AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Isabelle Maillet (Traducteur)
ISBN : 2253125040
Éditeur : Le Livre de Poche (14/03/2008)

Note moyenne : 3.49/5 (sur 42 notes)
Résumé :
L’inspecteur Lincoln Rhyme et sa partenaire, Amelia Sachs, mènent pendant 48 heures une véritable course contre la montre à travers les rues de Manhattan pour neutraliser le tueur à gages qui a tenté d’assassiner Geneva Settle, une adolescente de Harlem. Ils doivent remonter le temps et fouiller dans la vie de Charles Singleton - l’ancêtre de Geneva -, un esclave affranchi, militant actif du mouvement des droits civiques.
Que s’est-il réellement passé ce soir... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
belette2911
  22 février 2013
Pour ma 600ème critique sur Babelio, il me fallait du lourd ! J'avais bien pensé à une critique d'un roman de Barbara Cartland, mais là, cela aurait été trop lourd...
Si ma route devait croiser celle de Deaver (l'auteur), je lui dirais "Mon vieux, t'es un beau salaud parce qu'avec ton roman, tu m'as mené en bateau comme un vrai loup de mer, sans le faire chavirer ou le déserter avec précipitation en cas de voie d'eau".
Vous l'aurez compris, j'ai adoré le livre !
Lincoln Rhyme est personnage récurent chez l'auteur (je l'avais découvert dans le film "The bone collector") et, en lisant, l'ancien enquêteur avait les traits de l'acteur qui l'avait joué : Denzel Washington.
Lincoln, ancien policier scientifique, paraplégique, a un caractère de cochon ! Impatient et irascible, bien souvent.
Cloué dans son fauteuil, c'est sa partenaire, Amelia Sachs, qui est ses jambes, ses yeux... bref, tandem de choc !
Le livre commence comme un Columbo : nous allons assister à l'agression d'une jeune fille et, peu de temps après (je ne vous dirai pas si elle parvient à échapper ou pas), nous avons déjà le nom du coupable !
Oui, mais si nous le savons, les flics et Lincoln, eux, ne le savent pas et toute l'astuce sera de découvrir "QUI" avec les maigres indices dont ils disposent...
Sacré course contre la montre car le coupable n'est pas un débutant, mais une vraie anguille !
Le méchant, c'est le sang-froid d'Horatio Caine (l'expert Miami aux lunettes noires) face à la ténacité et à la science criminelle de Lincoln Rhyme, version paralysée de Gil Grissom (expert Las Vegas).
Ce qui m'a bien plu, c'est que l'auteur m'a surprise plusieurs fois quand je ne m'y attendais vraiment pas.
Un peu comme un Kiss-Cool, "le bonbon a double effet", en puissance plus forte parce qu'il ne se contente pas de vous surprendre deux fois, mais vous file quelques coups de pied au fondement !
Tiens, si Jeranjou (que je salue) n'avait pas utilisé dans ses critiques une comparaison entre les romans et le chocolat, j'aurais pu vous dire que ce livre était comme une morceau de chocolat qui possèderait plusieurs couches et que l'on va de surprise en surprise lorsqu'il fond dans notre bouche. Praliné, caramel, crème blanche, noisettes,... le tout dans la même praline (belgicisme, prenez votre dico).
En fait, ce roman, c'est un peu comme si vous regardiez un strip-teaseur (oui, un homme !) s'effeuiller et, au moment où l'homme se trouve en string, la main prête à l'ôter sous les hurlements des femmes en chaleur criant "le slip, le slip"...
CRAC, en arrachant le string, c'est toute sa peau qui semble se retirer et, surprise, vous voyez apparaître un autre pantalon... et là, vous comprenez que les jambes nues étaient un trompe l'oeil, un pantalon déguisé en jambes... "Nom de Dieu", vous dites-vous.
Le strip-tease n'est pas terminé et vous comprenez pourquoi le mec est presque à poil alors que nous sommes à quarante minutes de la fin du spectacle : en fait, ce n'est pas fini et il va encore vous faire vibrer quelques fois en vous faisant croire que cette fois-ci, c'est la bonne et que vous allez voir l'objet de la convoitise.
Oui, le roman est ainsi... On se demande pourquoi telle révélation arrive alors qu'on est encore loin de la fin et en fait, on n'en a pas fini avec les coups fourrés de l'auteur.
Tiens, jusqu'à la dernière page, même !
Rien à dire, il s'est bien fichu de moi, m'a baladé comme on promène un chien et j'ai sursauté quelques fois.
Ah mon salaud, tu t'es bien joué de moi, pauvre lectrice, qui a passé un bon moment à te regarder effeuiller ton histoire.
Si les 4,5 étoiles étaient permises sur le site, je le lui aurais accordé. Si j'ai mis 5, c'est parce que 4, c'était trop peu.
Là, je devrais presque le relire, maintenant que je sais tout, afin de mieux voir où je me suis faite pigeonner.
Merci, monsieur Deaver !
Au fait, bien que vous m'ayez tout montré... ne vous rhabillez pas trop vite. Vous avez bien autre chose à me faire voir ? Parce que j'aime ça...

Lien : http://the-cannibal-lecteur...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          284
Derfuchs
  26 juin 2019
Deaver est un auteur que je fréquente régulièrement et dont les personnages me sont sympathiques. Je trouve ses bouquins bien ficelés avec des intrigues toujours bien léchées.
Cet ouvrage est conforme à la règle et je ne me suis pas ennuyé en le lisant, Deaver nous emmène dans ce New york qu'il aime tant, cette fois-ci à Harlem à notre époque d'une part et pendant la guerre de sécession, d'autre part.
Rhyme, le criminologue, héros de l'affaire se fourvoie au départ et nous y entraîne, il rectifie le tir et pas de chance, encore loupé, bref, on l'aura compris de fil en aiguille, de rebondissement en rebondissement, de fausse piste en fausse piste, l'écheveau sera démêlé par Rhyme et les méchants (très) finiront là où ils doivent être : à l'ombre. Cela tombe bien, il faisait chaud dans le livre.
Ecriture toujours impeccable, intrigue aux petits oignons, description de New york en deux époques intéressante et ma sagacité de lecteur non attentif et non payé pour a été mise à rude épreuve, j'ai tenu bon et comme le héros, j'ai découvert le fin mot de l'histoire en suivant l'enquête.
A la revoyure cher Monsieur...

Lien : https://www.babelio.com/livr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Chiwi
  26 mai 2013
C'est le deuxième roman de Deaver que je lis, après le Désosseur. Il a y une profusion de personnages autour de Rhyme que l'on retrouve un peu effacé. le fait de donner le nom du tueur casse le suspense, qui est artificiellement recréé trois fois, il faut du temps pour arriver au commanditaire et connaître ses motivations. La base de l'enquête se fait sur des recherches en criminologie mais à la fin cela devient barbant.
Ce n'est sûrement pas un des meilleurs policiers que j'ai pu lire . Je suis déçu après avoir vu ce que pouvait donner le Désosseur.
Commenter  J’apprécie          60
Fredo_4decouv
  15 juillet 2012
Petite déception pour moi à la lecture de cet opus. Il n'arrive pas à la cheville des précédents, le Singe de Pierre et l'Homme qui Disparait.
Ma précédente déception dans la série, c'était après le Valseur Macabre (j'espère que les 2 terres vont se décider à le publier), avec la Place du Mort. Deaver avait relevé le niveau par la suite, coup sur coup.
Les différents rebondissements en fin de roman, cette fois, m'ont laissé de marbre. J'ai l'impression qui il y a un truc ou deux qui sonnent faux, comme si quelqu'un dans le casting qui ne jouait pas bien son rôle. Les masques qui tombent, les bons qui sont des méchants et les méchants qui sont des bons, respectent le cahier des charges, mais ça manque du sel qui a fait le charme des autres romans de l'auteur.
La seule chose qui m'a redonné le sourire en fermant le livre, c'est la page 482 entre Lincoln et Amelia.
Vivement la suite. L'avant première de Clair de Lune est vraiment trop court pour se faire une idée, dommage ...
Commenter  J’apprécie          00
Ericdesh
  18 août 2017
Un bon thriller de Deaver, avec le couple très attachant (comme toujours) que forme Ryhme et Sachs. Subtilement, Deaver développe son intrigue et dans la seconde moitié du roman, il multiplie les fausses pistes et nous entraîne vers une fin intéressante à défaut d'être exceptionnelle.
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
belette2911belette2911   22 février 2013
- Avant la guerre de Sécession, un esclave comptait seulement pour les trois cinquièmes d'un homme quand il fallait estimer la population de chaque État afin de déterminer le nombre de représentants au Congrès, expliqua Geneva. Oh, ce n'était pas une machination diabolique des Confédérés, comme vous pourriez le croire ; non, ce sont les Nordistes qui ont étable cette règle.

"Ils auraient préféré ne pas compter du tout les esclaves, car du coup, le Sud se retrouvait avec plus de représentants au Congrès et au collège électoral. Évidemment, le Sud, lui, voulait les considérer comme des individus à cent pour cent.

Cette règle des trois cinquième était une sorte de compromis".

- On les prenait en compte, observa Thom, mais ils n'avaient pas le droit de voter.
- Bien sûr que non, dit Geneva.
- Les femmes non plus, d'ailleurs, fit remarquer Amélia.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
meknes56meknes56   29 août 2019
Appelle Mel Cooper et dis-lui de venir tout de suite. Chaque minute perdue est un cadeau qu’on fait au méchant. Hé, qu’est-ce que tu penses de cette expression, Lon ? Tu as assisté à la genèse d’un cliché, rien que ça !
Commenter  J’apprécie          20
meknes56meknes56   29 août 2019
Thompson Boyd avait beau être un professionnel particulièrement attaché au respect des règles, une telle initiative – retourner sur le site d’une agression ayant mal tourné – pouvait paraître insensée à première vue, dans la mesure où la police ne tarderait pas à investir les lieux.
Commenter  J’apprécie          10
belette2911belette2911   22 février 2013
- Cette fois je crois qu'il vaudrait mieux faire appel à un spécialiste.
- Parce qu'il y a plus spécialiste que vous, Lincoln ? s'étonna Cooper.
- Je ne parlais pas de criminologie, mais d'histoire. Que voulez-vous, on ne peut pas être le meilleur en tout.
Commenter  J’apprécie          10
belette2911belette2911   22 février 2013
Il savait que s'il existait bien une vérité dans ce monde de dingues, c'est qu'on sous-estime toujours la connerie de certains.
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Jeffery Deaver (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jeffery Deaver
Écrivain américain de romans policiers, Jeffery Deaver est surtout connu pour les enquêtes de son héros préféré et paraplégique, Lincoln Rhyme.
autres livres classés : thrillerVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1709 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre