AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 274278117X
Éditeur : Actes Sud (15/04/2009)

Note moyenne : 3.87/5 (sur 15 notes)
Résumé :
Cette anthologie bilingue retrace l'itinéraire poétique de Mahmoud Darwich depuis le début des années 1990. Elle regroupe des poèmes extraits de sept recueils dont chacun a été considéré à sa sortie comme une oeuvre majeure, un important jalon dans l'histoire de la poésie arabe contemporaine : Onze astres, Pourquoi as-tu laissé le cheval à sa solitude ?, Le Lit de l'étrangère, Murale, Etat de siège, Ne t'excuse pas et Comme des fleurs d'amandier ou plus loin.
... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
isa120268
  17 janvier 2015
Mahmoud Darwich est considéré, sans doute à juste titre, comme l'un des plus grands poètes arabes contemporains, si ce n'est le plus grand.
Je ne doute pas un instant que sa poésie soit empreinte de lyrisme et de beauté. Mais c'est bien le problème de tous les ouvrages étrangers traduits dans notre langue : la traduction ne permet pas de retranscrire ce que l'auteur a précisément voulu nous faire partager... et c'est encore pire pour la poésie dont la traduction nous fait perdre jusqu'à sa beauté. Cependant ici, même la barrière de la langue n'a pas retirer à certains de ses poèmes, ni leur beauté, ni leur lyrisme, ni même leur sens profond.
Mon mari, arabophone, a lu l'original et ne m'en a fait également que des éloges.
Mahmoud Darwich est bien, à n'en pas douter, le plus grand poète arabe contemporain mais également l'un des plus grands poètes contemporains au monde !
Commenter  J’apprécie          122
Moan
  10 mai 2012
Cette anthologie est écrite en français et en arabe et c'est très beau. La poésie de Mahmoud Darwich est magnifique pour raconter la fragilité humaine face à la violence du monde, la tragédie du peuple palestinien.
Commenter  J’apprécie          90
ulostcontrol
  25 juin 2016
Jamais simple, jamais épurée, l'écriture de l'auteur se nourrit de formules lyriques très imagées et pas nécessairement intuitives : « Nos noms sont des arbres modelés dans la parole du dieu et oiseaux qui planent plus haut que les fusils » dit-il ainsi p.73 (extrait de Mémoire de l'homme rouge) et « L'ennemi qui prend le thé dans notre masure a une jument dans la forêt » p.137 (« Lorsqu'il s'éloigne »). le langage de Mahmoud Darwich n'est pas toujours évident à saisir et met ainsi d'autant plus en évidence les différences qu'il peut y avoir entre plusieurs cultures -en l'occurrence la culture arabe et la culture européenne.
La forme a également une place prépondérante dans la poésie de Mahmoud Darwich ; l'auteur écrit en effet en vers autant qu'en prose et n'hésite pas à jouer avec les sauts de ligne et la ponctuation pour donner un rythme très lancinant à ses poèmes, qui nous donne l'impression d'entendre le poète chanter en pleurant. Nourrie de formes poétiques arabo-andalouses traditionnelles comme le « mouwachah », la poésie de Mahmoud Darwich se présente sous une forme inédite -en tout cas pour ceux qui, comme moi, ne sont pas familiers avec la poésie et la littérature arabes.
Les mêmes thèmes reviennent enfin de manière redondante dans cette anthologie poétique. L'exil, la quête de son identité, la conquête et la guerre sont ainsi les principales thématiques explorées par Mahmoud Darwich. D'incalculables références sont faites à l'expulsion des arabes de l'Andalousie, à la difficile reconstruction de ces exilés et à la nostalgie d'une terre perdue, abandonnée. Autant de thématiques qui peuvent susciter beaucoup d'émotion puisqu'elles font appel à la sensibilité du lecteur, à son pouvoir d'imagination et à sa capacité d'empathie. Dans ce contexte, l'écriture et tout particulièrement la poésie apparaissent comme des activités salvatrices pour le poète, qui retrouve dans sa langue son identité, qui se l'approprie pour se réinventer et qui trouve dans les mots une nouvelle patrie.
Si j'ai beaucoup aimé lire cette Anthologie et découvrir l'univers de Mahmoud Darwich -qui a beaucoup de choses à nous raconter et à nous apprendre-, je dois admettre que l'opacité de certaines expressions et la densité de la langues m'ont parfois parues très lourdes. La lecture n'est pas fluide et j'ai trouvé la relecture de ces poèmes nécessaire à chaque fois. Il me semble que les textes de Mahmoud Darwich sont faits pour être découvert puis redécouverts, qu'on ne peut les saisir dans leur ensemble dès la première lecture mais qu'il faut au contraire prendre le temps de les comprendre et de se les approprier. Une belle découverte !
Lien : http://ulostcontrol.com/anth..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
MoanMoan   10 mai 2012
Vous, qui tenez sur les seuils, entrez
Et prenez avec nous le café arabe.
Vous pourriez vous sentir des humains, comme nous.
Vous, qui tenez sur les seuils,
Sortez de nos matins
Et nous serons rassurés d'être comme vous,
Des humains!
Commenter  J’apprécie          660
isa120268isa120268   17 janvier 2015
Si tu n'es pas pluie, mon amour,
Sois arbre
Fécond... Sois arbre.
Et si tu n'es pas arbre, mon amour,
Sois pierre
Humide... Sois pierre.
Et si tu n'es pas pierre, mon amour,
Sois lune
Dans le songe de l'aimée... Sois lune.
Ainsi parla une femme
A son fils qu'on enterrait.
Commenter  J’apprécie          210
MoanMoan   19 avril 2012
Les violons pleurent avec les gitans qui partent pour l'Andalousie
Les violons pleurent les arabes qui sortent de l'Andalousie

Les violons pleurent un temps perdu qui ne reviendra pas
Les violons pleurent une patrie perdue qui peut-être reviendra
Commenter  J’apprécie          200
brigetounbrigetoun   18 novembre 2009
Le lieu n’avait d’autres attaches que les lilas de Chine
Lorsque les camions sont venus de la mer
Nous préparions la provende de nos vache
Nous rangions nos jours dans des armoires fabriquées de nos mains
Nous recherchions l’affection du cheval
Et nous faisions signe
A l’étoile errante

Nous aussi, nous sommes montés dans les camions
L’éclat de l’émeraude dans la nuit de nos oliviers
Commenter  J’apprécie          60
MoanMoan   10 mai 2012
Ici, sur les pentes des collines, face au couchant
Et à la béance du temps,
Près des vergers à l'ombre coupée,
Tels les prisonniers,
Tels les chômeurs,
Nous cultivons l'espoir.
Commenter  J’apprécie          110
Videos de Mahmoud Darwich (29) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Mahmoud Darwich
Contrepoint (extrait), Mahmoud Darwich dit par Mohamed Rouabhi
autres livres classés : littérature palestinienneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
707 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre