AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782357204638
Éditeur : HC Editions (07/03/2019)

Note moyenne : 3.52/5 (sur 78 notes)
Résumé :
L'auteur d' Un long moment de silence revient avec un roman noir qui flirte avec la littérature générale. Emily vit seule en Italie où elle passe ses journées à trouver le mot juste - elle est traductrice littéraire de métier - et à faire parler les chiffres qu'elle affectionne. Mais surtout, elle passe ses journées à attendre.

614 jours qu'elle attend. Presque deux années à se repasser en boucle la dernière journée d'Éric. En apparence un jour comme... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (47) Voir plus Ajouter une critique
Kirzy
  16 mars 2019

Un point de départ très banal, une disparition.
Des personnages banalement ordinaires ( la compagne du disparu, son ami geek, des journalistes d'investigation entre autres ) qui n'ont rien de héros.
Et pourtant, Paul Colize parvient à tisser un intrigue très personnelle.
Un tour de force que de transformer toute cette banalité initiale en minutieuse toile d'araignée entremêlant plusieurs temporalités, plusieurs lieux, plusieurs points de vue pour en faire un quasi thriller sans serial killer, ni flic borderline, ni hémoglobine. La classe ! Chaque chapitre recèle une micro pièce du puzzle  ; on sent que chaque mot est à sa place, la place juste. Toutes les portes ouvertes sont refermées mais sur un rythme lent qui emplit de doute le lecteur et l'accroche encore plus. L'écriture de Paul Colize est un vrai atout pour donner de l'épaisseur aux événements, à la fois précise et élégante, avec une touche d'humour distancié.
Tout est pesé dans cette quête de la vérité. Mais l'auteur prend des chemins de traverse. Car en fait, ce n'est pas vraiment l'élucidation de la disparition de l'universitaire qui semble intéresser l'auteur. le dénouement est même presque trop rapide au final. Non, ce qui est passionnant, c'est la quête de vérité qui anime les autres personnages, à commencer par les deux journalistes acharnés qui enquêtent pour savoir qui sont les responsables de la disparition ( bel hommage au journalisme d'investigation et aux lancers d'alerte ) et surtout Emily, la dernière compagne, tour à tour touchante, horripilante, toujours énigmatique voire suspecte, profondément ambigüe. J'ai adoré ce personnage de prime à bord peu aimable mais qui dans sa quête de la vérité sur la disparition de son compagnon finit par comprendre qui elle est et à reprendre sa vie en main.
Un roman original, loin de toute sensation de déjà lu. Je suis ravie d'avoir rencontré l'univers de cet auteur belge !

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          944
nameless
  21 octobre 2019
Toutes les personnes dont la vie n'est pas un long fleuve tranquille le savent, c'est souvent au cours d'un jour comme les autres que sans préavis, l'existence bascule. Le matin, tout va bien ; le soir l'on sait que rien ne sera jamais plus comme avant. Emily a vécu ce traumatisme lorsque son compagnon Eric, professeur d'université bruxellois a quitté un matin, comme d'habitude, leur domicile, et n'est jamais rentré. Deux ans que tel un évaporé japonais, Eric s'est volatilisé sans qu'Emily parvienne à l'imaginer mort. Emily attend l'homme qu'elle aime, réfugiée à Ranco au bord du lac Majeur où elle promène son chien et prend des cours de chant en s'adonnant mollement à son métier, la traduction. Emily attend, un signe, un rebondissement, un élément nouveau qui ne viendra pas de la police, puisque pour elle, l'affaire est quasi-classée avec la certitude d'une disparition volontaire. Alors qui s'intéresse à ce fait divers banal ? Michel, féru d'affaires criminelles et créateur d'un blog aux nombreux followers ? Massimo, un prêtre radié des ordres parce qu'il a aimé ? Letizia, amie discrète et professeure de chant d'Emily ? Axelle, qui prétend avoir croisé Eric après sa disparition ? Ou plus sûrement deux journalistes du quotidien Le Soir, Fréderic Peeters, et surtout Alain Allemand, personnage essentiel du roman qui existe dans la vraie vie, récompensé par le Prix Pulitzer pour ses investigations sur les Panama Papers, entre autres... Total respect !

Quelle découverte pour moi ! Paul Colize a construit son roman en 4 actes, comme un opéra, sans tueur en série, sans scène glauque, sans flic déprimé et alcoolique. Les informations sont distillées petit à petit, laissant le lecteur s'interroger sur la culpabilité possible de chaque intervenant. L'auteur écrit avec un scalpel, tous les mots sont beaux et bien choisis, aucun n'est inutile et c'est avec une précision chirurgicale qu'il décrit dans les moindres occupations quotidiennes la douleur de l'attente et du doute, tout en élargissant lentement, sans avoir l'air d'y toucher et de manière crédible, son intrigue intimiste et familiale jusqu'à un scandale planétaire qui ne concerne pas uniquement nos amis belges. Tout ce que je peux ajouter sans déflorer l'histoire, c'est que des journalistes tels qu'Alain Allemand, prix Pulitzer dans the real life, je le rappelle pour le plaisir, manquent cruellement dans le paysage médiatique français, bourré d'hagiographes et autres adorateurs serviles. Lisez Paul Colize vous comprendrez, à bon entendeur, salut !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          6511
iris29
  04 octobre 2019
J'ai connu Paul Colize avec son roman , "L'avocat, le nain et la princesse masquée", et depuis, j'essaie de retrouver dans ses oeuvres, un peu de la magie, de l' humour qu'il y avait dans ce livre. Je ne l'ai pas retrouvée non plus, dans " Back up", ( mais comme cela parlait de rock, j'avais été séduite. )
Avec " Un jour comme un autre", dont la structure est construite comme un opéra, je suis restée un peu sur le carreau, (je n'y connais rien en opéra, ce doit être pour ça.)
Cela fait 2 ans qu'Emily attend...
Qu'elle attend son homme , parti un beau matin, et porté disparu depuis. Il était avocat international, très engagé dans des causes humanitaires . Aucune piste depuis...
Et l'on suit les recherches d'Emily qui s'est rapprochée d'un homme qui dirige un site dédié aux disparus.
Elle+ lui + les voix de deux journalistes, d'un tueur, d'un prêtre : font de ce roman choral, un récit assez inégal . Je n'ai pas compris par exemple, qui le tueur allait tuer sur la fin c'est ballot !). J'ai lu en diagonale toutes les lettres du prêtre , tellement je m'y ennuyais. Trop de personnages, aboutit à trop d'éparpillement ...
Emily est un personnage que l'on est sensé prendre en empathie, mais elle est trouble et assez agaçante. Seul le duo de journalistes a su m'accrocher. J'aurais préféré que l'enquête tourne autour de leurs recherches et de l'attente d'Emily, cela m'aurait suffit et aurait "resserré " l'action.
Car le sujet de ce roman, c'est l'attente, 'attente insupportable des proches, de celles qui rendent fous... Et cela est fort bien rendu .
C'est un roman presque ascétique, sobre, dépouillé . On va dire qu'il se mérite...
Pas vraiment un roman noir, mais certainement un roman policier original, à la petite musique personnelle ....
Challenge Mauvais Genres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          490
michfred
  30 octobre 2019
Voilà un roman noir qui m'a fait fait penser à une boule à
facettes, tournoyant sur elle-même et offrant des points de vue parcellaires, aigus et changeants sur les danseurs évoluant sur la piste de danse..
Je ne connaissais pas Paul Colize mais j'ai apprécié son humour caustique, ses chapitres courts et percutants, sa parfaite maîtrise des sujets et des milieux abordés. La langue est sobre, tenue sans afféterie, vive sans vulgarité. Les personnages bien croqués se complexifient à mesure que tourne la boule à facettes: certains bons samaritains ne sont pas dénués de mauvaises intentions, certaines filles à papa égocentriques et gâtées sont prêtes à encaisser les coups durs et à courir de sacrés risques, des bellâtre italiens à qui l'on ne donnerait pas le bon Dieu sans confession le mériteraient pourtant, même s'ils écrivent comme Paul Géraldy. ..
Bref, cette enquête au long cours sur une disparition -non élucidée et quasiment classée- va nous mener des bords des lacs suisses à la ville de Bruxelles, et d'une affaire privée à un scandale d'état. Mené tambour battant, sous la baguette du maestro Colize, grand amateur d'arias lyriques et d'opéra!
Une belle découverte due à Nameless, experte en cadavres exquis et en polars hors du commun!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          455
Crossroads
  20 avril 2020
Arf, je me sens tout écartelé au sortir de ce Colize.
D'un côté, le sentiment d'avoir parcouru un honnête polar sans prétention tout en n'ayant jamais succombé à l'esquif de l'ennui.
De l'autre, la certitude d'avoir déroulé le fil d'une enquête d'une vacuité presque absolue.
Un prof d'université a disparu. Madame s'inquiète, et on la comprend.
Un journaliste se fait fort de retrouver sa trace, et on le comprend itou. En même temps, c'est un p'tit peu son taf', alors.
S'en suivront quelques 440 feuillets piquants à défaut d'être follement excitants.
La frustration provient également du fait qu'à la découverte du pourquoi du comment, sacré colonel moutarde... qui ne me montera, hélas, jamais au blair, il y avait largement matière à développer une intrigue autrement plus mordante et instructive.
Dommage.
J'aurais préféré un Colize comme les autres. Back up, Un Long Moment de Silence, Concerto pour Quatre Mains sont autant de bonheurs de lecture.
Il ne sera finalement qu'un Colize non réclamé. Retour à l'expéditeur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          422

critiques presse (2)
LeDevoir   12 juillet 2019
L’écriture fine et intimiste de Paul Colize donne chair à des êtres d’une affolante sensibilité ou d’une provocante inconscience.
Lire la critique sur le site : LeDevoir
LeSoir   11 février 2019
Paul Colize ne cesse au fil des pages d’élargir le décor et le cercle de ses personnages.
Lire la critique sur le site : LeSoir
Citations et extraits (35) Voir plus Ajouter une citation
hcdahlemhcdahlem   25 juin 2019
Dès le début de l’affaire, plusieurs éléments avaient déconcerté les enquêteurs. Pour commencer, ils n’avaient décelé aucune trace du passage de Deguide à l’aéroport.
Avant les attentats du 22 mars 2016, il n’était pas possible d’obtenir ces informations, sauf si l’on pouvait préciser le nom de la compagnie aérienne ou la destination choisie. Ces données étaient d’autant plus difficiles à récolter s’il s’agissait d’un départ de dernière minute et si aucun bagage n’avait été enregistré. Aucun rendez-vous n’avait été noté dans son agenda le jour de sa disparition et personne ne s’était inquiété de son absence à une quelconque réunion. L’examen de sa messagerie électronique et de son compte bancaire n’avait apporté aucune information supplémentaire, pas plus que l’audition de ses confrères, de sa famille et de ses amis. Le rapport de téléphonie ne présentait aucun appel inconnu, ni émis, ni reçu. L’arrêt de l’activité s’était produit le 14 novembre à 8 h 45, heure à laquelle l’appareil avait été géolocalisé pour la dernière fois à Ixelles. Cela signifiait qu’il avait été coupé, que la batterie avait été enlevée ou qu’il avait été détruit. Enfin, la Saab de Deguide avait été découverte dans le parking de Zaventem, mais ne semblait jamais y être entrée. La police avait visionné les vidéos, mais n’avait trouvé aucune image. Elle n’apparaissait nulle part, comme si elle avait rejoint son emplacement par téléportation. Lorsqu’elle avait été retrouvée, Emily s’était immédiatement rendue à l’aéroport. Elle avait constaté que le siège côté conducteur avait été avancé alors qu’il était habituellement reculé au maximum considérant la taille de Deguide. De nombreuses empreintes digitales furent prélevées dans l’habitacle en plus de celles de Deguide et d’Emily, mais le volant, le pommeau de changement de vitesse et les poignées des portières avaient été nettoyés avec soin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
iris29iris29   03 octobre 2019
A son retour [ de captivité ], meurtri, diminué, le journaliste français [ Jean- Pierre Kauffmann ] a déclaré avoir survécu grâce à quelques livres qu'un de ses geôliers lui avait laissés, dont la Bible et le deuxième tome de Guerre et Paix de Tolstoï qu'il a lu et relu vingt-deux fois à la lueur d'une bougie.
Commenter  J’apprécie          180
iris29iris29   05 octobre 2019
Alain accordait peu de crédit aux éloges posthumes.
Les morts avaient tendance à se bonifier une fois leur dernier souffle rendu. Ils retrouvaient soudain leur virginité et regorgeaient de vertus. Leurs défauts notoires devenaient des qualités. Les emmerdeurs se transformaient en passionnés, les faux-jetons en diplomates, les fainéants en contemplatifs.
Ce discours le fatiguait.
Commenter  J’apprécie          100
namelessnameless   19 octobre 2019
Le forum ne manquait pas de mythomanes, mais son expérience lui permettait de les repérer rapidement. Ils s'enferraient dans leurs mensonges, se contredisaient, multipliaient les échappatoires. Une fois démasqués, ils fustigeaient les membres et se désinscrivaient.
Commenter  J’apprécie          154
iris29iris29   03 octobre 2019
Les entreprises regorgent d'individus dans ce genre. Ils dressent avec fierté l'inventaire des gens qu'ils ont licenciés comme d'autres taillent des encoches dans la crosse de leur revolver.
Commenter  J’apprécie          162
Videos de Paul Colize (15) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Paul Colize
Commandez les coups de coeur de nos libraires sur filigranes.be !
Les livres dans l'ordre : "À vendre ou à louer" de Valentine de le Court, Éditions Mols "Et les vivants autour" de Barbara Abel, Éditions Belfond "Toute la violence des hommes" de Paul Colize, Éditions HC "Siège 7A" de Sebastian Fitzek, Éditions L'Archipel
autres livres classés : disparitionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1864 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre
.. ..