AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2732461644
Éditeur : Editions de la Martinière (09/05/2014)

Note moyenne : 4.11/5 (sur 9 notes)
Résumé :
Son nom est synonyme de détective privé, mais aussi d'acuité intellectuelle, de vélocité d'esprit. Pour certains, il a réellement existé, tandis que d'autres ont tout simplement oublié son géniteur, Conan Doyle.

John Bastardi Daumont a enquêté durant deux ans pour retracer la biographie du plus populaire des héros de fiction policière : il a parcouru l'Angleterre afin de recréer le parcours de Sherlock Holmes.

Les sociétés holmésienn... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
chriskorchi
  09 juillet 2014
Gros coups de coeur pour ce livre magnifique de part son contenu et de part la qualité de ses illustrations et du visuel, ces 216 pages nous offrent une immersion totale aux côtés du héros de Sir Arthur Conan Doyle. Un livre soigné qui fait parfaitement le tour de la question avec un incroyable travail de fond, chaque chapitre est illustré avec des photos de très bonne qualité et l'annexe offre la liste détaillée de toutes les publications littéraires de la collection du détective. La qualité est au rendez-vous et vaut largement son prix, c'est un achat vivement recommandé qu'on ne peut pas regretter.
Ce livre retrace la vie de Sherlock Holmes de la littérature en passant par le cinéma, l'auteur est parti sur ses traces en Angleterre , il nous fait aussi découvrir comment ses méthodes d'investigation ont influencé les méthodes actuelles, le contexte historique, les médias de l'époque, Scottland Yard, les histoires inspirées de ce héros hors du commun, les séries actuelles influencées par le caractère, les histoires de Sherlock.
L'auteur maîtrise son sujet, il faut dire qu'il est est pénaliste, diplômé en sciences criminelles, néanmoins on sent la passion dans ce livre. Les annexes et notes sont complètes et claires.
J'ai du coup envie de relire les Sherlock et bien envie de me procurer les deux ouvrages du même type existants à savoir Marguerite Duras et Agatha Christie. Un beau travail d'investigation et de mise en page.
VERDICT
Ne passez surtout pas à coté de ce magnifique livre, un superbe cadeau à faire aux fans et aux autres qui découvriront un personnage hors du commun et un univers dense.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
belette2911
  21 juin 2015
La première chose qui m'est venu à l'esprit lorsque je l'ai acheté à sa sortie, c'est que je tenais dans mes mains un bien bel ouvrage.
Pages épaisses, pas en papier glacé (j'aime pas le papier glacé), belles illustrations…
Ensuite, il y a eu la polémique et le tacle, assassin mais justifié, du président de la SSHF (Société Sherlock Holmes de France) car le livre était bourré de fautes dans des dates ou dans l'orthographe de certains prénoms (Oracio au lieu de Horatio, celui des Experts Miami, pour ne citer qu'elle).
Sans vouloir revenir sur l'affaire ou mettre du pétrole sur le feu, il y a bel et bien des omissions ou des raccourcis qui sont malhabiles. L'auteur sait sans doute de quoi il parle, mais le lecteur n'étant pas dans sa tête, comment arriver à saisir le sens de ce qu'il sous-entend par-là ?
Sincèrement, je ne sais pas comment je dois interpréter un « Andrew Scott a donné de Sherlock Holmes, une interprétation remarquable… ». Moi, dans ma tête, je me dis qu'il y a erreur, c'est Benedict Cumberbatch qui interprète Holmes, pas Andrew Scott qui lui a le rôle de Moriarty.
Serait-ce un private joke sur le fait que certains holmésiens pensent que Holmes et Moriarty ne sont qu'une seule et même personne ???
Si c'est le cas, seul un holmésien peut comprendre ou y penser, mais je vous avoue que c'est bête de noter pareille chose sans l'expliquer.
Une personne non initiée pourrait prendre pour argent comptant le fait que ce soit Andrew Scott qui joue le rôle de Sherlock.
Oui, le livre est truffé de fautes, plus ou moins grosses et je vous le dis de suite, sans la SSHF pour les énumérer toutes, certaines seraient passées à la trappe dans mon esprit parce que je ne suis pas érudite dans la chose.
Un lecteur qui voudrait en savoir plus se retrouverait avec des renseignements totalement faux pour certains.
Holmes a pris sa retraite en 1903 et pas en 1930 comme renseigné dans le livre.
« Conan Doyle a écrit quatre nouvelles et cinquante-six histoires courtes ». Non, c'est 4 romans et 56 nouvelles, les mots sont importants ! Mary devient Marie, Irene se retrouve avec un accent (Irène).
« Holmes suscite depuis cent cinquante ans, de façon ininterrompue, une littérature apocryphe et de commentaires. ». Datant de 1887 (première publication), cela fait… 127 ans puisque l'ouvrage présent est paru en 2014.
Bref, même si cet ouvrage est bien fait au niveau du design, il présente de nombreuses coquilles et des erreurs monumentales que pour être conseillé.
Lorsqu'on les connait (voir ICI), il suffit de les imprimer et de lire l'ouvrage avec la liste sous les yeux, mais tout de même, vu son prix, ça fait mal !
Dommage, j'en attendais beaucoup… WTF !!

