AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782070429103
244 pages
Éditeur : Gallimard (20/05/2003)
3.3/5   42 notes
Résumé :
Maxime Lisbonne, journaliste de faits divers, habite Paris, 12, rue Meckert. Une de ses enquêtes l'entraîne dans l'Indre, à Saint-Benoît-du-Sault, où un certain Buffin travailla jadis comme jardinier dans un établissement pour adolescents handicapés. L'homme a été incarcéré à Châteauroux pour avoir, à l'époque, assassiné et abusé sexuellement de plusieurs jeunes filles pensionnaires... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
nameless
  30 novembre 2018
12, rue Meckert, c'est là que vit Maxime Lisbonne, journaliste pigiste, qui rentre du Berry où il a peaufiné un papier sur le tueur en série responsable de la disparition de nombreuses jeunes filles. Dans les jours qui suivent son retour, deux anciens collègues avec qui il a collaboré au journal J'enquête dix ans auparavant sont assassinés. Pour Maxime, il ne fait aucun doute qu'il est la prochaine victime, il ne lui reste plus qu'à découvrir pourquoi. La réponse se trouve-t-elle dans les archives de J'enquête ? Ou au sein d'un institut berrichon ou des enfants autistes ont été victimes de violences sexuelles ? Voilà le lecteur entraîné dans le sillage de Maxime dans une enquête trépidante, cohérente, sans aucun temps mort, mais il y a d'autres morts.

L'intrigue sert d'alibi à Didier Daeninckx pour élaborer une promenade historico-sociale dans les recoins de la capitale et de ses environs, jusqu'au Berry, en compagnie d'Eléonore, sa compagne à temps partiel, qui travaille dans une agence immobilière et connaît sur le bout des doigts l'histoire de toutes les rues, tous les immeubles ainsi que leurs locataires ou propriétaires illustres. Féru d'Histoire et homme de convictions, l'auteur entretient la mémoire collective de tous ceux qui ont vécu, travaillé, lutté dans des quartiers populaires aujourd'hui disparus, en proposant un roman qui fourmille d'anecdotes toutes plus intéressantes les unes que les autres. On y croise également l'homonyme de Maxime Lisbonne qui fut un poète révolutionnaire, Louise Michel la « vierge rouge », des russes blancs émigrés après la chute du tsar. Chaque détail de l'intrigue est un prétexte pour rappeler une bribe de l'Histoire, jusqu'à la sonnerie de téléphone de Dan Quang, le hacker ami de Max, qui est un hymne vietcong. Et le titre ? La rue Meckert n'existe pas bien sûr mais il s'agit probablement d'un hommage rendu à Jean Amila, Jean Meckert à l'état-civil.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          680
Renod
  21 avril 2020
Prenez une dose de polar, une autre d'actualité, ajoutez-y une bonne portion d'histoire, mélangez le tout et vous obtiendrez « 12, rue Meckert ». Ce roman publié en 2001 s'inspire de deux scandales qui ont secoué la France au début de ce siècle : l'affaire des disparues de l'Yonne que l'auteur délocalise dans le Berry, et les malversations massives du président de l'Association pour la recherche sur le cancer. La connexion entre ces deux histoires est - avouons-le – emberlificotée et pas franchement convaincante. Mais comme l'indique nameless : « l'intrigue sert d'alibi pour élaborer une promenade historico-sociale dans les recoins de la capitale et de ses environs ». Didier Daeninckx nous offre une visite pleine de nostalgie pour nous faire découvrir des établissements aujourd'hui disparus ou réhabilités. Certains sont liés au cinéma, d'autres à la fête et au militantisme, comme la Maroquinerie, la Bellevilloise ou le Divan japonais (l'actuel Divan du Monde), des enseignes bien connues des oiseaux de nuit parisiens. Pour cet écrivain, les lieux sont imprégnés d'Histoire, un immeuble peut avoir abrité un bordel au Moyen-Âge ou une imprimerie clandestine sous l'Occupation. Comme pour ses précédents livres, Didier Daeninckx saisit le prétexte du roman policier pour évoquer ce qui s'est trouvé interdit d'existence dans les récits de l'histoire, comme ici les manipulations lancées par des officines de l'Etat. le protagoniste de ce roman se nomme Maxime Lisbonne en hommage au lieutenant colonel du même nom qui s'est illustré pendant la Commune. Son existence intrépide mérite le détour et le romancier lui a justement consacré un livre : « le banquet des affamés ». A découvrir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
marmotte51
  23 janvier 2012
12, rue Meckert est un de ces livres qu'on ne peut lâcher une foi commencé. L'intrigue est finement menée, placée dans le milieu du journalisme, l'histoire bénéficie d'un point de vue original qui ajoute un "plus" a ce polar pur souche.
Un livre a conseiller a tous les amoureux d'histoires sombres et de héros torturés !
Commenter  J’apprécie          20
philteys
  07 août 2020
Roman noir qui nous entraine dans les rues de la capitale à la suite d'Eléonore, amante inventive du personnage principal. ET comme d'habitude (et quelle bonne habitude !), Didier Daeninckx convoque la grande histoire et notamment la Commune au chevet de cette histoire. L'histoire est alambiquée mais attachante. Souvent, nous, lecteurs, avons l'impression d'entrer dans le secret des arcanes politiques. Une belle réussite.
Commenter  J’apprécie          10
berengari
  20 novembre 2013
L'accent social de ce roman en fait une intrigue policière qui se lit bien dans laquelle on s'attache facilement au héros mais qui ne montre pas une virtuosité du genre policier exceptionnelle. La touche originale plaisante du livre réside finalement dans les rencontres de Maxime Lisbonne avec des personnages secondaires tous aussi cultivés les uns que les autres.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
namelessnameless   29 novembre 2018
J'ai jeté mon dévolu sur un ancien numéro de La quinzaine littéraire dont les pages centrales démolissaient avec minutie Alphonse Daudet, vieille gloire rancie des Lettres. Je lus avec avidité les citations qui démontraient que la couverture des Lettres de mon moulin, classique prescrit par l'Education nationale pour l'édification des jeunes âmes, ne serait jamais assez vaste pour qu'y soient imprimés les noms de tous ceux qui avaient sué sur son oeuvre et desquels Daudet avait détourné les lumières de la renommée : de Paul Arène à Léon Allard, nègres silencieux, jusqu'à son épouse Julia, en passant par le magistrat Blanchot de Brenas auquel il avait volé sa fable du curé de Cucugnan. Et pour que la statue de l'auteur soit conchiée du piédestal jusqu'au sommet, l'auteur de l'article révélait que Daudet avait versé une partie des droits d'auteur issus du succès des Lettres à son ami Edouard Drumont, afin que ce pamphlétaire antisémite puisse publier sa France juive.
p. 111-112
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          212
namelessnameless   29 novembre 2018
- Ces minuscules pointillés qui délimitent les pays, sur les cartes de nos livres, à l'école communale, ne tracent pas des lignes sinueuses par hasard ! Il nous a fallu livrer nombre de combats. Qui dira combien de nos ancêtres sont tombés pour chacun de ces tirets imprimés ?
p. 185
Commenter  J’apprécie          420
EffeLouEffeLou   23 octobre 2014
" Le greffier a eu un soupir de découragement.
- Les sourds-muets moldaves parlent un langage des signes que ne captent pas les sourds-muets ukrainiens. Et nous n'avons pas pu mettre la main, c'est le cas de le dire, sur un spécialiste de la langue des signes qui connaisse le polonais. Nous risquons donc d'avoir une traduction manuelle en kazak, puis en français que nous pourrons traduire en paroles articulées polonaises et moldaves, mais il nous sera impossible de retransmettre ces informations aux sourds-muets polonais. C'est d'autant plus dommageable que les deux sourds-muets polonais sont les têtes pensantes du trafic!
- Bien... J'ai le sentiment d'avoir été muté à la commission européenne."

pp 155-156
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
EffeLouEffeLou   23 octobre 2014
" je réponds toujours que c'est à cause du risque de cancer, quand on me demande pourquoi je reste seul, dans la profession, à ne pas avoir de téléphone portable. En vérité, je me fiche tout autant du crabe, du prion que du hérisson: ce que je ne supporte pas, c'est de me condamner moi-même à la mise à disposition perpétuelle."

p 11
Commenter  J’apprécie          60
EffeLouEffeLou   23 octobre 2014
" Je terminais ma lecture quand le soleil a profité d'une trouée dans les nuages pour projeter, sur la marée grise des toits de la capitale et de ses marges, l'ombre romano-byzantine du sacré-Coeur, cet écoeurant gâteau crémeux commandé par le boucher Thiers pour expier les crimes des communards."

p 99
Commenter  J’apprécie          60

Videos de Didier Daeninckx (41) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Didier Daeninckx
À quelques jours des municipales, le réel d'abord : Didier Daeninckx ouvre son tract Gallimard sur son déménagement : il quitte la Seine-Saint-Denis (93) pour s'installer dans le Val de Marne (94). Porteur de la mémoire de ces espaces, il revient sur les nombreux bénéfices dont ont bénéficié les mairies et les associations communistes à Aubervilliers, et plus généralement dans les banlieues rouges. L'écrivain, pour qui l'écriture reste un lieu de résistance, explore le roman fiction dans trois livres, publiés dans la collection Tracts chez Gallimard intitulé "Municipales : Banlieue naufragée" (2020), "Le roman noir de l'Histoire" (Verdier, 2019) et, paru en mars en folio Gallimard, "Artana ! Artana !". Il est l'invité de la Grande table aujourd'hui.
La Grande table Culture d'Olivia Gesbert – émission du 11 mars 2020 À retrouver ici : https://www.franceculture.fr/emissions/la-grande-table-1ere-partie/saison-26-08-2019-29-06-2020
Abonnez-vous pour retrouver toutes nos vidéos : https://www.youtube.com/channel/¤££¤21De l'¤££¤11Facebook6khzewww2g/?sub_confirmation=1
Et retrouvez-nous sur... Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture
+ Lire la suite
autres livres classés : journalismeVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

La mort n'oublie personne

En quelle année se passe l’histoire ?

1963
1953
1958

9 questions
108 lecteurs ont répondu
Thème : La mort n'oublie personne de Didier DaeninckxCréer un quiz sur ce livre

.. ..