AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782021099850
384 pages
Éditeur : Seuil (22/08/2013)

Note moyenne : 3.42/5 (sur 77 notes)
Résumé :
Le jeune David et Simón, son protecteur, sont arrivés – on ne sait d’où – par bateau au camp de Belstar, où ils ont été reconditionnés afin de s’intégrer dans leur nouveau pays : nouveaux noms, nouvelles dates de naissance (âge de 5 ans attribué à David, 45 à Simón), mémoire lavée de tous souvenirs, apprentissage rapide de l’espagnol, langue du pays. Puis ils ont traversé le désert et ont atterri au Centre d’accueil de Novilla, où les services publics leur allouent ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (22) Voir plus Ajouter une critique
bilodoh
  11 septembre 2014
Malgré son titre, rien de religieux dans ce délicieux roman du lauréat du prix Nobel 2003. Il s'agit plutôt d'une étrange fable, un conte philosophique dans un pays imaginaire.
Dans la ville où l'homme et l'enfant arrivent, la mémoire des immigrants est effacée pour leur permettre de prendre un nouveau départ. On leur donne aussi une nouvelle identité, un travail et un logement. On suivra leur intégration et leur vie dans ce milieu d'accueil.

Un monde tiède. On y trouve bienveillance, plutôt que passion. le plaisir n'y est pas un objectif : les vêtements stricts, la nourriture fade, le sexe fonctionnel. Pas de passé, mais pas non plus de projets d'avenir, pas de regrets, ni de rêves.

Sans lourdeur, dans un ton quasi ludique, ce contexte permet toutes sortes de réflexions. Sur l'immigration par exemple, ce qu'on peut ressentir lorsqu'on dépend de la bureaucratie, qu'on doit maîtriser une nouvelle langue, s'adapter sans regarder en arrière et prendre une nouvelle identité.

Sur l'éducation des enfants, rigidité ou liberté, conformisme ou imagination.
Sur le rôle des parents, des géniteurs à l'amour maternel.

Sur le travail, qui libère, mais qui asservit. Sur la machine qui peut remplacer l'effort physique, mais éliminer le gagne-pain des travailleurs.

Et même sur la philosophie, sur l'essence des objets, la vie et la mort, ou sur l'infini mathématique.

Un coup de coeur et une titillation de l'esprit…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          560
jeandubus
  30 novembre 2013
J'aime la métaphore lorsqu'elle atteint la dimension allégorique et ce livre prend une telle hauteur qu'il arrive sans effort à convaincre le vieil athée que je suis depuis l'âge de raison.
L'âge de raison c'est celui du « garçon » qu'accompagne L' « homme » débarquant en terre inconnue qui ont tous deux le choix d'un prénom et d'un âge et qu'on appelle respectivement David et Simón.
Simón sait qu'il découvrira la mère de David au premier regard. S'il se considère comme le parrain du garçon de cinq ou six ans égaré sans identité sur le bateau le conduisant à Belstar, port d'attache de la terre inconnue, il sait aussi que le garçon a besoin d'une mère. Simón souffre de la mémoire de sa mémoire enfuie. Il lutte pour s'intégrer aux groupes particulièrement vertueux et fraternels qui les accueillent.
Sur cette terre inconnue on parle español. L'homme et le garçon apprennent cette langue. Simón est docker et transporte des sacs de grains, Simón et David habitent un petit appartement dans la barre est de Novilla près du port. Simón rencontre Inés et décide que Inés est la mère de David.
David a donc un père et une mère qui ne sont pas ses parents biologiques. Inés, vierge, aime David comme une mère, « plus que tout » et Simón travailleur et exilé aime David comme un père mais préfère rester en retrait pour le bonheur de David.
Lorsque David doit aller à l'école, lorsqu'il a peut-être six ans, les problèmes d'insertions se posent parce que les professeurs n'ont que des références conformes à un savoir transmis par les aînés. Or il se trouve que pour David une pomme plus une pomme ne font pas deux pommes. David considère que dans cette formule simple il y a une fracture entre un et deux. David a donc une avance vertigineuse en termes de mathématiques.
(Chacun sait d'ailleurs que une pomme plus une poire ne font pas deux pommes-poires ou bien alors font deux « fruits », ce qui est très différent de la formulation « pomme » initiale, et que l'arithmétique ne sait pas résoudre cette équation sauf par des pirouettes amusantes).
David ne peut donc rester à l'école puisqu'il est plus savant que ses maîtres. Et ces derniers veulent l'envoyer dans un centre spécialisé. Les « savants conformistes » apparaissent comme les seules personnes non fraternelles de la communauté, capables de lancer la machine judiciaire et policière, tant leur crainte d'être découverts est grande.
Ne restent alors que la fuite de tous et l'émancipation inéluctable de David qui commence à désigner des frères un peu partout.
Dans cet élan prosélyte commence à naître chez le lecteur extasié, une petite envie de « fessée » pour ce martien qui n'est pourtant pas coupable de l'être !
De dimension universelle cette fable où chaque rôle est parfaitement distribué est merveilleusement écrite et fourmille de belles choses, de raisonnements simples qui emportent l'adhésion.
Merci au traducteur d'avoir traduit "The" en "une" dans le titre...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
isabelleisapure
  03 janvier 2015
Le roman débute par l'arrivée d'un homme et d'un enfant, des immigrés venus par la mer dans un pays inconnu. Sur le bateau David a perdu la lettre qui devait le conduire à sa mère dont il a été séparé dans des circonstances mystérieuses. Simon qui se trouvait sur le même bateau a pris le petit garçon de cinq ans sous son aile et a décidé de l'aider à retrouver sa mère.
Arrivés à destination, les voici accueillis au centre de Novilla où les services publics les aident à s'intégrer. Travail, logement, amitié : tout se passe pour le mieux grâce à la bonne volonté de tous. le vieil homme n'a cependant qu'une idée en tête, trouver une mère pour l'enfant, n'importe laquelle, pourvu qu'elle lui plaise, à lui.
Il confiera finalement son petit compagnon à Ines rencontrée par hasard et poursuivra son chemin dans un monde irréel, parfait, trop parfait pour être crédible.
J'ai un avis mitigé après la lecture de ce roman, je n'ai pas été séduite par cette histoire même si l'écriture reste fluide et agréable, les personnages m'ont parus sans consistance. Mais je crois surtout que je suis passé complètement à côté du message qu'a voulu délivrer l'auteur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
MarianneL
  11 septembre 2013
Dois-je toujours être capable, d'aimer ou pas, un livre ? Fable sombre, intrigante, irritante, rarement lecture m'a laissée si perplexe.
Après un passage par un camp de refugiés, un homme et un enfant, Simón et David, arrivent à Novilla, ville de langue espagnole, à l'issue d'une traversée de la mer et du désert, pour y recommencer leur vie. Tous ont fui quelque chose, qu'on ne connaîtra pas. Pendant la traversée, l'enfant a perdu la lettre qui donnait l'identité de sa mère. Simon, voulant l'aider à retrouver sa mère, a maintenant l'enfant à sa charge.
Novilla est terrible et absurde. Tout le monde arrive ici, lavé de son passé, de sa mémoire, de son identité, et de ses connaissances. L'administration de la ville fournit aux arrivants un logement et un travail, mais la bureaucratie est défaillante, et sans humanité, la bonne volonté devient une arme cruelle. Simon démarre un travail sur les docks, un vrai labeur de bêtes, charriant des sacs de grain à longueur de journée sur son dos, sans utiliser les grues, pourtant disponibles, pour entreposer des stocks de grain qui seront ensuite dévorés par les rats.
Ce monde très policé, sans conflit ni ironie, et très bureaucratique, semble être un monde sans sel, vide de sens, un monde dans lequel plus personne ne pose de questions. Plus personne sauf Simon qui n'arrive pas à vivre cette vie sans saveur, à se débarrasser de ses passions. Il questionne sans cesse ce monde, où tous acceptent tout.
«"Du bifteck couvert de jus de viande, poursuit-il. Vous savez ce qui me surprend le plus dans votre pays ?" le ton de sa voix se fait agressif ; il serait plus sage d'en rester là, mais il n'en fait rien. "Tout ça manque tellement de sang ! Tous ceux que je rencontre sont si corrects, si aimables, si pleins de bonnes intentions… Personne ne jure ou ne se met en colère. Personne ne se soûle. Personne même n'élève la voix. Vous vivez de pain, d'eau et de pâte de haricots et vous prétendez être rassasiés. Comment cela se peut-il, d'un point de vue humain ? Est-ce que vous mentez ? Est-ce que vous vous mentez à vous-mêmes ?"»
L'homme, obsédé de son désir de retrouver la mère de l'enfant – dont il ne sait rien – le confie par intuition à la garde d'une femme, Inès, qui va le protéger, l'étouffer, l'aduler, le retirer de l'école où il n'apprend rien et se rebelle contre l'autorité du maître. Elle va se dresser contre l'administration qui veut envoyer l'enfant dans un établissement scolaire spécialisé. L'enfant est différent. Est-il exceptionnel, ou bien inadapté ? Inès croît en lui, Simon est partagé.
"Une enfance de Jésus" pourrait rappeler "La route", mais n'est-ce pas plutôt une métaphore de la foi ?
Alors, comme pour la foi, JM Coetzee laisse de nombreuses questions, sans aucune réponse : À nous de décider, à quoi nous voulons croire. Et débrouillez-vous tout seul, l'écrivain n'est pas Dieu…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
eckmuhl
  14 mars 2015
« Et pourquoi ne cesse-t-il de se poser des questions, au lieu de simplement vivre, comme tout le monde ? »
Une enfance de Jésus est le livre des questions sans réponses. Coetzee, Prix Nobel de littérature 2003, offre ici un conte à la limite de la parabole philosophique.
David et Simon, voilà les noms qu'ils ont reçus en arrivant ici. Ils ne les ont pas choisi, tout comme le rôle qui leur a été confié. L'ici ? Une île hispanophone mystérieuse, où la bienveillance est reine et où la passion semble proscrite. le dieu local ? Une bureaucratie tout aussi inébranlable qu'inatteignable. David et Simon ont débarqué après un voyage en bateau, fuyant un passé dont nous ne saurons rien. Lors de cette traversée salvatrice, l'enfant a perdu la lettre contenant le nom sa mère et Simon a fait la promesse de les aider à se retrouver.
« ‒ Une conviction, une intuition, une illusion – quelle est la différence quand on peut mettre cela en question ? T'est-il jamais venu à l'esprit que si nous suivions toutes nos intuitions, le monde tomberait dans le chaos ? »
Alors que ce peuple, lavé de tout souvenirs semble admirablement adapté à cette vie grisâtre, les deux héros souffrent de leur mémoire. Face à l'impossibilité de faire taire ces éclairs de lucidité, ils tentent tant bien que mal de faire accepter leurs idéaux. Par ces petites révoltes de l'esprit, ils nous invitent à des réflexions sur l'éducation, la filiation, la rentabilité, la place de la technique ou encore l'infini. Lorsque les habitants de l'île s'interrogent bassement sur le degré de « chaisité » d'une chaise, Simon, lui, explore les possibles et multiplie par conséquent les ennuis.
Vient alors l'épisode de la rencontre avec la « mère » de l'enfant ; une femme, choisie en un regard par un Simon un peu trop sûr de lui. Dès leur rencontre, le rythme de cette fable énigmatique s'accélère et le trio se détache peu à peu du de ce monde imaginaire qu'ils ne parviennent à accepter, chacun perdu dans ses propres illusions.
« Il ne lit pas les livres comme les autres et refuse d'accepter que 2 et 2 égalent 4 « Il ne suit pas les étapes que nous faisons, quand nous comptons. C'est comme si les nombres étaient des îles flottantes sur une mer de néant, vaste et noire, et comme si, chaque fois, on lui demandait de fermer les yeux et de se lancer dans le vide. »
L'issue est fatale, donc un peu prévisible, mais ses interprétations restent multiples. C'est au lecteur de décider ce qu'il veut croire, et c'est pourquoi on peut y voir, en un sens, une métaphore de la foi. Une filiation tombée du ciel, un père adoptif aimant et un enfant spécial qui provoque des passions là où elles ne devaient plus exister. Une enfance de Jésus ? Peut-être, peut-être pas.
Sous l'ombre de Cervantès, et dans le sillage d'un nouveau Beckett, Coetzee signe ici une fable hautement énigmatique, où les sens prédominent en conséquence du flou artistique que constitue l'univers conté. Les grandes thématiques de la condition humaine sont finalement soumises à réflexion sans jamais être véritablement citées, grâce à un outil symbolique particulièrement bien manié. Bref, un conte suffisamment efficace pour titiller nos convictions.
« Tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles ». Alvaro fronce les sourcils. « Ce n'est pas un monde possible ; dit il. C'est le seul monde. Que cela en fasse le meilleur, ce n'est si à toi ni à moi d'en décider. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          51


