AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782207101186
272 pages
Éditeur : Denoël (01/04/2010)

Note moyenne : 3.45/5 (sur 69 notes)
Résumé :
Pauvre Hope Randall : elle est née dans une famille où chaque membre reçoit sa propre vision de la fin du monde, accompagnée d’une date précise, différente pour chacun. De quoi alimenter plus d’un manuel d’histoire de la psychiatrie. Prévenue que l’apocalypse aurait lieu à l’été 1989, sa mère a cherché à fuir son destin en Lada, pour échouer à 1200 kilomètres de Yarmouth. Parties pour l’Ouest, mère et fille n’ont d’autre choix que d’attendre l’inévitable dans le bas... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
MarianneRichard
  01 novembre 2014
Dans ce roman de Nicolas Dickner, ont rencontrent Michel Bauermann et Hope Randall, jeunes gens qui tenteront de comprendre ce qu'ils sont et d'où ils viennent. Mission complexe surtout quand tous les ancêtres Randall ont reçus la date précise de la fin du monde dans des rêves prémonitoires.
Tarmac est la deuxième lecture de cet auteur pour moi et encore une fois, ce fut une déception complète. J'aimerais tellement aimée les histoires que Dickner nous racontent mais les road story initiatique ne font définitivement pas parti des lectures qui m'emballent. L'écriture et l'humour me ravissent chez cet auteur mais je ne suis pas capable de m'attacher à l'histoire qu'il racontent, jusqu'à un certain point, le morne quotidien d'adolescents en recherche existentielle.
Commenter  J’apprécie          20
Natiouschka
  01 avril 2019
Nicolas Dickner a le sens du récit et une bonne écriture: le postulat est rapidement posé, on a envie de continuer la lecture, de savoir si Hope va enfin avoir la révélation de son apocalypse et comment elle va réagir. J'ai aimé ce personnage, son intelligence et ses réactions, ainsi que l'ambiance et l'enchaînement des saisons de la petite bourgade de Rivière-du-loup. Lorsque Hope décide de s'envoler pour le Japon, à la recherche d'un homme qui a trouvé la même date d'apocalypse qu'elle, le récit devient cependant un peu plus décousu: peu de réponses, moins de cohérence et une longue ellipse vers un final qui laisse sur sa faim.
"Tarmac" est finalement un petit bonbon acidulé, qui pique d'abord en bouche avant de n'y laisser qu'un vague goût citronné... Mais que l'on goûtera volontiers si l'occasion se présente, pour le plaisir de sentir ses papilles vriller à nouveau !
Commenter  J’apprécie          10
GeorgetteSenior
  07 septembre 2017
Nicolas Dickner est un raconteur né. Je ne sais pas comment l'expliquer, mais on embarque dans ses histoires abracadabrantes comme si c'était normal et on arrête juste une fois que le roman est terminé. Mais attention à l'arrivée, il nous laisse toujours sur une fin qui n'en est pas vraiment une. On voudrait en savoir plus, comprendre pourquoi on a lu ce roman, mais non, il décide qu'on en a eu assez et qu'on peut imaginer la suite nous même. C'est à la fois merveilleux et agaçant.
Bref, cette fois-ci, on suit le quotidien de Hope et de son ami dans le confort de leur ‘bunker' à Rivière-du Loup. Faut préciser que Hope est assez spéciale comme personne, je vous laisse découvrir. La deuxième partie du livre part en vadrouille. Hope part à la poursuite d'un auteur et cela va l'emmener à Tokyo via New York. À partir de cette partie, c'est comme une lecture sans but pour nous, je n'ai absolument pas compris quel est le message que Nicolas Dickner voulait nous livrer.
Lien : https://leschroniqueslittera..
Commenter  J’apprécie          10
gielair
  19 novembre 2018
La fin du monde est au centre de ce roman. En fait, c'est plus son moment et la date de son avènement qui intéressent les protagonistes de Tarmac que sa nature. On ne saura jamais de quoi sera fait le déclencheur de cette fin du monde. Mais, la quête de sa date aura joué un rôle non négligeable dans l'univers louperivois de deux adolescents qui découvrent la vie tranquillement installés devant un film de zombies diffusé sur l'écran d'une télé du sous-sol, le bunker. de ce sous-sol, Hope Randall, fidèle à sa lignée à l'équilibre instable, sera projetée à l'autre bout du monde et Mickey se préparera seul à affronter l'apocalypse.
Le monde créé par Dickner est un monde où s'entremêlent réalité, rêverie, science et illusion. C'est dans ce méandre romanesque que déambulent Hope et Mickey, les Randall et les Bauermann ainsi qu'une fin du monde appréhendée.
Lien : http://rivesderives.blogspot..
Commenter  J’apprécie          10
PigeonSannom
  11 juillet 2018
Oh wow! du bonbon! Je l'ai littéralement dévoré en deux jours, j'ai même oublié de prendre le repas du soir tellement j'étais captivé par Tarmac! Dans mon top 5 assurément.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
MarianneRichardMarianneRichard   26 octobre 2014
Après avoir feuilleter quelques ouvrages d’amateur, Hope passa aux affaires sérieuses: l’Encyclopédie illustrée de la psychiatrie, un ouvrage pesant dans les huit kilos et qui répertoriait prétendument tous les désordres psychologiques [...]. En guise de vengeance, elle alla classer l’encyclopédie dans la section des livres pour enfants, entre le Chat botté et Alice au pays des merveilles. Une toute nouvelle génération de psychoses en perspectives. P. 75-76
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
CielvariableCielvariable   21 février 2019
Août 1989. Ronald Reagan avait quitté la maison blanche, la guerre froide tirait à sa fin et la piscine municipale extérieure était(encore une fois) fermée. Cause de la contrariété : bris de tuyaux.

Rivière-Du-Loup baignait dans le bouillon de poulet - un air jaunâtre, saturé de pollen - et j'errais dans le quartier, maussade, ma serviette de bain autour du cou. Il restait trois jours avant la rentrée scolaire, et seules quelques longueurs dans l'eau chlorée aurait pu me remonter le moral.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
CielvariableCielvariable   21 février 2019
Cas numéro 1: Harry Randall Truman, le patriarche, avait perdu la tête à l'automne 1835, peu après le passage de la comète de Halley. Il avait annoncé le retour de Moise à bord d'une baleinière incandescente, puis avait bouté le feu à la grange du pasteur presbytérien. Les voisins l'avaient intercepté, ligoté et expédié au Halifax Mental Asylum, où il termina ses jours dans l'aile des pyromanes et autres sociopathes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
SachenkaSachenka   24 juin 2013
[…] il n'existe aucun problème qu'une bonne fin du monde ne peut pas régler.
Commenter  J’apprécie          40
SachenkaSachenka   24 juin 2013
Selon elle, une civilisation qui se préoccupait autant d'archivage était, à n'en pas douter, une civilisation sur le déclin.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Nicolas Dickner (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Nicolas Dickner
Rafaële Germain Un présent infini Atelier 10
Nicolas Dickner Nikolski Le romancier portatif Éditions Alto
Mylène Bouchard L'imparfaite amitié La Peuplade
Inscrivez-vous à notre chaîne pour être informé des nouveautés !
https://www.youtube.com/c/AireLibreMtl
Pour nous aider à grandir, à rester indépendant et à continuer à promouvoir les auteurs et les artistes, supportez-nous ici :
autres livres classés : québecVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Littérature québécoise

Quel est le titre du premier roman canadien-français?

Les anciens canadiens
La terre paternelle
Les rapaillages
L'influence d'un livre
Maria Chapdelaine

18 questions
160 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature québécoise , québec , québécoisCréer un quiz sur ce livre