Lien : https://thecanniballecteur.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
faelys
  25 mai 2014
Sherlock Holmes plus vivant que jamais...
Dans cette superbe biographie très richement illustrée, John Bastardi Daumont, avocat diplômé en sciences criminelles et en renseignement humain (oui, ça en jette, respect) nous livre sa propre enquête sur ce héros mythique, le fameux détective de Baker Street. Il a parcouru l'Angleterre sur sa piste, aidé par des sociétés holmésiennes (moi qui ai eu le plaisir d'en croiser, je les salue et j'imagine leur excitation à la sortie de ce livre!).
Ces 216 pages nous offrent une immersion totale aux côtés du héros de Sir Arthur Conan Doyle et de son "Canon"; l'ensemble des textes mettant en scène Sherlock Holmes. le lecteur découvre d'abord le contexte de fin de siècle, la fascinante méthode du détective, ses concurrents et prototypes, le portrait de son fidèle ami ou de son amour récalcitrant. Les rivalités criminelles sont aussi examinées, tout comme la naissance d'une icône, le triomphe du rôle dans ses différentes adaptations, jusqu'à l'avènement du mythe. Des notes et annexes précises complètent le tout.
J'ai appris les débuts laborieux du détective consultant, son dosage de cocaïne, ses similitudes d'avec Vidocq et Dr House, son réseau d'espions parmi les enfants des rues ou sa véritable adresse révélée par le tir du colonel Moran.. J'ai découvert comment le détective est devenu si populaire aux yeux des anglais, à quel point Conan Doyle était prisonnier de sa création ou encore quelle fut l'influence de Sherlock Holmes sur le roman policier.
Lien : http://www.petitesmadeleines..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          91
polarjazz
  25 novembre 2016
Il arrive parfois que l'auteur soit dévoré par sa créature. C'est ce qui arrive à Conan Doyle. Qui ne connait pas Sherlock Holmes ? Il y en a même qui insinue qu'il a vraiment existé. A Londres, au 221 B Baker Street, on peut visiter un appartement aménagé dans le plus pur style victorien. Plus je découvre les aventures de ce détective so British, plus je m'intéresse au XIX ème siècle jusqu'à la première guerre mondiale. C'est le début de l'époque moderne grâce à la révolution industrielle. Les centres urbains grossissent et s'étendent ; et la population se diversifie. le climat social et politique permet aux écrivains de rendre compte dans des fictions passionnantes du rapport entre les classes sociales. C'est aussi la naissance de la police moderne face à une délinquance qui explose.
Dans ce livre, nous faisons la connaissance d'acteurs ayant vraiment existé tel le criminologue français Alphonse Bertillon qui crée l'anthropométrie. Naissent aussi des sciences nouvelles comme la police scientifique, la balistique, la médecine légale, la cryptologie.
L'auteur convoque d'autres auteurs tels Gilbert K Chesterton, Maurice Leblanc, Georges Simenon, Emile Gaboriau qui est considéré comme le créateur du roman policier.
Il y a dans le dernier tiers de l'ouvrage une petite incursion vers le spiritisme. Conan Doyle y semble plutôt sensible. Les derniers chapitres s'attardent sur la production cinématographique. Les aventures de Sherlock Holmes ont été adaptées au théâtres, à la télévision et au cinéma. Et encore aujourd'hui, certaines séries transposent le mythe dans l'époque contemporaine.
Voici ma centième critique. Bonne lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
MissAlfie
  09 mars 2015
Partant du postulat que Sherlock Holmes est un personnage hors du commun, il fallait bien un ouvrage à sa mesure pour le faire découvrir au grand public. Tout comme dans celui consacré à Agatha Christie, les illustrations sont nombreuses, des premières couvertures aux représentations de Holmes sur papier ou sur écran, sans oublier des photos d'époque. Car l'un des atouts majeurs de cet ouvrage, au-delà de nous faire (re)découvrir un personnage hors du commun qui finit par transformer son créateur en esclave, est l'introduction du contexte de l'époque. John Bastardi Daumont rappelle qui furent les inspirateurs de Conan Doyle, du fictif chevalier Dupin de Poe à Joseph Bell, son professeur de médecine, et dans quel contexte Sherlock Holmes fut découvert par les Britanniques.
"Si, aujourd'hui, traverser un continent ne suffit pas pour échapper aux enquêteurs, au début de la période victorienne il fallait seulement changer de quartier." (p. 42)
"Conan Doyle ne peut être crédité des innovations de l'investigation criminelle du XIXe sicèle, mais il a su populariser les préoccupations et les défauts de la police de l'époque : en créant un détective corrigeant les lacunes de la police officielle, il participe à l'amélioration de celle-ci." (p. 62)
Oui, car à l'époque, Londres est notamment marqué par un fort taux de criminalité, et par l'énigme policière qui restera la plus célèbre, celle de Jack L'éventreur. Alors que Conan Doyle n'ira jamais confronter son personnage au plus célèbre des tueurs en série, il reste extrêmement en phase avec son époque, s'inspriant des travaux du criminologue français Bertillon pour modeler un être empreint de mystère. Et c'est ce mystère qui fait en partie la force d'Holmes. Une personnalité ambiguë, qui engendrera bien des supputations, notamment sur son rapport aux femmes, sa relation avec Watson, le tout régulièrement transposé à l'écran avec plus ou moins de talent.
Lien : http://croqlivres.canalblog...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

critiques presse (1)
LaPresse   11 septembre 2014
Dans un texte d'une grande clarté, le criminaliste John Bastardi Daumont rend compte ici de sa vaste enquête sur l'un des personnages de fiction les plus connus de l'histoire: 400 sociétés «holmésiennes» dans le monde!
Lire la critique sur le site : LaPresse
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
polarjazzpolarjazz   25 novembre 2016
Véritable machine à raisonner, Sherlock Holmes considère son corps comme un appendice de son cerveau, qui est tout entier dédié à son métier de détective.
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : police scientifiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
645 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre