AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782298091588
Éditeur : France loisirs (01/01/2015)

Note moyenne : 4.5/5 (sur 4 notes)
Résumé :
L'amant
Un barrage contre le Pacifique
Moderato Cantabile
Dix heures et demie du soir en ete
Hiroshima mon amour
La douleur
Emily L
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
akhesa
  10 août 2015
Je connaissais les coups de gueule et les prises de position de M Duras;je connais maintenant l'ecrivain;quel bonheur!Un vrai festival d'enchantements,pas de reves mais de realites,de situations que tout un chacune pourrait connaître en sa vie.
Avec quelle facilite on se laisse emmener a travers son monde,ses paysages,ses histoires romancees.
Je trouve enrichissant cette collection offerte au grand public;cela permet de decouvrir les textes connus mais aussi moins connus,tout aussi revelateur de son talent
Les deux histoires qui m'ont le plus marquee sont:hiroshima mon amour et la douleur;peut-etre parce que les deux histoires ont un rapport avec la seconde guerre mondiale,sujet qui me tient a coeur et aussi parce qu'il s'agit de la condition particuliere de la femme a cette epoque.Tous deux hymnes a l'amour,la passion,l'attente et l'esperance
A lire
Commenter  J’apprécie          130
Moomin60
  27 mai 2020
L'amant : Il faut s'accrocher un peu au début pour le lire mais si on s'y donne vraiment, c'est une vraie bonne lecture. J'ai trouvé le style un peu froid bien que l'histoire soit passionnante.
Un barrage contre le Pacifique : commencé il y a longtemps, je m'y suis remise lundi après-midi pour finir cette histoire tout à l'heure. Dès le début, on plonge dans la misère de cette famille pauvre de tout et qui n'espère plus rien. Dans cette vie si dénuée de tout, on survit, on va à l'essentiel, telle la narration de ce récit.
Moderato Cantabile : Un immense vide, voilà ce qui se détache de cette lecture. Vide de l'existence d'Anne et de Chauvin, écriture dans la vague Nouveau Roman vide... Je me suis demandé tout du long où l'auteure allait nous mener. J'ai passé un bon moment même si ça ne sera pas le roman que je préfère de l'auteure.
Dix heures et demi du soir en été : Tout comme dans Moderato Cantabile, l'auteure nous met face à une féminité vulnérable et qui se sent déjà déchue de ses attraits, bien loin des charmes conquérants des héroïnes de l'amant et d'un barrage contre le Pacifique.
Que peut-on voir de plus triste que la mort d'un amour ?
La plume de Marguerite Duras m'a beaucoup touchée dans cette oeuvre.
Hiroshima mon amour : Je l'ai fini tout à l'heure, et le moins que l'on puisse dire c'est qu'il m'a chamboulée. C'est toute une palette d'émotions que cette brève rencontre fait naître, et c'est magnifique.
La douleur : Hormis les deux derniers textes que j'ai moins apprécié, j'ai trouvé le style déjà très directe de Marguerite Duras encore plus percutant que d'habitude. Cette lecture m'a donné envie de me plonger dans La condition humaine de Robert Antelme.
Emily l': Je me suis ennuyée au cours de cette lecture. J'ai trouvé que Marguerite Duras compliquait volontairement son style, presque jusqu'à l'autoparodie. Cette histoire ne m'a pas touchée mais je suis heureuse de l'avoir lu.
Mon ressenti final, c'est une double satisfaction. D'une part je suis venue à bout de cette anthologie, et d'autre part, cette auteure qui manquait à ma culture m'a beaucoup plu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
akhesaakhesa   01 août 2015
BARRAGES SUR LE PACIFIQUE

Dans le seul livre qu'elle ait jamais lu,comme dans les films qu'elle avait vus depuis,les mots:je t'aime n'etaient prononces qu'une seule fois au cours de l'entretien des deux amants qui durait quelques minutes a peine mais qui liquidait des mois d'attente,une terrible separation,des douleurs infinies.Jamais Suzanne ne les devait encore entendre prononcer au cinema.Longtemps,elle avait cru qu'il etait infiniment plus grave de les dire,que de se livrer a un homme apres l'avoir dit,qu'on ne pouvait les dire qu'une seule fois de toute sa vie et qu'ensuite on ne le pourrait plus jamais,sa vie durant,sous peine d'encourir un abominable deshonneur.Mais elle savait maintenant qu'elle se trompait.On pouvait le dire spontanement,dans le desir et meme aux putains.C'etait un besoin qu'avaient quelques fois les hommes de les prononcer,rien que pour en sentir dans le moment la force epuisante.Et de les entendre etait aussi quelques fois necessaire,pour les memes raisons
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
akhesaakhesa   05 août 2015
L'AMANT

Maintenant je vois que tres jeune,a 18 ans,a 15 ans,j'ai eu ce visage premonitoire de celui que j'ai attrape ensuite avec l'alcool dans l'age moyen de ma vie.L'alcool a rempli la fonction que Dieu n'a pas eue,il a eu aussi celle de me tuer,de tuer.Ce visage de l'alcool m'est venu avant l'alcool.L'alcool est venu le confirmer.J'avais en moi la place de ca,je l'ai su comme les autres,mais,curieusement,avant l'heure.De meme que j'avais eu en moi la place du desir.J'avais 15 ans,le visage de la jouissance.Ce visage se voyait tres fort.Meme ma mere devait le voir.Tout a commence de cette facon pour moi,par ce visage voyant,extenue,ces yeux cernes en avance sur le temps:l'experiment
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
akhesaakhesa   07 août 2015
L'AMANT

Il a du etre longtemps a ne pas pouvoir etre avec elle,a ne pas arriver a lui donner l'heritier des fortunes.Le souvenir de la petite Blanche devait etre la,couche,le corps,la en travers du lit.Elle a du rester longtemps la souveraine de son desir,la reference personnelle a l'emotion,a l'immensite de la tendresse,a la sombre et terrible profondeur charnelle
Commenter  J’apprécie          81
akhesaakhesa   04 août 2015
HIROSHIMA MON AMOUR

C'est comme l'intelligence,la folie,tu sais.On ne peut pas l'expliquer.Tout comme l'intelligence;elle vous arrive dessus,elle vous remplit et alors on la comprend.Mais quand elle vous quitte,on ne peut plus la comprendre du tout
Commenter  J’apprécie          70
Moomin60Moomin60   03 juin 2020
Hiroshima mon amour :

La colère des villes entières qu'elles le veuillent ou non, contre l'inégalité posée en principe par certains peuples contre d'autres peuples, contre l'inégalité posée en principe par certaines races contre d'autres races, contre l'inégalité posée en principe par certaines classes contre d'autres classes.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Marguerite Duras (202) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marguerite Duras
Frédérique Berthet Never(s) éditions P.O.L : où Frédérique Berthet tente de dire de quoi et comment est composé son nouveau livre "Never(s)" et où il est notamment question de Casablanca et de Saint-Benin-des-Bois, entre 1942 et 1948, de la libération de la France et de l'Indochine, de Gilles Deleuze et de Marguerite Duras, d'amour et d'éloignement, de jamais et de toujours, de correspondance et de parenthèses, de la différence entre écrire, écrire des lettres et faire des écritures, et de Nevers, à l'occasion de la parution aux éditions P.O.L de" Never(s)", à Paris le 4 juin 2020 "un jour vous avez sorti la valisette de l'ombre de la chambre toutes les disparitions étaient envisageables même la vôtre, que vous avez vue venir toutes, sauf ces efforts ces élans inspirés avec plume encrier papier – vos écritures je vous ai lue, j'ai nagé de Saint-Benin à Saïgon il se pourrait donc bien que ce livre ait commencé de s'écrire un été 42, dans une caserne de l'infanterie coloniale de Casa."
+ Lire la suite
autres livres classés : féminitéVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Marguerite DURAS

Quel est le bon titre de sa bibliographie ?

L'Homme assis dans le corridor
L'Homme assis dans le couloir
L'Homme assis dans le boudoir
L'Homme assis dans le fumoir

20 questions
160 lecteurs ont répondu
Thème : Marguerite DurasCréer un quiz sur ce livre