AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Brice Cossu (Autre)Go Nagai (Autre)Xavier Dorison (Autre)
EAN : 3701167194218
168 pages
Kana (21/10/2022)
4.44/5   347 notes
Résumé :
La guerre entre les forces de Véga et Goldorak est un lointain souvenir. Actarus et sa soeur sont repartis sur Euphor tandis qu'Alcor et Vénusia tentent de mener une vie normale. Mais, des confins de l'espace, surgit le plus puissant des golgoths : l'Hydragon. Alors que le monstre de l'ultime Division Ruine écrase les armées terriennes, les exigences des derniers représentants de Véga sidèrent la planète : sous peine d'annihilation totale, tous les habitants du Japo... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (95) Voir plus Ajouter une critique
4,44

sur 347 notes
5
70 avis
4
21 avis
3
4 avis
2
0 avis
1
0 avis

Yvan_T
  26 décembre 2021
Presque 3 ans que je n'avais plus lu de bandes dessinées, moi qui en lisais parfois 500 par an. Mais là, comment résister à cette couverture qui réveille tant de souvenirs d'enfance. Ah, nostalgie quand tu nous tiens !
La première bonne nouvelle de cet épilogue à la série culte est que Goldorak n'est pas mort ! Après avoir vaincu les troupes de Véga, Actarus et sa soeur Phénicia sont retournés sur leur planète Euphor, tandis que leurs acolytes sont retournés à une vie plus pépère. Jusqu'au jour où un terrible Golgoth s'écrase sur le Mont Fuji, tout en donnant un ultimatum aux terriens : ils ont 7 jours pour abandonner l'archipel du Japon aux derniers survivants du peuple de Véga, emmenés par le général Yros d'Arkhen…
La deuxième bonne nouvelle est que le héros de Gō Nagai est ressuscité par cinq auteurs aussi talentueux que passionnés par Goldorak, comme en témoigne le bonus d'une trentaine de pages en fin d'album. Il n'en fallait évidemment pas plus pour réveiller le bédéphile qui sommeillait encore en moi et titiller le quadragénaire nostalgique issu de la génération du Club Dorothée et nourri aux dessins animés nippons de Récré A2.
La meilleure nouvelle est cependant que les auteurs sont parvenus à conserver l'esprit de la série tout en lui donnant un nouveau souffle. le scénario de Xavier Dorison (Undertaker, Ulysse 1781, Long John Silver, W.E.S.T., XIII Mystery, …) et Denis Bajram (Universal War One, Universal War Two, Alix Senator, Trois Christs) tient non seulement la route, mais offre surtout un épilogue merveilleux et parfaitement rythmé à cette série culte. Et que dire du travail visuel de Denis Bajram (scénario et dessins), Brice Cossu (dessins), Alexis Sentenac (dessins) et Yoann Guillo (couleurs), qui ont peaufiné chaque planche dans les moindres détails. Une véritable claque !
Bref, cinq auteurs qui réalisent l'exploit de ramener des centaines de lecteurs plus de 40 ans dans le temps, pour les abandonner le regard plein d'étoiles…celles qu'ils avaient dans les yeux en étant petits, obnubilé par ces héros qui animaient leur petit écran. Merci !
Alors, n'hésitez pas, foncez ! Goldorak Go !
Lien : https://brusselsboy.wordpres..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          12313
cascasimir
  10 novembre 2021
Fin 2020-début 2021: 4 missions spatiales sur la lune (EM-1 américain, Korea Pathfinder de la Corée du Sud, Luna 25 russe et le SLIM japonais. )

La dernière mission lunaire a réveillé "Hydragon" , le dernier Golgoth, le plus puissant et le plus destructeur...

Actarus et Phénicia avaient quitté la Terre, pour leur planète natale Euphor, après avoir vaincu les monstres de Vega, 10 ans plus tôt...

Face à la menace, Procyon recherche Actarus. (Acturus qui est devenu barbu, déprimé et qui boit.)

Le héros semble même hésiter, sa main tremble au dessus des commandes du Goldorak...
Un vaisseau caché au fond de l'eau (sous la route n°9) et qui porte des traces de rouille.

Les auteurs posent la question qui hante les fans de Goldorak la série. Pourquoi Vega envoyait les Golgoths un par un (au lieu de toute leur flotte), pour envahir la Terre...

Et si c'était seulement des barges ou des vaisseaux d'exploration? (des vaisseaux armés et destructeurs !)
Car Vega veut annexer le Japon, et vider le pays de ses habitants, pour abriter son propre peuple, à la dérive...

L'humanité doit-elle accepter ou combattre Hydragon? En sachant comment peuvent se comporter des "immigrés" non humains, qui n'ont rien de commun... avec la Terre, avec les droits des hommes, avec leur culture ou même leur... religion?
Surtout quand on sait comment les vainqueurs se comportent avec les vaincus?
Si tant que Vega ne vénère pas le... Dieu de la destruction?
Souvenez vous du commandant Minos, qui partageait son corps avec une créature nommée Minas (ils s'entretuent dans le dernier épisode !)

Il y énormement de clins d'oeil, à la série. La pochette du vinyle de Noam et sa chanson, par exemple. Ou la relation entre Alcor et Phénicia...et Vénusia!
Épisode 47:Le lac embrasé.
-"Oui, je suis amoureux de Vénusia, mais je suis l'ami d'Actarus et rien ne doit nous désunir, ce serait trop stupide." Disait Alcor.

"Il est né d'une galaxie
Aux frontières d'une autre vie
Qui est-il, d'où vient-il?
Formidable robot
Des temps nouveaux."
Goldorak go!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1098
Alfaric
  25 octobre 2021
BD SCIENCE-FICTION / SUPER-ROBOTS
Au grand dam des petits cercle intellos prout prout, il existe des oeuvres des défient le temps pour des millions et des millions de gens, et parfois mêmes des milliards et des milliards de gens. Tout simplement parce qu'elles portent de grands sentiments au lieu de petites idées… Donc non, cette adaptation n'est pas un "doudou pour boomers" comme on peut le lire ici ou là chez les thuriféraires de Télérama, mais bel et bien un plaidoyer universel pour la paix et la compréhension entre les peuples (choses dont ne veulent pas nos élites autoproclamées qui veulent absolument rejouer les années 1930)...
Ce projet de faire revivre les aventure du Prince de l'Espace aura duré 5 ans. Et bien on n'aura pas attendu pour rien ! C'était déjà culotté de réaliser un stand-alone de 145 pages, alors si on ajoute 20 pages de bonus c'est la fête. Les graphismes à six mains de Denis Bajram, Brice Cossu et Alexis Sentenac sont d'excellente facture, et la colorisation de Yoan Guillo tire encore l'ensemble vers le haut. C'est fluide et c'est dynamique, mais c'est surtout très beau. Alors on retrouve les personnages d'origine avec le relationship drama qui va bien, l'action et l'émotion de la sérier d'origine avec la touche d'humour voire d'autodérision qui va bien (souvent pour se foutre de la gueule des clichés hollywoodiens par ailleurs). Mais qui de mieux que Xavier Dorison le paladin de la culture populaire pour lutter contre la peur et l'ignorance, la haine et la violence, le mépris et l'indifférence ? Parce que finalement il ne manque à cet album que le destin de l'Empire de Véga : que sont devenus tous ces peuples réduits en esclavage ? J'aurai bien vu les victimes devenues bourreaux, les bourreaux devenir victimes, et Actarus et Goldorak obligés de protéger ceux qui l'avaient si longtemps combattu… On a bien réussi a rebooter "Mazinger Z", si Gô Nagai et la Toei voulait bien laisser les plus grands artistes de l'autre pays du manga rebooter "Grendizer" / "Goldorak", nous serions tous morts et au paradis des geeks !!! Mais au final la boucle est-elle vraiment bouclée ?!
Lien : https://www.portesdumultiver..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          7510
SamDLit
  25 octobre 2021
Et pour un empire ---
Dis maman, pourquoi je suis pas un garçon ?
Je me fous bien des qu'en-dira-t-on, je suis caméléon
Prenez garde à mes soldats de plomb, c'est eux qui vous tueront
Ou alors ce seront les Golgoths,
ou les haines qui persistent
Retour rétro pour toute une génération et Go à la suivante
- A l'image de la création du monde, 7 jours, c'est le délai imparti au Japon pour laisser la place aux Végaliens. -
Tout en respectant l'esprit d'origine, il y a chez ce 'new' Goldorak, une modernité de ton dans les dessins d'abord, dans les sujets évoqués ensuite
- D'accord, la guerre, ce n'est pas nouveau, la haine non plus, ce qui l'est un peu plus vs 2021, ce sont les réactions des terriens, le voile levé sur la raison première de l'attaque des forces de Véga & ce qui est arrivé à/sur Euphor
* Tolérance, ouverture des frontières, respect de l'autre et de son environnement, les solutions pacifiques plutôt que politiques ou militaires *
Bref une nouvelle approche, qui 10 ans plus tard en années de récit et à partir d'un scénario repartant de zéro, reconstruit tout un univers avec des héros et des héroïnes (oui parité respectée ou presque) qui ont évolué, sont devenus plus adultes, ont vieilli, bien vieilli, clin d'oeil à Rigel.
Un regard neuf sur de l'ancien: c'est souvent dans les vieux pots qu'on fait les meilleures soupes et celle-ci est goûteuse.
Pour les critiques pro et celles des vrais connaisseurs, voir les précédentes sur Babelio et probablement les suivantes.
Perso, en néophyte totale, je me suis régalée ce WE, me consolant de les avoir 'loupés' pendant le mois de la BD à Bxl (ils y étaient les 12 & 13/10)
Un album tout à la fois traditionnel classique, comics, manga, qui mis à part son sens de lecture de gauche à droite, mélange habilement les genres et les univers européens et japonais.

Un vrai pont transgénérationnel via une passion commune entre 'grands enfants' qui s'adresse aussi bien aux fans de récré A2, la génération du Club Dorothée et son nez pointu qu'aux plus jeunes et même aux plus âgés, comme dans mon cas, génération d'avant cette manga/anime mania.
Chaque tranche d'âge (et sexe) pourra se glisser avec délice dans une histoire qui fait oublier la terre actuelle et ses problèmes perpétuels, tout en étant résolument moderne.
- Portons un toast pour saluer l'arrivée de Kasior et remercier Argaïa
(un verre d'eau Rigel, c'est la meilleure et la plus sage des boissons)

C'est Xavier Dorison qui a lancé le projet en écrivant une très belle lettre à papa, Gō Nagai, et surprise, papa a répondu oui.
Denis Bajram, seul à l'origine des premières planches envoyées en présentation au Japon (lecture manga de droite à gauche) et dont on découvre la première bande dessinée à 10 ans en fin d'album, s'est occupé avec lui de l'histoire, des storyboards, du dessin, de l'encrage, de la finalisation des couleurs, de la couverture et de la maquette, Ouf sacré travail !
PS: en admirant en fin d'album les 30 pages consacrées aux différentes phases de ce travail gigantesque, dessins, storyboards, 2 pages/1 page, encrages, colorisations, lumières, photos, on comprend le sérieux de l'entreprise et la passion qui les anime. Chapeau.
L'ont tout de suite suivi ses copains d'atelier (via une plateforme de partage internet, la technologie a parfois du bon), Brice Cossu et Alexis Sentenac (*), pour le design des personnages, les storyboards, les dessins et l'encrage
(*) voir un de ses dessins, à 5 ans, en fin d'album.

A cette équipe de 4 au départ, est venu se joindre Yoann Guillo, qui a donné vie aux couleurs car sans colorisation adéquate, ce serait comme un plat sans épices, aidé par Anaïs Blanchard
Février 2016 - juillet 2021

C'est une femme qui a porté le projet éditorial et cocorico, c'est une Belge, Christel Hoolans, DG chez Kana Editions, fan de la première heure.
Comme quoi les robots pour les garçons et les poupées pour les filles, c'était déjà un peu dépassé en 1978. Pourvu que cela dure.

Longue vie donc à Goldorak, vs 2021.
Il l'a bien mérité, hors tout marketing, la folie et la passion sont toujours récompensés quand il y a le talent et le respect derrière !
Un résumé de la genèse se trouve en début d'album, reprenant les différents épisodes de la série et les personnages.
Pour l'aperçu visuel, lien vers quelques pages et bulles, s'il fonctionne


Pour le scénario 2021, voir la 4ième ou ce résumé hyper écourté:
« La guerre entre les forces de Véga et Goldorak est un lointain souvenir. Actarus et sa soeur sont repartis sur Euphor tandis qu'Alcor et Vénusia tentent de mener une vie normale. Jusqu'au jour où, issu des confins de l'espace, surgit le plus puissant des Golgoths, Hydragon. Un ennemi que seul Goldorak pourrait abattre... »
A la 11ième tentative, j'abandonne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          5917
deidamie
  15 mars 2022
Avant toute chose, merci à X. pour ses précieux renseignements!
"Bonjour les Babélionautes! Aujourd'hui, on va parler d'une BD poursuivant l'histoire d'une série animée de notre enfance. Ce travail est signé Xavier Dorison, Denis Bajram, Alexis Sentenac, Brice Cossu et Yoan Guillo. Vous êtes prêts? Goldorak go!
Or donc la Terre vit désormais en sécurité, débarrassée de la menace de ceux de Véga... jusqu'au jour où un Hydragon, le plus terrible des Golgoths, attaque Tôkyô! Seuls Actarus et Goldorak peuvent l'arrêter! Mais comment joindre le vaillant guerrier, parti il y a des années vers sa planète natale? Accours vers nous, prince de l'espace, viens défendre notre Terre, elle est en danger!
-Ah d'accord. Rédiger toi-même est devenu démodé, autant tout piquer dans les génériques, hein? Bravo, Déidamie, c'est du propre!
-"Lââ veunir du genre hummain, tu l'as dans tes mmaaaaains..."
-Quelqu'un connaît plus fort que "consternation"? moi, je sais plus, là... encore que ç'aurait pu être pire: elle aurait pu déclamer...
-"Viens défendre notre Terre de justice et d'amouuuur!"
-Ah, mais c'est pas vrai! tu regardes jamais les infos ou quoi?! Bon, bah, puisqu'elle est occupée à rejouer les karaokés de Japan Expo, je vais commencer. Je suis Méchante Déidamie et j'ai pas aimé!
J'ai pas aimé l'humour démodé! Etait-il vraiment utile de représenter Alcor en sale petit harceleur sur son lieu de travail? Qu'est-ce que ça apporte à l'histoire? Faut-il en conclure qu'Alcor est un abruti ordinaire? Pourquoi salir un héros?
-Oui, j'avoue que je n'ai pas compris ce choix... Sinon, j'ai été très agréablement surprise par la qualité du graphisme! le dessin des persos est modernisé, dépoussiéré, je me retrouve devant les héros de mon enfance à la mode du XXIe siècle!
-Le XXIe siècle... ça me dit quelque chose... on n'a pas rendez-vous avec quelqu'un, dans ce siècle? Quelqu'un qui doit revenir?
-Arrête les hors-sujets, Méchante Déidamie. J'ai trouvé les planches élégantes, lumineuses! J'ai eu l'impression de lire une fusion entre le comics, le manga et la BD franco-belge, une fusion qui exploitait le meilleur de ces trois supports!
-Mouais, mais je regrette que l'ordre de lecture des bulles ne coule pas de source! Plusieurs fois, j'ai buté sur l'agencement logique des phylactères.
-Et côté scénario, j'avoue que j'ai été soulagée par les éclaircissements de certaines zones d'ombre...
-C'est-à-dire?
-A la fin de la série animée, Actarus part avec sa soeur Phénicia "reconstruire Euphor". Reconstruire une civilisation pour et par deux personnes seulement, tu m'expliques comment c'est possible? le scénario prévoit quelque chose là-dessus que je trouve habile!
J'ai beaucoup aimé aussi de voir Goldorak abîmé, terni, cabossé: j'ai trouvé que cela renforçait le lien entre le fan et la machine de fiction: tous les deux ont vieilli et portent les stigmates du temps. Actarus lui-même ne va pas bien, chevelu et barbu comme un Thorgal déprimé.
-Ca tombe bien, que tu parles de scénar', Déidamie! J'en profite pour dire que la mauvaise foi, ça m'énerve! Prends-moi pas pour une imbécile!
-Oui, choix discutable...
-C'est pas très limpide! Et ledit Actarus
-Ah! là, tu as tort, Méchante: Cependant, je suis d'accord avec toi: un petit flash-back aurait été le bienvenu!
-Voilà! Un flash-back, ç'aurait été appréciable! En plus, depuis le temps que je rêve d'une histoire d'amour avec Actarus...
-Quoi?
-Hein?
-T'as dit quoi, là, Méchante Déidamie?
-Mais rien, Jeanne d'Arc! Va te laver les oreilles avant que leur fumet n'attire Winnie l'ourson!
-Bref, la BD joue dans tous les registres, le drame, l'épopée, la comédie... et évite le piège du manichéisme: le méchant, somme toute, est celui qui tord la réalité pour la faire correspondre à ce qu'il veut y trouver. L'oeuvre s'abstient également de niaiserie avec une conclusion joyeuse et mélancolique.
Goldorak n'est pas parfait, certes, mais il n'en reste pas moins un travail splendide, spectaculaire et intelligent. Bravo à l'équipe!
Une dernière chose... je soupçonne la présence d'un tout petit clin d'oeil à One Piece. L'avez-vous vu?"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          309


critiques presse (8)
BoDoi   07 janvier 2022
L’ensemble est si cohérent et solide du point de vue narratif qu’il paraît difficile de bouder son plaisir, pour peu qu’on aime les séries B. Car côté dessin aussi, le trio Bajram/Sentenac/Cossu, formidablement bien aidé par Yoann Guillo aux couleurs, offre un show visuel spectaculaire et réjouissant, auquel on pardonnera quelques poses et visages mal assurés. Au final, une seule chose à retenir de cette petite friandise régressive joliment ciselée : Goldorak, Go !
Lire la critique sur le site : BoDoi
BulledEncre   13 novembre 2021
Une reprise réussie. Goldorak, go !
Lire la critique sur le site : BulledEncre
BDGest   20 octobre 2021
Épilogue, d’un anime culte initié il y a plus de quatre décennies, mais pouvant parfaitement se suffire à lui-même, Goldorak devrait réussir à satisfaire les gardiens du temple, à réjouir les convertis de la première heure et à attirer à lui un nouveau public. Du grand art !
Lire la critique sur le site : BDGest
MangaNews   20 octobre 2021
Nouvelle histoire signée par quatre artistes francophones, la bande-dessinée Goldorak établit un juste milieu entre des retrouvailles pleines d'émerveillement, et un récit qui considère la maturité prise par les fans d'époque, le tout via une histoire accessible, rythmée et visuellement époustouflante. Un projet ambitieux mais qui n'a pas à rougir.
Lire la critique sur le site : MangaNews
LesComics   20 octobre 2021
La BD Goldorak éditée par Kana est une grande réussite, même pour ceux et celles qui ne connaissent pas la série animée. Intelligent, accessible et très respectueuse de l’œuvre originale, la BD se paye le luxe d’être un travail artistique à l’alchimie palpable. Un véritable plaisir !
Lire la critique sur le site : LesComics
LeParisienPresse   19 octobre 2021
Un album très réussi et forcément un peu nostalgique.
Lire la critique sur le site : LeParisienPresse
Sceneario   19 octobre 2021
Ce Goldorak est LA surprise du mois d'octobre 2021, la bande dessinée à ne pas manquer ! Un dossier très fourni se trouve à la fin de l'album. Vous y trouverez les divers travaux préparatoires à cette bande dessinée. Et, de plus, c'est passionnant à lire et à voir. Goldorak est donc la bande dessinée à se procurer sans hésiter ce mois-ci, une oeuvre que vous lirez et relirez de nombreuses fois, pour votre plus grand bonheur !
Lire la critique sur le site : Sceneario
ActuaBD   07 octobre 2021
Une réussite, incontestablement, qui n’attirera sans doute pas un public jeune qui n’a pas connu la série mais qui comblera et qui surprendra celles et ceux chez qui résonne, dans un coin de leur tête.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Citations et extraits (29) Voir plus Ajouter une citation
AlfaricAlfaric   20 octobre 2021
- Je m’appelle Actarus. J’ai été prince sur Euphor. J’ai été réfugié sur Terre. J’ai été guerrier. J’ai été prisonnier. Quand j’ai cru tenir la victoire, j’ai connu la pire des défaites. J’ai même fait la paix avec mes ennemis. La paix s’est finie en hécatombe. Je m’appelle Actarus, et j’ai plus de regrets que de victoires. Mais le passé est le passé, et le futur est plein de promesses !
Commenter  J’apprécie          320
AlfaricAlfaric   02 novembre 2021
- C’est une chose que de tuer des hommes en appuyant sur un bouton… C’en est une autre que les regarder mourir dans les yeux.
Commenter  J’apprécie          251
AlfaricAlfaric   28 octobre 2021
- Un jour, tu seras à ma place, Kehos… Mais d’ici là, il te faudra vaincre un ennemi bien plus dangereux qu’Actarus... Ta propre haine.
Commenter  J’apprécie          201
AlfaricAlfaric   15 novembre 2021
La paix est un trophée bien plus précieux que la victoire.
Commenter  J’apprécie          350
Erik_Erik_   01 novembre 2021
Vénusia m'a parlé d'un autre danger, Monsieur, en dehors de l'alcool et de votre haleine, je veux dire... un golgoth serait arrivé sur Terre.
Commenter  J’apprécie          110

Lire un extrait
Videos de Xavier Dorison (66) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Xavier Dorison
Aujourd'hui, Corentin de la librairie Millepages nous parle de son coup de coeur pour LE CHÂTEAU DES ANIMAUX de Félix Delep et Xavier Dorison. " C'est magnifique. On a presque l'impression de voir un film se dérouler devant nos yeux."
LE CHÂTEAU DES ANIMAUX tome 3 - La Nuit des Justes est disponible en librairie !
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Notre sélection Bande dessinée Voir plus






Quiz Voir plus

Le château des animaux

Comment s'appelle l'héroïne ?

Miss Bengalore
Miss France
Miss Dengalore

10 questions
0 lecteurs ont répondu
Thème : Le château des animaux, tome 1 : Miss Bengalore de Xavier DorisonCréer un quiz sur ce livre