critiques presse (4)
Lhumanite   25 novembre 2013
Ce beau roman énigmatique s’inscrit dans la durée d’une œuvre déjà considérable.
Lire la critique sur le site : Lhumanite
LaPresse   30 septembre 2013
Le roman de l'auteur sud-africain est à la fois étrange et envoûtant, d'une fluidité étonnante et d'une poésie pleine de fraîcheur.
Lire la critique sur le site : LaPresse
Culturebox   23 août 2013
Un roman politique et poétique, qui laisse sans son sillage une impression étrange et envoûtante.
Lire la critique sur le site : Culturebox
LaLibreBelgique   20 août 2013
Un récit d’une simplicité biblique, comme un conte, mais d’une grande beauté et d’une richesse insondable car cette simplicité est le fruit d’un long travail de décantation et d’une longue expérience de vie. Un livre qui évoque le désir, la maternité, la paternité, l’utopie, l’amour, la séparation, en laissant chaque fois la part d’ombre et de mystère que ces thèmes charrient.
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
bilodohbilodoh   11 septembre 2014
Les enfants vivent dans le présent, pas dans le passé. Pourquoi ne pas prendre exemple sur eux? Au lieu d’attendre d’être transfiguré, pourquoi ne pas essayer d’être de nouveau un enfant? (p. 197)
Commenter  J’apprécie          230
PiertyMPiertyM   20 janvier 2015
Les choses ne sont pas faites pour durer éternellement, dit-il. Chaque chose a une fin naturelle. Cette tasse a eu une bonne vie; il est temps pour elle de se retirer et de faire place à une tasse neuve.
Commenter  J’apprécie          180
bilodohbilodoh   09 septembre 2014
[…] Tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles. »

Alvaro fronce les sourcils.

« Ce n’est pas un monde possible, dit-il, c’est le seul monde. Que cela en fasse le meilleur, ce n’est ni à toi ni à moi d’en décider.
(p. 64)
Commenter  J’apprécie          140
littleonelittleone   21 octobre 2013
Tout le monde arrive dans ce pays comme un étranger. Je suis arrivé comme un étranger.Tu es arrivé comme un étranger. Inès et ses frères ont été aussi des étrangers. Nous sommes venus de divers endroits, de passés divers, en quête d'une nouvelle vie. Maintenant nous sommes tous ensemble dans le même bateau. Alors il faut que nous nous entendions. Une des façons de s'entendre les uns avec les autres est de parler la même langue. C'est la règle. C'est une bonne règle que nous devrions respecter. Pas seulement respecter, mais respecter de bon coeur, pas comme une mule qui refuse d'avancer. De bon coeur et avec bonne volonté.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
bilodohbilodoh   11 septembre 2014
« Il y a deux écoles de pensée sur la façon d’élever les enfants, Eugenio. L’une prescrit de les modeler comme de l’argile pour en faire des citoyens vertueux; l’autre dit que nous ne sommes enfants qu’une seule fois, et qu’une enfance heureuse est la base d’une vie ultérieure heureuse. […] »
(p.341)
Commenter  J’apprécie          100

Videos de J. M. Coetzee (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de J. M. Coetzee
L'acteur britannique de 59 ans ans, qui fut pendant dix ans le directeur artistique du Globe Theatre à Londres, est venu présenter à Deauville le film Waiting for the Barbarians de Ciro Guerra, adapté du roman de l'écrivain sud-africain J.M. Coetzee. Dans ce film, Mark Rylance incarne le personnage du Magistrat, qui assiste impuissant à la mécanique de destruction sadiquement mise en place sous ses yeux par le colonel Joll (Johnny Depp), face à une prétendue invasion barbare... Héros de la série Dans l'ombre des Tudors, nouveau chouchou de Steven Spielberg - qu'il a dirigé dans le Pont des espions, le Bon gros géant ou Ready Player One -, le comédien répond à notre questionnaire sur petits papiers colorés, en évoquant son rôle dans Dunkerque, de Christopher Nolan, ou sa collaboration avec Patrice Chéreau.
+ Lire la suite
autres livres classés : immigrationVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

J.M. Coetzee, qui êtes-vous ?

Dans quelle ville est-il né ?

Londres
Adélaïde
Saint-Pétersbourg
Le Cap

10 questions
18 lecteurs ont répondu
Thème : J. M. CoetzeeCréer un quiz sur ce livre