AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782867444920
54 pages
P.O.L. (05/10/1995)
3.56/5   51 notes
Résumé :
Un journal, une lettre d’amour, un livre. Des phrases dites ou écrites, tout uniment, comme des appels à l’amant adoré à la fois fictif et réel, de qui provient l’écriture, vers qui elle va. Cet amour qui aspire l’entier désir d’un être pour un autre être, sa vie. Avec la mort également puissante et présente, les vagues de découragement, la panique du néant proche et de la perte. Tout est là, de l’œuvre et de la vie vécues ensemble dans le même mouvement exigeant et... >Voir plus
Que lire après C'est toutVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
3,56

sur 51 notes
5
2 avis
4
4 avis
3
2 avis
2
2 avis
1
0 avis
un très bref texte de Marguerite Duras, qu'une amie m'avait offert , en 1999.... connaissant ma prédilection pour cette auteure... Etrange... je ne lis cet écrit que maintenant....
Lignes qui se présentent à la fois comme un monologue de l'écrivain, et un dialogue avec l'homme qu'elle aime, et qui partagera les dernières années de son existence, Yann Andrea...

Un texte fulgurant qui fait mal...et bouleverse. Il est question bien sûr de ce qui a occupé Marguerite Duras toute sa vie: l'écriture, centrale, essentielle, vitale... comme l'Amour, tout aussi vital... mais parallèlement, se profile de façon répétitive et lancinante, la peur de la mort, l'angoisse de la fin absolue, l'expression de la panique totale...qui signifie aussi la perte , la séparation d'avec l'être aimé...

"C'est tellement dur de mourir.
A un certain moment de la vie, les choses sont finies.
Je le sens comme ça: les choses sont finies.
C'est comme ça.


Silence, et puis.

je vous aimerai jusqu'à ma mort.
Je vais essayer de ne pas mourir trop tôt.
C'est tout ce que j'ai à faire." (p. 26)


Commenter  J’apprécie          510
Un tout petit livre, très étrange et remarquable.
On reconnait l'écriture de Marguerite Duras: elle écrit comme elle parle, avec des phrases courtes.
Ce petit roman n'est constitué que de mots jetés sur papier, des pensées intuitives, une échappatoire à l'amour. Marguerite Duras s'adresse à son amant, avec amour, peur, amertume et regret.
A découvrir, "c'est tout".
Des petits riens qui font un bien fou.
Commenter  J’apprécie          340
N°1844 – Mars 2024.

C'est toutMarguerite DurasP.O.L.

Ce petit livre assez déroutant est dédié à Yan Andrea qui fut son dernier compagnon. C'est un ensemble de textes datés d'octobre 1994 à août 1995 rédigés en partie à son domicile parisien, en partie à Neauphle-le-château. C'est soit un dialogue entre Marguerite Duras et Yan Andrea Steiner avec une alternance de vouvoiement et de tutoiement, et un monologue un peu décousu. Au cours de leurs échanges, elle mentionne son prochain livre où elle parle « d'un homme de 25 ans tout au plus, c'est un homme très beau ». « Vous devenez beau, je vous regarde, vous êtes Yan Andrea Steiner ». Elle parle de la beauté de ses mains et c'est un détail auquel elle paraît particulièrement sensible et qui revient notamment dans « L'amant de la Chine du Nord ». Il s'agit probablement de lui puisqu'elle lui consacre effectivement un livre « Yan Andrea Steiner »
Ce que je retiens c'est la déclaration d'amour qu'elle fait à cet homme, un écrivain plus jeune qu'elle, malgré ou peut-être à cause de leur trente-huit ans de différence. « J'ai voulu vous dire que je vous aimais. le crier, c'est tout » un peu comme si, comme le suggère le titre, tout était dit ainsi. Elle souhaite sa présence auprès d'elle « J'espère te voir à la fin de l'après-midi », une présence sensuelle qui n'a rien de platonique « Donne-moi ta bouche », « Caressez-moi, venez dans mon visage avec moi, vite, venez »,  « Viens dans mon visage », comme s'il y avait urgence. Il est sa source d'inspiration « Tout a été écris par toi, par ce corps que tu as » Avec un regret cependant « Ne pas pouvoir être comme toi, c'est un truc que je regrette ». Il sera son dernier amant et c'est lui qu'elle chargera de son « testament littéraire ». Son oeuvre est en effet une préoccupation pour elle et la trace qu'elle laissera, même si apparemment elle s'en défend « Vanité des vanités;Tout est poursuite du vent », « C'est moi la poursuite du vent ».
L'écriture fait essentiellement partie de sa vie non seulement parce que c'est son métier mais parce qu'elle ne pourrait pas vivre pleinement sans elle « Quand j'écris je suis de la même folie que dans la vie », « Écrire c'est à la fois se taire et parler » malgré tout, malgré la solitude « Je suis seule », la souffrance, les larmes. C'est qu'à travers Yan elle mesure pour elle le temps passé et l'imminence de la mort qu'elle attend et qu'elle craint. Elle se raccroche à ses courtes lettres comme si les mots tracés sur le papier étaient entre eux un lien, un baume «  Viens dans ce papier blanc, avec moi » , elle sent l'imminence de la mort et décédera le 3 mars 1996. Elle fait allusion à son roman « La maladie de la mort », elle note « Je suis au bord de la date fatale » et tout au long de ce recueil cette crainte devient lancinante. Elle y mêle ses souvenirs de Chine, de ses amants, un peu comme si, à l'approche de la mort toute sa vie revenait à sa mémoire.
La mort est une obsession pour elle mais ce que je retiens c'est l'amour qui la lie à Yan Andrea où se mêlent sensualité, écriture, passion, solitude et influences artistiques réciproques. .
Commenter  J’apprécie          60
Dans ce très court texte méconnu et inclassable, Duras livre des bribes de réflexion, d'abord sous la forme d'un dialogue avec Yann Andrea Steiner, écrivain qui fut son amant, alors qu'elle est malade. L'auteure évoque l'écriture qui, si elle n'a jamais sauvé personne, sert à savoir écrire. Elle parle de la mort, de l'oubli, de l'amour, de ses amants, de la Chine, comme si, à l'approche de la mort lui revenait par saccades tout ce qu'elle n'a pas su dire, du moins pas comme ça, pas nu comme ça. Le tout est écrit avec des indications de temps (dates, "plus tard", etc.) sous la forme d'un journal qui court de novembre 1994 au 1er août de l'année d'après, au bout de quelques pages elle dialogue avec elle-même, essayant par l'écriture d'échapper au néant qui menace de la dérober à son amour et au monde. Très beau et touchant, comme d'habitude.
Commenter  J’apprécie          30
Comme si elle écrivait des bribes de notes dans un journal personnel, une femme livre ses pensées sur l'écriture, se confie à un amant, évoque sa crainte de la mort, de la perte de l'écriture, de la perte de l'amour de l'autre...
Un ouvrage très mince. Des paragraphes courts, des dialogues suspendus, de courtes réflexions. L'écriture.

Yann Andréa Steiner comme elle l'a appelé, a réellement partagé la fin de la vie de Marguerite Duras et lui a envoyé, alors qu'il n'avait qu'une vingtaine d'années, des quantités de lettres concises.
Pour son ultime livre, Marguerite Duras a confié l'écriture à la main de son amant, sous sa dictée. Les phrases ont alors une double résonance. (...)
Lien : http://chezlorraine.blogspot..
Commenter  J’apprécie          60

Citations et extraits (24) Voir plus Ajouter une citation
Le ciel est vide.
Ça fait des années que j'aime cet homme.
Un homme que je n'ai pas encore nommé.
Un homme que j'aime.
Un homme qui me quittera.
Le reste, devant, derrière moi, avant et après moi, ça m'indiffère.
Je t'aime.
Commenter  J’apprécie          210
Tu peux maintenant ouvrir ton coeur. C'est moi peut-être. Je ne suis pas
perdue pour toi.

Silence, et puis.

Pour adoucir la vie ?
Personne ne le sait. Il faut essayer de vivre. Il ne faut pas se jeter dans
la mort.
C'est tout.
C'est tout ce que j'ai à dire.
Commenter  J’apprécie          130
C'est tellement dur de mourir.
A un certain moment de la vie, les choses sont finies.
Je le sens comme ça: les choses sont finies.
C'est comme ça.

Silence, et puis.

je vous aimerai jusqu'à ma mort.
Je vais essayer de ne pas mourir trop tôt.
C'est tout ce que j'ai à faire. (p. 26)
Commenter  J’apprécie          100
Viens.
Je n'aime rien.
Je viendrais autour de toi.
Viens à côté de moi.
C'est tout.
Je veux être à l'abri de çà.
Viens vite me mettre quelque part.
Commenter  J’apprécie          140
Je ne sais pas où je vais.
J'ai peur.
Partons ensemble sur la route.
Viens vite.
Je vais t'envoyer des lettres.
C'est tout.
Ça fait peur d'écrire.
Y'a des trucs comme ça qui me font peur.
Commenter  J’apprécie          80

Videos de Marguerite Duras (248) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marguerite Duras
La Compagnie des Auteurs Marguerite Duras, la vie comme littérature
Episode N°1 Vivre et Ecrire : Sa silhouette et sa diction particulière ont fait de Duras une figure mythique de la littérature française, aussi détestée qu’idolâtrée. Mais, loin de l’image qu’elle s’est ensuite forgée, la première partie de la vie de Duras a été successivement marquée par son enfance à Saigon, puis par la guerre Avec Sophie Bogaert Valérie Toranian Directrice de la rédaction du magazine Le Point
Episode N°2 S'embarquer avec Marguerite Duras : Certains romans de Duras, tels que Moderato Cantabile ou Hiroshima mon amour, ont donné lieu à de célèbres adaptations. Mais Duras a elle-même a mené une carrière cinématographique dont les expérimentations formelles, parfois déroutantes, résonnent avec son écriture. Avec Gilles Philippe Professeur de linguistique française à l’université de Lausanne, auteur de plusieurs livres sur l’histoire des imaginaires langagiers et des pratiques stylistiques aux 19e et 20e siècles, dont « French Style. L’accent français de la prose anglaise », ed. Philippe Roger Écrivain, directeur d'études à l'EHESS, chercheur au CNRS, directeur de la revue Critique
Episode N°3 La folie du voir : De la folie du voir chez Lol V. Stein, au « Camion », film essentiellement composé d’un plan fixe de deux heures, le regard est un élément central dans l’œuvre de Duras. Dominique Noguez et Mireille Calle-Gruber reviennent sur cette omniprésence du « voir » chez Duras et ses paradoxes. Avec Dominique Noguez Ecrivain français (1942-2019) Mireille Calle-Gruber
Episode N°4 "Que le cinéma aille à sa perte" Avec Eric Marty Écrivain et universitaire Jean Cléder Enseignant-chercheur en littérature comparée, auteur Laure Bergala Journaliste, études cinématographiques entrecoupées d’excursions au cinéma et au théâtre, et de réécritures, l’œuvre de Duras s’appréhende difficilement de manière linéaire. Gilles Philippe éclaire pour nous le chemin dans cette œuvre labyrinthique, multiple et ambiguë.
+ Lire la suite
autres livres classés : romanVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (133) Voir plus



Quiz Voir plus

Marguerite DURAS

Quel est le bon titre de sa bibliographie ?

L'Homme assis dans le corridor
L'Homme assis dans le couloir
L'Homme assis dans le boudoir
L'Homme assis dans le fumoir

20 questions
188 lecteurs ont répondu
Thème : Marguerite DurasCréer un quiz sur ce livre

{* *}