AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782020316071
131 pages
Éditeur : Seuil (02/10/1997)

Note moyenne : 2.56/5 (sur 9 notes)
Résumé :
Au cours des dix siècles dont il est question dans ce livre, l'Europe a pris forme. Elle s'est fortifiée, elle s'est enrichie, et ce fut alors que naquit et s'épanouit un art proprement européen. Nous admirons ce qu'il en reste. Toutefois, nous ne considérons pas ces formes du même regard que ceux qui les premiers les virent. Pour nous, ce sont des oeuvres d'art, et nous n'en attendons, comme de celles qui sont créées de notre temps, qu'une délectation esthétique. P... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
candlemas
  17 avril 2018
Cet intéressant petit essai de l'éminent médiéviste Georges Duby nous introduit à l'art du Moyen-Age, du Vème à l'orée du XVème Siècle. Georges Duby s'y emploie à montrer comment l'évolution de l'art procède de celle des représentations mentales, et donc de celle des rapports sociaux.
Ainsi, si l'Europe du sud verra persister entre le Vème et le Xème siècle, une tradition du monumental et du travail de la pierre, les pays du nord connaissent l'influence de traditions plus portées sur l'orfèvrerie, le travail du métal ou du bois sur de petits objets, au transport aisé, cela dans un monde rural exposé aux vagues d'invasions ou de pillages. Les monastères, fonctionnant en réseaux, se constituent en hâvres de connaissance . Les grands ordres, à commencer par Cluny, puis les ordres mendiants, n'en prêchent pas moins le dénuement et le détachement du matériel.
Aux siècle suivants, marqués par un accroissement démographique et un mieux vivre, le clergé séculier, au premier rang desquels les évêques, puis les papes, reprennent le pouvoir, portant dans les villes un renouveau de l'art monumental. le XIIème siècle et la 1ème moitié du XIIIème siècle verront l'extraordinaire floraison des cathédrales. Les échanges artistiques se diffusent à l'échelle européenne entre le nord et sud, suivant la route des marchands. On redécouvre Aristote et l'art du raisonnement, profane ou non. L'artisanat se trouve valorisé, et des commandes plus individuelles, celles des grands bourgeois et seigneurs, plus cultivés, prolongent le mouvement de construction.
Enfin, malgré des flux et reflux, au gré des périodes plus difficiles de guerres de famines ou de peste, les années 1250 à 1400, au cours d'un long mouvement de valorisation de l'individu, verront éclore la modernité pré-renaissance au travers du développement d 'un art pour l'art, porté cette fois par des mécènes, bourgeois, seigneurs ou clercs, qui financent toujours chapelles et oeuvres d'art, mais entendent désormais que celles-ci restent dédiées à leur personne et leur famille, à leur salut, au moins autant qu'à Dieu. le savoir, enrichi des apports arabes, grecs, juifs, se sécularise aussi, et la prière relève de plus en plus souvent de la sphère personnelle. Les Très Riches Heures du Duc de Berry , au début du XVème siècle, illustrent parfaitement cette lente appropriation individuelle de la pensée, plus autonome, de l'art pour l'art, dont l'esthétique conduira à des dérives maniéristes, et de la foi, qui se veut de plus en plus intérieure.
Ainsi, en 110 pages à peine, dans un style toujours aussi soigné, George Duby nous guide au cours d'une longue marche sur plusieurs siècles. On y découvre une évolution non assurée de l'art, de la pensée, fluctuant suivant les supports sociaux (démographie et situation de paix ou non, rapport entre les hommes, pouvoirs et richesses, techniques de production). Mais Georges Duby nous confie cependant pour fil d'Ariane le rapport au religieux : l'art et la pensée se sont d'abord perpétués au service de Dieu et de la foi, dans le refuge de la religion, puis, celle-ci se donnant de plus en plus à voir, ils se sont développés aussi hors d'elle, dans un long processus d'émancipation. Les traces de ces étapes successives continuent de marquer avec force nos coeurs de villes anciens, nos campagnes et faubourgs, et l'artisanat d'art traditionnel, qu'il soit vivant ou conservé dans nos musées.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          343
CDemassieux
  21 octobre 2014
Cet essai prouve, si besoin était, que la parfaite maîtrise d'un sujet rend son développement fluide. Georges Duby, le Moyen Âge, il connaît bien ! Presque vingt ans après sa mort, il est toujours considéré comme l'un des plus grands historiens de cette époque.
Dans ce court, et non moins dense, ouvrage, il s'intéresse à l'Art du Moyen Âge ainsi qu'à la société dans laquelle il évolue. Ce Moyen Âge, obscurci pendant des siècles – ce qui perdure dans nombre d'esprits – quand il n'était pas discrédité au profit De La Renaissance, comme si cette dernière était née de nulle part, Duby le réhabilite avec force, montrant que son Art a foisonné et évolué au cours de ces quelque mille ans qui couvrent l'époque la plus longue de l'ère chrétienne.
L'Art au Moyen Âge est indissociable de la foi. Il a trois fonctions : l'offrande faite à Dieu dans une communication avec l'au-delà ; l'enseignement religieux aux populations, pour une grande part illettrées, à travers les images peintes ou sculptées ; il permet enfin aux puissants serviteurs de Dieu de montrer leur propre élévation dans la société, en s'adjoignant les services des artistes et artisans à des fins privées.
L'Art se développe d'abord dans les monastères, où se concentre le savoir. Puis, il s'installe dans les villes, avec les cathédrales, qui font entrer, grâce aux vitraux, la lumière divine au coeur de la cité. Et, lorsqu'à travers les ordres mendiants se répand l'idée d'un dialogue plus personnel entre soi et Dieu, l'Art se fait à son tour plus intime : les chapelles privées se multiplient ainsi que les objets de dévotion à la portée du plus grand nombre, les monuments funéraires sont plus travaillés. Par la ferveur, au détriment de la rationalité, chacun veut toucher « l'essence divine ».
Comme l'explique l'auteur, alors que les monothéismes rejettent toute représentation de Dieu, le christianisme, par sa nature, l'a rendue possible, car Dieu s'est fait homme dans le Christ ; rien n'interdit donc de le figurer.
Duby nous conte cette véritable épopée de l'art médiéval en l'intégrant dans la dynamique de son histoire, laquelle fut parcourue de personnages et d'événements qui peuplent toujours notre imaginaire : Charlemagne, Saint Louis, Les Croisades, les templiers, la Peste noire, la guerre de Cent Ans…j'en oublie !

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
candlemascandlemas   17 avril 2018
Si Dieu et les saints restent de toute évidence les premiers servis, on les sert d'une autre manière. Au XIème siècle, l'art sacré culminait dans le monastère. AU début du XIIIème dans la cathédrale. La chapelle est l'oeuvre d'art caractéristique du XIVème. Fondées, bâties, décorées, entretenues par une personne ou un petit groupe de personnes que rassemblent la parenté, l'alliance ou la fraternité spirituelle (...), les chapelles, espace de recueillement, de l'examen de conscience et de l'oraison secrète, répondent aux exigences d'une pratique religieuse de plus en plus enclose, égotiste, émotive. (...)
L'architecture de la chapelle compte beaucoup moins que ce qu'elle contient. Des objets. Des objets d'art commandés, ou , de plus en plus fréquemment, achetés à l'étalage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
candlemascandlemas   17 avril 2018
Aux temps féodaux, la fragmentation du pouvoir régalien fit se multiplier les monastères. Tout seigneur, dès qu'il en avait les moyens, en fondait un pour ses besoins spirituels et ceux de ses sujets. C'était le complément naturel du château, comme une autre forteresse, plus solidement, plus précieusement bâtie, car elle semble plus utile encore. Quelques-unes de ces maison renfermaient des religieuses ; les filles de la maisonnée y étaient éduquées, et les veuves y faisaient retraite. Mais presque toutes étaient occupées par des hommes, dont les oraisons étaient jugées beaucoup plus efficaces pour aider dans l'au-delà les âmes en peine. (...) Des liens unissaient naturellement les maisons situées sur la même route de pèlerinage. D'autres, plus étroits, celles dont un même réformateur avait autrefois rectifié les déviations. Ailleurs c'était une relation filiale entre une abbaye mère et les prieurés où ses moines avaient essaimé. Des congrégations se formèrent ainsi. En elles se concentrèrent les moyens de produire, comme il s'étaient jadis concentrés entre les mais des rois. Ces vastes organismes furent les animateurs de l'essor artistique du XIème siècle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
candlemascandlemas   17 avril 2018
... l'Europe demeurait divisée en principautés de toutes tailles. Elles se renforçaient, elles se jalousaient. Prenant appui sur les rudiments de bureaucratie qui se mettaient alors en place, la construction de l'Etat moderne débutait en ordre dispersé.
Alors que le pouvoir spirituel, lui, se concentrait pleinement. Si l'Europe apparaît au XIIIème siècle plus étroitement réunie qu'elle ne le fut jamais, elle le doit principalement à la cohésion de l'institution ecclésiastique. (...) l'Eglise était devenue une monarchie, la mieux charpentée de toutes, car elle s'appuyait sur la pratique d'une langue unique, le latin, et sur la formation identique que recevait que recevait la multitude de ses serviteurs. (...) Le sacré étant partout, l'autorité du pape, chef et fondement de toute chrétienté, s'insinuait de toute part, au nom du dogme et de la morale (..).
Depuis que la papauté réformatrice avait réformé l'épiscopat, la cathédrale constituait l'assise du pouvoir ecclésiastique. C'était la pièce maîtresse d'un système d'enseignement et de coercition destiné à réaliser enfin l'unanimité du peuple fidèle afin de le conduire au salut. A toute force, malgré lui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Georges Duby (32) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Georges Duby
Atlas historique mondial Christian Grataloup Patrick Boucheron L'Histoire Les Arènes Octobre 2019
Toute l'histoire du monde défile devant nos yeux. Dans la lignée de l'ouvre de Georges Duby, ce bel atlas destiné à tous présente 515 cartes d'une grande clarté, téléchargeables en PDF, enrichies d'une chronologie et couvrant tous les programmes d'histoire du collège à l'université. évènement éditorial de cet automne, indispensable à tous les étudiants, ce manuel sans équivalent s'impose déjà comme une référence !
https://www.laprocure.com/atlas-historique-mondial-christian-grataloup/9782711201846.html
+ Lire la suite
Dans la catégorie : Pratiques culturellesVoir plus
>Sciences sociales : généralités>Culture et normes de comportement>Pratiques culturelles (225)
autres livres classés : moyen-âgeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Comment se porte votre Moyen-Âge?

Le Moyen-Âge a ses féministes! Auteure d’un livre sur l’art de la guerre, elle est surtout célèbre pour sa dénonciation de la misogynie dans le Roman de la Rose avec sa Cité des Dames.

Aliénor d’Aquitaine
Christine de Pisan
Marie de France
Olympe de Gouges

14 questions
202 lecteurs ont répondu
Thèmes : moyen-âge , littérature médiévale , littérature européenneCréer un quiz sur ce livre