AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2213625530
Éditeur : Fayard (08/02/2006)

Note moyenne : 3.69/5 (sur 18 notes)
Résumé :
Garnick est né en 1900 dans une famille arménienne. Pour son petit-fils, qui le subit avec dégoût, c'est " un clodo, une merde ". Pourtant, quelle vie ! Pour la saisir, il faut remonter à la révolution bolchevique : les Rouges ont massacré sa famille. Resté seul, le jeune Arménien rejoint les " Cosaques bouffeurs de cocos ". Commence alors une cavalcade aventureuse à travers l'Europe, l'Afrique du Nord et la Guyane, à travers un monde où l'innocence finit toujours l... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
alberthenri
  25 juin 2019
"Tripes-caca-sang" !
"La Mécanique Générale", la collection poche des éditions RING, réédite le roman de Jean-Louis Costes GRAND PERE, et ça cogne fort !
Le grand père en question, c'est Garnick Sarkissian, arménien né avec le siècle dernier.
On génocide son peuple, il en réchappe, et devient le "pogromeur pogromé" en rejoignant les cosaques blancs qui ravagent la steppe au nom de la lutte contre les bolchos.
Ce n'est que le début de sa carrière sanglante, faite de massacres et de viols…
"Un grand roman épique entre Céline et Bukowski" Nous dit Thierry Ardisson.
je suis assez d'accord avec cette formule, il y a en effet un aspect célinien au roman de Costes, ce déferlement imprécatoire rappelle-un peu- l'auteur du Voyage, mais c'est peut-être le parallèle avec Bukowski qui est le plus pertinent : scatologie, crudité, pornographie sont omniprésentes dans ce roman.
Autant le dire ; il faut avoir l'estomac bien accroché pour lire Costes, l'expression "Ames sensibles s'abstenir" s'applique parfaitement à son cas !
Cette litanie de massacres, d'horreurs, de bassesses pourrait être lassante, mais, c'est là que se révèle le talent de l'auteur, nous suivons presque malgré nous ce récit aussi glauque, dérangeant, brutal qu'il soit.
"Tripes-caca-sang"!, oui, mais du beau boulot tout de même !

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
CulturezMoi
  15 juillet 2019
⭐️ de la barbarie guerrière au HLM ⭐️
Jean-Louis Costes nous raconte l'histoire de son grand-père : Garnick Sarkissian. le moins qu'on puisse dire c'est qu'il n'y aucun pas deux Bon-Papa comme le sien. Garnick est Arménien. Il a 17 ans quand les communistes massacrent tout son village et sa famille. Seul survivant, il s'enfuit laissant derrière lui le cadavre de sa soeur empalée au clocher de l'église. Il s'engage alors dans l'armée cosaque (en faveur du retour du Tsar de Russie) pour « bouffer du coco ». Pendant trois ans, avec son « armée », il va sillonner à cheval les territoires entre la Russie et la Mer rouge. Des milliers de kilomètres aller-retour durant lesquels Garnick va tuer, violer, piller, massacrer. Comme rappelé souvent dans le roman, la doctrine de vie de Garnick sera : « tripes-caca-sang« .
Mais les « bonnes choses » ont une fin et Garnick se retrouve quelques années plus tard en France avec le statut d'immigré. Lui qui ne sait que boire, tuer et violer va pourtant se trouver une jeune fille de bonne famille à séduire. La grand-mère de Costes s'amourache de cet Arménien exotique à la moustache magnifique et aux cheveux gominés.
Avant de finir en vieillard grabataire qui bat sa femme en s'enfilant des bouteilles de rouge devant la télé, Garnick a vécu d'autres aventures. Entre la guerre du Rif au Maroc, le bagne en Guyane et la France pendant l'occupation allemande, le vieil arménien a continué une bonne partie de sa vie à faire couler le sang. Toujours l'éternel « tripes-caca-sang ».
⭐️ Plus cru tu meurs ⭐️
A la lecture des premières pages, je me suis dit : putain mais c'est quoi ce truc !!! On ne va pas se mentir : c'est cru. Très, très cru. Autant sur les scènes de meurtres que sur les scènes de viol. Costes ne nous épargne rien et nous dépeint, avec son vocabulaire et son style bien à lui, la vie grandiose de Bon-Papa, guerrier cosaque. Mais, petit à petit, je me suis laissée captiver par cette histoire unique, par cette folie et surtout, par cette plume tellement unique. Bon, on ne va pas se mentir, ce n'est pas le genre de livre à lire dans le train… Si votre voisin de route lis quelques pages par-dessus votre épaule il risque forcément de se dire que vous êtes un espèce de pervers, friand de scatologie et de sévices en tout genre… 😬
A côté de ces scènes d'une violence et d'une immoralité sans limite, Costes nous livre aussi l'image du grand-père qu'il a connu enfant. Un vieil homme aigri, violent, alcoolique vissé à longueur de journée dans son canapé. Un guerrier cosaque réduit au rang de clochard puant qui ne savait que boire et battre sa femme. Un homme qui l'effrayait mais l'hypnotisait tout autant. L'enfant qu'était Costes voulait tout connaître de ce grand-père à l'oeil de verre qui pendant des années a semé la terreur et la mort sur son passage. Grand Père c'est l'histoire d'une vie. Une vie abjecte et destructrice mais néanmoins passionnante.
⭐️ En bref ⭐️
Il faudrait presque un bandeau « interdit au moins de 18 ans » sur le bouquin pour prévenir les foules. Grand Père ce n'est pas un livre comme les autres. C'est un récit d'une puissance incroyable, un ovni livresque tellement fort qu'il marque irrémédiablement le paysage littéraire. C'est plus qu'un roman noir, c'est un roman noirâtre, sanglant mais terriblement captivant. le plus incroyable est que Jean-Louis Costes parvient, au milieu des horreurs, à nous raconter des moments drôles, cocasses mais aussi des moments touchants. Avec son style haché, cru mais aussi poétique, l'auteur nous livre une oeuvre unique.
Si vous voulez du trash, du très trash, que vous n'avez pas froid aux yeux et que l'ignoble ne vous paralyse pas alors tentez cette expérience littéraire. Je ne souhaite cependant pas être tenue responsable si vous avez les yeux qui saignent ou le coeur au bord des lèvres
Lien : https://culturez-moi.com/gra..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
MarianneL
  26 avril 2013
Jean-Louis Costes raconte l'histoire de son grand-père, Garnick Sarkissian, immigré arménien, toujours bourré et avachi devant sa télé, ogre décati, victime des pogroms et pogromeur lui-même, cosaque ayant semé la mort dans les steppes russes, ancien légionnaire et bagnard n'ayant jamais appris le français, rejeté et habité par la haine. Une histoire ignoble, tripes à l'air, racontée par un petit-fils embourbé dans cet héritage d'abjection et de sang.
Le récit est frappant, remarquable, mais cette trainée de tripes caca sang m'a paru très longue. Il m'a semblé que le livre aurait conservé plus de sa force brute s'il avait été plus ramassé, comme un jet de pierre.
« Tant que le cosaque résistera galopera brûlera, ma steppe restera le royaume des loups. Quand les Rouges auront gagné, les loups auront perdu. Quand le Cosaque sera métèque à Paris, le loup sera pelé dans une cage. Destins liés des prédateurs.
Libres nomades sèment ensemble le joyeux chaos. Galopant côte à côte, ils règnent. Vient la paix et le kolkhoze... Les moissonneuses-batteuses conquièrent leur steppe sacrée. Les derniers loups sont au zoo et les Cosaques clodos. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
fillius
  07 décembre 2011
Jean louis Costes a son style à lui : similaire à la logorrhée d'un vieux gâteux au vocabulaire restreint. Il a ses obsessions : les massacres, la merde, les incendies. Il a aussi un sens du rythme entraînant : on vole sans comprendre grand chose aux 4 coins du monde en suivant l'itinéraire du pépé psychopathe de jean louis. Ca pourrait limite être un anti-livre pour gamins. Ca ressemble à une blague presque, mais la dernière partie du livre, dans la France occupée, est vraiment bien. On pourrait même dire que c'est bien écrit toute cette remontée du pays à l'envers de la débâcle de 40. Et puis les dernières pages sont cosmiques avec des révélations chamaniques sur la malédiction humaine. Finalement on est bien content.
Commenter  J’apprécie          00
cacamouni
  12 août 2012
Commenter  J’apprécie          00
Video de Jean-Louis Costes (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Louis Costes
Interview du Jean-Louis Costes par Ardisson, dans l'émission Tout le monde en parle !
autres livres classés : peupleVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2068 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre