AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2715231601
Éditeur : Mercure de France (13/01/2011)

Note moyenne : 4.08/5 (sur 13 notes)
Résumé :
Deux hommes s’affrontent quelque part dans la jungle africaine. Laurent Kala, le Blanc, pris de folie furieuse, est sur le point de tuer Mamad, son domestique noir... Comment les deux hommes en sont-ils arrivés là ?

Issu d’une famille nombreuse, Mamad n’a pas connu son père. Pour faire vivre la famille, sa mère vend des fripes sur les marchés. L’école est loin : chaque jour Mamad parcourt des kilomètres à pied, l’estomac vide. Cacher à ses camarades d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
Elisanne
  13 janvier 2011
Noires blessures
Louis–Philippe Dalembert éditions Mercure de France.
Ce livre sort aujourd'hui en librairie, par l'intermédiaire de Babelio je l'ai reçu début de semaine, je l'ai ouvert et je l'ai lu savourant ce récit à la fois grave et plein d'humour, cette écriture vive et alerte, cette histoire de deux hommes l'un noir, Mamad l'autre blanc, Kala cette rencontre sur fond d'Afrique. Impossible de lâcher le récit sans avoir compris comment ces deux hommes en sont arrivés là. Comment la haine, le racisme prend le dessus.
Deux hommes s'affrontent, le blanc Kala pris de folie furieuse sur le point de tuer Mamad devenu son domestique noir, huis clos sur le rapport bourreau, victime, résonance du parcours de deux enfances, deux trajets, deux souffrances …absence du père.
La musique très présente, ces voix de l'enfance, celles de la vie, celles de l'enfance de Mamad., lui qui n'a jamais dit papa de sa vie, lui qui avec philosophie se dit
« sur cette terre on ne fait pas toujours ce qu'on veut, à moins d'être bien né ou d'avoir beaucoup étudié »
Lui qui chaque jour pour aller à l'école parcourt des kilomètres à pied, l'estomac vide le plus souvent, devant maîtriser les nausées, cacher à ses camarades sa situation précaire. Son combat quotidien. Peut-être une issue, décrocher une bourse, faire des études, trouver un emploi, mettre sa famille à l'abri. Mais même son excellente mémoire lui fera défaut le jour du concours, alors ne lui reste plus que la solution des désespérés fuir son pays vers un avenir meilleur. Mais on ne fait pas toujours ce qu'on veut.
« Je rêvais bien sûr d'autre chose, on accroche toujours ses rêves plus haut que la réalité… »
Trait d'union entre les deux hommes…
« Comme si l'enfance était ce lieu unique qui ne se brouille que pour mieux s'imprégner dans la mémoire, façonner les faits et gestes du présent »
Mais Laurent Kala entend la voix, « cette voix qu'il entend constamment ces derniers temps, qui s'est hissée jusqu'à son cerveau, en a pris possession, et qui l'entraîne si loin de son enfance, de son histoire, de ses passions, et le pousse à haïr ces gens, tous tant qu'ils sont, où qu'ils soient. A vouloir les étrangler de ses propres mains. Celui-là, il le tient ; celui-là paiera pour les autres. Laurent sent ses poings se durcir en même temps que son coeur. »
Voir son père pleurer en apprenant la mort de Luther King, Kala se » rappelle avoir demandé en quoi cela le concernait, il n'était ni protestant, ni noir, et puis cela se passait loin de la rue Dalembert (j'ai aimé ce clin d'oeil), « pourquoi se chiffonner l'âme et pleurer pour quelque chose d'étranger à soi ? » « Nul homme n'est une île, un tout complet en soi ; chaque homme est un morceau du continent, une part de l'ensemble…La mort de tout homme me diminue, parce que j'appartiens au genre humain. Aussi n‘envoie jamais demander pour qui sonne le glas : il sonne pour toi. »
Perte douloureuse du père lors de la manifestation du lendemain. Kala ne comprit que plus tard la cause de cette mort, ce père qui lui avait fait découvrir la boxe, Miles Davis, ce père qui avait célébré à sa manière la naissance de son fils qui coïncidait avec la sortie du film « ascenseur pour l'échafaud ».
Temps de l'adolescence, des études, élève brillant, rêves d'ailleurs, d'horizons lointains.
Temps des cauchemars, de la voix, de la rencontre avec l'Afrique , travail dans une ONG, pages qui retracent le trajet de ce fils d'humaniste, sa transformation , la rencontre avec Mamad en qui il retrouve le portrait vivant de ses cauchemars, portraits de femmes et d'hommes émouvants, parfois drôles,( je pense notamment à ce cauchemar où il se retrouve dans un chaudron découpé en rondelles, avec tout plein de négrillons autour qui attisent le feu tandis que les adultes entament une danse sacrificielle)
Peut-être enfin la paix, les larmes d'émotion le jour où il s'est entendu dire papa.
« Tout porte de noires blessures »Eluard
Mamad et Laurent Kala en sont la preuve…
Je ne sais si je vous ai donné envie de lire ce livre, pour moi cela a été des heures pleines où je me suis trouvée dans un monde que j'ai découvert avec la force et la justesse des mots de Louis-Philippe Dalembert.

http://malcontenta.blog.lemonde.fr/2011/01/13/noires-blessures…/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Liss
  02 février 2011
Un roman qui vous prend en otage dès les premières lignes, voilà ce que recherchent les lecteurs qui ne demandent qu'à être captifs des serres d'un auteur, le temps d'une lecture.
Noires Blessures met en scène deux personnes qui sont en quelque sorte sur un ring : un Noir, Mamad White, et un Blanc, Laurent Kala. On remarque d'emblée la curiosité des noms qui sont comme inversés. le Noir porte le nom de ‘‘Blanc'' et le Blanc un nom tout africain, à l'instar du héros de L'Impasse, de Daniel Biyaoula. En langue congolaise, ce nom signifie précisément ‘‘charbon'', c'est-à-dire ‘‘noir''. L'un a tenté, au prix de sacrifices de tous les siens, de gagner l' Eldorado européen, comme Soleiman et Boubakar, personnages du roman de Laurent Gaudé, car il faut sortir la famille de la misère. Il a failli y laisser sa vie. L'autre a fait aboutir sans trop de peine le projet de quitter sa France natale pour s'installer sur les terres de « ces gens », les Noirs. Cette France qui ne représente plus que ‘‘grisaille'' et que ‘‘stress'' depuis la disparition de son père.
L'un est l'employé de l'autre, son homme à tout faire. Ligoté à une chaise, il est sonné de coups, il est pour ainsi dire ‘‘K.O.'', ce qui n'empêche pas l'autre, amateur de boxe, de continuer à cogner, libérant ainsi toutes ses frustrations, toutes ses peurs, déversant sur ce Noir toute la rage contenue depuis des années. Il veut lui infliger toutes les humiliations, et voici la pire d'entre elles :
Les premiers rayons du soleil éclairent la pièce d'une douce lumière. du plat du pied, le Blanc le renverse sur le flanc, tout en sortant son sexe de son pyjama. Mamad a juste le réflexe de fermer les yeux et la bouche. Il sent le liquide chaud et salé gicler sur son visage, un jet continu qui ravive ses blessures à vif. le Blanc aurait bu le fleuve entier qu'il n'aurait pas uriné autant. Une fois son sexe égoutté et rangé, le Blanc empoigne Mamad, le rétablit péniblement en position assise, et le coince dans un angle de la pièce qu'il prend soin de bloquer avec un canapé.
(Noires blessures, p. 103)
A ce moment de la lecture, le lecteur est un bloc d'indignation, surtout lorsque, quelques minutes seulement après son forfait, le Blanc est « ému aux larmes » à cause du chant des oiseaux dans la forêt qui semble faire écho au choeur de gospel qui s'échappe de son lecteur de disque. Quel est donc cet homme qui se montre d'une inhumanité révoltante et qui, dans le même temps, se laisse émouvoir par la nature autour de lui ? C'est alors que Laurent Kala se met à se raconter.
Le roman est donc composé de deux parties, séparées d'intermèdes pris en charge par un narrateur externe, où chacun des personnages déroule le fil de sa vie : son enfance, ses frustrations, ses échecs, ses espoirs, ses motivations. Blessures d'un peuple. Blessures de l'enfance qui, bien souvent, expliquent les dérèglements de l'adulte. Très bon roman. Tout y pèse son poids : le dit, le ton, la construction. Il mêle également, en un tout harmonieux : histoire, musique et sport.
Très belle découverte de cet auteur, que je ne connaissais que de nom, et de la littérature haïtienne avec laquelle je n'avais flirté jusque-là qu'au travers de quelques oeuvres de Dany Laferrière.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
carre
  29 mars 2012
Laurent Kala, le Blanc, va tuer Mamad, son domestique noir, dans ce huis clos tendu et angoissant, Dalembert reviens sur les raisons de ce drame qui se joue. Noires blessures est un roman sur le racisme, sur les dégats du colonianisme, sur la folie d'un homme qui perd tout humanité. Sous la plume dense mais aussi drôle par instant, l'haitien Louis-Philippe Dalembert réussi un roman qui nous interroge sur nos propres démons, mais surtout réussit à insinuer le doute, chacun des deux hommes ayant eu leur lot de malheurs. Même si rien n'excuse la moindre violence. Dérangeant. Et si l'on prenais le temps de connaitre l'autre avant de le juger ?
Commenter  J’apprécie          60
Shan_Ze
  07 mars 2014
Mamad White n'a jamais connu son père, il a grandi dans cette absence ainsi que dans l'espoir de sa famille de le voir réussir. Laurent Kala, lui, a vu son père s'émouvoir à la mort de Martin Luther King mais la disparition de celui-ci lors d'une manifestation fera prendre à sa vie un sacré tournant.
Ce livre est une rencontre entre deux hommes qui ont connu tous les deux l'absence d'un père. Mais celle-ci devient brutalement une descente aux enfers pour Mamad. J'ai aimé la première partie sur l'enfance de Mamad avec ses interrogations, ses rêves, moins celle de Laurent où la vie de famille semble moins joyeuse. Les parties intermédiaires étaient assez dérangeantes, Laurent paraît être un autre homme… Est-ce les noms de famille donnés aux protagonistes sont un reflet de leur âme ? Dalembert paraît montrer qu'on peut avoir les mêmes blessures mais avec un état d'esprit différent. Une bonne lecture.
Commenter  J’apprécie          30
jfponge
  05 juillet 2015
Amer, cruel, cynique, désabusé ! Les qualificatifs ne manquent pas pour caractériser le dernier opus de ce magistral écrivain francophone qu'est Louis-Philippe Dalembert. Écrit au lendemain de la catastrophe qui a plongé son île natale (Haïti) dans le deuil et la désolation, "Noires blessures" décrit un monde sans pitié, où un bon petit soldat des organisations humanitaires (les fameuses ONG) s'avère un dangereux psychopathe, dont la conduite est dictée par des penchants bien éloignés de la cause qu'il est censé défendre. Qu'il s'agisse de l'adoption comme des relations hommes-femmes ou bien de maître à domestique, les apparences sont sauves, au nom du sacro-saint droit d'ingérence, cachant l'existence de relations entièrement basées sur le profit et la recherche du pouvoir, du côté des blancs expatriés, ou sur le simple besoin de survie du côté des populations "aidées". Rassurez-vous, braves gens, personne n'est épargné, ce n'est pas, surtout pas "La case de l'oncle Tom", ni même "La couleur des sentiments" et noirs et blancs en prennent chacun pour leur grade. D'une construction complexe mais néanmoins très facile à suivre pour un lecteur d'aujourd'hui, ce roman noir, au sens propre comme au sens figuré du terme, explore et dénonce le passage trop aisé du Bien au Mal. Un cri !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
gteisseire2gteisseire2   09 décembre 2010
Mamad tente d’ouvrir les yeux, mais il n’y parvient pas. Ses paupières, gorgées de sel et de sang, refusent d’obéir à son cerveau. Autour de lui, les objets continuent de flotter dans le brouillard. Un goût d’hémoglobine traîne sur ses lèvres sèches et bouffies. En face de Mamad, le Blanc est méconnaissable. Il a les yeux injectés de sang. Une épaisse écume blanchâtre auréole les commissures de ses lèvres. Les veines de son cou tendues à se rompre. De grosses gouttes de sueur perlent sur son front, qu’il essuie du revers de sa manche retroussée, entre une calotte et une autre. Mamad n’a plus la force de crier. Du regard, il implore pitié. Mais le Blanc cogne, tel un forcené, tout en crachant ses injures.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
ElisanneElisanne   13 janvier 2011
cette voix qu’il entend constamment ces derniers temps, qui s’est hissée jusqu’à son cerveau, en a pris possession, et qui l’entraîne si loin de son enfance, de son histoire, de ses passions, et le pousse à haïr ces gens, tous tant qu’ils sont, où qu’ils soient. A vouloir les étrangler de ses propres mains. Celui-là, il le tient ; celui-là paiera pour les autres. Laurent sent ses poings se durcir en même temps que son cœur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
ElisanneElisanne   13 janvier 2011
Nul homme n’est une île, un tout complet en soi ; chaque homme est un morceau du continent, une part de l’ensemble…La mort de tout homme me diminue, parce que j’appartiens au genre humain. Aussi n‘envoie jamais demander pour qui sonne le glas : il sonne pour toi.
Commenter  J’apprécie          50
ElisanneElisanne   13 janvier 2011
Comme si l’enfance était ce lieu unique qui ne se brouille que pour mieux s’imprégner dans la mémoire, façonner les faits et gestes du présent
Commenter  J’apprécie          100
vchamp2010vchamp2010   12 janvier 2011
http://culturebox.france3.fr/all/31642/louis-philippe-dalembert-ecrivain-haitien-en-residence-a-berlin#/all/31642/louis-philippe-dalembert-ecrivain-haitien-en-residence-a-berlin
Commenter  J’apprécie          60
Videos de Louis-Philippe Dalembert (16) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Louis-Philippe Dalembert
Maison de la poésie (10 nov 2017) - Texte et Lecture de Jean-Philippe Domecq, extrait du Dictionnaire des mots en trop (dirigé par Belinda Cannone et Christian Doumet, éd. Thierry Marchaisse, parution novembre 2017).
Le Dictionnaire des mots en trop :
Comment ? s?entend-on déjà reprocher, des mots en trop ? Mais les mots, on en manquerait plutôt.
Et pourtant. Ame, artiste, coach, communauté? ils sont légion ceux qui éveillent notre résistance intime à tout ce qu?ils charrient d?affects, d?idéologie, de pseudo-concepts ? notre résistance mais pas celle du voisin ! ? Quarante-quatre écrivains explorent ici les raisons pour lesquelles ils renâclent devant certains mots, et leurs réflexions critiques témoignent autant d?un état de la langue que des poétiques et des enjeux de notre temps.
Une expérience littéraire qui vient compléter, en l?inversant, celle du Dictionnaire des mots manquants.
Auteurs : Malek Abbou, Jacques Abeille, Mohamed Aïssaoui, Jacques Ancet, Marie-Louise Audiberti, Michèle Audin, Olivier Barbarant, Marcel Bénabou, Jean Blot, Jean-Claude Bologne, François Bordes, Lucile Bordes, Mathieu Brosseau, Belinda Cannone, Béatrice Commengé, Thibault Ulysse Comte, Seyhmus Dagtekin, Louis-Philippe Dalembert, Remi David, Erwan Desplanques, Jean-Philippe Domecq, Christian Doumet, Renaud Ego, Eric Faye, Caryl Férey, Michaël Ferrier, Philippe Garnier, Simonetta Greggio, Cécile Guilbert, Hubert Haddad, Isabelle Jarry, Cécile Ladjali, , Marie-Hélène Lafon, Sylvie Lainé, Frank Lanot, Fabrice Lardreau, Mathieu Larnaudie, Linda Lê, Guy le Gaufey, Jérôme Meizoz, Christine Montalbetti, Christophe Pradeau, Marlène Soreda, Abdourahman A. Waberi.
http://www.editions-marchaisse.fr/catalogue-dictionnaire-des-mots-en-trop
+ Lire la suite
autres livres classés : littérature haïtienneVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

L'Afrique dans la littérature

Dans quel pays d'Afrique se passe une aventure de Tintin ?

Le Congo
Le Mozambique
Le Kenya
La Mauritanie

10 questions
236 lecteurs ont répondu
Thèmes : afriqueCréer un quiz sur ce livre