AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782330130367
80 pages
Actes Sud Junior (15/01/2020)
3.87/5   97 notes
Résumé :
Née garçon, Sara se sait être fille depuis la prime enfance. Avant même de pouvoir le formuler, de le comprendre. Mais elle a dû grandir emprisonnée dans un corps subi, moulée dans les lois de la masculinité, à ne pas pouvoir supporter son reflet dans un miroir.
Une erreur ? Une anomalie ?
Il fallait un changement, un réalignement de ce corps, et c’est à seize ans que Sara débute sa transition pour être celle qu’elle est, se sentir enfin vivante. S’a... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (52) Voir plus Ajouter une critique
3,87

sur 97 notes
5
25 avis
4
10 avis
3
4 avis
2
0 avis
1
3 avis

sylviedoc
  20 juin 2021
Ce petit volume d'une soixantaine de pages s'ouvre sur la description enthousiaste et lumineuse d'une belle fin de journée. La narratrice, Sara, s'en va faire des courses à quelques centaines de mètres, vêtue d'une jolie robe neuve dans laquelle elle se sent bien, même si a hésité à la mettre. Et effectivement, à peine quelques pages plus loin, on assiste à un déferlement de haine, insultes, projectiles lancés dans le dos, mains inquisitrices...
Et Sara nous raconte son quotidien, triste et douloureux depuis qu'elle a décidé d'assumer ce qu'elle ressent être du plus profond d'elle-même depuis l'enfance : une fille née par erreur dans un corps de garçon. Elle a d'abord essayé de s'en accommoder, n'étant pas entendue par son entourage, jusqu'au jour où elle rencontre un psychiatre qui l'écoute et accepte de l'aider à concrétiser son voeu de devenir une fille, physiquement parlant, afin de vivre en harmonie avec elle-même.
Le récit expose d'une part la vie actuelle de Sara, qui malgré l'agressivité et les regards mauvais dont elle fait l'objet se sent délivrée. le titre prend tout son sens à la fin du roman. Et d'autre part le long cheminement vers cette délivrance, les incompréhensions à l'école, à la maison, la difficulté à exprimer ce qu'elle ressent sans pouvoir lui donner un nom, un sens.
Le récit est très touchant, et je ne doute pas que tout adolescent qui "se cherche" au niveau de son identité de genre y trouvera un miroir, ou du moins un espoir. Cependant en tant qu'adulte je l'ai trouvé assez peu développé, beaucoup de ressenti mais pas assez d'ancrage pour se représenter la vie d'un jeune dans cette situation. Comme tout est narré du point de vue de Sara, c'est forcément unilatéral, il n'y a aucun contrepoint pour équilibrer le récit. C'est un long monologue, certes empreint d'émotion, mais il m'a manqué une dimension pour apprécier pleinement ce "Météore".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          325
Aquilae
  16 avril 2021
Ce livre est un roman, mais il est plus composé de textes et du ressentit du personnage principal plutôt que d'évènements qui se suivent et qui forment une histoire avec un début et une fin. C'est un roman de genre société, qui parle de réalités et d'injustices dans ce monde. Ses thèmes principaux sont le harcèlement et l'exil, que peut ressentir Sara tout au long du livre. Elle subit depuis toujours du harcèlement autant scolaire que public, venant d'inconnus dans la rue. Parfois cela se transforme même en agressions très violentes : on lui jette des briques dans le dos, on tente de la violer et on lui crache dessus dans une rue un peu isolée… Sara se sent exilée, rejetée par la société qui la voit comme différente et bizarre alors qu'elle est transgenre et que cela n'a rien de bizarre ni de différent : elle s'accepte juste telle qu'elle est dans le corps qu'elle a toujours voulu.
Dans ce livre, nous avons quelques extraits de harcèlement ou d'agressions que subit Sara, ce qui est absolument révoltant et horrible. Il y a aussi dans ce roman l'histoire de Sara, comment elle a su au fond d'elle qu'elle était une fille née dans le corps d'un garçon, et comment elle a pu changer de corps pour enfin être heureuse. On peut aussi trouver en grande partie des textes, comme des citations, que Sara pense qui reflètent sa vie et ce qu'elle vit au quotidien. Ce livre est très complet car non-seulement on est à la place de Sara car c'est elle la narratrice, mais on peut aussi savoir ce qu'elle pense très profondément, toutes ses pensées sur son existence et sur la société qui trouve qu'elle n'est pas à sa place.
J'ai beaucoup aimé ce livre malgré le fait que ça ne soit pas une «histoire» avec des évènements présents tout le long. C'est un très bon livre qui m'a permis de me mettre à la place des personnes transgenre et de ressentir un cours instant toutes les critiques et le harcèlement qu'ils ou elles pouvaient subir au quotidien. le fait qu'on retrouve beaucoup de textes «à part» des moments où Sara vit au moment présent est très bien car ça m'a permis de mieux me mettre à sa place, de penser comme elle et de voir les choses tel qu'elle les voit et les ressens. Tous ces textes sont très profond et pleins d'émotions ce qui les rend touchants ainsi que Sara. On comprend à quel point cela est difficile de s'accepter tel qu'on est, mais aussi encore plus dur de se faire accepter par la société actuelle qui dénigre énormément de gens pour aucune raison valable.
Dans « Météore », on vit tel que Sara une fille née garçon (autrefois Jérôme) vivait en étant enfant, quand ses professeurs disaient qu'elle était malade ou qu'elle dérangeait les autres enfants car elle portait des robes alors que c'était un garçon. On vit aussi sa transition, quand elle a commencé à l'âge de seize ans à trouver un psychiatre qui l'écoutait enfin et qui lui a permis d'avoir des injections d'hormones afin de devenir une femme.
On se met à place, on la comprend et puis on voit ce qu'elle vit et pense. C'est pour ça que ce livre est très complet et très bien. L'histoire est bien écrite, il n'y a pas de mot difficile, tout est clairement écrit et raconté. C'est facile à comprendre en plus d'être un livre plutôt court. Je recommande ce livre qui est très intéressant et très bien ! Anella
Le livre que j'ai lu s'appelle « Météore » il est vraiment super. Il parle de Sara qui est née dans un corps de garçon mais se n'est pas celui qu'elle voulait, elle va décomposer les idées que le monde à créée sur ce que c'est qu'être une femme grâce à sa façon de penser. Ce livre expose la société en mettant en avant la moralité des personnages. Il nous montre les conséquences de la société sur les femmes, les hommes et autre. Il montre également les habitudes que tous le monde prend par peur de déplaire aux personnes ‘'fermés d'esprits''. Il nous fait prendre conscience sur le fait que le monde pourrait avancer si les personnes n'avaient pas peur de se dévoiler de prouver qui ils sont.
Je conseille ce livre fortement il pourrait en faire évoluer certains sur leur façon de penser et leur faire accepter les vérités décrites
Célestine
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
angelita.manchado
  28 décembre 2019
Présentation Météore d'Antoine Dole
Il fait beau, le soleil est revenu. Mais ce soleil revenu, qu'elle voit dans les sourires des gens qu'elle croise, est-il revenu dans son coeur ? Elle a osé porter une robe pour aller faire quelques courses.
Mais ce soleil s'assombrit car elle est agressée, insultée par trois garçons. Pourquoi encore cette agression ?
Avis Météore d'Antoine Dole
Toujours agressée verbalement et physiquement. On pourrait penser, en lisant les premières pages, à du harcèlement scolaire. Mais c'est pire que ça. L'auteur nous en dévoile les raisons vers le milieu de ce roman écrit à la première personne. Car le lecteur se pose la question. Pourquoi autant de violences ?
Quand un enfant se sait différent dès son plus jeune âge. Qu'il ne comprend pas pourquoi on essaie de le cantonner dans une case. Quand il ne comprend pas pourquoi toutes les autorités, notamment scolaires, évoquent une déviance et que ses parents doivent le remettre dans le droit chemin.
Outre tout cela, bien écrit, bien détaillé, Antoine Dole nous démontre par la force des mots ce corps que l'on hait, que l'on cache, qui ne correspond pas à ce que l'on est réellement, à ce que l'on ressent dans son coeur. Une grande souffrance pendant de très grandes années. Une grande souffrance parce que l'on ne s'aime pas et c'est cela le plus dur. Passent encore ce que peuvent nous faire subir les autres, quand on n'a pas confiance en soi, quand on n'a pas l'estime de soi, c'est ça le plus dur. Les coups des autres sont moins violents que les coups que l'on peut s'infliger à soi-même. Quand on se sent autre, quand on se croit autre, quand on se sait autre et que le corps est complètement différent, il est impossible de s'accepter. Il suffit d'une rencontre, d'une belle rencontre avec un professionnel qui comprend, qui explique que le chemin pourra être long, surtout lorsque l'on n'est pas majeur. Et ensuite, avec soi, avec sa propre volonté, avec le fait de s'accepter et surtout en étant accompagné de la famille, de la mère, le passage ne se fera pas en douceur mais ce passage permettra de vivre la vie que l'on souhaite.
Les préjugés ont la vie dure surtout lorsque l'on est adulte et qu'on les subit. Mais les préjugés sont encore pires, lorsque l'on est enfant et que l'on grandit. Comment voir le soleil alors que tout est néant autour de soi, en soi ?
Un véritable plaidoyer pour toutes les femmes, quelles qu'elles soient. Ces femmes qui font avancer le monde, ces femmes qui endurent les plus vils sévices, les femmes qui luttent pour toutes les conditions, les femmes qui ont en définitive le pouvoir, car elles donnent la vie, elles apportent l'amour. Un véritable plaidoyer pour tous ceux qui n'ont pas le corps qu'ils souhaitent, qui se sentent mal dans ce corps. Malgré cette violence, le déni face à ce corps, les violences infligées à ce corps, il n'y a jamais eu la pensée de passer à l'acte irréversible. Une très grande force de caractère, tout de même. Mais si cela avait duré au-delà de ses 16 ans, sans trouver l'aide adéquate, n'aurait-elle pas voulu en finir ?
Un livre qui démontre tout de même que l‘espoir est toujours là, qu'il faut continuer pour pouvoir croire en soi, s'accepter, s'aimer pour ce que l'on est réellement. Car comme l'écrit l'auteur par la voix de son personnage, le corps n'est qu'une enveloppe et ne démontre pas qui l'on est réellement, quelle personne on est.
Antoine Dole sait écrire pour les adolescents, mais également pour tous ceux qui lisent ces livres. Et ce sont des sujets d'actualité qui touchent aussi bien les jeunes que les adultes.
Je remercie les Editions Actes Sud Junior et aussi l'auteur pour sa belle dédicace.
Lien : https://livresaprofusion.wor..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
AnneClaire29
  22 décembre 2020
Sara est née dans un corps de garçon mais il s'est toujours senti femme. Elle décide de mettre une robe et d'aller faire des courses. Mais voilà, une fois quitté le domicile, le regard des autres et leur réaction peuvent gâcher une belle journée. Les colibets, les crachats, les gifles, ... sont la réaction de ceux qui n'acceptent pas.
Sara nous raconte son combat pour faire accepter à son entourage, à l'école et à ses amis que ce n'est pas une lubie, que l'adolescence ne va rien arranger.
C'est une lutte de tout les jours, un cri du coeur pour exister.
Les courts romans de la collection "D'une seule voix" sont toujours des récit percutant, sensible et bien écrit. Celui-ci ne déroge pas à la règle. On le lit en apnée, on sent le combat et la douleur de Sara.
Commenter  J’apprécie          91
LesBraqueursDeLivres
  19 janvier 2021
Avis de Salomé 3e
Ce livre est génial en tout point, car malgré le nombre peu élevé de pages, il y a une profondeur des réflexions et une exposition de vérités très fortes. Notre société est remise en question, en particulier la moralité des personnes qui la composent. Sara décompose les idées préconçues que notre monde a créées sur ce que c'est qu'être une femme et balaye les normes par sa façon de penser qui est extraordinaire. Chaque lecteur ne peut qu'être d'accord avec ces dires.
Cette lecture fait réfléchir ou au moins réaliser les conséquences de notre société sur nous, femmes, hommes, personnes lgbtqia+ et autre. Sur notre manière de vivre, en suivant les conditions imposées par les habitudes et esprits fermés qui nous entourent, de peur de déplaire.
Si les personnes dénuées de modernité dans leur pensées lisaient ce live, le miracle qu'ils se mettent à accepter les vérités décrites pourrait se faire. Et les personnes qui contredisent les propos contenus dans ce joyau devraient être éduquées.
C'est une prise de conscience énorme, qui permettrait de faire avancer notre monde si cet auteur était étudié dans le parcours scolaire.
A lire sans aucun doute.
**********************************************
L'avis de Nathan, 3eme:
Météore raconte l'histoire de Sara une jeune adolescente qui subit le regard des autres, car Sarah est née garçon mais se sent fille.
Le livre retrace sa vie et son désir de changer de manière très touchante. On s'attache rapidement à Sarah et on comprend bien ses sentiments.
Toute sa jeunesse Sarah se fait harceler et rejeter dans une société qui n'accepte pas la différence comme la notre. Sarah va énormément en souffrir.
L'auteur fait passer un message très fort de manière très subtile en très peu de page.
Le livre pousse a réfléchir sur l'acceptation de la différence et ses conséquence dans la société même si on pense parfois que notre avis n'a pas de conséquence.
Météore m'a permis de me rendre compte de la gravité parfois de mes actes et de beaucoup plus faire attention à mes actions.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20


critiques presse (1)
Ricochet   24 février 2020
Ce nouvel opus de la collection D’une seule voix des éditions Actes Sud Junior signé Antoine Dole est un cri. Un cri de douleur, de colère, d’injustice et un cri de joie, aussi puissant que le premier cri que pousse le nouveau-né, signifiant ainsi qu’il est bien vivant !
Lire la critique sur le site : Ricochet
Citations et extraits (23) Voir plus Ajouter une citation
IdeesLivresIdeesLivres   31 janvier 2021
Les insultes, il y en a plein, de toutes sortes, et leurs déflagrations ne sont jamais les mêmes. Chacune vous abîme à sa façon. Les insultes, on ne les évite pas, elles sont à tête chercheuse. Elles traversent les airs, contournent tous les obstacles, savent toujours comment voler jusqu’à vous. Il y a celles qui vous transpercent, celles qui griffent, celles qui mordent, qui lacèrent, et même celles qui vous éventrent et vous laissent là, sans le moindre souffle, coupée en deux. Il y a celles qui vous caressent à peine et réussissent à vous trancher net, en plein cœur. Elles s’accrochent à vous, même quand vous courez. Elles attrapent vos cheveux, vous saisissent, vous retiennent. Elles trouvent tous les moyens de vous suivre, connaissent le chemin de votre maison, sans cesse elles vous retrouvent. Elles imprègnent vos vêtements, elles s’insinuent dessous, et là contre la peau ce n’est pas encore suffisant : elles pénètrent la chair, elles s’enfouissent en vous, cognent vos os, remplissent vos veines, deviennent un peu de vous. Elles restent logées là, comme des balles impossibles à extraire, qui continuent de vriller dans la chair et de creuser des sillons brûlants. Elles vous déforment en vérité, mais à l’extérieur rien ne change. Quand elles terminent leur course, elles sont dans votre souffle, dans vos battements de cœur, dans vos gestes et jusque dans votre voix. Le plus difficile, c’est de ne pas devenir elles. Et, quand on se regarde dans le miroir, réussir à voir autre chose. Les insultes, on ne s’en défait pas. On les garde au travers. On se construit dessus. Par-dessus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
CapitaineBaptCapitaineBapt   26 janvier 2021
J'ai appris, à la dure, qu'il faut vivre envers et contre tout. Vivre au travers. Au travers des critiques et des jugements. Au travers des doutes et des certitudes. Au travers des autres et de ma propre solitude. Au travers de ce monde et de sa violence. Au travers de celles et ceux qui vivent et ressentent déjà leur vérité, souvent mieux. Au travers de celles et ceux qui ne font rien pour se sentir exister mais qui vous jugent quand même. Au travers des angoisses, des ratés, des réussites, des échecs, des espoirs, des déceptions. Au travers du désamour des uns, et du désir des autres. Au travers des moqueurs et de ce qu'ils transforment de soi à force d'acharnement. Au travers des souvenirs et de ce qu'ils deviennent avec le temps. Au travers des considérations maladroites, des formulations rapides, des propos inappropriés à l'endroit du coeur. Au travers de la peur de n'avoir jamais su, et de ne jamais savoir. De n'avoir jamais été, et de ne jamais devenir. Vivre à travers tout, et en travers de soi. Au travers de soi. Pour vivre plus grand, plus fort et ne jamais cesser. Etre qui l'on est.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
IdeesLivresIdeesLivres   31 janvier 2021
Se détester, c’est facile quand on est coincé là, dans un corps qui n’est pas le sien. Chaque fois qu’on se regarde c’est difficile, chaque matin quand on se lève, chaque soir quand on se couche, et chaque foutue seconde qui s’écoule entre ces deux moments parce qu’on s’accroche à tout, dans ce monde en crépi, on se griffe sur la moindre surface, tous les contacts peuvent devenir létaux. On ne se sent pas léger, toutes les pensées sont laborieuses, tous les gestes. Comme si le corps, l’esprit et l’âme ne cessaient jamais de se combattre et de vous mettre à terre. On ne tient pas debout, sans cesse on rampe. On en vient à maudire cette prison, à souhaiter qu’elle s’écroule. Tous ces barreaux d’os et de cartilage, ces murs de chairs et de peau qui vous séquestrent depuis l’enfance. Moi, je vivais comme je le pouvais, en équilibre, funambule de ce corps, puis tout à coup la lumière m’est parvenue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Clem1909Clem1909   17 juillet 2020
C'est quoi être un garçon ? C'est quoi être une fille ? Est-ce que c'est avoir les cheveux courts et porter du bleu ? Est-ce que c'est avoir des gros seins et se maquiller ? Est-ce que c'est juste une façon de modeler son âme ? Ce n'est pas être un corps.
Commenter  J’apprécie          20
TakalirsaTakalirsa   04 janvier 2020
Cette vie nous demande des choix. Sans cesse. S'écrouler ou se battre. Se cacher ou affronter. Disparaître ou exister. Ce ne sont pas les autres qui font ces choix. C'est nous, et seulement nous.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Antoine Dole (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Antoine Dole
Dans le cadre de l'exposition "Mortelle Adèle, l'exposition interdite aux nazebroques" qui sera présentée du 17 au 20 mars au Festival d'Angoulême, Baptiste Lecaplain nous parle de Mr Tan et Diane le Feyer ainsi que de leur personnage Mortelle Adèle.
Abonnez-vous à notre chaîne ! https://www.youtube.com/user/bdangouleme/videos
Programmation et infos sur bdangouleme.com ou sur les réseaux avec @bdangouleme
RAJA partenaire principal du Festival : www.raja.fr
autres livres classés : transgenreVoir plus
Notre sélection Jeune Adulte Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Ce qui ne nous tue pas

Comment s'appelle les deux amies de Lola ?

Clémence et Cali
Lola et Simone
Juliette et Claire
Mathilde et Adélaïde

7 questions
16 lecteurs ont répondu
Thème : Ce qui ne nous tue pas de Antoine DoleCréer un quiz sur ce livre