AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Françoise Delphy (Traducteur)
EAN : 9782081232136
1470 pages
Éditeur : Flammarion (12/11/2009)

Note moyenne : 4.47/5 (sur 32 notes)
Résumé :

Emily Dickinson (1830-1886) n'est pas seulement l'un des plus grands poètes américains : c'est aussi un personnage mythique. Toujours vêtue de blanc, cette femme mystérieuse, à l'âge de trente ans, se mura à jamais dans la demeure familiale d'Amherst, son village natal, en Nouvelle-Angleterre, et passa le reste de sa vie à contempler le monde depuis sa fenêtre. Lorsqu'un ami lui rendait visite, il lui arrivait ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
lglaviano
  09 mai 2020
Je souhaite noter ici un tout petit poème devenu fameux et souvent cité, extrait de ce recueil : Emily Dickinson, "Poésies complètes", édition bilingue, Flammarion, 2009, avec son texte original, ainsi que plusieurs traductions ayant toutes des inflexions diverses, à partir d'intentions probablement différentes. Ceci permettra de se faire une idée des choix qu'opèrent les traducteurs au sein de la polysémie poétique des textes.
Voici donc le texte original :
« To make a prairie it takes a clover and one bee,
One clover, and a bee,
And reverie.
The reverie alone will do,
If bees are few. »
On trouve aussi ce petit joyau poétique dans le recueil : "Lieu-dit l'éternité" (Seuil-Points), et dans "Autoportrait au roitelet. Correspondance", deux éditions des oeuvres d'Emily Dickinsondans dans la traduction de Patrick Reumaux :
« Pour faire une prairie il faut un trèfle et une seule abeille
Un seul trèfle, et une abeille
Et la rêverie.
La rêverie seule fera l'affaire
Si l'on manque d'abeilles. »
Ce poème est un emblème joli de nos préoccupations écologiques contemporaines, et d'une singulière prescience. Il sonne étrangement à nos oreilles inquiétées par la souffrance de nos petites soeurs les abeilles, et par les blessures de la biodiversité vitale : il n'est malheureusement pas sûr que la seule rêverie y suffise...
Il célèbre aussi les retrouvailles festives avec le réel, et l'immersion de la "conscience océanique" (chère à Romain Rolland) dans la magie de l'instant et la douceur immanente des petites choses, qui marquent l'écriture unique d'Emily Dickinson, à la fois passionnée et discrète.
À noter que ce poème est cité aussi par Jean-Claude Ameisen dans sa remarquable émission sur France Inter "Sur les épaules de Darwin" (notamment la rediffusion du 09/05/2020 : "Dame bourdon et le trèfle des prés"). Il est traduit en toute simplicité par Ameisen ainsi :
« Pour faire une prairie il faut un trèfle et une abeille.
Un trèfle, une abeille,
Et de la rêverie.
La rêverie seule suffira
Si les abeilles sont rares."
On le trouve encore, dans la traduction de Michel Leiris, dans "Esquisse d'une anthologie de la poésie américaine du XIXe siècle" (Gallimard) :
"Il faut pour faire une prairie
Un trèfle et une seule abeille
Un seul trèfle, une abeille
Et quelque rêverie.
La rêverie suffit
Si vous êtes à court d'abeilles."
Enfin, en écho à ce charmant petit poème, une autre délice de la tendre Emily, qui nous parle encore de nos chères abeilles, de leurs promesses, et du rêve qu'elles inaugurent :
« Cette petite Ruche abritait
De telles Promesses de Miel
Que le Réel devenait Rêve
Et le Rêve Réel. » (Quatrains et autres poèmes brefs. - Poésie/Gallimard).
« L'espoir est une étrange chose à costume de plumes qui se pense dans notre âme, se perche sur le coeur, hante inlassablement des chansons sans paroles, et ne s'arrête jamais. Mais c'est dans la tempête que son chant est le plus doux. »
Plût au ciel qu'Emily ait raison!!!
Signalé par Eve-Yeshe, on trouve aussi ce poème cité par Georges Bonnet dans son roman : "Un si bel été", dans cette traduction :
« Pour faire une prairie, il faut un trèfle et une abeille.
Un trèfle et une abeille, et la rêverie.
La rêverie seule y suffirait,
si les abeilles venaient à manquer. »
Et pourvu que les abeilles ne viennent pas à manquer! Comme le disait Einstein, l'homme ne survivrait que quelques années à la disparition des abeilles, car certaines plantes à fleurs nécessitent une seule espèce d'insecte pour leur pollinisation et en sont étroitement et symbiotiquement dépendantes. Par leur action fécondante, les différentes espèces d'abeilles sont donc à l'un des deux bouts de la chaîne de la vie : le premier…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          31
Colchik
  05 octobre 2019
J'avoue qu'il s'agit d'une découverte pour moi ; jusqu'à ma lecture de ce recueil, je ne connaissais Emily Dickinson que pour sa réputation de figure majeure de la littérature américaine.
J'ai éprouvé un sentiment mitigé à la lecture de ses poèmes, sans doute parce que je ne me reconnais pas dans sa quête de transcendance liée à sa foi chrétienne.
J'ai été surprise par l'étrange ponctuation de ses vers et l'emploi systématique des tirets d'incise que renforcent l'impression d'un murmure, d'une confidence chuchotée, voire d'un tâtonnement de la pensée devant la difficulté à exprimer une sensation. Il y a, par ce biais, quelque chose de direct, du registre de l'expérience intime qui est immédiatement transmis au lecteur. Je dirais qu'il y a une absence de seuil dans la poésie d'Emily Dickinson, nous pénétrons avec une immédiateté voulue dans son univers sensible.
La récurrence de la souffrance, de l'agonie, de la mort révèle une âme troublée par la question de « l'après ». L'existence humaine est fugace, rien ne peut combattre l'oubli, l'idée de repousser la fin est une illusion car elle est écrite par avance et scelle des épousailles avec le Ciel. le dialogue entre deux morts se tarit de lui-même quand la mémoire des défunts s'évanouit : « Et ainsi, tels des parents, qui se rencontrent une nuit – Nous devisâmes d'une chambre à l'autre – Jusqu'à ce que la Mousse atteigne nos lèvres – Et recouvre – Nos noms – »
Je ne goûte pas particulièrement cette mystique de la mort qui se développe sur une humilité très calviniste : « Si énorme, si impossible à concevoir/ Que ceux qui deux fois sont advenus./ La séparation est tout ce qu'on connaît du ciel/ Et pour l'enfer, point n'est besoin de plus. » Notre intelligence ne peut saisir le mystère de l'après-vie qu'au travers de la séparation d'avec ceux qui nous étaient chers. Mais, justement que peut avoir comme signification la douleur de la séparation ? le signe de l'existence du paradis ou de l'enfer ? J'avoue que cette question ne fait pas sens pour moi. Dickinson interroge encore et encore l'ultime fin comme si elle devait marquer l'abolition de la distance à Dieu, la vie terrestre nous y ayant condamnés.
Reste chez elle un amour contemplatif de la nature qui s'exprime avec une simplicité remarquable qui touche au coeur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Aela
  02 février 2011
Elle vécut au 19ème siècle et fut une voix majeure de la rébellion poétique et féministe contre la société puritaine de l'époque; Ses écrits datent surtout des années de la guerre de Sécession, lorsqu'elle vivait recluse et vêtue de blanc.
Ses poèmes traduisent des émotions quotidiennes mais intenses, évoquant les souffrances des années de guerre et les amours déçues du passé.
Une psychologie tourmentée, beaucoup d'intériorité.
Commenter  J’apprécie          50
Anaid07
  05 avril 2017
C'est avec Emilie Dickinson que J'ai véritablement découvert la poésie.
J'étais adolescente et ses paroles ont su trouver le chemin direct de mon coeur. J'ai longtemps voulu la connaître, être son amie.
La magie de l'enfance repousse si bien les limites du temps !
Commenter  J’apprécie          43
Citations et extraits (27) Voir plus Ajouter une citation
coco4649coco4649   29 septembre 2017
J’ai au printemps un Oiseau…


Extrait 1
 
J’ai au printemps un Oiseau
Qui chante pour moi —
Il séduit le printemps.
Et tandis qu’approche l’été —
Et qu’apparaît le Rose,
Mon oiseau s’en est allé.

Pourtant je n’en ai point chagrin
Sachant que cet Oiseau mien
Bien qu’envolé —
Apprend au-delà des mers
Une mélodie neuve pour moi
Et reviendra.

Solidement saisis par une main plus sûre
Et retenus par une Terre plus vraie
Habitent les miens —
Et même s’ils s’en vont maintenant,
Je dis à mon cœur qui doute
Ils t’appartiennent….
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Fabinou7Fabinou7   08 avril 2018
If this is “fading”
Oh let me immediately “fade”!
If this is “dying”
Bury me, in such a shroud of red!
If this is “sleep,”
On such a night
How proud to shut the eye!
Good Evening, gentle Fellow men!
Peacock presumes to die!
Commenter  J’apprécie          110
Fabinou7Fabinou7   29 avril 2018
"Me, change! Me, alter!
Then I will, when on the Everlasting Hill
A Smaller Purple grows –
At sunset, or a lesser glow
Flickers upon Cordillera –
At Day's superior close!"
281
Commenter  J’apprécie          140
AelaAela   02 février 2011
Hope is the thing with feathers -
That perches in the soul -
And sings the tune without the words -
And never stops - at all -
And sweetest - in the Gale - is heard
And sore must be the storm -
That could abash the little Bird -
That kept so many warm -

I've heard it in the chillest land -
And on the strangest Sea -
Yet, never, in Extremity,
It asked a crumb - of Me.
Commenter  J’apprécie          60
coco4649coco4649   29 septembre 2017
J’ai au printemps un Oiseau…


Extrait 2
  
Dans une Clarté plus sereine,
Dans une lumière plus dorée
Je vois
Chaque petit doute et petite peur,
Chaque petite discorde
Abolis.

Alors point n’aurai chagrin,
Sachant que cet Oiseau mien
Bien qu’envolé
Me renverra de son arbre lointain
Lumineuse mélodie
Rien que pour moi.
Commenter  J’apprécie          40
Videos de Emily Dickinson (23) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Emily Dickinson
Emily DICKINSON – La Recluse incandescente (DOCUMENTAIRE, 1988) Un documentaire de Veronica Young réalisé en 1988. Présences : Richard Sewall, Anthony Hecht, Adrienne Rich et Joyce Carol Oates. Sous-titres : Paul Debas (paul.debas@yahoo.com) et la traduction des 'Poésies Complètes' réalisée par Françoise Delphy (https://bit.ly/2S0FuRU).
Dans la catégorie : Poésie américaineVoir plus
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature américaine en anglais>Poésie américaine (87)
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
835 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre