AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

André Markowicz (Traducteur)
EAN : 9782742737031
584 pages
Actes Sud (14/03/2002)
4.42/5   405 notes
Résumé :
L'odieux Féodor Karamazov est assassiné. De ses trois fils - Dimitri le débauché, Ivan le savant et l'ange Aliocha - tous ont pu le tuer, tous ont au moins désiré sa mort.
Drame familial, drame de la conscience humaine, interrogations sur la raison d'être de l'homme, tableau de la misère, de l'orgueil, de l'innocence, de la Russie au lendemain des réformes de 1860, orgies, miracles, la richesse de ce roman de Dostoïevski, son dernier et considéré comme son c... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (19) Voir plus Ajouter une critique
4,42

sur 405 notes
5
11 avis
4
4 avis
3
1 avis
2
2 avis
1
0 avis

lorenlo
  17 octobre 2016
Les Frères Karamazov, publié en 1880, est le dernier roman de Dostoïevski. Il est considéré par de nombreux écrivains et spécialistes comme un des ouvrages majeurs de la littérature du XIXe siècle. Comme son nom l'indique les Frères Karamazov raconte, sur une échelle de temps restreinte (six jours) les tribulations de trois frères : Aliocha, le benjamin, et si l'on veut le « héros » du roman qui consacre sa vie à la religion, le cadet Dmitri, incarnation d'un romantisme exalté, et l'ainé Ivan, poète intermittent mais surtout profond nihiliste. C'est d'ailleurs à ce dernier que l'on doit le passage le plus célèbre du roman, à savoir la parabole du Grand Inquisiteur, texte à la densité herméneutique inépuisable.
Le personnage du grand inquisiteur est hérité de Don Carlos de Schiller, auteur qui a énormément influencé Dostoïevski : « le grand inquisiteur, vieillard de quatre-vingt-dix ans, aveugle, s'avance appuyé sur un bâton et conduit par deux dominicains. Les grands se jettent à genoux devant lui et touchent le bord de son vêtement. Il leur donne sa bénédiction. Tous s'éloignent. » La description que propose Dostoïevski est très similaire : « C'est un grand vieillard, presque nonagénaire, avec un visage desséché, des yeux caves, mais où luit encore une étincelle. »
Le Grand Inquisiteur, c'est en quelque sorte le chef d'oeuvre dans le chef d'oeuvre, le livre dans le livre. Plus qu'un brillant chapitre, plus qu'un « poème » comme le qualifie son auteur ou encore une parabole, bien que les références au Livre foisonnent, le Grand Inquisiteur est un essai philosophique vaste et irréductible à un problème unique. Nous essayerons, quoi qu'il en soit, de dégager une problématique majeure afin de délimiter notre champ d'investigation pour éviter de nous perdre définitivement dans ce moment de littérature abyssal.
Nous tenterons de nous focaliser dans ce travail sur la question de la liberté. En effet, peu importe le point de vue adopté sur ce texte, le problème du libre arbitre resurgit sans cesse et semble difficile à ignorer. Nous montrerons également que le problème de la liberté ne peut être isolé et qu'il renvoie immanquablement à la question de la nature humaine et à la problématique du Mal.
Si la question de la liberté est un problème philosophique classique, une antinomie, comme l'a montré Kant dans sa première Critique et bien d'autres avant lui, le point de vue adopté par Dostoïevski, ou du moins, la manière dont il en discute est profondément originale.
Plus que de savoir si l'homme est libre ou déterminé, l'auteur des Frères Karamazov ramène un questionnement à la fois physique et éthique à des considérations axiologiques. le problème ici n'est pas vraiment de savoir si la liberté existe, mais bien plutôt si celle-ci est bonne ou mauvaise. La liberté n'est donc pas interrogée du point de vue de l'existence, mais fait plutôt l'objet d'une évaluation (essence).
En premier lieu, nous développerons notre commentaire à partir de la problématique du Mal et de son rapport à la liberté. Dans un second temps, nous dresserons, avec le grand inquisiteur, un portrait de la nature humaine en nous appuyant sur les tentations au désert tout en expliquant que liberté et bonheur ne peuvent que s'exclure. Finalement, nous nous pencherons sur le renversement qu'opère le grand inquisiteur en le ramenant à la pensée nihiliste d'Ivan Karamazov.
Sandro_Botticelli_050
Saint Augustin
La problématique du grand inquisiteur renvoie à un questionnement théologique classique qui remonte à Saint Augustin. En effet, dans le de liber arbitrio, Saint Augustin s'interroge sur le lien entre le libre arbitre et l'existence du Mal sur terre. Si Dieu a donné le libre arbitre à sa créature et si celle-ci s'en sert pour faire le Mal, cela veut-il dire que Dieu est responsable, par l'acte même de création, du Mal sur terre ? Dieu étant infini, omnipotent et omniscient, il aurait du anticiper les méfaits que l'homme accomplirait à cause du libre arbitre. Aux yeux de Saint Augustin, il n'en est rien : « la volonté libre sans laquelle personne ne peut bien vivre, tu dois reconnaître et qu'elle est un bien, et qu'elle est un don de Dieu, et qu'il faut condamner ceux qui mésusent de ce bien plutôt que de dire de celui qui l'a donné qu'il n'aurait pas dû le donner […] »
Le libre arbitre est considéré comme un concept absolument positif. C'est un don de Dieu. Cependant, si la liberté est un attribut divin, Dieu ne pouvait en plus donner à l'homme un esprit si puissant qu'il garantirait son bon usage. Cela aurait été faire de l'homme un dieu. C'est bien la finitude, critère qui distingue le Créateur de sa créature, qui fait que l'homme ne peut faire un usage toujours raisonnable de son libre arbitre. Parce qu'il est fini, l'homme peut se tromper, désirer un bien illusoire au lieu du Bien véritable, se décider pour une passion futile au lieu de la seule passion légitime, à savoir l'amour de Dieu.
Cependant, si la problématique du Grand Inquisiteur ramène à la problématique augustinienne, elle ne peut s'y réduire. En plus, de proposer une rupture radicale, la pensée du grand inquisiteur se déploie à partir d'un matériel théorique étranger au Père de l'Église (le nihilisme et le socialisme) et dans un contexte fondamentalement différent (la Russie du XIXe siècle). de plus, dans le Grand Inquisiteur, le problème ne se pose pas dans ces termes. Ce n'est pas le mauvais usage de la liberté qui est dénoncé, mais c'est bien plutôt le libre arbitre en tant que tel, c'est-à-dire avant qu'il fasse l'objet d'un quelconque usage, qui est montré du doigt. En d'autres termes, le libre arbitre n'est pas potentiellement un mal, mais il l'est fondamentalement. Ce n'est pas l'usage de la liberté qui peut mener les hommes à leur perte, mais le fait qu'il confère à l'homme une ouverture sur les possibles. Ce n'est pas parce que l'homme peut faire un mauvais choix que le libre arbitre peut se faire le témoin du mal, mais parce que l'homme a la possibilité même de choisir. le grand inquisiteur ne dénonce pas le contenu du choix, mais sa possibilité même. C'est donc l'essence même de la liberté qui est attaquée. le libre arbitre ne remettrait plus seulement en question la bonté divine de manière contingente, mais nécessairement.
Le Grand inquisiteur pose la question du rapport qu'entretient la liberté avec l'épreuve même de la foi. A travers la thématique du miracle, le grand inquisiteur cherche à substituer à la croyance par liberté, une croyance par contrainte, à la liberté de la foi, une foi imposée par la peur. On peut légitimement penser qu'il s'agit d'une critique de Dostoïevski à l'égard du catholicisme. A ses yeux, seule l'orthodoxie est fidèle au message originel.
Pour le christianisme, la foi véritable présuppose la liberté de choix. C'est librement que nous choisissons de croire et cette liberté est le critère même de l'authenticité de la foi. le vrai croyant ne croit pas par contrainte. Il croit parce qu'il fait confiance au message de Dieu, il n'a pas besoin de preuve tangible qui, en prenant la forme du miracle, c'est à dire une manifestation réelle de la puissance divine allant contre l'ordre naturel, ne ferait que l'impressionner voire le terrifier. le sentiment de foi ne procéderait donc plus d'un acte libre, mais d'une certaine manière, d'un acte contraint face à la puissance évidente d'un Dieu bien réel.
Afin de rester cohérent, c'est à dire afin d'être en accord avec le premier message délivré à la race humaine, le Christ doit se dissimuler. Il n'a pas le droit de se manifester par des miracles, ce serait une contradiction : « l'enseignement du Christ, tel qu'il s'est maintenu grâce à la Providence, est éternel, arrêté une fois pour toute, pierre d'angle de l'édifice de l'histoire universelle, et qu'il est trop tard pour changer, clarifier ou retrancher quoi que ce soit […] mais aussi et surtout pour Dieu Lui-même : une nouvelle Révélation ne signifierait-elle pas que la parole est insuffisante? Et quelle parole! Celle de Dieu Lui-même! »
Dieu étant la vérité même, on ne peut défendre sérieusement la thèse de l'insuffisance du premier message divin. Dieu pour perpétuer sa gloire doit rester silencieux. Ce qui devait être dit a déjà été dit. Peut-on véritablement penser que Dieu aurait quelque chose à ajouter?
C'est avec beaucoup d'ironie que le grand inquisiteur utilise cet argument : « Toutes tes révélations nouvelles porteraient atteinte à la liberté de la foi, car elles paraîtraient miraculeuses ; or, tu mettais au-dessus de tout, il y a quinze siècles, cette liberté de la foi. N'as-tu pas dit bien souvent : « Je veux vous rendre libres. » » La foi libre se verrait ébranler par le retour du Fils sur terre. Les miracles qu'il réaliserait transformeraient les hommes libres en une masse admirative dont la croyance ne procéderait plus d'une décision, mais d'une forme de nécessité. Bien sûr, quand le grand inquisiteur évoque les hommes libres, c'est par pur cynisme, voire par antiphrase. Les hommes dont il parle sont des esclaves. Il est possible qu'il craigne un soulèvement bien qu'il affirme que son autorité est si grande qu'il pourra contrôler toute révolte et soumettre tous les rebelles.
La parabole du Grand Inquisiteur se développe à partir d'un célèbre passage du Nouveau Testament que nous nous permettons ici de citer :
Kramskoi_Christ_dans_le_désert« Jésus, rempli de l'Esprit Saint, quitta les bords du Jourdain ; il fut conduit par l'Esprit à travers le désert où, pendant quarante jours, il fut mis à l'épreuve par le démon. Il ne mangea rien durant ces jours-là, et, quand ce temps fut écoulé, il eut faim. le démon lui dit alors : « Si tu es le Fils de Dieu, ordonne à cette pierre de devenir du pain. » Jésus répondit : « Il est écrit : Ce n'est pas seulement de pain que l'homme doit vivre. » le démon l'emmena alors plus haut, et lui fit voir d'un seul regard tous les royaumes de la terre. Il lui dit : « Je te donnerai tout ce pouvoir, et la gloire de ces royaumes, car cela m'appartient et je le donne à qui je veux. Toi donc, si tu te prosternes devant moi, tu auras tout cela. » Jésus lui répondit : « Il est écrit : Tu te prosterneras devant le Seigneur ton Dieu, et c'est lui seul que tu adoreras. » Puis le démon le conduisit à Jérusalem, il le plaça au sommet du Temple et lui dit : « Si tu es le Fils de Dieu, jette-toi en bas ; car il est écrit : Il donnera pour toi à ses anges l'ordre de te garder ; et encore : Ils te porteront sur leurs mains, de peur que ton pied ne heurte une pierre. » Jésus répondit : « Il est dit : Tu ne mettras pas à l'épreuve le Seigneur ton Dieu. » Ayant ainsi épuisé toutes les formes de tentation, le démon s'éloigna de Jésus jusqu'au moment fixé. »
Les tentations du désert ne sont pas seulement celles du Christ, ce sont celles de l'humanité et de toute civilisation. La première tentation est celle du pain, elle correspond à l'épreuve de la faim et à l'évaluation de la force de l'esprit par rapport à la souffrance du corps. Céder à la tentation du pain, c'est montrer que l'on se soucie plus de son corps, de son existence matérielle et précaire que de son âme, et par conséquent de l'existence la plus haute : « le besoin, le malheur oppressant, la douleur du corps, le froid et la faim auront triompher de l'étincelle divine : l'homme se détournera du sacré et se prosternera devant le vulgaire et le vil, son nouveau sanctuaire, pour peu que ce dernier lui procure nourriture et chaleur. »
La deuxième tentation peut être interprétée comme celle du pouvoir et de la richesse. Renoncer à cette tentation, c'est dénoncer la futilité et le caractère fugitif de la vie terrestre. le pouvoir et les richesses ne sont rien en comparaison de la paix de l'âme et du royaume de Dieu. le Bien n'est pas à chercher dans cette vie, mais dans celle plus fondamentale qui lui succède. La seule vraie richesse est celle du coeur, le seul vrai pouvoir est celui de Dieu.
La dernière tentation n'est pas la plus évidente à comprendre. Il semble qu'elle fasse référence au besoin de reconnaissance. Ici la tentation est redoublée, l'homme est tenté de tenter Dieu. Il s'agit de mettre à l'épreuve la confiance que l'on accorde à Dieu. Céder à cette tentation, c'est exiger que Dieu nous remarque, c'est vouloir que Dieu intervienne pour nous. Il s'agit donc, d'une certaine manière, de dénoncer l'égocentrisme. En effet, nous sommes tous égaux auprès de Dieu. Il aurait été facile pour Jésus de séduire les hommes en usant de son prestige, de son statut privilégié. Mais ce qui fait la grandeur du fils de Dieu, c'est qu'il ne cherche pas à se distinguer du commun des mortels.
Aux yeux du grand inquisiteur, les trois tentations du désert ont une valeur universelle et prophétique. Elles sont en elles-mêmes un miracle et suscitent l'admiration « car elles résument et prédisent en même temps toute l'histoire de l'humanité ; ce sont les trois forment où se cristallisent toutes les contradictions insolubles de la nature humaine. »
Les trois tentations anticipent sur l'histoire avenir de l'humanité. En cela, elles témoignent de la puissance du grand Esprit du néant. Pour le grand inquisiteur, l'énoncé des trois tentations traduit une compréhension de la nature humaine beaucoup plus lucide que ce que propose le Fils, à savoir une exigence qui n'est pas à la portée de l'homme moyen. La morale chrétienne est destinée aux êtres exceptionnels, elle prend donc la forme d'une machine à exclure.
Pour le grand inquisiteur, l'histoire témoigne de la victoire de l'immanence sur la transcendance, du pain de la terre sur celui du ciel. La liberté est un fardeau que l'homme ne peut porter et dont il cherche à se soulager : « Réduisez-nous plutôt en servitude, mais nourrissez-nous! »
Ce que le Christ pensait léguer à l'homme comme la condition de possibilité de sa propre humanité et de son bonheur est violemment dénoncé. La liberté est en fait un attribut bien peu humain, elle ne convient qu'à un nombre restreint d'individus que l'on peut qualifier de surhumains. La liberté, seuls les grands hommes l'assument et en tirent profit, les faibles quant à eux, ne voient en elle qu'un don trompeur les exposant à la culpabilité et au châtiment.
L'homme étant faible, il est facilement prêt à déléguer sa liberté à une figure autoritaire et respectée. Cependant, il a besoin de mystère, c'est pourquoi le grand inquisiteur doit entretenir la croyance et commander au nom de Dieu. L'inquisition doit prétendre défendre le message divin alors qu'elle l'a depuis longtemps renié.
Aux yeux du grand inquisiteur, la liberté humaine est source d'inquiétude, car elle consiste fondamentalement en un choix qui, paradoxalement, annihile l'idée même d'autonomie, à savoir choisir « devant qui s'incliner ». La liberté humaine est donc au mieux paradoxale et au pire illusoire car être libre semble consister à choisir l'homme qui me soulagera de cette responsabilité. Choisir, pour l'homme faible, c'est renoncer. Quand l'homme choisit, il choisit pour ne plus choisir. L'aboutissement de la liberté de l'homme faible coïncide avec sa propre perte. « Oh! nous les persuaderons qu'ils ne seront vraiment libres qu'en abdiquant leur liberté en notre faveur. »
Le grand inquisiteur envisage l'humanité comme un troupeau, troupeau que seuls les fort peuvent diriger. L'humanité ne peut trouver son salut qu'en renonçant à la subjectivité. L'homme ne peut survire qu'en se désindividualisant, c'est à dire en conférant le principe de son autonomie à un autre que lui, en l'occurrence, au grand inquisiteur. Celui-ci exige la mort du « Je » au profit de la cohérence des masses.
Le_grand_inquisiteurCependant, il loue les personnalités exceptionnels, les esprits forts, « les Tamerlan et les Gengis-Kahn », les tenants du glaive De César. La notion de pouvoir qui est rejetée par le Christ est perçue comme absolument indispensable. En effet, comment unifier les hommes sans autorité? Aux yeux du grand inquisiteur, l'humanité doit se comprendre comme un tout solidaire et non comme la somme d'individus singuliers. le grand inquisiteur préconise une logique de déresponsabilisation qui aboutit à une forme de dépersonnalisation, voire de déshumanisation. Renoncer au libre arbitre, déposer ce fardeau aux pieds des puissants, c'est assurer son bonheur et celui de la communauté. le Christ, en repoussant ce pouvoir terrestre, morcelle l'humanité, la plonge dans la confusion et l'expose aux conflits d'intérêts. de son côté, le grand inquisiteur soumet l'humanité en lui dérobant la possibilité de choisir entre le Bien et le Mal.
Le grand inquisiteur se considère lui-même comme un martyr. Il porte le libre arbitre comme une croix, en cela il est responsable et coupable pour l'humanité entière.
Si l'humanité doit être réduite à l'état de troupeau docile, l'individu, en déléguant sa liberté, redevient un enfant, vulnérable et craintif. L'homme devient complètement dépendant de l'inquisition qui assure sa sécurité et qui lui dicte sa règle de conduite. Il n'est plus homme, à proprement parler, car son agir ne dépend plus de lui. Il ne peut faire que ce que l'inquisition lui permet de faire. le grand inquisiteur réduit l'humanité en esclavage en même temps qu'il l'infantilise : « Certes, nous les astreindrons au travail, mais aux heures de loisir nous organiserons leur vie comme un jeu d'enfant, avec des chants, des choeurs, des danses innocentes. »
Le règne du grand inquisiteur, c'est également la disparition totale de la sphère privée, jusqu'à l'ultime intimité que représente la conscience. C'est objectif n'est atteignable que par une ruse : « Nous leur dirons que tout péché sera racheté, s'il est commis avec notre permission ; c'est par amour que nous leur permettrons de pécher et nous en prendrons la peine sur nous. Ils nous chériront comme des bienfaiteurs qui se chargent de leur péchés devant Dieu. Ils n'auront nul secret pour nous. »
L'homme n'étant plus libre et, par conséquent, plus responsable, il lui revient le droit de pécher. Ce droit que confère le grand inquisiteur à l'humanité et qui, en apparence, prend la forme d'un acte de générosité, n'est en fait qu'un moyen supplémentaire d'affirmer son autorité et d'asservir les hommes. Chaque conscience devient transparente, le grand inquisiteur lit dans les âmes comme dans un livre ouvert. Toute éventuelle rébellion sera donc contenue, démantelée, car nécessairement avouée. « Ils nous soumettrons les secrets les plus pénibles de leur conscience […] »
« Tout est permis », c'est le mot d'ordre du nihilisme. le grand inquisiteur est le symbole du renversement des valeurs que préconise le nihilisme. le nihilisme qui se définit par une volonté de négation des idéaux autorise tout renversement. En effet, toute valeur, en tant qu'elle est vide de sens, en vaut une autre, c'est à dire en tant qu'elle ne vaut rien.
L'interprétation que propose le grand inquisi
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Roggy
  19 décembre 2016
Le talent de conteur de Dostoïevski façonne une oeuvre exceptionnelle au style poétique et magnétique. La magie opère dès les premiers chapitres grâce à l'omniscience de l'auteur. Le récit est composé essentiellement de langage parlé mais respecte parfois la structure d'une pièce de théâtre. 
On trouvera dans cette saga familiale absolument tous les ingrédients nécessaires à l'aboutissement d'une grande oeuvre : meurtre, religion, histoires d'amour, problèmes de société, philosophie et beaucoup d'humanité.
Les personnages ont tous une grande profondeur et même les mal-aimés suscitent de l'intérêt à cause de leur belle densité fictionnelle. La condition humaine y est disséquée avec habileté. L'auteur dénonce la condition du peuple russe, épuisé par le travail et le malheur et victime de l'injustice perpétuelle. Dostoïevski est également visionnaire lorsqu' il aborde les comportements futurs des hommes par rapport aux dictateurs, les théories politiques du communisme au nazisme, de la société de consommation et de ses frustrations, ainsi que de la perte de spiritualité, etc.
On ne peut que succomber à ce grand classique hors du temps et pourtant terriblement actuel. Sans doute une de plus grandes oeuvres de Dostoïevski.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          360
LesPetitesAnalyses
  05 décembre 2020
Les romans de Dostoïevski furent mon premier contact avec la littérature russe. Je me rappelle de cette avidité qui me poussait à tourner les pages de Crime et Châtiment afin de savoir si Raskolnikov allait se faire pincer et, si oui, de quelle manière ! Je me souviens aussi de ces veillées à suivre les aventures du prince Mychkine dans L'Idiot, quitte à ce que le roman me prive de longues heures de sommeil pourtant bien nécessaires. Autant le dire tout de go, la lecture d'un Dostoïevski ne m'a jamais déçu. J'y ai, toujours, trouvé des éléments qui me tenaient en haleine comme la psychologie intense des personnages ou une intrigue qui donnait furieusement envie de savoir comment finirait l'histoire.
Alors pourquoi avoir tardé à rédiger une petite analyse sur un livre de cet auteur que j'affectionne tant ? Tout simplement parce qu'il est difficile de trouver les mots justes, c'est-à-dire ceux qui ne tombent pas dans une subjectivité béate, ceux qui gardent, autant que faire se peut, une part d'objectivité. Il faut s'évertuer à trouver le juste dosage afin de rendre compte d'un roman qui nous a marqué sans être aveuglé par l'affection qu'on lui porte. Exercice périlleux s'il en est. 😉
Le livre choisi pour cette analyse n'est autre que Les Frères Karamazov. le dernier roman écrit par Fiodor Dostoïevski avant son décès en 1881.
1. La version traduite
Pour commencer il convient de dire un mot sur la traduction en français d'un ouvrage, et ce, à plus forte raison quand il s'agit de Dostoïevski. En effet, l'écriture de cet auteur est brute de décoffrage. Il n'y a pas de recherche particulière d'effets stylistiques mais l'avantage indéniable est que sa plume possède un rythme nerveux qui colle parfaitement au propos du roman des Frères Karamazov. D'ailleurs, ce manque de style trouve, en partie, sa source dans la vie de Dostoïevski qui se devait de publier ses romans le plus rapidement possible afin d'apurer ses nombreuses dettes aux jeux (2).
Il existe une foule de traductions de ce livre, certaines n'hésitant pas à franciser l'écriture de l'auteur russe afin que cela soit plus lisible pour le lectorat francophone. Cela fait sens pour les lecteurs qui veulent avoir un aperçu très général du roman mais peut-on se targuer d'avoir lu Dostoïevski quand son écriture en est policée à ce point ? Ma réponse est non. C'est pour cette raison que la version lue ici est celle du traducteur André Markowicz, qui s'est efforcé de traduire Les Frères Karamazov au plus proche du texte russe afin d'en restituer toute son âme.
2. L'histoire
Fiodor Pavlovitch Karamazov est un propriétaire foncier qui accumule les vices : débauche, malhonnêteté, absence de principe et mauvais père. Veuf par deux fois, il a trois fils dont il ne s'occupe jamais. Il est aussi le père d'un quatrième fils ... illégitime. Ces quatre garçons suivent un cheminement opposé les uns des autres. Tout bascule quand le père, Fiodor, est retrouvé, assassiné, dans sa chambre. Il ne fait alors aucun doute qu'il s'agit d'un parricide. Mais qui en est l'auteur ?
La suite est à lire ici ...

Lien : https://lespetitesanalyses.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          316
TheAustenGirl33364
  13 novembre 2014
Je viens de refermer le premier tome des "Frères Karamazov" et le premier mot qui me vient à l'esprit n'est même pas un mot digne de ce nom et devrait faire honte à la littéraire que je suis... Tant pis, je me lance : Wahou !
Pas très développé et en même temps, j'ai l'impression qu'il en dit plus long qu'un discours interminable sur les raisons qui m'ont fait dévorer cet ouvrage malgré la tonne de travail que j'ai et qui m'empêche de lire aussi abondamment que d'habitude...
Dostoïevski comme Tolstoï ont ce don incroyable (et typiquement russe ?) de camper des personnages plus vrais que nature, si complexes et attachants que c'en est presque douloureux et que j'appréhende réellement le moment où je finirai cette oeuvre magistrale une bonne fois pour toutes. le foisonnement de personnages ne m'a même pas dérangée, et il n'y en a aucun que je sois parvenue à détester, même pas le libertin pathétique, radin et fourbe qu'est le père Karamazov, ou la vicieuse Grouchenka, manipulatrice, calculatrice et hautement opportuniste... Ils sont tous attachants à leur manière, ont tous leur pierre à apporter à l'édifice et il m'est impossible d'imaginer ce roman sans un seul d'entre eux !
Pas une seule longueur dans ce pavé de 600 pages qui se lit (que dis-je ? Qui se dévore !) avec plus de facilité que beaucoup de modestes oeuvres d'une centaine de pages...
Pourtant, quand on y regarde de plus près, le sujet ne semblait pas se prêter à la production d'un tel chef d'oeuvre : une chronique familiale de plus, campant une famille dont les membres ont été séparés par la vie, les choix personnels... et qui se sont retrouvés peu avant le début du roman, pour être les acteurs d'un drame qui les séparera de nouveau, de façon irrémédiable : Fiodor Pavlovitch, riche débauché malveillant et faisant preuve de peu d'humanité, est le père de quatre fils : Dmitri, impulsif, bagarreur, orgueilleux, Yvan, athée légèrement provocateur, instruit, volontiers méprisant, Aliocha, pieux, candide et impossible à détester (le héros de l'histoire selon les propres dires de son auteur, soit dit en passant), et Smerdiakov, enfant illégitime, libertin cynique et inspirant peu confiance. L'un de ces quatre-là sera parricide...
A cela s'ajoutent des histoires d'amour à n'en plus finir, avec des personnages féminins hauts en couleur et très différents les uns des autres, des intrigues qui s'entrecroisent, des personnages secondaires marquants, des histoires de famille sordides, des réflexions métaphysiques étourdissantes et vertigineuses, beaucoup de spiritualité et d'humanité...
Je n'en dirai pas plus, à part ceci : si vous ne l'avez pas lu, allez-y de ce pas !
Quant à moi, je m'arrête là. Vite, je cours lire le deuxième tome !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          212
MELANYA
  26 octobre 2021
Vouloir écrire une chronique sur « Les frères Karamazov tome 1 » ( Братья Карамазовы), le dernier roman de l'écrivain russe Fiodor Dostoïevski (« Fiodor Mikhaïlovitch Dostoïevsk » : Фёдор Михайлович Достоевский , [ˈfʲɵdər mʲɪˈxajləvʲɪtɕ dəstɐˈjɛfskʲɪj] ), né à Moscou en 1821 (calendrier grégorien) et décédé à Saint-Pétersbourg, en 1881 (même calendrier), est assez complexe à cause de l'ampleur de ce récit du XIXème siècle.
Il va donc me falloir tenter de résumer au maximum, surtout que d'autres lecteurs l'ont déjà bien raconté. 😉 Dans le fond, ma tache en est facilitée et je ne vais en dire que le principal.
L'histoire : il s'agit d'un parricide dans une famille russe où on trouve Fidor Karamazov et ses quatre fils : Alexei (le plus jeune) – Ivan (le second) – Dimitri (l'aîné) - Smerdiatov (fils illégitime).
On suspecte Dimitri du meurtre de son père et bien entendu, se pose la question de l'héritage. Mais pour compliquer les choses, il fallait bien une femme, et c'est Grouchenka (prostituée calculatrice et opportuniste).
Le roman raconte l'histoire de ce parricide et va jusqu'au procès. Pour parler un peu de l'intrigue, je trouve qu'elle est assez simple. Quant aux personnages eux, ils sont presque attachants.
L'auteur explore ainsi des questions métaphysiques et les principaux thèmes qui se détachent sont : la religion (Dieu existe-t-il ?) - la liberté – le sens de la vie.
Chacun des personnages incarne certaines valeurs ainsi que des réflexions philosophiques.
A la mi-lecture de l'ouvrage, se trouve un poème nommé « le Grand Inquisiteur ». En fait, il s'agit d'un long monologue de Ivan, un poème dans lequel Dostoïevski parle de la liberté. Plusieurs autres monologues interviennent et veulent démontrer que l'homme n'est pas fait pour la liberté….
Mais je pense qu'il est préférable d'abréger ma chronique car je trouve en avoir dit le principal. Pour en savoir plus, se reporter à d'autres chroniques bien plus étayées que la mienne, car je ne tiens pas à répéter les mêmes choses.
De toute façon, je peux donner mon ressenti : avec Dostoïevski, je n'ai jamais été déçue.
👍

Lien : https://www.babelio.com/monp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          262

Citations et extraits (64) Voir plus Ajouter une citation
gege1968gege1968   16 janvier 2022
Regardez les mondains, et ce monde qui se hausse au-dessus du peuple de Dieu, l’image et la justice de Dieu n’y sont-elles pas déformées ? Ils ont une science, mais, dans la science, il n’y a que ce qui est soumis aux sensations. Le monde spirituel, la moitié supérieure de l’être humain, est rejeté complètement, est chassé avec même une espèce de triomphe, voire avec haine. Le monde a proclamé la liberté, ces derniers temps surtout, et, nous, que voyons-nous dans ce qu’ils appellent la liberté : rien que de l’esclavage et du suicide ! Car le monde dit : "Tu as des besoins, et donc satisfais-les, car tu as les mêmes droits que les hommes les plus riches et les plus notables. N’aie pas peur de les satisfaire, et, même, fais-les croître" – voici la doctrine actuelle du monde. C’est en cela qu’ils voient la liberté. Et quel est le résultat de ce droit à multiplier ses besoins ? Chez les plus riches, l’isolement et le suicide spirituel, et, chez les pauvres, la jalousie et le meurtre, car, les droits, certes, sont donnés, mais les moyens de satisfaire ces besoins, eux, on ne les indique pas encore. Ils assurent que, plus le monde évolue, plus il se réunit, plus il se forme en communauté fraternelle du fait qu’il raccourcit les distances, qu’il transmet les pensées par les airs. Hélas, ne croyez pas en une telle unité des hommes. En comprenant la liberté comme une multiplication et une satisfaction rapide de leurs besoins, ils déforment leur nature, car ils font naître en eux une multitude de désirs absurdes et stupides, d’habitudes et de lubies des plus ineptes. Ils ne vivent que pour s’envier les uns les autres, pour satisfaire leur chair et leur vanité. Avoir des dîners, des sorties, des équipages, des grades et des domestiques esclaves, ils le considèrent comme une nécessité si impérieuse qu’ils seraient prêts à y sacrifier leur vie, leur honneur et leur humanité, rien que pour assouvir cette nécessité, et, même, ils iraient jusqu’à se tuer s’ils n’avaient pas les moyens de l’assouvir. Pour ceux qui ne sont pas riches, nous voyons la même chose, mais, pour l’instant, la satisfaction des besoins et l’envie des pauvres sont étouffées par l’alcoolisme. Pourtant, bientôt, au lieu de vin, ils boiront du sang, c’est à cela qu’on les mène. Je vous le demande : un tel homme est-il libre ? J’ai connu un "combattant pour l’idée”, qui m’a raconté lui-même qu’au moment où, en prison, on lui avait supprimé son tabac il s’était vu si torturé par ce manque qu’il en aurait presque trahi son "idée”, juste pour qu’on lui donne du tabac. Et cet homme dit : "Je vais combattre pour l’humanité." Or, où ira-t-il donc, et de quoi est-il capable ? D’un acte rapide, peut-être, mais jamais de rien qui demande persévérance. Et il n’est pas étonnant qu’au lieu de la liberté on soit tombé dans l’esclavage, et qu’au lieu de servir la fraternité et l’union de l’humanité on tombe, au contraire, dans l’isolement et dans la solitude, comme me l’avait dit dans ma jeunesse mon visiteur mystérieux et mon ami. Voilà pourquoi s’éteignent de plus en plus dans le monde l’idée de servir l’humanité, celle de la fraternité, d’une communauté des hommes et, réellement, cette idée-là est maintenant accueillie par le rire, car, comment abandonner ses habitudes, où donc ira ce prisonnier s’il est si habitué à satisfaire les besoins innombrables qu’il s’est inventés lui-même ? Dans son unicité, qu’ira-t-il faire du tout ? Et, pour finir, plus les objets s’accumulent, plus la joie disparaît.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
aleatoirealeatoire   29 mai 2021
En fait, quand on parle parfois de la cruauté "bestiale" de l'homme, c'est une injustice terrible et blessante pour les animaux ; un animal ne pourra jamais être aussi cruel qu'un homme, cruel avec un tel sens artistique, un tel art. [...]

Aimez les animaux : Dieu leur a donné un début de pensée et une joie non troublée. Ne la troublez jamais, ne les torturez pas, ne leur enlevez pas leur joie, n'allez pas contre la pensée de Dieu. Homme, ne te hausse pas devant les animaux : ils sont sans péché, alors que, toi, avec ta grandeur, tu pourris la terre dès que tu y parais, et tu laisses derrière toi ta trace purulente.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          309
RoggyRoggy   20 décembre 2016
Surtout ne vous mentez pas à vous-même. Celui qui se ment à soi-même et qui écoute son mensonge en arrive à ne plus distinguer aucune vérité, ni en lui-même ni autour de lui, et, donc, il entre en irrespect, tant pour soi-même que pour les autres. S’il ne respecte personne, il cesse d’aimer, et, à défaut d’amour, pour s’occuper, ou se distraire, il s’adonne aux passions et aux délices grossières, et en arrive à une bestialité totale dans ses vices, et tout cela ne vient que du mensonge continuel, envers les gens et envers soi.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
OverTheMoonWithBooksOverTheMoonWithBooks   22 avril 2015
Celui qui se ment à soi-même et qui écoute son mensonge arrive à ne plus distinguer aucune vérité, ni en lui-même ni autour de lui, et, donc, il entre en irrespect, tant pour soi-même que pour les autres. S'il ne respecte personne, il cesse d'aimer, et, à défaut d'amour, pour s'occuper, ou se distraire, il s'adonne aux passions et aux délices grossières, et en arrive à une bestialité totale dans ses vices, et tout cela ne vient que du mensonge continuel, envers les gens et envers soi. Celui qui se ment à soi-même est le premier à se sentir offensé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          123
AelaAela   03 février 2011
La beauté est une chose terrible et effrayante. Terrible parce que insaisissable et incompréhensible car Dieu a peuplé ce monde d'énigmes et de mystères. La beauté! Ce sont les visages de l'infini qui se rapprochent et se confondent, ce sont les contraires qui s'unissent dans la paix. Je ne suis guère instruit, frère, mais j'ai médité là-dessus. Que de mystères en ce monde! L'âme humaine est opprimée de vivre parmi tant d'énigmes indéchiffrables! Le plus terrible dans la beauté n'est pas d'être effrayante, mais d'être mystérieuse. En elle Dieu lutte avec le diable, et le champ de bataille se trouve dans le coeur de l'homme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100

Videos de Fiodor Dostoïevski (54) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Fiodor Dostoïevski
Fiodor Dostoïevski : Les Carnets du sous-sol par Patrice Chéreau (2002 / France Culture). Seul dans son souterrain, un homme parle et parle encore. Une lecture par Patrice Chéreau de ce texte longtemps méconnu, le 1er mars 2002 au Théâtre de l'Odéon. Portrait de Fiodor Dostoïevski par Vassili Perov, 1872. Traduit du russe par André Markowicz. Réalisation de Jean Couturier. Lecture de Patrice Chéreau. Publié en 1864, "Les Carnets du sous-sol", longtemps méconnu, est pourtant un texte central dans l'œuvre de Dostoïevski. Réfugié dans son sous-sol, le personnage que met en scène Dostoïevski parle et parle encore. Cet homme parle de lui et dit la haine, la solitude, l'humiliation. Il ne cesse de conspuer l’humaine condition pour prôner son droit à la liberté. Et il n’a de répit qu’il n’ait, dans son discours, humilié, diminué, vilipendé les amis de passage ou la maîtresse d’un soir. Un monologue féroce et imprécatoire, magnifiquement rendu par la traduction d’André Markowicz.
Source : France Culture
+ Lire la suite
autres livres classés : littérature russeVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Crime et Châtiment

Qui est le meurtrier ?

Raskolnikov
Raspoutine
Raton-Laveur
Razoumikhine

9 questions
150 lecteurs ont répondu
Thème : Crime et Châtiment de Fiodor DostoïevskiCréer un quiz sur ce livre