AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782760947047
Leméac (Editeur) (20/08/2015)
4.26/5   51 notes
Résumé :
Roman québécois

Ce jour-là, du haut de la côte, on voyait le fleuve, majestueux, baigné de lumière scintillante, c’était une splendide journée d’été. C’était la marée basse. Ce jour-là, des enfants couraient sur le sable, revenant du large. Ils criaient comme des mouettes. Du haut de la côte, ça devait même être joli. On ne pouvait pas reconnaître la vérité de si loin. Ce n’était pourtant pas un jeu. Ils étaient affolés, les enfants. Ils étaient terro... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
4,26

sur 51 notes
5
7 avis
4
2 avis
3
2 avis
2
0 avis
1
0 avis

sweetie
  18 janvier 2018
J'admire depuis longtemps le talent de la comédienne Sylvie Drapeau et le récit qu'elle a tiré d'un drame vécu au sein de sa famille lorsqu'elle avait cinq ans m'a grandement touchée. Assister avec impuissance à la mort d'un grand frère et en faire le deuil à cet âge est particulièrement cruel et on comprend très bien que, même près de cinquante ans plus tard, le souvenir est encore vif et lancinant. Porté par une écriture poétique et vivante, son touchant témoignage se lit en quelques heures tout en pénétrant avec force dans nos émotions et notre imaginaire.
Commenter  J’apprécie          150
xst
  19 octobre 2017
Un tout petit livre comme un pansement de l'âme pour essayer de combler le trou laissé par la disparition subite, irréversible d'un grand frère tant aimé.
Très belle écriture.
Commenter  J’apprécie          171
magenest
  07 février 2018
J'ai été happé par ce minuscule roman; le premier de Sylvie Drapeau. C'est d'une grande beauté. Une autobiographie racontée par la petite fille de 5 ans. Celle qui savoure la vie dans tout ce qu'elle a de merveilleux, de mystérieux. Les descriptions de fruits et de crème glacée; coulant sur les joues. L'odeur de la terre qui dégèle au printemps, ou encore, l'odeur d'un gâteau qui gonfle dans le four chaud, en hiver. Ces descriptions m'ont ramené dans ma propre enfance. Dans ces moments hors du temps, où chaque instant devient une découverte. Puis soudain, dans cette ambiance joyeuse et douce, le drame. le drame qui survient comme si de rien n'était; et qui fait qu'après, plus rien n'est comme c'était. Puis le deuil, les saisons, les souvenirs. Puis, lentement, la joie qui perce la peine immense comme une tulipe perce la neige du printemps. La joie reprend sa place malgré tout. Malgré tout, la résilience.
J'ai eu la joie d'écouter le livre audio, lu par Sylvie elle-même. Sylvie, qui lit aussi bien qu'elle écrit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Jarseno
  23 juillet 2021
Sublime! C'est le premier mot qui m'est venu à l'esprit en terminant de lire cette tétralogie de Sylvie Drapeau, une actrice québécoise. Car il s'agit bien ici d'une sublimation littéraire exceptionnelle! L'auteure, grâce à son écriture lumineuse et aérienne, a su transformer l'ombre d'une tragédie familiale vécue, en lumière. Un véritable tour de force qui suscite l'admiration.
Bien que le premier titre de ce coffret est "Le fleuve", ce n'est vraiment pas une lecture de plage, croyez-moi! Il s'agit plutôt du fleuve imprévisible et tout-puissant dans toute sa splendeur. Ces quatre petits recueils que j'ai dévoré en 3 jours, m'ont bouleversée et submergée. L'auteure touche à quelque chose de profondément humain et universel : la souffrance. Elle est touchante de vérité, la sienne. Et surtout de beauté. L'hypersensibilité et le propos empreint de délicatesse de l'auteure font toute la beauté de ce récit. C'est si beau que j'ai relu le fleuve une 2e fois, afin de m'imprégner encore plus de toute cette beauté (ce que je ne fais pratiquement jamais!) devant l'inéluctable. Les mots me manquent pour décrire l'expérience inoubliable de cette lecture.
Je terminerai avec ce passage de l'auteure, dans le recueil La terre, alors qu'elle était entrée, dans un moment de détresse, à la Basilique Notre-Dame: " Sur l'un des murs de la basilique, une inscription. L'ai-je rêvée? le frère André nous permettait de croire en la guérison, il disait que personne ne sortait de l'oratoire comme il y était entré." C'est exactement ce que j'ai vécu en lisant ces petits recueils : je ne suis pas sortie de ces lectures comme j'y étais entrée. Voilà. 💜
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Klergau
  17 août 2019
Sylvie Drapeau, le fleuve - 2015 -
Premier opus d'une tétralogie, ce récit goûte l'enfance. Les mots coulent sur nous comme l'eau du fleuve sur le corps des enfants heureux dans l'été, ravis de découvrir la forêt bleue et le petit fruit qui n'a pas de nom. Mais le fleuve emportera le grand frère et la paix de l'été. La narratrice a cinq ans à ce moment et c'est troublant de vivre de l'intérieur le chagrin d'une enfant de son âge qui saura trouver, malgré tout, le réconfort dans les réalités que l'automne lui offrira. Merci Sylvie Drapeau pour cette prose poétique, ces moments vrais, profonds et touchants. Merci pour l'émotion qui affleure à chaque page. Je vais de ce pas vers les opus qui suivent : le ciel, L'enfer, La terre.
Commenter  J’apprécie          80

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
sweetiesweetie   18 janvier 2018
Elle ne semble pas connaître le chagrin : deux pierres précieuses à la place de ses yeux et plein de petites rides autour parce qu'elle rit tellement souvent, plus que la moyenne des humains, je suppose. La preuve que ça laisse des traces, la joie.
Commenter  J’apprécie          70
sweetiesweetie   18 janvier 2018
Toi, tu lui fais un pied de nez, à l'école, en passant. Tu ne l'aimes pas. Tu lui dis des mots interdits qui me font peur comme des coups de poing. Et elle ne peut pas répondre, car c'est les vacances. Elle est muette et froide, l'été. Comme oubliée.
Commenter  J’apprécie          20
BarsettiBarsetti   11 février 2019
Au bout d'un long moment, infini, un cri terrible, celui de maman, un cri de bête à l'agonie qui déchire la nuit. Nous ne dormirons plus jamais de notre vie. Il y aura toujours ce cri de bête qui se fait arracher sa chair, son cœur et son esprit. Toujours, il retentira dans la nuit de notre fin du monde à nous.
Commenter  J’apprécie          00
magenestmagenest   07 février 2018
Une maman, ça n'a pas le droit de mourir. Ou alors, c'est à ses risques et périls.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Sylvie Drapeau (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sylvie Drapeau
Rencontre avec Sylvie Drapeau Partie 1. Enregistrée le 19 octobre 2015 à la Galerie d'Art d'Outremont de la bibliothèque Robert-Bourassa. Animation: Marie-Anne Poggi.
autres livres classés : frèreVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1303 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre