AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782742785339
174 pages
Actes Sud (15/08/2009)
3.74/5   115 notes
Résumé :
Jeune avocat d'affaires dévoré d'ambition, Mathurin D. Saint-Fort a voulu oublier ses origines pour se tenir désormais du meilleur côté possible de l'existence. Jusqu'au jour où fait irruption dans sa vie Charlie, un adolescent en cavale après une tentative de braquage, qui vient demander son aide au nom des attachements à leur même village natal. Débusqué, contraint de renouer avec le dehors, avec la douleur du souvenir et la misère d'autrui, l'élégant Mathurin D. ... >Voir plus
Que lire après Yanvalou pour CharlieVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (21) Voir plus Ajouter une critique
3,74

sur 115 notes
5
2 avis
4
11 avis
3
6 avis
2
1 avis
1
0 avis
A travers la voix de quatre narrateurs Mathurin, Charlie, Nathanaél et Anne , "Yanvalou pour Charlie" nous entraine en Haiti, pays écrasé par la pauvreté et la misère. Mathurin D. St-Fort est le contraire de la majorité de ces concitoyens, jeune avocat d'affaire carriériste, il a réussi à s'élever socialement pour échapper au sort de nombreux haitiens. Mais, le passé va le rattaper lorsque débarque Charlie un jeune désoeuvré qui vient de faire un braquage et qui lui demande de l'aider au nom de leurs origines. Mathurin ne le sait pas encore mais il va de nouveau retraverser le miroir et replonger dans la douleur du quotidien haitien. Ecrivain engagé, Lyonel Trouillot dénonce avec force la misère qui accable l'un des pays les plus pauvres au monde. A travers les bidonvilles de Port-au -Prince, c'est aussi une histoire sur la mémoire d'un peuple, plongé dans une profonde désespérance. Un livre bouleversant, magnifié par l'écriture sublime de Trouillot. Yanvalou le chant des ancètres est un très grand livre.

Commenter  J’apprécie          190
Un personnage principal qui nous livre ses pensées, et trois autres points de vue. Pour conter la misère d'Haïti. La corruption, les bidonvilles, les orphelins, les villages sans électricité qui meurent, les femmes malmenées.

Je n'avais jamais lu de livre se déroulant à Haïti ni d'auteur haïtien, je n'avais donc aucun a priori. Belle surprise que ce court roman, touchant, qui sonne très juste, qui dit beaucoup et si peu. Qui aborde des sujets que nous occultons la plupart du temps, sans tomber dans le pathos.
Une belle plume qui donne envie de tourner la page.
Mais aussi la tristesse, les "à quoi bon", la bonté parfois, l'amour souvent, et des gens qui essayent de s'en sortir.

C'est très décousu comme critique: j'ai beaucoup aimé mais suis un peu sonnée.
Commenter  J’apprécie          160
Nous sommes en Haïti ; le livre s'ouvre sur le personnage de Mathurin D. Saint-Fort, jeune avocat de trente ans, ambitieux, cynique, lucide. Inquiet aussi, sans doute, de trouver sa place, puis de garder sa place.
Cette place c'est celle qu'il s'est faite, dans le monde des riches et des puissants, à raison d'un oubli, d'un reniement complet de ce qu'il fut, du lieu où il a grandi, des ses racines, de son nom.
La vie de Mathurin va pourtant basculer à l'arrivée du second personnage : Charlie. Un jeune gosse paumé, venu du même village que Mathurin, et qui, au nom des valeurs ancestrales, au nom de la fidélité à des amitiés communes va exiger de Mathurin qu'il l'héberge et surtout qu'il l'écoute.
Mathurin repart en arrière, retrouve ce qu'il a voulu ensevelir ; paie son tribut au passé.

"Se tenait debout devant moi un garçon sale que je voyais pour la première fois, une curiosité venue d'un autre monde, et j'entendais ses silences. J'entrais dans sa tête et je disais ses mots. Je me suis mis à transpirer malgré la climatisation. Pris d'effroi. Comme là-bas, au village, il y a longtemps, quand j'ai rencontré la mort pour la première fois et que j'ai passé trois nuits à attendre qu'elle vienne me chercher. Là-bas, le village, mon père, les vieux joueurs de bésigue, Anne, le petit cimetière. Ce crétin de Charlie, avec sa vie de chien et son histoire de fou, était venu ouvrir la porte du retour."

Le livre est construit à partir de quatre voix successives, qui viennent dire la même histoire : celle de gosses perdus, coincés dans ce pays embourbé, obligés de grandir trop vite, et de payer trop cher leur impossibilité de vivre.

J'ai particulièrement aimé ce livre. Pour ce qu'il dit de la jeunesse haïtienne, pour les envolées poétiques qui émaillent le récit, pour l'humanité que Trouillot revendique.
Commenter  J’apprécie          80
Plongée au coeur du dénuement et de la désespérance...
A Port-au-Prince, Mathurin, le brillant avocat qui a réussi "sans passé et sans état d'âme", connaîtra une sorte de rédemption après l'entrée en scène de Charlie dans son quotidien : Charlie va ranimer en lui le souvenir de l'enfance douloureuse qu'il a occultée en quittant son village natal.
De la ville moderne et superficielle avec son lot d'ambitieux et de combinards aux petits villages reculés, en passant par les bidonvilles de Port-au-Prince, la crasse et la misère, l'auteur dévoile un coin d'Haïti et dénonce en vrac l'injustice de l'ordre mondial, les mirages du modèle américain, la peur du pauvre, l'aveuglement, l'illusion humanitaire...
Mais peut-être la conscience collective de chacun peut-elle être réveillée par Charlie ?
Roman/conte choral divisé en quatre parties, chaque fois portés par un nouvel intervenant, le style s'adapte à chaque intervenant et se fait tour à tour léger, cynique, pathétique ou sombre, voire dérangeant....
Commenter  J’apprécie          80
Autant « Hadriana dans tous mes rêves » de René Depestre, autre écrivain haïtien ,ne correspond pas du tout à mes goûts autant « Yanvalou pour Charlie » m'a touchée. On se perd un peu dans le récit et je n'ai pas accroché de bout en bout d'où seulement trois étoiles.

La présence des jeunes garçons haïtiens abandonnés à la misère de la rue est vraiment émouvante. le personnage du prêtre qui est impuissant face à l'extrême pauvreté et la dureté de la société haïtienne malgré sa générosité est touchant.

J'ai été intriguée par l'histoire des prénoms qui font « campagne » et qu'il faut absolument changer pour réussir sa vie en ville. C'est assez amusant car le prénom que le personnage principal s'est choisi : Mathurin, fait, pour moi, plus campagne que Dieutor son vrai prénom.

L'écriture souvent poétique, se fait poignante en restant très pudique quand elle décrit la misère absolue des petits enfants à l'orphelinat.

Commenter  J’apprécie          70


critiques presse (1)
Lecturejeune
17 février 2012
Lecture Jeune, n°132 - décembre 2009 - Mathurin Dieutor Saint-Fort a réussi sa carrière d'avocat d'affaires à Port-au-Prince. Jeune, beau et travailleur, il a su mener parfaitement sa destinée, quittant sans hésitation son village, son amour, son ami... Soucieux de cacher ses origines paysannes, il est même allé jusqu'à changer de prénom, Mathurin, pour Dieutor. Aujourd'hui, il mène dans la capitale une vie bien réglée - boulot, télé, whisky - jusqu'à ce que Charlie, un adolescent, fasse irruption chez lui, demandant son aide au nom de la solidarité du village. Le langage de Charlie est direct et n'a rien à voir avec la langue de bois des citadins. L'enfant des rues va se charger de rappeler son passé à Dieutor, celui de la misère : il lui raconte le village, le centre d'accueil avec le prêtre qui tente de s'occuper des gamins des rues, les ONG qui oscillent entre « pouvoir et bonne conscience », les bidonvilles... Le récit du jeune homme, puis celui de son compagnon Nathanaël, évoquent une descente aux enfers, dans laquelle les adolescents n'ont plus d'autre issue que le recours aux armes et au vol. Enfin, c'est à Anne, premier amour de Dieutor, de faire entendre sa voix. À l'opposé de son carriérisme, elle a choisi de rester au village pour y ouvrir une école.
Un roman avec des personnages attachants, adultes et adolescents réunis, au service d'un message fort : on ne peut vivre dans le déni de ses origines et instaurer impunément une barrière sociale. « Sais-tu ce que signifie le mot Yanvalou ? Je te salue, ô terre. La terre n'a pas de mémoire. Le sol sec et pierreux ne garde pas souvenir de la bonne terre arable qui descend vers la mer. Seuls les hommes se souviennent. » Une lecture à partager, portée par une écriture haletante et émouvante. Cécile Robin-Lapeyre
Lire la critique sur le site : Lecturejeune
Citations et extraits (45) Voir plus Ajouter une citation
Chaque personne qui visite le Centre est un parent potentiel, et nous on doit faire bonne figure. Vu que nos géniteurs nous ont abandonnés, je suppose que les gens nous considèrent comme des miraculés et se félicitent, au nom de la société, d'avoir participé au miracle collectif, même quand ils n'ont rien fait pour nous. Ca doit être pareil pour les réfugiés, quand ils arrivent dans un pays et qu'on leur ouvre la frontière. Quand on est les fils de personne ou qu'on n'a plus de pays, il faut toujours s'excuser de se trouver là où on se trouve ou tout simplement d'être en vie.
Commenter  J’apprécie          271
Il est des pays où l'on construit des villes, des routes qui mènent vers les villes, et des banlieues. Ici, l'on construit des banlieues, et surtout pas de routes qui y mènent, jusqu'à ce que les banlieues, se prenant pour des villes, gonflent comme un ballon trop plein de monde, de mortier et d'ordures.
Commenter  J’apprécie          210
Elisabeth, Francine et moi, nous sommes des presque riches. Cela veut dire que nous avons un emploi, dans un pays où l'emploi est une denrée très rare. (...) Nous avons aussi un statut, un avenir. Avec un peu de chance, nous allons encore grimper dans l'échelle sociale, et nous devrions être un jour le chef de quelqu'un et présider aux réunions dans une salle de conférence. Des presque riches. Tenant compte de la loi de l'unité des contraires, nous sommes aussi des presque pauvres. Un glissement, un accroc, et tout peut s'effondrer. (p.19)
Commenter  J’apprécie          80
Vu que nos géniteurs nous ont abandonnés, je suppose que les gens nous considèrent comme des miraculés et se félicitent au nom de la société, d’avoir participé au miracle collectif, même quand ils n’ont rien fait pour nous. Ça doit être pareil pour les réfugiés, quand ils arrivent dans un pays et qu’on leur ouvre la frontière. Quand on est le fils de personne ou qu’on a plus de pays, faut toujours s’excuser de se trouver là où on se trouve ou tout simplement d’être en vie.
Commenter  J’apprécie          80
Je viens d'un tout petit village. Cela fait partie des choses que j'avais oubliées. Pour un homme qui a gagné longtemps sa vie au jour le jour et qui grimpe tranquillement les barreaux de l'échelle sociale, le souvenir est un luxe, pas une nécessité.
Commenter  J’apprécie          160

Videos de Lyonel Trouillot (41) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Lyonel Trouillot
Revivez notre journée de présentation de la rentrée littéraire à La Scala et découvrez les romans français qui paraissent cet automne !
---
0:00:15 Introduction 0:01:02 Clément Camar-Mercier 0:11:47 Yasmine Chami 0:22:56 Sylvain Coher 0:33:49 Lyonel Trouillot 0:44:09 Clara Arnaud 0:55:03 Loïc Merle 1:06:13 Mathias Enard
---
Plus d'informations sur notre rentrée française : https://rentree.actes-sud.fr/ #rentréelittéraire #litteratureetrangere
autres livres classés : haïtiVoir plus
Les plus populaires : Littérature étrangère Voir plus


Lecteurs (211) Voir plus



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
3656 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..