AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2226238611
Éditeur : Albin Michel (04/01/2012)

Note moyenne : 3.99/5 (sur 44 notes)
Résumé :
« Le soleil ni la mort ne se peuvent regarder fixement, écrit La Rochefoucauld. Cela fait au moins une différence avec le sexe : le regarder fixement, voilà ce que peu d'hommes et de femmes, de nos jours, s'interdisent ou redoutent. Pourquoi, s'agissant de sexualité, est-ce pourtant cette formule qui m'est venue, jusqu'à me fournir, ou peu s'en faut, mon titre ? Peut-être parce que l'essentiel, ici aussi, échappe au regard, ou l'aveugle, tout en continuant de le fas... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Lorraine47
  17 mars 2013
L'amour est un des sujets les plus passionnants qui soient: il n'y a qu'à se plonger dans la littérature... Mais comme il est bon de lire aussi ce que nous disent les philosophes!
Ma critique ne portera que sur le premier essai d'André Comte-Sponville, il y a déjà tant à écrire! Allez, je me lance!
Nous pouvons rouler les mécaniques devant les instituts de cotation afin de ne pas perdre notre triple AAA, nous petits Français!
Mais que sommes-nous face aux Grecs, qui eux ont trois mots pour désigner l'amour quand nous n'en avons qu'un seul!
Éros tout d'abord, ou l'amour passion: pas besoin de faire de grands dessins pour expliquer celui-ci: il nous a donné l'érotisme.
Par contre qui prétendrait expliquer clairement ce que sont "philia" et "agapè", à moins d'être un helléniste distingué?
André Comte-Sponville taille en pièce le mythe d'Aristophane qui voudrait que nous soyons à la recherche de notre "moitié" et qu'une fois trouvée nous ayons atteint notre plénitude! Il remet aussi sérieusement dans leurs en buts Socrate, Aristophane et Schopenhauer pour qui l'amour suit cette équation: amour= désir = manque et qui voudrait qu'une fois comblé l'amour se délite.
Ce serait sans compter sur la "philia", l'amour de ce qui ne manque pas: c'est l'amour entre les enfants et leurs parents mais aussi l'amour conjugal, celui que l'on éprouve pour celui qui partage notre vie.
Et là de revisiter Aristote et Spinoza: pour qui:"l'amour est désir mais pas manque, le désir est puissance et l'amour une joie".
C'est l'amour vrai et non point l'amour rêvé, même s'il est parfois difficile d'appliquer le 1+1=3 !
"Qui peut jurer d'être toujours amoureux? Autant jurer qu'on aura toujours la fièvre! On ne décide pas d'aimer, ni de n'aimer plus (l'amour ne se décrète pas); mais on peut décider d'entretenir son amour, de le nourrir, de le protéger, de le faire vivre et évoluer."
Et le spirituel dans tout cela? C'est "agapè", l'amour du prochain, la compassion. En bon athée, André Comte-Sponville avoue son incompétence en la matière et invite Simone Weill et Thomas d'Aquin pour éclairer notre lanterne.
Agapè: c'est l'amour libéré de toute concupiscence: quand on "aime vraiment l'autre pour son bien à lui et plus du tout pour son bien à soi".
Pour conclure, l'amour est un don que nous avons reçu avant d'être capable de le donner: "Merci à ceux que nous aimons: merci à eux d'exister et de nous aider à exister! "
L'amour est pluriel, l'amour est difficile, mais: "Si nous n'aimions pas aussi la difficulté, comment pourrions-nous aimer la vie?"

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          689
Hugo
  14 janvier 2014
En ces temps moroses de crise humoristique, de liberté d'expression bafouée au nom de la haine à défaut de la rose, ça sent mauvais à la main d'or, les condamnations s'accumulent d'année en année, l'humour devient ambigu, troublant, puis gênant, pour finir par devenir affligeant et malsain…
Pourtant aujourd'hui, les gens s'insurgent, se bousculent, criant à l'injustice se regroupant en masse nauséabonde devant les portes de la honte s'exclamant à qui veut l'entendre que dieudonné est drôle, sympa, pas du tout antisémite, il ne fait que dénoncer le système, le racisme et les cons comme vous, manipulés que vous êtes par les médias, nous sommes le peuple, nous sommes libres et nous sommes comme des cons devant les portes fermées du théâtre…
et putain comme par hasard ça caille cette semaine… certainement un coup des juifs tiens…
Parlez-moi de Desproges, Proust, Éboué, Guillon, Bedos, tous ces humoristes qui dénoncent l'absurdité de nos différences, là ou dieudoné cultive la haine de nos différences, les uns font de l'humour, l'autre de la politique... et moi je préfère rire que manifester... et les autres : c'est toujours eux les cons !
Donc devant tout cet amour de mon prochain que m'inspire dieudonné j'ai décidé de lire :
« Qu'est ce que l'amour ? »
André Comte-Sponville l'auteur que j'apprécie particulièrement en ce moment, nous éclaire sur ce sujet d'une manière très accessible :
Eros = amour passion suivant cette équation que je trouve formidable, formidaaaaable...
Amour = désir= manque
Ce qui implique que une fois que tu as niqué avec maman deux trois fois, que le manque n'existe plus, par conséquent le désir non plus, par conséquent l'amour non plus, par conséquent l'ennui nous gagne (Selon Platon de mémoire)
"L'homme que l'on est vraiment a tué le prince charmant pour vous rêviez qu'on soit"(ce n'est pas de moi)
Mesdames, je ne suis qu'une passion mensongère de vos rêves les plus fous..
"La vie oscille, comme un pendule, de la souffrance à l'ennui" (Schopenhauer)
Oui mais moi j'aime choupette, et je donnerai ma vie pour elle, enfin bien sur si ça ne fait pas mal…
Alors il nous parle de Philia = amour amitié, amour marital, joie dans la puissance, le bonheur…
Le voilà le vrai amour, la complicité, meilleurs amis, meilleurs amants, partage, joie et donc bonheur…
- Moi : je t'aime choupette
- Choupette : putain mais va te faire enculer, t'as encore pissé à côté…
- Moi : eh mais c'est toi va te faire…. Heureusement que t'es enceinte... salope….
- Choupette : Quoi ….
- Moi : Non rien…

« Un ami est une personne qui nous aime même quand elle nous connait »

Et enfin Agapè : amour de dieu, charitable aimer tout le monde comme on s'aime soi-même… pour ma part ce n'est plus de l'amour mais de la compassion, une morale, bah oui je suis athée…
Alors j'ai schématisé de manière très grossière, mais c'est super intéressant à lire, vraiment, j'ai trouvé ça très juste et surtout accessible… Il existe sur internet une conférence sur l'amour de Sponville d'où découle ce bouquin…
La deuxième partie sur le sexe et la mort est beaucoup moins captivante donc forcément décevante, je n'ai rien compris, trop de références à des philosophes anciens, et d'explications de textes à n'en plus finir, bref je suis passé complètement à côté…
Oui et surtout parce que je suis une quiche en philo…
Alors voilà Je ne suis pas un prince charmant… Je suis simplement moi, alors devenons amis et ensuite avec le temps, je deviendrais peut-être charmant, mais je ne serai jamais un prince…
A plus les copains
Je dédicace cet avis à junienette, qui me proposait en privé son corps nu, et bien sur j'ai dû refuser…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          3718
Aela
  17 février 2012
Comment sauver nos histoires d'amour? Comment bâtir une vie de couple satisfaisante, sans tomber dans le piège du manque ou de l'ennui?
C'est le propos de André Comte Sponville, agrégé de philosophie, dans cet essai captivant qui se lit d'une seule traite.
En effet, le désir est manque. L'amour-passion se développe autour de cette sensation de manque, manque de l'être aimé.
Lorsque la vie de couple s'installe, la présence constante de l'être aimé peut aboutir à une sensation d'ennui.
André Comte Sponville veut montrer ici qu'il peut exister des couples heureux, ceux qui réussissent à inventer une autre façon d'aimer, loin de l'amour passion de Platon, et plus dans la ligne de l'amour action de Spinoza.
Ainsi il est possible de sortir de cette quadrature "On n'aime passionnément que ce qui manque, on s'ennuie de ce qui ne manque plus."
Du manque à la joie, l'essentiel est de cultiver le désir et de sauver le couple contre les illusions de la passion amoureuse.
Une magnifique démonstration de ce philosophe de grand talent et dont le discours est toujours d'une limpidité extraordinaire. L'Homme est ainsi un animal érotique dans le sens que le sexe et l'amour, pour nous, sont des problèmes, qu'il faut affronter ou surmonter, sans les confondre ou les réduire l'un à l'autre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
Ellane92
  17 novembre 2013
"Le sexe ni la mort" est un ouvrage composé de 3 parties et 2 appendices.
La première partie, celle que j'ai trouvé la mieux réussie, s'intéresse aux différentes formes que prend l'amour : l'éros ou l'amour passion, Philia ou la joie d'aimer, et Agape ou la joie d'aimer. Comte-Sponville s'appuie sur Platon, Spinoza, Weil... pour son argumentation qui, en caricaturant, revient à dire que pour durer, l'amour doit évoluer (ce qui me fait penser au célèbre "L'amour physique est sans issue" de S. Gainsbourg (Je t'aime moi non plus)). Bon.
La seconde partie s'intéresse à la sexualité à proprement parler. L'auteur évoque les quelques philosophes qui ont pensé la sexualité, puis aborde l'érotisme et ses frontières avec la pornographie, mais aussi en tant que spécificité de la sexualité humaine. Enfin, il positionne la sexualité au regard de la morale et de la religion, thèmes récurrents de l'auteur. Dans cette partie, j'ai trouvé dommage que Comte-Sponville se "contente" de poser des philosophes ou des pensées les uns par rapport aux autres, sans pour autant tenir une thèse claire et argumentée de son point de vue.
Ces deux premières parties sont des retranscriptions de conférences données par A. Comte-Sponville. Si elles sont faciles d'accès, le langage parlé accentue les effets de style, redites, redondances... dont est friand l'auteur.
La dernière partie, "Entre passion et vertu", s'intéresse au positionnement de l'amour et de l'amitié et de l'amitié en tant qu'amour. de ce point de vue, l'amitié ne peut être que vertu, et non passion.
Enfin, les deux appendices traitent des pensées de Pascal et Weil sur l'amour.
Au final, il n'y a rien de neuf sous le soleil. Les écrits de Comte-Sponville ont le mérite d'être clairs et accessibles, permettant de revoir et positionner des concepts / idées / philosophes qu'on aurait pu oublier. L'écriture est plaisante, les formulations souvent amusantes.
J'ai pour ma part été assez surprise du recours fréquent à la théorie psychanalytique pour étayer un discours philosophique. Aussi, ça m'étonnait que ce bon vieux Dr Freud ne pointe pas le bout de sa pipe en évoquant un tel sujet !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          131
soleil
  04 avril 2015
André Comte-Sponville rédige ici des essais sur l'amour, l'amitié, la sexualité. L'amour est vu sous différents angles : Eros, Philia et Agapé.

L'auteur étaye son récit à partir des points de vue de Platon, Aristote, Spinoza.
Pour Platon l'équation est la suivante : amour = désir= manque alors qu'Aristote opte pour dire qu'aimer c'est se réjouir. Quant à Spinoza il acquiesce pour la première partie de "l'équation" de Platon mais non pour la seconde. Choisis ton camp camarade !
Au passage, n'oublions ni l'érotisme, ni la pornographie ni Dieu dans ces essais.
----------------------------------------------------
J'ai beaucoup aimé ces essais que j'ai trouvé très simples à lire et à comprendre. Certains propos me semblaient évidents comme si je n'apprenais rien mais que je redécouvrais quelque chose de su. J'ai cependant découvert certains des points de vue des philosophes dont je n'avais que peu de souvenirs (de mes classes de lycée) ou que je découvrais simplement.
L'auteur a mis beaucoup d'humour et s'est parfois servi d'exemples personnels pour illustrer ses propos.
J'ai passé un moment très agréable à lire ces essais et comme j'ai lu la majorité du livre pendant ma pause méridienne, je n'ai cessé de me lever pour aller en lire des passages à une de mes collègues chaque fois que je souriais à la lecture d'un propos.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          124
Citations et extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
HugoHugo   11 janvier 2014
« C’est d’autant plus exigeant, en l’occurrence , qu’aimer tous les beaux corps, c’est aimer les corps dont, le plus souvent, on n’aura jamais la jouissance : c’est aimer la beauté plus que la possession, la contemplation plus que le coit, disons la jouissance esthétique plus que la jouissance sexuelle. C'est en quoi cela constitue un progrès : on est passé d’un amour purement sensuel, presque physiologique (l’homme ou la femme en manque), à un amour déjà esthétique (la soif de la beauté). Dans un cas, c’est le beauf qui se dit : « Elle est bonne! » ; dans l’autre, c’est l’homme raffiné et admiratif qui se dit : « qu’est ce que les femmes sont belles ! ». N’importe qui est capable d’aimer un beau corps ; les hommes qui aiment vraiment la beauté des femmes sont moins nombreux , y compris chez les hétérosexuels, qu’on ne fait mine de le croire. » (page 73)

Et pourtant je fais partie de ces hommes là...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          5315
Lorraine47Lorraine47   16 mars 2013
PS: c'est ma dernière citation alors je me lâche!

Quel plaisir d'être troublé par l'autre, de constater qu'on le trouble, quelle émotion de percevoir la sienne, quel spectacle exquis que de le regarder nous regarder!
Quel plaisir d'être deux, de se toucher, de se caresser, de se prendre mutuellement, d'habiter cette intimité, cette dualité, cette relation à nulle autre pareille...
Commenter  J’apprécie          769
Lorraine47Lorraine47   02 mars 2013
C'est peut-être, sur l'amour, la phrase la plus bouleversante que je connaisse.
Dans Minima Moralia, Adorno écrit ceci:"Tu seras aimé lorsque tu pourras montrer ta faiblesse sans que l'autre s'en serve pour affirmer sa force."
Commenter  J’apprécie          11710
Lorraine47Lorraine47   15 mars 2013
René Char a donné de la poésie, l'une des plus évocatrices définitions (ou plutôt caractérisations) que je connaisse: elle est "l'amour réalisé du désir demeuré désir". On pourrait le dire de tout art, me semble-t-il, et c'est en quoi l'érotisme en est un ou peut l'être.
C'est la poésie des corps, en tant qu'ils sont sexués.
Commenter  J’apprécie          4313
Lorraine47Lorraine47   10 janvier 2013
Et Platon d'enfoncer le clou:"Ce qu'on n'a pas, ce qu'on n'est pas, ce dont on manque, voilà les objets du désir et de l'amour."
Commenter  J’apprécie          523
Videos de André Comte-Sponville (34) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de André Comte-Sponville
Extrait de "Petit traité des grandes vertus" d'André Comte Sponville lu par Philippe Sollier. Editions Audiolib. Parution le 21 août 2019.
Pour en savoir plus : https://www.audiolib.fr/livre-audio/petit-traite-des-grandes-vertus-9782367629360
autres livres classés : philosophieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
295 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre