AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2848052155
Éditeur : Sabine Wespieser (02/03/2017)

Note moyenne : 4.04/5 (sur 13 notes)
Résumé :
En guise de prologue à cette fresque conduisant son protagoniste de Lódz, en Pologne, à Portau-Prince, l’auteur rappelle le vote par l’État haïtien, en 1939, d’un décret-loi de naturalisation in absentia, qui a autorisé ses consulats à délivrer passeports et sauf-conduits à des centaines de Juifs, leur permettant ainsi d’échapper au nazisme. Avant d’arriver à Port-au-Prince – à la faveur de ce décret – au début de l’automne 1939, le docteur Ruben Schwarzberg, né en ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
motspourmots
21 juin 2017
En voilà un qui va rejoindre l'étagère des indispensables. Même si je l'avais repéré lors de sa sortie en janvier, ce livre fantastique a dû attendre son tour dans la pile, juste le temps d'être couronné de deux jolis prix, France Bleu /Page des libraires et le Prix Orange du Livre qui a le chic pour pointer à chaque fois son projecteur sur des livres qui font avancer le monde.
Grâce à ce roman, j'ai appris le rôle extraordinaire joué par Haïti pendant la seconde guerre mondiale, l'un des rares pays à accepter de recevoir en masse les réfugiés juifs fuyant l'Allemagne nazie. L'un des rares pays à déclarer illégal la persécution d'êtres humains en raison de leur race et à octroyer la nationalité à ceux qui en seraient victimes. Plus qu'une déclaration, un crédo inscrit dans la chair d'un peuple qui n'hésita pas à déclarer la guerre au IIIème Reich, du fin fond de son îlot peuplé de moins de 3 millions d'âmes. Chapeau !
"Ici, tout le monde vient d'ailleurs (...). Les racines des uns se sont entremêlées à celles des autres pour devenir un seul et même tronc. Aux multiples ramifications certes, mais un tronc unique. A vouloir les dénouer, on risque le dessèchement du tronc tout entier."
A travers l'histoire de la famille Schwartzberg, Louis-Philippe Dalembert fait revivre des parcelles d'humanité sur les cendres du passé. Cette famille qu'il invente pour nous s'inspire de tant d'autres familles juives d'Europe centrale, décimées et éparpillées aux quatre coins du monde, au gré des opportunités de fuite au fur et à mesure que la menace nazie se faisait plus concrète. Originaire de Pologne, installée en Allemagne pour fuir les humiliations et les violences puis obligée une fois encore de tout abandonner pour sauver ses membres. Dans la famille Schwartzberg, Ruben deviendra citoyen haïtien, sa tante Ruth partira fonder le futur Etat d'Israël, sa soeur Salomé émigrera à New York avec son futur mari et leurs parents... Mais jusque-là, le parcours sera chaotique.
Comme souvent, une rencontre, un concours de circonstances bouleverseront le destin de Ruben, jeune médecin au parcours brisé par l'arrivée de Hitler au pouvoir. Interné au camp de Buchenwald, il y fait la connaissance de Johnny dit "l'Américain" qui le mettra en relation avec la communauté haïtienne de Paris que Ruben rejoindra lorsqu'il parviendra à se faire libérer du camp mais refouler par Cuba et les Etats-Unis comme des milliers de réfugiés embarqués sur le Saint-Louis par peur que des espions ne se cachent parmi les réfugiés... Une parenthèse parisienne enchantée avant que le bruit des bottes allemandes ne précipite son départ vers son nouveau pays.
"Les Haïtiens n'avaient pas l'air de se rendre compte du cadeau qu'ils lui faisaient. En l'accueillant parmi eux, ils lui offraient une terre à chérir et peut-être aussi à détester plus tard, par moments, ce qui serait une autre façon de l'aimer, la détestation étant l'envers de l'amour."
Cette histoire que raconte Ruben, devenu vieux à Déborah, la petite fille de Ruth tout juste débarquée en Haïti pour secourir les populations touchées par le violent séisme de 2010 est à la fois un hommage à la terre qui l'a accueilli et une invitation à ne pas reproduire les erreurs du passé. On imagine Déborah suspendue à ses lèvres, émue d'entendre l'histoire de sa famille et redevable, comme toute la communauté juive à ce peuple généreux.
J'ai été profondément bouleversée par ce livre, touchée par cette belle écriture à la fois sensuelle et musicale et marquée par la simplicité et la droiture dont l'auteur pare son pays et sa population de poètes. Mais surtout, j'ai été Ô combien sensible au message que ce petit état, malmené par les éléments et les hommes est en mesure d'adresser à notre monde actuel.
"... s'il avait accepté de revenir sur cette histoire, c'était pour les centaines, les millions de réfugiés qui, aujourd'hui encore, arpentent déserts, forêts et océans à la recherche d'une terre d'asile. Sa petite histoire personnelle n'était pas, par moments, sans rappeler la leur. Et puis, pour les Haïtiens aussi. Pour qu'ils sachent, en dépit du manque matériel dont ils avaient de tout temps subi les préjudices, du mépris trop souvent rencontré dans leur errance, qu'ils restent un grand peuple."
Indispensable je vous dis.
Lien : http://www.motspourmots.fr/2..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Aifelle
02 mai 2017
Gros coup de coeur de la rentrée 2017, sans aucune réserve. J'ai été emballée par la narration et le style de ce roman. L'auteur est un poète haïtien et ça se sent. Il y a un allant et une verdeur de langage qui emporte dans un mélange d'humour, d'auto-dérision et de chaleur humaine.
L'histoire est construite autour d'un fait historique. L'île de Haïti, fraîchement indépendante, propose en 1939 par un décret-loi, d'accueillir tous les juifs persécutés en Europe qui en feront la demande et de leur accorder la nationalité haïtienne.
Au début du roman, le Dr Ruben Schwarzberg, âgé de 95 ans, reçoit la visite en 2010 d'une petite-nièce Israëlienne, qu'il n'a jamais vue. Deborah est médecin elle aussi et fait partie d'une mission venue aider après le séisme dont tout le monde a le souvenir. C'est l'occasion de revenir enfin sur sa longue vie, démarrée en Pologne et bousculée par l'histoire avec un grand H.
Ruben est donc né en Pologne, dans une famille soudée, chaleureuse, aimante, haute en couleurs. Il connaîtra l'exil d'abord à Berlin, ensuite en France, puis Haïti. Il est impossible de résumer le foisonnement d'évènements qui jalonne la vie du Docteur, c'est la trajectoire qu'ont connu tant des siens persécutés, pourchassés, tués, indésirables à peu près partout.
Dans l'émission "La Grande librairie" l'auteur parle de trouver "un ton, une langue" et le grand plaisir de lecture se situe ici. Il l'a trouvé le ton et malgré la noirceur de l'histoire, c'est un côté flamboyant qui ressort le plus, dû aux rencontres, à l'amitié, aux moments de fêtes, à l'accueil spontané et sans chichis des Haïtiens. La description qui est faite de la population est bien loin du misérabilisme que l'on nous présente souvent, même si les points noirs ne sont pas occultés.
C'est tout ce que je demande à un roman : une histoire solide, appuyée sur un fond historique, qui ouvre sur d'autres horizons, des personnages que l'on a hâte de retrouver chaque soir et que l'on quitte à regret, une écriture qui m'a fait penser à un feu d'artifice, colorée, imagée, savoureuse. Et au-delà, l'évocation des années 30 ne peut que trouver des résonnances dans ce que nous vivons aujourd'hui et peut aider à réflechir.
A lire, sans hésitation.

Lien : http://legoutdeslivres.canal..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
ValerieLacaille
28 mars 2017
Un roman très agréable à lire, malgré un sujet tragique: l'exil forcé d'un homme juif à travers le monde.
Ruben Schwarzberg, le héros de ce récit, a "vu le jour dans un pays (la Pologne), passé son enfance et son adolescence dans un autre (l'Allemagne), quitté les deux sans qu'il ait choisi lui-même de s'en aller", puis a trouvé refuge quelques temps à Paris après avoir tenté de rejoindre Cuba, et enfin, a passé sa vie d'adulte à Haïti. le fait qu'il soit médecin lui a permis de franchir des barrières facilement mises en travers de la route de ces Juifs qui se sont retrouvés exilés de toutes parts durant le règne du IIIe Reich et du "petit caporal à moustache". Et cette histoire nous éloigne un peu de tout ce que l'on a pu déjà lire sur ce sujet. La langue créole de Louis-Philippe Dalembert ajoutant un peu de légèreté au contexte du récit.
Et j'en viens au point noir, selon moi, de ce roman, que j'ai trouvé plaisant à lire, mais parfois trop léger, à tel point que je n'ai pas vraiment réussi à m'en imprégner.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
photomum01
05 juin 2017
Le personnage principal de cette saga familiale, le Dr Ruben Schwarzberg, est né en Pologne, a ensuite vécu à Berlin mais le nazisme a perturbé la trajectoire de sa vie car il est juif...
Mille et une péripéties vont émailler son parcours, parti à Paris, en 1939, où il est acceuilli par la communauté haïtienne, puis migrant à Haïti dont il adopte la nationalité, le pays et ses habitants, il y a fait sa vie...
Alors qu'un séisme vient de ravager l'ile, en 2010, le vieil homme a l'occasion de raconter son parcours de vie à sa nièce, Deborah, venue prêter main forte à la population...
Un roman très bien mené aux personnages humains et attachants, un récit qui raconte de façon originale, sans pathos, le sort des juifs et un bel hommage à la formidable force vitale du peuple haïtien.
Coup de coeur
Commenter  J’apprécie          30
catcap
17 mai 2017
Ce roman retrace l'histoire et la destinée inattendue de Ruben. La façon d'évoquer cette vie pleine de rebondissements est légère, agréable et bien décrite, en revanche complètement déconcertante et mal venue à mon avis lors des passages sur son séjour à Paris vu la gravité de la période ...tout ce qui est douloureux apparaît gommé ...sinon le style est fluide et on se laisse facilement embarquer dans ces lieux si différents et bien sûr avec délice en Haïti ...et il en reste une certaine douceur ...la douceur des îles peut-être ?
Commenter  J’apprécie          40

Les critiques presse (1)
LePoint11 avril 2017
Un roman captivant.
Lire la critique sur le site : LePoint
Citations & extraits (3) Ajouter une citation
motspourmotsmotspourmots21 juin 2017
.. s'il avait accepté de revenir sur cette histoire, c'était pour les centaines, les millions de réfugiés qui, aujourd'hui encore, arpentent déserts, forêts et océans à la recherche d'une terre d'asile. Sa petite histoire personnelle n'était pas, par moments, sans rappeler la leur. Et puis, pour les Haïtiens aussi. Pour qu'ils sachent, en dépit du manque matériel dont ils avaient de tout temps subi les préjudices, du mépris trop souvent rencontré dans leur errance, qu'ils restent un grand peuple.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
AifelleAifelle02 mai 2017
Longtemps, le Dr Schwarzberg choisirait de taire cet endroit sur lequel tant de choses seraient racontées, filmées, écrites, peintes, chantées, sculptées, sans épuiser pour autant l'étendue des abominations qui y furent perpétrées, à l'instar d'un cadavre qui n'en finirait pas de livrer ses vérités sur les mille et une manières dont la chair vivante avait été souillée. Son naturel de taiseux ne ressentit pas le besoin d'ajouter sa parole au trop-plein de mots qui tomberaient, par la suite, de partout et de nulle part pour tenter de dire l'ignoble. Au-delà de l'horreur, ce qui le marquerait le plus, ce fut d'avoir trouvé, au moment où il s'y attendait le moins, une parcelle d'humanité dans ce lieu, comme un bourgeon en fleur au mitan du champ de bataille. Un clin d'oeil de la vie, là où des hommes donnaient avec jubilation la mort à d'autres hommes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
ValerieLacailleValerieLacaille23 mars 2017
Le vendredi 12 décembre 1941, par une paisible matinée caraïbe où le soleil, à cette époque de l'année, caresse la peau plutôt que de la mordre, la république indépendante, libre et démocratique d'Haïti déclara les hostilités au IIIe Reich et au Royaume d'Italie.
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Louis-Philippe Dalembert (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Louis-Philippe Dalembert
Remise du Prix Orange du Livre 2017 : Et le vainqueur est... Louis-Philippe Dalembert, pour... .Christine Albanel, directrice de la RSE, de la Diversité, des Partenariats et de la Solidarité d?Orange, et Erik Orsenna, écrivain, membre De l'Académie Française et président du jury du Prix Orange du Livre, ont dévoilé ce mardi 30 mai le résultat du vote des internautes et du jury pour l?édition 2017 : Avant que les ombres s'effacent de Louis-Philippe Dalembert, Sabine Wespieser éditeur. Autour de Erik Orsenna, le jury de cette 9e édition était composé des auteurs Vincent Message, Laurence Cossé, Benoît Duteurtre, Alain Mabanckou, Carole Martinez, des libraires Bénédicte Deprez et Jean-Paul Shafran ainsi que des lecteurs Amandine Brion, Michel Carlier, Nathalie Germinal, Côme Grévy, Bénédicte Junger, Rémi Paolozzi et du club de lecture Des livres et vous. Parmi les trente ouvrages choisis par le jury fin mars, cinq romans ont été retenus début mai et proposés au vote du public du 4 au 22 mai sur le site lecteurs.com. Les quatre autres finalistes étaient : Philippe Besson, Arrête avec tes mensonges, Julliard, Cécile Coulon, Trois saisons d'orage, Viviane Hamy, Simon Johannin, L'été des charognes, Allia, Pierre Jourde, Winter is Coming, Gallimard. Bravo à Louis-Philippe Dalembert, lauréat de cette 9e édition du Prix Orange du Livre !
+ Lire la suite
autres livres classés : haïtiVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
865 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre