meurt. le tout est plein de calembours, de crases amphibologiques à la Lacan, pas toujours heureuses et qui, sorties de leur contexte peut paraître très lourdes et caricaturales. Mais je retiens de cette première partie de l'ouvrage ce witz :
« Si Dieu avait vu les yeux de Job. Mais non. Dieu n'a pas d'yeux. Il n'y a pas Dieu. ».
L'agonie de la mère est certes un impossible à vivre, et quelque part l'échec du langage – dans ce livre – à le dire est peut-être un beau témoignage de cet impossibilité. Mais à ce compte je préfère la ligne claire du « journal de deuil » de Barthes.
2. le sommier de Benjamin. C'est très drôle. La mère apprend à sa fille qu'elle a récupéré dans les années 1930's le sommier d'un appartement parisien occupé par certain M. Benjamin, intellectuel allemand. Oui, oui, en 2005 Hélène Cixous apprend que sa famille possède le sommier parisien de Walter Benjamin. Emballement. Et Jacques Derrida, l'ami disparu, qui venait de faire une lettre posthume à Benjamin en 2001. « Fichus ». Ah, le frère d'Hélène Cixous a dormi pendant des années sur le même sommier que Walter Benjamin sans y penser. Sans être ventriloqué par le fantôme de Benjamin. de fait. Mais Hélène dort dedans et fait un rêve majestueux. Ah si elle avait dormi dans ce sommier toute sa vie, quelle vie d'écriture et de pensée c'eut été ! Bon, elle se pose un peu la question sur la reproduction technique de l'oeuvre « sommier » et décide du caractère « auratique » du sommier de Benjamin. Bientôt exposé au musée avec sa brosse à dent (et sa brosse à moustache, ah brosser sa moustache avec celle de Benjamin...). Ça m'a fait penser à ce commerçant du « Maître du Haut Château » de Philip K Dick qui refourgue ses vraies fausses antiquités ayant soi-disant appartenu à des célébrités nord-américaines. On constate que le fétichisme ça marche aussi pour les intellectuels (voir avec les lunettes de Sartre, dormir dans le sommier de Benjamin, etc.).
3. La permission. Il s'agit d'un rêve de Derrida revenant. C'est beau ça. Derrida qui revient fantomatiquement à Cixous via le sommier-mediumnique. Ca c'est un "hypperêve", non ? Parce que quand même c'est pour cela que je me suis investi dans le livre pour découvrir une dimension nouvelle, des galaxies d'hypperêve. Eh bien pas grand-chose.
« Et pourtant tous les événements de cette vie suraigüe ont l'air d'être taillés dans l'hyperrêve. Tous en effet se présentent accompagnés d'une voix qui me murmure dans le coeur « ça ne va pas durer ». »(p.178)
Le terme « taillés dans » suggère une matérialité, l'aspect fantomatique (tout a une fin) oscille avec le côté rêve lucide : tu vas te réveiller, tu es dans un rêve. L'hyperrêve serait une sorte de rêve du « mourir », de l'agonie dont ne peut se réveiller, ce serait le temps de l'oubli en devenir, de la mort en suspens, les yeux ouverts. On serait aussi tenté de lire cet hyperrêve comme un retournement de « l'hyperréalité » de Baudrillard, une consistance du rêve qui atteint à la réalité, mais rien ne fait signe vers cet ailleurs. Mais je crois en fait que Cixous ne tient pas en fait à forger un concept précis d'hyperrêve mais plus faire trembler la mort par la parole qui s'efface. Cet hyperrêve demeurera donc dans des confins lointains.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
alzaiaalzaia   01 décembre 2015
Un désespoir infini qui est l'infini même occupe toutes les pièces de ma pensée. Où sont les enfants et les enfances ? Je suis séparée de la vie. Elle est à l'étranger. Ou bien je suis à l'étranger. La nuit m'a déposée à l'étranger. C'est une île. je ne peux même pas revenir à pied ni pieds nus. Où sont mes enfants et leurs enfances ? On ne peut pas imaginer l'énormité de la distance qui sépare deux étages quand l'âme est privée de vitesse. Au matin pourtant les chats me lèvent. C'est leur boulot. Elles marchent sur moi piétinent grattent jusqu'à résurrection. Mais le monde n'est pas encore arrivé. Ce retards me désincarne. Me vide. L'enveloppe est pleine de fantômes. Images tristes du temps futur passé du futur temps passé, du tant passé qu'il ne peut revenir. Les deux chattes du panier poulent. Elles couvent la vie. Je m'accroche aux paniers de vie en attendant. Il est trop tôt pour appeler les vivants au secours. Je ne peux pas le faire moi-même.
Mais les livres parlent.
Je suis assise avec des livres aux côtés, devant moi, dans mon dos, j'en ai jusqu'aux épaules, des dizaines, des centaines peut-être, la plupart allongés, les bras ouvert ils se souviennent de tout.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
RhodaRhoda   14 juin 2010
Intus et in cute
J'oignais ma mère. "Je fais la peau de maman" me dis-je. C'était un peu avant la fin, tu es le temps, pensais-je, le temps d'avant la fin. J'habitais maintenant avant la mort de ma mère, je regardais ma mère se lever et se coucher tous les jours à mon horizon, avec une admiration bouleversée je me vivais d'angoisse.
Commenter  J’apprécie          80
alzaiaalzaia   08 novembre 2015
Tous ces événements ont eu lieu quelques années plus tard. Sans le chêne je n'aurais pas pu commencer à écrire, par conséquent aucun de ces événements n'aurait eu lieu. Les enchaînements destinaux nous restent cachés toujours pendant quarante ans au moins. Quarante ans, la durée d'un aveuglement humain vital. Tout ce qui a été décisif dans l'histoire d'un individu ou d'un peuple ne montre son visage qu'après quarante ans de secret. Ce que je dois à ce chêne, s'il avait été foudroyé, déraciné, équarri, par la Grande Tempête qui a tué neuf centenaires pins du jardin en l'an 2000, et les cèdres de Montaigne, je l'aurai cruellement reconnu, mais je m'arrête. Le chêne continu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
alzaiaalzaia   01 décembre 2015
Je vais te dire une chose : tu es toujours à me rappeler qu'on meurt à la fin mais ça a toujours été comme ça. On est fait pour disparaître. C'est quelque chose qu'on ne peut évidemment pas concevoir. C'est ça la vie. C'est embêtant d'être vieux. Il y a toujours quelqu'un pour te rappeler qu'il n'y a ps de perspective. Tu me vois avec une barbe de six longs cheveux gris fer au menton.
Je ne la retiens pas. Je fais comme si j'étais riche. je me vois dépenser tout le temps. Je ne ralentis pas. Je monte dans mon nid de papier. Je regarde par-dessus la tête du monde. Au fond, après le monde la forêt s'ouvre et le vide commence.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
alzaiaalzaia   01 décembre 2015
Maintenant que j'ai fini M. Pons elle rit elle repousse la coupe de chocolats, il faut que je lise le Colonel Commetudis.
- Un imbécile lui aussi dis-je.
- Le pauvre dit ma mère. Malheureusement c'est ça ta littérature. Des malheureux qui se rendent comptent "un peu trop tard"
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Hélène Cixous (16) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Hélène Cixous
Ce 28 mars 2022, Les Rencontres Philosophiques de Monaco ont organisé une soirée de solidarité avec le peuple ukrainien et de soutien aux intellectuels, chercheurs et étudiants victimes de la guerre en Ukraine. Cette soirée était l'occasion pour les intervenants comme pour le public d'exprimer la profonde solidarité politique et morale avec le peuple ukrainien, de saluer son courage et de soutenir l'Ukraine dans l'épreuve qu'elle traverse actuellement.
Interventions de Abd al Malik, Dov Alfon, Charlotte Casiraghi, Barbara Cassin, Catherine Chalier, Hélène Cixous, Marc Crépon, Georges Didi-Huberman, Michel Eltchaninoff, Maria Galkina, Zoriana Haniak, Luba Jurgenson, Jean-Jacques Roche, Constantin Sigov et Raphael Zagury-Orly. Vous aussi pouvez faire un don sur philomonaco.com/ukraine #philomonaco
+ Lire la suite
autres livres classés : romanVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2998 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre