AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2505086052
Éditeur : Dargaud (31/10/2019)

Note moyenne : 4.06/5 (sur 9 notes)
Résumé :
Basile, Victor et Calixte ont enfin retrouvé leur mère, Adèle Francoeur, mais dans un état très inquiétant. Le Roi banni l'a privée de son Azur et l'a recouverte de Calamyrhs, catalyseur puissant empêchant l'énergie de regagner son corps. L'état d'Adèle n'est cependant pas l'unique préoccupation d'Aristophania : la puissance des Calamyrhs inquiète le royaume d'Azur. Avec une telle arme en sa possession, le Roi banni pourrait aisément gagner la guerre qui se profile.... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Alfaric
  01 novembre 2019
Dans ce tome 2 intitulé "Progredientes", « ceux qui vont faire des progrès », tout commence par une mère qui tente de mettre fin à ses jours pour sauver ses enfants. Si elle échappe à la mort, c'est pour subir un sort pire que la mort. Transformée en monstre, ses enfants doivent à tout prix trouver la légendaire Source Aurore non pour sauver le monde mais pour la sauver elle… C'est ainsi que sous l'égide d'Aristophania Bolt, ils commencent leur apprentissage de Chevaliers Jedis !
Cela aurait pu se passer il y a bien longtemps, dans une galaxie lointaine, très lointaine, mais cela se passe à la Belle Époque dans la Provence de Marcel Pagnol ! Après l'assassinant de l'un d'entre eux, le Conseil Jedi décide de partir en guerre contre Dark Sidious et ses sbires du Côté Obscur. Les affrontements sont donc imminents entre « herculéens », « cuirassés », « passe-murailles », « pourrisseurs », « sourciers », « feux-follets », « soigneurs » et tutti quanti (OMG on est dans la version française des "Chroniques du Grimnoir" de Larry Correia), mais le Roi Banni attend chevaliers et fées de pied ferme car il domine les hommes grâce l'argent du capitalisme et peut tarir les sources de la magie grâce à la pollution de l'industrie (remember Sauron et Saroumane du "SdA")...
Aristophania Bolt n'a pas le temps nécessaire pour mener à bien son projet, et d'Obi-wan Kenobi elle passe à Maître Yoda pour apprendre l'utilisation de la Force à ses protégés qui sont les derniers espoirs de l'humanité : ils ne peuvent essayer, ils doivent résoudre ou ne pas résoudre les énigmes qu'elle leur propose car si elle peut transmettre la connaissance elle ne peut pas transmettre l'expérience (OMG si ses explications dans le tome 1 étaient exactement celle d'Obi-wan Kenobi sur la Force dans "Star Wars", ses explications dans ce tome 2 sont exactement les mêmes que celles de Mû du Bélier sur le Septième Sens dans "Saint Seiya"). Mais que peuvent les changelins qui ont été élevés en humains dans le monde des humains pour sauver le monde des magiciens, oui que peut le bouillant et pessimiste Basile, que peut le cartésien et peureux Victor, et que peut la jeune et naïve Callixte… (oui mais non, affronter leurs peurs dans la caverne des terreurs ils peuvent !)

A la dernière page nous voyons le Roi Banni et ses lieutenants jubiler (OMG c'est Victor Hugo et les Misérables passés du Côté Obscur de la Force !) : leur piège a fonctionné et ils ont obtenu le moyen de traquer l'un des derniers espoirs, et donc ils comptent bien remonter sa piste pour donner l'assaut sur le Royaume d'Azur… Mais ils ne savent pas qu'un autre espoir a déjà découvert leur repaire secret, et qu'un autre espoir a déjà passé toutes les épreuves pour passer de padawan à chevalier jedi ! Oh oui ce n'est pas la fin, mais le commencement !!!
Xavier Dorison est au top de sa forme, Joël Parnotte est au top de sa forme, et les deux auteurs se ménagent pas leurs efforts pour mettre en scène l'opposition de deux visions antinomiques du monde : pour résumer les altruistes qui sont « un pour tous » et qui veulent juste profiter des joies simples certes mais belles et bonnes qu'offre la vie, et les égoïstes pour ne pas dire les pervers narcissiques qui sont « tous pour un » et qui en veulent toujours plus pour toujours plus écraser les autres… A cet égard la scène de la gare plus qu'emblématique est une véritable déclaration de guerre aux homines crevarices : là où les suppôts de Celui-qu'il-ne-faut-pas-nommer voient « un lieu où se croisent les gens qui ont réussi et les gens qui ne sont rien » (comment le président de tous les Français a-t-il pu ainsi insulter toute l'humanité ? Rien que pour cela il sera maudit pour toute l'éternité !), les véritables être humains eux voient un lieu où se croisent toutes les émotions qui n'ont pas besoin de mots pour toucher le coeur des gens qui ne sont ne sont pas rien mais qui au contraire sont tout, et ce quel que soit leur compte en banque... Nous pouvons ainsi rajouter le nom des auteurs à la liste de plus en plus longue d'artistes dégoûtés et écoeurés par le thatchéro-reagano-macronisme : tout cela va mal finir ! (d'ailleurs je crois que ce n'est pas un hasard si on voit fleurir sur la Toile des rageux qui hurlent sur tous les toits que Xavier Dorison, l'un des auteurs de BD les plus talentueux de sa génération, n'est qu'un tâcheron sans ambition qui ne doit sa réputation et sa réussite que grâce qu'aux gauchistes antifa des réseaux sociaux)
Lien : http://www.portesdumultivers..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
Bouvy
  02 novembre 2019
Aristophania continue de protéger les enfants de Clément, l'un des membres de l'Azur décédé. Elle pense que les trois enfants ont hérité des dons de leur père. Mais la maman des protégés est capturée par le « Roi Banni ». Ce dernier lui vole son Azur car il paraît que nous en avons tous en nous, sauf ceux de la Cour Sombre, dont est membre le Roi Banni. Il a ensuite enrobé la mère des enfant dans le Calamyrh, ce qui empêchera la mère de retrouver sa part d'Azur et de guérir. Il ne reste en elle que sa part d'ombre et c'est la comtesse, Aristophania, qui la maintient tranquille grâce à son Azur à elle. Pour guérir la maman des enfants, il faut trouver la solution de débarrasser la jeune femme du Alamyrh et les enfants doivent découvrir leur Azur. La reine de la Cour d'Azur déconseille à Aristophania de s'occuper des enfants et de les abandonnés. Mais la comtesse est persuadé qu'ils ont des prédispositions pour un jour devenir membre de la Cour d'Azur et insiste pour les élever. La reine lui donne sept jours pour y arriver. Aristophania va alors leur donner d'étranges devoirs, en forme d'énigme pour qu'ils puissent ensuite attirer l'Azur. Mais les solutions aux problèmes sont presque inaccessibles. Les enfants sont confrontés à un ésotérisme qu'ils ne comprennent et ne maîtrisent pas. Pendant ce temps là, la Cour Sombre gagne en puissance et arrive à pénétrer dans un des châteaux de la Cour d'Azur et tue l'un de leur puissants membres…
Cette bande dessinée n'en est qu'à ses débuts et pourtant elle est déjà terriblement complexe. le scénario s'inspire de certaines mythologies sans vraiment en préciser une. J'ai le sentiment qu'avec ce deuxième opus, si cette fois nous savons qui sont ennemis et amis, nous n'avons pas avancé d'un iota. le sort des enfants est toujours incertain et c'est par petites touches que nous progressons. Qui est vraiment Aristophania, qu'elles sont les vrais pouvoirs de la Cour d'Azur et son influence sur notre monde et l'humanité. le graphisme est assez chargé, classique. Les paysages urbains, les usines, les véhicules, les tenus vestimentaires nous plongent et nous situent bien dans cette époque de révolution industrielle qu'est le début du vingtième siècle. Les dialogues sont aussi riches et chargés. Les bulles ont tendance à dévorer les cases. Il y a aussi beaucoup de nouveaux personnages qui apparaissent sans que l'on sache si il sont du bon ou du mauvais côté. D'ailleurs, depuis le début, nous ne pouvons pas affirmer que la Cour d'Azur soit les gentils ou les méchants, ils sont simplement les ennemis de la Cour Sombre qui ne leur veut pas beaucoup de bien. Il semblerait que l'ultime quête qui pourrait aider à vaincre définitivement la Cour Sombre soit la découverte de la Source Aurore. Mais elle n'est peut-être que légende. Elle est racontée dans l'histoire et les débuts de la Cour d'Azur mais personne ne l'a jamais découverte. Aristophania est persuadée que les enfants, s'ils découvrent et rencontrent leur Azur seront capable de la trouver. La reine et les membres de la Cour d'Azur pensent qu'il ne faut pas compter sur cette découverte car elle ne serait que légende et ordonnent à nouveau à Aristophania d'abandonner les gosses qui la mette en danger ainsi que la Cour d'Azur. Aristophania insiste au risque de devenir pariât, pour continuer de protéger les enfants. Ensuite, nous nous égarons et ne savons absolument pas dans quelle direction nous allons. Je crois qu'il va encore falloir un épisode supplémentaire pour démêler les cartes d'une histoire qui me parait bien complexe, à moins que le tome suivant nous égare encore d'avantage. J'ai lu cette bande dessinée sans vraiment de passion et d'émotion. J'espère la voir se clarifier et peut-être s'épurer pour atteindre l'essentiel, m'émouvoir. Lu en numérique en format KINDLE avec une très belle numérisation.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          123
gyselinck_dominique
  11 novembre 2019
Quand Adèle Francoeur se retrouve dans un train, escortée par 2 policiers qui ont pour mission de la transférer de prison, elle est bien loin d'imaginer la suite de son voyage...
Tour d'abord, le train s'arrête en pleine cambrousse, près d'un pont et les policiers la font descendre, menottée. Ils remontent ensuite dans le train qui reprend sa route comme si de rien était.
Elle rencontre alors un étrange individu, auprès duquel les policiers, en lui amenant Adèle, viennent de s'acquitter de leur dette.
Adèle n'étant pas dupe, prévient tout de go qu'elle n'entend pas offrir d'argent, qu'elle n'a pas, ni son corps en échange de sa liberté.
Mais une seule chose intéresse le Roi Banni car c'est bien de lui qu'il s'agit... ses souvenirs.
Pour ses enfants toujours protégés par Aristophania les choses se compliquent aussi... la Reine leur donne encore 7 jours pour qu'ils trouvent la Source, à défaut, ils devront quitter le Royaume, et seront livrés à eux-mêmes...
Commenter  J’apprécie          40
Dunadan
  17 novembre 2019
Coup d'chapeau (haut-de-forme) à cette série initiatique, qui confirme que "le XXIème siècle sera religieux ou ne sera pas."
Amour et magie, une seule et même chose.
Commenter  J’apprécie          41
croix59
  31 octobre 2019
Suite des aventures de Basile, Victor et Calixte dans le royaume d'Azur. Moins d'aventures fantastiques que dans le premier tome. Nos petits héros doivent ici apprendre sous la gouverne de la comtesse comment avoir l'azur. Et contrairement à ce que tous pensaient ce n'est pas si simple. Même si leurs 3 esprits complémentaires arrivent à résoudre quelques énigmes, ils n'ont pas encore atteint le niveau adéquat pour délivrer leur mère. Tome d'apprentissage.
Les dessins sont magnifiques, que ce soit des gros plans ou des vues de paysages. Plein de détails avec des couleurs qui réhaussent l'ensemble, à tel point que par moment, cela ressemble à de vrais peintures.
Un peu en dessous du précédent (au niveau action) mais à recommander.
Commenter  J’apprécie          30

critiques presse (3)
Sceneario   13 novembre 2019
L'intrigue avance bien, le lecteur est ensorcelé. Ce tome réserve bien des surprises et les rebondissements sont très bien amenés. Quand à Joel Parnotte, son graphisme s'impose à nouveau. C'est tout simplement magnifique. Il amène de la poésie et de la magie dans ce récit où la noirceur et le drame ne sont pas loin.
Lire la critique sur le site : Sceneario
Auracan   05 novembre 2019
Xavier Dorison construit son scénario avec finesse et intelligence. Rien n'y est gratuit. [...] Le dessin de Joël Parnotte constitue l'écho idéal du scénario et démontre une remarquable justesse tant dans des scènes spectaculaires, de grands décors, que dans des séquences plus intimistes dans lesquelles l'association du trait et de l'histoire offre une place de choix aux émotions et sentiments.
Lire la critique sur le site : Auracan
BDZoom   28 octobre 2019
Une petite merveille de french fantasy concoctée avec la complicité talentueuse de Joël Parnotte. Un album de conte fascinant qui fera rêver petits et grands.
Lire la critique sur le site : BDZoom
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
AlfaricAlfaric   31 octobre 2019
- Il y a un intrus chez vous, Victor. Il est entré dans votre maison, s’est installé à votre place près du feu et vous a demandé de lui donner votre assiette. Vous avez obéi. Après, il vous a demandé de courbé l’échine et de dormir dehors, sans rien en échange. Vous avez encore obéi. Il pourrait partir, bien sûr, mais pourquoi voudriez-vous qu’il le fasse ?… Vous ne lui avez même pas demandé !
- Je… Je ne sais pas de qui vous parler ?!
- Bien sûr que si, Victor, mais vous êtes tellement habitué à lui qu’il vous arrive de le confondre avec vous-mêmes, vous êtes trop intelligent pour ignorer son nom. Il s’appelle… « peur ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
BouvyBouvy   02 novembre 2019
A dire vrai, nous sommes tous "mourants" depuis le jour de notre naissance !
Commenter  J’apprécie          40
Lire un extrait
Videos de Xavier Dorison (48) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Xavier Dorison
http://www.librairiedialogues.fr/ Nicolas nous propose ses coups de c?ur du rayon BD : "Visa Transit" de Nicolas de Crécy (Gallimard), "Le Château des animaux" de Xavier Dorison et Félix Delep (Casterman) et "Paris 2119" de Zep et Bertail (Rue des Sèvres). Réalisation : Ronan Loup. Questions posées par : Laure-Anne Cappellesso.
Retrouvez nous aussi sur : Facebook : https://www.facebook.com/librairie.dialogues/ Twitter : https://twitter.com/dialogues Instagram : https://www.instagram.com/librairiedialogues/
autres livres classés : provenceVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
3556 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre