AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Ernest Richer (Traducteur)
ISBN : 2226173056
Éditeur : Albin Michel (25/01/2007)

Note moyenne : 3.75/5 (sur 4 notes)
Résumé :

A croisée de l'humour populaire et de la sagesse spirituelle, les histoires de ce recueil proviennent des quatre coins du monde. Le maître conteur qu'était Anthony De Mello les utilisant pour surprendre, charmer ou détendre son auditoire. Mais il les avait choisies avant tout parce qu'elles ont de quoi stimuler la réflexion et alimenter la méditation. Vous pouvez bien les lire pour vous amuser, remarqua-t-il, mais rien ne gar... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Danieljean
  14 janvier 2016
J'aime lire et relire ce livre, il faut, je pense avoir de l'humour pour certaines histoires qui sont des vérités, je le conseille fortement.
Bonnes leçons de vie !
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (35) Voir plus Ajouter une citation
DanieljeanDanieljean   14 janvier 2016
En raison de diverses circonstances, l'oeuf d'un aigle aboutit dans un coin de la grange où une poule était en train de couver ses oeufs. Le moment venu, l'aiglon vit le jour avec les autres oisillons.

Or, avec le temps, l'aiglon à peine emplumé se mit inexplicablement à éprouver le désir de voler. Il demanda donc à sa mère, la poule : « Quand est-ce que je vais apprendre à voler ? »

La pauvre poule était parfaitement consciente qu'elle ne pouvait voler et n'avait absolument aucune idée de ce que les autres oiseaux faisaient pour initier leurs petits à l'art de voler. Mais elle avait honte d'avouer cette impuissance ; aussi répondit-elle : « Pas tout de suite, mon enfant, pas tout de suite. Je te l'enseignerai quand tu seras prêt. »

Les mois passèrent et l'aiglon commença à soupçonner que sa mère ne savait pas voler. Pourtant il ne put se résigner à se libérer et à voler de ses propres ailes car son désir de voler ne l'emportait pas sur la gratitude qu'il éprouvait à l'égard de l'oiseau qui l'avait couvé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
DanieljeanDanieljean   14 janvier 2016
La famille s'était installée au restaurant. La serveuse prit d'abord les commandes des adultes puis se tourna vers le petit garçon de sept ans.

« Qu'est-ce que tu vas prendre ? » demanda-t-elle.

Le petit garçon jeta un regard timide autour de la table et dit : « J'aimerais un hot dog. »

Avant que la serveuse pût noter la commande, la mère intervint : « Pas de hot dog, dit-elle. Apportez-lui un bifteck avec purée de pommes de terre et carottes. »

La serveuse ne prêta aucune attention à la mère : « Veux-tu du ketchup ou de la moutarde avec ton hot dog ? demanda-t-elle au petit garçon.

- Du ketchup.

- Ça vient tout de suite », dit la serveuse en se dirigeant vers la cuisine.

Tout le monde resta muet de stupeur. Finalement le petit garçon regarda chacun de ceux qui étaient là et dit : « Savez-vous une chose ? Pour elle, j'existe vraiment ! »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
DanieljeanDanieljean   14 novembre 2017
Un homme s’approche d’un ancien et lui dit : On m’a dit que tu es sage… S’il te plaît, dis-moi quelles sont les choses que peut faire un sage qui ne sont pas à la portée de tout le monde.
L’ancien lui répond : Quand je mange, je mange ; quand je dors, je dors ; et quand je parle avec toi, je parle avec toi. Mais enfin, ça aussi je peux le faire et je ne suis pas sage pour autant, lui répond l’homme surpris. Je ne le crois pas, lui réplique l’ancien. Parce que quand tu dors, tu te remémores les problèmes que tu as eu au cours de la journée ou tu imagines ceux que tu pourrais avoir au réveil. Quand tu manges, tu planifie ce que tu vas faire plus tard. Et pendant que tu parles avec moi, tu penses à ta prochaine question où à ce que tu vas me répondre, avant que j’ai terminé de parler. Le secret, c’est d’être conscient de ce que nous faisons dans le moment présent et ainsi profiter pleinement à chaque instant du miracle de la vie."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Mimosa022Mimosa022   24 janvier 2015
Quand le moineau construit son nid dans la forêt,
Il n’occupe qu’une branche.
Quand le cerf étanche sa soif à la rivière,
il ne boit pas plus que son estomac ne peut contenir.
Nous accumulons les choses, parce que nos cœurs sont vides.
Commenter  J’apprécie          210
DanieljeanDanieljean   05 novembre 2018
Danser avec les pieds

Il y avait une fois, dans un camp de concentration, un prisonnier qui, malgré une sentence de mort, demeurait confiant et serein. Un jour, on le vit jouer de sa guitare au milieu de la cour de la prison. Une foule considérable se rassembla autour de lui, parce que, sous le charme de la musique, ils devenaient aussi confiant que lui. Quand les autorités de la prison se rendirent compte de la chose, ils défendirent à l’homme de faire de la musique.

Mais le lendemain, il était encore là, chantant et jouant de sa guitare avec une foule encore plus grande autour de lui. Les gardes le ramenèrent à l’intérieur et lui firent couper les doigts.

Le lendemain, il était de retour, chantant et faisant autant de musique que lui permettaient ses doigts ensanglantés. Cette fois la foule délirait. Les gardes emmenèrent le prisonnier à nouveau et lui fracassèrent sa guitare.

Le jour suivant, il chanta avec tout son cœur. Et quelle chanson ! D’une pureté et d’une élévation ! La foule s’unit à lui, et tandis que le chant se poursuivait, les cœurs des prisonniers devinrent aussi purs et leurs esprits, aussi invincibles. Les gardes furent cette fois tellement en colère qu’ils lui firent couper la langue.

Un silence s’abattit alors sur le camp. Un silence qui avait quelque chose d’immortel.

Au grand étonnement de tout le monde, le lendemain, se balançant et dansant sur une musique inaudible que lui seul pouvait entendre. Et bientôt tous les prisonniers se tinrent par la main et dansèrent autour de la figure ensanglantée et brisée qui était là, au milieu d’eux. Et les gardes étaient pétrifiés d’étonnement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Video de Anthony De Mello (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Anthony De Mello
La souffrance des êtres humains vient de leur manière de percevoir la vie et les événements extérieurs. On peut souffrir ou ne pas souffrir face à un évènement en fonction de notre degré de conscience et de notre interprétation de la réalité. Ce nest donc pas sur la réalité extérieure quil faut agir, nous dit Anthony de Mello, mais sur notre manière de penser et de percevoir la vie.
autres livres classés : spiritualitéVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Jésus qui est-il ?

Jésus était-il Juif ?

Oui
Non
Plutôt Zen
Catholique

10 questions
1181 lecteurs ont répondu
Thèmes : christianisme , religion , bibleCréer un quiz sur ce livre