AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782070394708
272 pages
Gallimard (05/06/1996)
3.17/5   127 notes
Résumé :
"Je travaillais pour un assassin. Cette réflexion prenait toute sa valeur lorsque je me penchais sur la rivière. Je travaillais pour un assassin comme la plupart des habitants de la ville, mais personne ne disait rien.

Les fermes concernées s'étalaient sur plusieurs kilomètres en aval. Parfois, on m'attendait avec un panier plein de poissons crevés, ce qui nous faisait gagner du temps. Sinon, j'étais accompagné vers la berge et je devais me pencher s... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique

Connaissez-vous le test de la première page ?

Vous vous promenez dans les rayons d'une bibliothèque, et vous lisez la première page des livres qui vous tombent sous la main. Vous empruntez ceux qui réussissent le test.

J'ai lu la première page d'Assassins, de Djian, et j'ai été convaincu d'emprunter le livre.

Mal m'en a pris.

Dès la deuxième page, ce livre est une vraie purge, ennuyeuse comme la pluie. J'ai eu beaucoup de mal à en venir à bout et j'ai sué sang et eau pour y parvenir.

Quel souvenir en garderai-je ?

A part cet ennui abyssal, aucun : ma critique ne sera donc pas plus précise, c'est un livre à oublier.

Commenter  J’apprécie          2127

Patrick Sheahan, 45 ans, oscille entre dépression et ennui mortel, entre sa maison démodée, Marc, son ami et patron très exclusif, ses voisins dont la femme est sa maitresse, et l'usine dans laquelle il travaille, qui pollue toute l'eau de la région mais emploie la moitié de la ville.

Son chemin croise celui de Eileen MacKeogh, personnage féminin très attirant, à la chevelure rousse flamboyante.

L'avenir de l'usine, et donc de la ville toute entière, est sur la sellette suite à un contrôle d'un inspecteur de l'environnement. On tente d'acheter l'inspecteur, mais devant sa « mauvaise volonté », on finit par l'enfermer dans un coffre de voiture et l'emmener dans un chalet en pleine forêt pour le persuader de changer son rapport. S'en suit un huis clos formidable dans ce chalet, dans lequel nos six protagonistes vont se trouver cloitrer à cause d'une pluie ravageuse qui n'en finit pas.

Les démons de Patrick, le couple en fin de course que forment ses voisins et amis, la violence de Marc, l'humidité ambiante… Tout concourt à nous enfermer dans une histoire où l'on se demande qui le déluge emportera et qui s'en sortira.

Assassins revêt ici plusieurs sens : assassins de l'environnement, assassins de cet inspecteur, assassins de sa vie. Patrick choisira-t-il d'assassiner son ancienne vie et de renaitre avec Eileen ?

L'écriture de Philippe Djian est plaisante, les mots sont suffisamment évocateurs pour plonger le lecteur dans cette ambiance humide et froide qu'il veut créer.

Commenter  J’apprécie          30

J'ai croisé par hasard la route de « Assassins », roman publié en 1994.

Dans un huit clos oppressant, Philippe Djian dessine les portraits de différents personnages : un homme rongé par ses doutes et sa dépression, un couple usé, une jeune femme pulpeuse ou encore un inspecteur corrompu.

Les 7 protagonistes se retrouvent piégés dans une cabane montagneuse lorsqu'une pluie diluvienne s'abat sur le gite.

Les longues heures d'attente seront l'occasion d'une remise en cause de leurs amitiés, de leurs vies mais également l'occasion de jeux de dupes.

Ainsi, les protagonistes s'empêtrent dans les manipulations afin de sauver leur entreprise. En effet, un inspecteur est venu examiner les problèmes de pollution engendrés par le rejet d'une odeur fétide par leur usine. Deux enjeux se confrontent alors : le maintien des emplois et les considérations écologiques.

Le groupe d'amis va tenter d'éliminer cet inspecteur encombrant avec des manoeuvres cocasses.

Au-delà de cette toile de fond, le narrateur vacille entre sa maîtresse, relation facile et sécurisante, et une parfaite inconnue, symbole d'une renaissance amoureuse.

Le ton du roman est pour le moins absurde. le livre oscille entre des tergiversations amoureuses et une ambiance chaotique. Je n'ai pas réussi à accrocher avec le fil narratif de cet oeuvre.

J'ai largement préféré ma rencontre avec « Oh » et je déconseille ce roman pour une première approche de l'oeuvre de Philippe Djian.

Même si l'écriture est agréable, je n'ai pas été conquise par l'intrigue


Lien : https://wordpress.com/view/m..
Commenter  J’apprécie          30

Un roman sans scénario, des personnages mal équarris, une ambiance somme-toute chaotique, un érotisme des plus niais....

Bref, du temps perdu à lire ce titre.

Commenter  J’apprécie          10

Définitivement, je n'aime pas lire du Philippe Djian. Pendant cette lecture, j'ai eu du mal à me concentrer, l'histoire ne m'a pas captivée. Pourtant, c'est une belle écriture, mais qui ne m'a pas beaucoup touchée. Dommage !

Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (2) Ajouter une citation

La vaniteuse idée que j'avais pu avoir de moi s'était effilochée avec le temps et je ne la portais plus comme un étendard. Aucun nouvel accroc ne méritait que je déclare la guerre à qui que ce soit. il fallait se réserver pour les attaques vraiment sérieuses. Car celui qui mène mille petits combats ne peut jamais lever son sabre assez haut et meurt d'épuisement. »

Commenter  J’apprécie          30

« Si on ne peut pas avoir le cœur de quelqu'un, faut-il pour autant renoncer au reste ? »

Commenter  J’apprécie          90

Videos de Philippe Djian (55) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Philippe Djian
Découvrez l'émission intégrale ici : https://www.web-tv-culture.com/emission/delphine-saada-celle-qui-criait-au-loup-53274.html Quel lien peut-il y avoir entre la médecine et l'écriture. Delphine Saada ne se pose pas la question même si elle reconnait que le lien à l'autre, la volonté d'interroger et le souhait d'apaiser les maux sont peut-être des points communs. Delphine Saada s'est toujours rêvée médecin, elle s'est aujourd'hui spécialisée en dermatologie. Mais grande lectrice depuis l'adolescence, elle a répondu à une envie d'écriture il y a quelques années, s'essayant à des textes courts, pour le plaisir. Pourtant, l'idée de ce qui allait devenir son premier roman était déjà là. Il faudra la participation à un atelier d'écriture animé par l'écrivain Philippe Djian pour que Delphine Saada franchisse le pas et s'autorise à proposer son texte à un éditeur. Voilà comment nait ce livre, « Celle qui criait au loup » publié chez Plon. Anabelle a tout pour être heureuse. Une profession qu'elle aime et exerce avec rigueur, elle est infirmière dans un hôpital parisien, un mari attentionné, Sebastian, deux beaux enfants, Arthur et Emma, un appartement confortable. Pourtant dans cette vie réglée comme du papier à musique, Anabelle cache des failles. Au fil de quelques semaines, tout semble vaciller, des souvenirs resurgissent. Et bientôt, sa fille de 6 ans devient comme une ennemie. Son coeur de mère se dessèche face à cet enfant qui semble toute l'opposée d'elle-même. Sur le thème du désamour maternel, Delphine Saada nous offre un premier roman saisissant, violent, qui se lit comme un thriller psychologique tout en abordant des thèmes sociétaux universels. L'écriture, très maitrisée et littéraire, est intense et glaçante. L'intrigue est parfaitement menée et le malaise s'installe sournoisement dans cette famille bien sous tous rapports. Mais au-delà du plaisir de lecture avec ce roman à rebondissements où le suspense est habilement construit, le roman aborde des sujets sur la famille, l'éducation, les souvenirs, auxquels chacun pourra coller sa propre expérience. Ce premier roman est une vraie réussite. « Celle qui criait au loup » de Delphine Saada est publié aux éditions Plon.
+ Lire la suite
autres livres classés : romanVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus






Quiz Voir plus

Philippe Djian - méli-mélo de titres

Avant d'attaquer ses titres, on commence par son année de naissance.

1939
1949
1959
1969

12 questions
90 lecteurs ont répondu
Thème : Philippe DjianCréer un quiz sur ce livre