AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2081246333
Éditeur : Flammarion (08/09/2010)

Note moyenne : 3.59/5 (sur 1958 notes)
Résumé :
Si Jed Martin, le personnage principal de ce roman, devait vous en raconter l'histoire, il commencerait peut-être par vous parler d'une panne de chauffe-eau, un certain 15 décembre. Ou de son père, architecte connu et engagé, avec qui il passa seul de nombreux réveillons de Noël.
Il évoquerait certainement Olga, une très jolie Russe rencontrée au début de sa carrière, lors d'une première exposition de son travail photographique à partir de cartes routières Mi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (242) Voir plus Ajouter une critique
iris29
  02 juin 2016
Salut Michel ,
J'espère que tu ne m'en voudras pas d'écrire une "bafouille" plus perso qu'une critique , mais avec 205 avis sur babélio + une carrière internationale , je pense que tu n'es plus à ça près...
D'autant que j'ai un truc à te demander...Euh, comment dire, c'est pour mon fils ...
Vu que cette année , "il/Nous" passons le bac de français .
[Je dis : "il/ nous" parce que vois-tu ,psychologiquement je le passe aussi , même que c'est pas la première fois ... Tous les parents me comprendront...Tu as des enfants Michel ?]
Et "mon fils/ Ma bataille ", a 4 textes signés par ton auguste personne , au programme de son oral . Avec comme thèmes: La création, les relations père/fils, les putes thaïlandaise etc...
[Euh, ... Et c'est là , que je m'interroge sur la pertinence des programmes de l'éducation nationale... ]
Mais, bon, je ne t'en veux pas Michel, parce que tu as réussi à faire lire mon fils ; lui qui a un mur entier de mangas dans sa chambre , lui qui ne connait que HP, "Le Seigneur des anneaux" et "Game of thrones".
Et bien ,non seulement il a lu "La Carte..." ,mais il le relit . Et sur sa table de nuit "dorment" , "La possibilité d'une île "et "Les particules élémentaires" .
[ Moi, je dis que tu es en train de devenir une idole des jeunes ", Michel...]
Mais bon , te réjouis pas trop vite... , c'est pas gagné pour son oral...
Extrait d'un dialogue entre "mon-fils/qu'il-est-beau" et moi:
MOi : Ah , tu lis Houellebecq ?
LUI : C'est pour le bac [ sous-entendu: hey, ça va , t'enflammes pas , j'vais pas faire l'ENS !]
MOI: Et t'en penses quoi?
LUI: En vrai, c'est pas mal , c'est marrant .
MOI: (!!!) Tu peux développer?
LUI: Je pense que j'aimerai mieux quand j'aurai trente ans , là y'a pleins de trucs qui m'passent à coté et puis il est trop pessimiste, en vrai .
Voilà.Tu comprends pourquoi je m'inquiète , (en vrai! LOL)... .
Alors si tu te demandes pourquoi, je t'écris à toi et pas aux 15 autres auteurs qui font partie de sa liste au programme , et bien c'est parce qu'ils sont tous morts !!!
Alors voilà , si tu pouvais faire quelque chose pour mon fils, genre une photo dédicacée qu'il pourrait donner à l'examinateur (!!) , ou faire une apparition divine dans la salle n°xxx du Bât xxx, dés fois que tu sois l'idole de l'agrégé(e) qui "auditionnera" mon fils dans quelques jours...
Je sais pas moi, c'est toi qui a de l'imagination...
Dans quelques jours , "demain à l'heure où blanchit la campagne , il partira , vois-tu "il sait ce qui l'attend... Il s'en ira seul ," les poings dans ses poches crevées" , il tombera sur toi ...ou pas !
Mais en attendant je te remercie du fond du coeur , parce que faire lire un ado par les temps qui courent , c'est pas facile... Tu peux demander aux autres parents .
PS: Spéciale dédicace à tous ceux dont les gamins passent le bac ( et autres examens ou concours) .
[Ça passe vite, hein?..]
RE -PS: Au cas Michel , où tu aurais l'idée d'écrire un roman sur une lectrice un peu barge , comme Delphine de Vigan , moi c'est C et pas L .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          12228
Erveine
  02 mai 2014
Je viens de relire ‘'la carte et le territoire'' de Michel Houellebecq et je dois dire que je suis confortée dans ma première impression, à savoir que c'est un écrivain qui possède indéniablement, une écriture agréable et unique. Tandis qu'il utilise un mode d'expression qui n'est pas linéaire, oscillant entre un phrasé classique et moderne, ses détracteurs lui prêtent de la platitude et ses admirateurs du brio. En ce qui me concerne, je me rangerais plutôt à sa propre définition, soit que : « la meilleure condition pour exercer un bon style, c'est d'avoir quelque chose à dire » et pour le moins, le texte est riche.
Donc, à tout prendre, je me garderais bien de remettre en question le talent de cet écrivain dont la prose me porte, au risque de le voir s'exporter ailleurs, un ailleurs où du reste, sa renommée mondiale est déjà faite. Je remarque que sa plume est savante, libre et souvent ironique, mais rarement agressive. J'irais même jusqu'à lui trouver une certaine sensibilité. Houellebecq nous conduit à la carte et nous guide sur le territoire, d'une marche à la fois souple et soutenue. Il nous dépeint un univers social des plus appauvri en ce qui concerne les rapports humains à travers la réalisation professionnelle de Jed Martin qui n'en est pas moins à son troisième essai. Touchant d'abord à la peinture, puis à la photographie, pour finalement revenir à son aspiration initiale, la peinture. Il vit dans le dénuement affectif le plus complet bien qu'ayant connu une brève expérience amoureuse avec Olga. Sa vie s'apparente trait pour trait à celle de son père dont il reconstitue à l'identique, l'existence, lequel père se meut uniquement entre son cabinet d'architecte et ses appartements. Soit que nos deux protagonistes connaissent tour à tour, le succès, dans leur travail à l'exclusion de toute harmonie ou implication dans le domaine de leur vie privée.
Le roman se constitue de trois parties. Une primo immersion dans une sphère sociale bien spécifique, une intrusion dans la structure mentale des profils avec une lecture sur l'intégrité des personnages et enfin, un basculement tout à fait inattendu dans une atmosphère glaciale, jusqu'à ce que la suprématie de la nature sur l'homme reconquière son territoire. Un tout qui confère à l'auteur une écriture dont la caractéristique est unique. Il eut tenté de m'attendrir à l'annonce funeste de son rapprochement vers Emmanuel Bove qu'il y serait parvenu. Mais, je vous laisse au plaisir de dénouer vous-même, le ruban de moebius.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1176
Ode
  12 avril 2013
La mauvaise foi de Michel Houellebecq me ravit.
Vous savez, la mauvaise foi telle que l'entend Sartre avec son garçon de café qui joue à être un garçon de café et rien que cela, sa fonction l'emportant sur son humanité. Houellebecq, lui, se complaît dans son rôle de provocateur, toujours prêt à dénigrer la société ou ses semblables, à appuyer là où ça fait mal, avec son air revenu de tout. Une sorte de Gainsbarre de la littérature, la provocation n'excluant pas le talent.
On sait donc à quoi s'attendre en lisant ses romans : il va chercher à nous choquer d'une manière ou d'une autre. Or en forçant le trait, il nous oblige à voir les choses sous un autre angle, souvent visionnaire, tout en réveillant nos consciences.
"La carte et le territoire" est en apparence son ouvrage le plus consensuel. Son héros, Jed Martin, a une vie d'artiste presque rangée. Il fréquente encore son père, arrive à séduire des femmes, et n'est pas affligé d'une sexualité compulsive. L'action se déroule dans un futur proche, alors que la France, redevenue rurale, tire ses revenus du tourisme. Jed va connaître la notoriété en commençant à photographier en gros plan des cartes Michelin, avant de se spécialiser dans la peinture. Fortement axée sur le monde de l'art, l'intrigue est un mélange d'enquête policière (suite à un meurtre spectaculaire) et de roman d'anticipation, avec de truculents passages sur les figures médiatiques de notre époque et des noms de marques à foison.
En réalité, ce semblant de normalité est un cheval de Troie qui dissimule une critique acerbe et pessimiste de notre société, promise à la déliquescence. Critique d'autant plus insidieuse qu'elle touche notre vie quotidienne, comme la structure familiale, l'amour, la mort, le travail... le territoire est le monde réel (imparfait et voué à la mort), la carte la représentation qu'on s'en fait (idéale et intemporelle), et Jed affiche en lettres capitales que « LA CARTE EST PLUS INTERESSANTE QUE LE TERRITOIRE ». Ainsi, l'indifférence de Jed au monde qui l'entoure est frappante. Il passe Noël avec son père parce que cela se fait, mais ils n'ont rien à se dire. le succès qu'il rencontre sans effort, sans vraiment le mériter, caricature les dérives d'une société qui encourage la réussite facile par le biais du spectacle ou de la télé-réalité. Sa relation détachée avec la brillante Olga en dit long sur son égoïsme et sur l'amour/le sexe vus comme un mode de consommation parmi d'autres – un thème récurrent dans l'oeuvre de l'auteur.
Mention spéciale pour la mise en scène de Houellebecq par lui-même. le comique prime sur la mégalomanie et l'on découvre un repoussant spécimen d'écrivain asocial, assidu des bordels thaïlandais et accro à... la charcuterie (!). C'est pathétique, mais conforme à l'image qu'il veut donner de lui : suffisamment antipathique pour qu'on le laisse tranquille. Toutefois, derrière ce leurre burlesque, c'est sans doute chez Jed Martin qu'affleure sa véritable personnalité. Par sa réussite et ses choix de vie, Jed réalise son fantasme de vivre à l'écart d'un monde qui le déçoit. L'exergue poétique de Charles d'Orléans prend alors tout son sens :
« le monde est ennuyé de moy,
Et moy pareillement de luy. »
Or à jouer les dédaigneux, Houellebecq n'en est que davantage courtisé, jusqu'à obtenir le Goncourt. Preuve que son rôle de misanthrope désabusé lui réussit à merveille ! CQFD
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          814
Rouletabille
  15 juillet 2013
La carte et le territoire est inconstant. Cela fait longtemps que je voulais lire ce Goncourt mais étrangement j'ai eût beaucoup de mal à le trouver, que ce soit dans des libraires, dans les grandes enseignes à dimensions culturelles, il y avait tous les romans de Houellebecq sauf celui là !
Après l'avoir lu, la raison est peut être assez simple : ce livre est finalement assez banal. Loin, très loin de l'image du sulfureux écrivain avec un regard sombre sur la société. Certes par de rares phrases, l'auteur ponctue son récit sur des interrogations comme la place du travail dans nos vies, de l'argent moteur de toutes les atrocités, décrit une société apaisée post crise à la fin du récit. La question de l'euthanasie est aussi effleurée avec le père du héros. Oui voila le problème de ce Goncourt : à vouloir traiter beaucoup de sujet de la vie, il n'y a pas de réel approfondissement. Les réflexions "philosophiques" sur ces sujets sont consensuelles, du déjà lu, vu.
Mais la majorité du temps, le lecteur doit supporter de longues descriptions sans intérêt, en particulier du matériel utilisé par Jed Martin, artiste devenu riche ou encore de son chauffe eau tombé en panne et sa difficulté à contacter un plombier !
Ce Jed Martin va rencontrer Olga et hop en à peine 2 pages ils vont finir dans le même lit !
Jed Martin va rencontrer ... Michel Houellebecq. Au début j'ai eût peur de ce procédé, Houellebecq parlant de Houellebcq bonjour la mégalomanie. Puis finalement il s'en sort assez bien avec ce personnage de Houellebecq en fin de compte pathétique dans la gestion de sa vie quotidienne.
La troisième partie s'ouvre par un événement inattendu mais la suite, elle est beaucoup plus classique avec une enquête policière guère captivante. La description de la scène du crime est là aussi interminable, avec tout ce sang cette scène me fait penser à la série Dexter. L'auteur va même tomber dans le vice d'utiliser la fameuse phrase toujours employé par un enquêteur " je sens qu'on passe à coté de quelque chose mais je sais pas quoi" ! Super on est ravi par une telle prouesse littéraire, une telle audace narrative. Recourir à une telle banalité devrait conduire à l'élimination automatique d'un Goncourt !
Par contre il convient aussi de dire que ce livre ne m'a pas entièrement passionné en raison des nombreuses références artistiques. Or je n'ai pas la culture suffisante sur ce domaine pour apprécier la pertinence ou non de ces réflexions sur les arts.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          527
ahasverus
  27 avril 2012
Amis de l'éveil et du développement personnel, bonsoir.
La carte et le territoire nous emmène dans l'univers de Jed Martin, artiste.
La photographie des cartes d'état major MICHELIN lui ouvre les portes du succès. Sur ce chemin, il se rapproche de son père qui s'éteint, et rencontre Michel Houellebecq, l'écrivain.
Vieillesse, dégradation, pourrissement. Tout meurt. Tout s'efface. L'homme, ses traces, ses chiens, sont dispersés, lacérés, raccourcis éparpillés comme une toile de Jackson Pollock .
Jed sûrement l'a sentie, cette dissipation. Il photographie les objets manufacturés, les cartes Michelin, il inventorie le monde. Témoignage inutile et dérisoire avant que le "caractère périssable et transitoire de toute industrie humaine" ne prenne le dessous...
L'univers se délite. Enfin, l'univers des hommes. """Puis tout se calme, il n'y a plus que des herbes agitées par le vent. le triomphe de la végétation est total""" .
Jed fait d'autres rencontres : un Jean Pierre Pernault homosexuel et visionnaire et un Julien Lepers un peu stupide nous sauvent de la déprime en aérant un univers sombre où chacun vit dans l'évitement, ennuyé du monde.
Au royaume des autistes, les mornes sont rois.
Jed croise des personnages sans les rencontrer. Les gens vers lesquels il va sont dans la fuite. Quant à lui, il laisse partir Olga. Malgré les messages de Beigbeder, (vous savez, l'écrivain), seule personne un tant soi peu positive du roman. Il laisse filer l'amour sans regret. Qu'importe, c'est "sa place dans le processus de production, et pas son statut de reproducteur, qui définit avant tout l'homme occidental".
La carte et le territoire est une subtile ironie testamentaire sur la précarité des hommes et de leur monde. C'est un excellent livre mais... méritait il un Goncourt ? Que viennent faire ces copier-coller Wikipédia sur les mouches ou sur Beauvais ? Et cette enquête policière soit disant documentée. Documentée ? C'est quand même un peu La Fée Carabine ! Quoi qu'en dise l'auteur dans sa postface, côté documentation, il devrait demander conseil à Laurent Binet (HHhH)... Et ces quelques tics si appuyés que je me demande encore s'il pastichait : "l'auteur de ceci dit..." "l'auteur de cela répéta...".
Dites donc élève Houellebecq, vous vous êtes pas un peu foutu de ma poire ? Elève Houellebecq, levez vous. Sortez ! Houellebecq ? laissez votre Goncourt sur la table. On verra si on vous le rend.
Et vous copierez cinquante fois pour jeudi prochain :
"MICHEL HOUELLEBECQ EST BRILLANT, TRES BRILLANT, MAIS C'EST UN PARESSEUX"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          447

critiques presse (2)
Lexpress   21 mars 2012
"Houellebecq ? s'interroge un personnage du roman. [...] C'est agréable à lire et il a une vision juste de la société." Rien à redire. Si ce n'est que l'auteur a perdu le punch et le mordant des origines.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Telerama   14 mars 2012
Dans ce roman exigeant piqueté d'humour, l'auteur réussit un tableau contemporain qui propose sa vision du monde, singulière et cynique, déroutante et pessimiste. Et passionnante.
Lire la critique sur le site : Telerama
Citations et extraits (256) Voir plus Ajouter une citation
thedocthedoc   15 janvier 2019
Dans les divorces de jeunes, la présence des enfants, dont il faut partager la garde, et qu'on aime plus ou moins malgré tout, amoindrit souvent la violence de l'affrontement ; mais dans les divorces de vieux, où seuls demeurent les intérêts financiers et patrimoniaux, la sauvagerie du combat ne connaît plus aucune limite.
Commenter  J’apprécie          50
thedocthedoc   13 janvier 2019
Le voix des gens ne change jamais, pas davantage que l'expression de leur regard. Au milieu de l'effondrement physique généralisé à quoi se résume la vieillesse, la voix et le regard apportent le témoignage douloureusement irrécusable de la persistance du caractère, des aspirations, des désirs, de tout ce qui constitue une personnalité humaine.
Commenter  J’apprécie          111
thedocthedoc   11 janvier 2019
- Qu'est-ce qui définit un homme ? Quelle est la question que l'on pose en premier à un homme, lorsqu'on souhaite s'informer de son état ? Dans certaines sociétés, on lui demande d'abord s'il est marié, s'il a des enfants ; dans nos sociétés, on s'interroge en premier lieu sur sa profession. C'est sa place dans le processus de production, et pas son statut de reproducteur, qui définit avant tout l'homme occidental.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
thedocthedoc   09 janvier 2019
Cette carte était sublime ; bouleversé, il se mit à trembler devant le présentoir. Jamais il n'avait contemplé d'objet aussi magnifique, aussi riche d'émotion et de sens que cette carte Michelin au 1/150 000 de la Creuse, Haute-Vienne.
Commenter  J’apprécie          60
HebephrenieHebephrenie   24 août 2010
Vous savez, ce sont les journalistes qui m'ont fait la réputation d'un ivrogne; ce qui est curieux, c'est qu'aucun d'entre eux n'ait jamais réalisé que si je buvais beaucoup en leur présence, c'était uniquement pour parvenir à les supporter. Comment est-ce que vous voudriez soutenir une conversation avec une fiotte comme Jean-Paul Marsouin sans être à peu près ivre mort? Comment est-ce que vous voudriez rencontrer quelqu'un qui travaille pour Marianne ou Le Parisien libéré sans être pris d'une envie de dégueuler immédiate? La presse est quand même d'une stupidité et d'un conformisme insupportables, vous ne trouvez pas?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1400
Videos de Michel Houellebecq (86) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Michel Houellebecq
Chaque vendredi matin, Valérie Expert vous donne rendez-vous avec Gérard Collard pour leurs coups de c?ur... Voici les références des livres présentés dans l'émission du 11 janvier 2019 :
Sérotonine de Michel Houellebecq aux éditions Flammarion https://www.lagriffenoire.com/?fond=produit&id_produit=135899&id_rubrique=341
Rompre de Yann Moix aux éditions Grasset https://www.lagriffenoire.com/136551-divers-litterature-rompre---roman.html
Femme qui court de Gérard de Cortanze aux éditions Albin Michel https://www.lagriffenoire.com/136399-divers-litterature-femme-qui-court.html
Darnand, le bourreau français tome 1 de Perna Patrice et Bédouel Fabien aux éditions Rue de Sèvres https://www.lagriffenoire.com/103195-bd-darnand-tome-1---le-bourreau-francais.html
Violette Morris (Tome 1): À abattre par tous moyens de Javi Rey et Bertrand Galic aux éditions Futuropolis https://www.lagriffenoire.com/128145-achat-bd-violette-morris-tome-1-premiere-comparution---a-abattre-par-tous-moyens.html
La Goûteuse d'Hitler La Goûteuse d'Hitler de Rosella Postorino et Dominique Vittoz aux éditions Albin Michel https://www.lagriffenoire.com/?fond=produit&id_produit=135848&id_rubrique=338
Corruption de Don Winslow aux éditions HarperCollins Noir https://www.lagriffenoire.com/131679-meilleures-ventes-polar-corruption.html
Ces rêves qu'on piétine de Sébastien Spitzer aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/136576-romans-historiques-ces-reves-qu-on-pietine.html
Simple de Yotam Ottolenghi aux éditions Hachette Pratique https://www.lagriffenoire.com/129299-livres-de-cuisine-simple.html
Cuisinez-moi ! de Dave aux éditions Le Cherche Midi https://www.lagriffenoire.com/130414-livres-de-cuisine-cuisinez-moi----le-livre-de-r.html
Fantazmë de Niko Tackian aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/136526-nouveautes-polar-fantazme.html
Audiolib
Devenir | Version intégrale de Michelle Obama et Marie Bouvier aux éditions Audiolib
Astérix le Gaulois/Astérix, La serpe d'or | Enregistrement original de René Goscinny et Albert Uderzo aux éditions Audiolib
Un gentleman à Moscou | Version intégrale de Amor Towles et Thibault de Montalembert aux éditions Audiolib
La culture décontractée !!!!! ABONNEZ-VOUS A NOTRE CHAINE YOUTUBE ! http://www.youtube.com/user/griffenoiretv/featured (merci) La boutique officielle : http://www.lagriffenoire.com
#soutenezpartagezcommentezlgn Merci pour votre soutien et votre amitié qui nous sont inestimables. @Gérard Collard @Jean-Edgar Casel
+ Lire la suite
autres livres classés : artisteVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Michel Houellebecq, presque...

Les particules ... ?

élémentaires
maternelles

5 questions
238 lecteurs ont répondu
Thème : Michel HouellebecqCréer un quiz sur ce livre
.. ..