AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jean Grosjean (Préfacier, etc.)
ISBN : 2070300749
Éditeur : Gallimard (29/04/1966)

Note moyenne : 3.77/5 (sur 32 notes)
Résumé :
poésie
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
michfred
  02 juin 2015
En date de mai 1940...voici notre grand poète dans ses pompes et dans ses oeuvres..Surtout très bien dans ses pompes, et dans l'art de cirer celles qu'il faut !!
"Monsieur le Maréchal, voici cette France entre vos bras, lentement
qui n'a que vous et qui ressuscite a voix basse.
II y a cet immense corps, à qui le soutient si lourd et qui pèse de tout son poids.
Toute la France d'aujourd'hui, et celle de demain avec elle, qui est la
même qu'autrefois!
Celle d'hier aussi qui sanglote et qui a honte et qui crie tout de même
elle a fait ce qu'elle a pu!
C'est vrai que j'ai été humiliée, dit-elle, c'est vrai que j'ai été vaincue.
II n'y a plus de rayons à ma tête, il n'y a plus que du sang dans de la boue.
II n'y a plus d'épée dans ma main, ni l'égide qui était pendue à mon cou.
Je suis étendue tout de mon long sur la route et il est loisible au plus lâche de m'insulter.
Mais tout de même il me reste ce corps qui est pur et cette âme qui ne s'est pas déshonorée!
..............................................................................................................................
Monsieur le Maréchal, il y a un devoir pour les morts qui est de ressusciter.
Et certes nous ressusciterons tous au jour du jugement dernier.
Mais c'est maintenant et aujourd'hui même qu'on a besoin de nous et qu'il y a quelque chose a faire !
France, écoute ce vieil homme sur toi qui se penche et qui te parle comme un père.
Fille de Saint-Louis, écoute-le ! Et dis, en as-tu assez maintenant de la politique ?
Cette proposition comme de l'huile et cette vérité comme de l'or.."
J'ai toujours détesté la poésie de Claudel et même son théâtre qui me paraissent tous deux ampoulés et artificiels, m'ennuient absolument et n'éveillent en moi aucune émotion, mais là ce n'est plus de l'ennui , ni une lassitude agacée devant les faux semblants de la rhétorique censés "représenter" l'émotion, non, c'est de la colère à l'état brut: voici de la poésie de propagande, et la pire, et la plus basse.
Claudel n'a pas seulement été une ordure avec sa soeur Camille, il l'a été à l'égard de tout un peuple et de son art même.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          132
zohar
  24 mai 2011
Dans la poésie, la découverte du « sens » des choses passe par l'interprétation des signes que le poète nous donne à voir ! Et, « Il suffit d'ouvrir les yeux à ce qui est ...», comme le ferait un grand poète pour y puiser son inspiration.
Dans cette condition, la métaphore n'est plus une question (ou un jeu) de rhétorique : elle « résulte de la seule existence conjointe et simultanée de deux choses différentes (Art-poétique). »
Et n'est-ce pas déjà une métaphore que l'existence conjointe et simultanée du poète et de ce qu'il voit, et des choses qu'il connaît ?
C'est dans les Cinq grandes odes que l'on trouvera la défense et l'illustration de la « théorie de la parole » de P.Claudel. Car au « je ne sais plus parler » de Rimbaud, Claudel répond, ici dans ce recueil, par une affirmation triomphante : « J'ai trouvé le secret ; je sais parler ; si je veux, je saurais vous dire / Cela que chaque chose » veut dire !
Non pas seulement la signification d'un symbole (vague et changeante) mais aussi le sens affecté à chaque chose par le créateur.
Claudel a voulu mêler dans ce recueil sa vie présente et passée : l'apparition d'Erato, confondue avec celle de « l'amie sur le navire » à la fin des « Muses », le soulèvement des eaux désirantes et le flot des larmes dans «  L'Esprit et L'Eau », sont là autant d'aveux que magnifie le drame, Partage de midi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Imelda75
  17 novembre 2012
Tout de suite les grands mots ! On ne convoque par Orphée comme ça d'un coup de baguette, on n'y accole pas une épithète qui en jette, sans avoir réfléchi. Oui. Mais Orphée, c'est celui qui de sa lyre pleure Eurydice et fonde par là même la poésie, c'est celui que les Muses ont enterré (je vous assure, j'ai lu ça quelque part), celui qui crée le lyrisme : lyre/lyrisme, il y a comme un rapport. le lyrisme évoque en poésie des sujets spirituels ou existentiels. Quand à l'homme mystique, c'est celui qui a une foi religieuse intuitive.

Le charmant Claudel (oui je sais il a laissé tomber sa soeur Camille en hôpital psychiatrique, ne me le rappelez pas à chaque fois), diplomate en Europe et en Asie au moment où il écrit les Cinq grandes odes, entre 1900 et 1910, incarne absolument cette intuition spirituelle. Celle-ci s'exprime grâce à son verset, une forme de vers libre inspiré du verset biblique, dont le blanc à la fin de chacun dessine un souffle. Ce verset acquiert sa propre logique, sa musique interne alors que chaque mot surprend, frappe et vole.
Suite de la critique sur le blog :
Lien : http://carnetsdimelda.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
MagdaB
  01 juillet 2014
Le seul Paul Claudel qui ne soit pas imbuvable.
(là, on se contente d'avaler la poussière "de ce qui fut Ninive")
Commenter  J’apprécie          20
Aude_85
  18 avril 2015
Commenter  J’apprécie          22
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
PouicpouicPouicpouic   07 septembre 2012
Ainsi subitement du milieu de la nuit que mon poème de tous côtés frappe comme l'éclat la foudre trifourchue ! Et nul ne peut prévoir où soudain elle fera fumer le soleil, Chêne, ou mât de navire, ou l'humble cheminée, liquéfiant le pot comme un astre !

O mon âme impatiente ! nous n'établirons aucun chantier ! nous ne pousserons, nous ne roulerons aucune trirème

Jusqu'à une grande Méditerranée de vers horizontaux,......

Rien de tout cela ! toute route à suivre nous ennuie ! toute échelle à escalader !

O mon âme ! le poème n'est point fait de ces lettres que je plante comme des clous, mais du blanc qui reste sur le papier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
PouicpouicPouicpouic   07 septembre 2012
Les Neuf Muses, et au milieu, Terpsichore !
Je te reconnais, Ménade ! Je te reconnais, Sibylle ! Je n'attends avec ta main point de coupe ou ton sein même
Convulsivement dans tes ongles, Cuméenne dans le tourbillon des feuilles dorées !
Mais cette grosse flûte toute entrouée de bouches à tes doigts indique assez
Que tu n'as plus besoin de la joindre au souffle qui t'emplit
Et qui vient de te mettre, ô vierge, debout !
Point de contorsions : rien du cou ne dérange les beaux plis de ta robe jusqu'aux pieds qu'elle ne laisse point voir !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Aurel82Aurel82   18 mai 2017
Le dernier rêve s’est enfui,
Une lune sans couleur
Trépasse au fond de la nuit.
Qu’ai-je fait de la douleur?
Le jour nouveau, il a lui !
Vite, levons-nous sans bruit !
Quelle est cette divine odeur?
Le dernier rossignol s’est tu
Turlututu !
Il est cinq heures du matin.
Un ange chante en latin.
Juin pendant que je dormais
S’est mis à la place de mai.
C’est lui qui vient de m’octroyer
Cette rose de pleurs noyée.
La terre a reçu le baptême.
Bonjour, mon beau soleil, je t’aime !
Un peu mouillé mais tout neuf,
Le voici qui sort de son œuf,
Rouge comme un coquelicot.
Cocorico !
Tant de gaîté, tant de rire,
La caille qui tirelire,
Le bœuf et le gros cheval
Qu’on mène chez le maréchal,
Comme un enfant à mon cou
Le baiser du vent sur ma joue,
Tant de clarté, tant de mystère,
Tant de beauté sur la terre,
Tant de gloire dans les cieux,
Que plein de larmes le vieux
Poète reste à quia
Alléluia !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
michfredmichfred   02 juin 2015
De nouveau après les longues routes terrestres,
Voici l’Ode, voici que cette grande Ode nouvelle vous est présente,
Non point comme une chose qui commence, mais peu à peu comme la mer qui était là,
La mer de toutes les paroles humaines avec la surface en divers endroits
Reconnue par un souffle sous le brouillard et par l’œil de la matrone Lune !
Commenter  J’apprécie          100
JudithbouJudithbou   20 juillet 2015
Restez avec moi Seigneur, parce que le soir approche et ne m'abandonnez pas !
Ne me perdez point avec les Voltaire, et les Renan, et les Michelet, et les Hugo, et tous les autres infâmes !
Leur âme est avec les chiens morts, leurs livres sont joints au fumier.
Ils sont morts, et leur nom même après leur mort est un poison et une pourriture.
Commenter  J’apprécie          71
Videos de Paul Claudel (158) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Paul Claudel
Mort de Jésus sur la Croix, Paul Claudel dit par Jean Negroni
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les titres des pièces de Paul Claudel

Quel est le titre correct ?

Potage de midi
Partage de midi
Carnage de midi
Bardage de midi

11 questions
20 lecteurs ont répondu
Thème : Paul ClaudelCréer un quiz sur ce livre