AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Claire Malroux (Traducteur)
ISBN : 2714309739
Éditeur : José Corti (07/05/2008)

Note moyenne : 4.2/5 (sur 5 notes)
Résumé :

Emily Dickinson a vingt-huit ans lorsqu'elle décide de s'adonner entièrement - sinon publiquement - à sa vocation de poète apparue pendant son adolescence, si l'on en croit les lettres écrites huit ans plus tôt à ses amies. A l'une en particulier, elle parle de son attirance pour ce qu'elle ne nomme pas mais perçoit d'emblée comme une force rivale de la religion, la poésie " J'ai osé accomplir des cho... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Danieljean
  15 août 2016
Y aura-t-il pour de vrai un matin nous offre les débuts de l'oeuvre : les premiers cahiers, composés ou recopiés de 1858 à 1861, et un choix de huit autres qui vont jusqu'à 1864. On y découvre qu'EmiIy fut pleinement elle-même dès ses premiers vers, fantasque et grave ; tout au plus s'essaya-t-elle à diverses strophes avant de se convaincre que le quatrain était la forme qui lui convenait le mieux.
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
DanieljeanDanieljean   15 août 2016
J’avais une guinée dorée
Je l’ai perdue dans le sable —
Et bien que la somme fût simple
Et les livres sterling courantes —
Pourtant, elle avait tant de prix
À mon oeil frugal —
Que ne pouvant la retrouver —
J’ai fondu en larmes.

J’avais un Rouge-gorge pourpre —
Qui chantait au long des jours
Mais quand les bois ont roussi —
Lui — aussi — s’est envolé —
Le temps m’a apporté d’autres Rouges-gorges —
Leurs ballades étaient les mêmes —
Pourtant, pour mon absent Troubadour
J’ai tenu “la maison”.
J’avais une étoile au ciel —
“Pléiade” était son nom —
Mais comme je n’y prenais garde,
Elle s’est éloignée des autres —
Et bien que les cieux soient pleins d’astres —
Et la nuit tout illuminée —
Cela me laisse indifférente —
Puisque aucun d’eux n’est mien —

Mon récit a une morale —
J’ai un ami absent —
“Pléiade” est son nom — Rouge-gorge —
Et guinée dans le sable —
Et lorsque ce triste refrain
Accompagné de larmes —
Parviendra à l’oeil du traître
Dans un pays lointain —
Plaise au ciel qu’il soit saisi
D’un repentir solennel —
Et qu’aucune consolation
Ne lui échoie sous le soleil
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
DanieljeanDanieljean   28 décembre 2017
Sur cette mer enchantée - voguant en silence -
Ohé ! Pilote ! Ohé !
Connais-tu le rivage
Où ne gronde nulle vague -
Où la tempête a cessé ?

Dans l'Ouest silencieux
Voiles sans nombre - au repos -
Sûrs les mouillages.
Vers ce lieu je te pilote -
Terre ! Ohé ! Éternité !
Enfin le port !
Commenter  J’apprécie          10
DanieljeanDanieljean   28 décembre 2017
La Gentiane tisse ses franges -
Rouge la trame de l'Érable -
Mes fleurs sur le départ
Obvient à la parade.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Emily Dickinson (21) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Emily Dickinson
Ici et maintenant
autres livres classés : poésie américaineVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
779 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre