AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Marc de Gouvenain (Traducteur)Lena Grumbach (Traducteur)
EAN : 9782742762835
378 pages
Éditeur : Actes Sud (04/10/2006)

Note moyenne : 3.64/5 (sur 11 notes)
Résumé :
Au début du XXe siècle, dans le Nord de la Suède, une famille de paysans-ouvriers employés dans les scieries vit dans une misère noire aggravée par le froid, la neige, la forêt... et l'obscurantisme d'une religion qui considère comme un péché tout ce qui relève de l'art ou du plaisir. Les malheureux tentent de constituer une association ouvrière, et même de faire grève. Ils vont de déceptions en échecs. Certains seront poussés au suicide, envisageront l'exil vers l'... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
cmpf
  12 février 2015
Per Olov Enquist, spécialiste des romans enquêtes, nous offre un ouvrage sur la montée du socialisme dans une région du nord de la Suède très religieuse.
Plusieurs siècles auparavant, des pauvres, à condition qu'ils fussent chrétiens ou se convertissent sont venus s'installer dans cette région du nord, le Vasterbotten. En ce tout début de XXème siècle ils y travaillent dans l'abattage du bois et les scieries parallèlement au travail de la ferme surtout assuré par les femmes. On est fier d'être un bon ouvrier, un bon chrétien, qui ne réclame rien d'inconsidéré malgré la misère. On demande tellement peu que les débuts des revendications à travers les comptes rendus de « l'association ouvrière indaipendante (sic) de Burea » sont emprunts de « modération » et s'efforcent de ne rien « exiger ».
La vie très difficile de ces paysans ouvriers, l'exploitation qui en est faite par les propriétaires de scieries est bien rendue. Les personnages peuvent parfois prêter à sourire comme le père de Nicanor qui ne sourit que pendant les prêches quels que soient les tourments promis par les prédicateurs. Sa mère extrêmement croyante et qui sait manoeuvrer pour diriger la vie spirituelle de sa famille. Mais la vie y parait tellement sans espoir sauf celle d'une vie de récompense dans l'au-delà. Et pourtant ces hommes, ces femmes s'accrochent car ainsi que les disaient les musiciens de Brème condamnés par leurs propriétaires puisque devenus inutiles « tout vaut mieux que la mort. »
C'est Nicanor qui sert de fil conducteur à cette histoire depuis sa première rencontre enfant avec un « agitateur socialiste » Elmblad, maltraité par les ouvriers qui voient en lui un envoyé du diable, un étranger, un « stockholmard » jusqu'à sa seconde rencontre avec lui dix ans plus tard.
L'auteur a lui grandit dans cette rude région et mêle parfois des souvenirs ou fait allusion à des membres de sa famille.
Lu dans le cadre du challenge ABC 2014-2015
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
petch
  21 avril 2013
« Il y a toujours mieux que la mort » : cette phrase issue du conte des frères Grimm « Les musiciens de Brême », auquel le titre du livre fait allusion, sert de fil conducteur à cette histoire épique. Enquist décrit la misère du monde ouvrier des années 1900, raconte leur vie plus que rude dans les scieries du nord de la Suède, leurs esprits soumis et engoncés dans la religiosité protestante. On suit Nicanor, jeune garçon fasciné par Elmblad, « agitateur » socialiste venu de Stockholm pour gagner du terrain idéologique sur le protestantisme de ces régions reculées. le bout de chemin passé ensemble les conduira à se heurter très violement à la population, quelque part entre le film « Délivrance » de John Boorman et l'univers de Lars von Triers.
Tout l'univers de Per Olov Enquist est présent dans ce roman écrit en 1978: le goût prononcé pour le roman historique, les personnages atypiques, la rudesse des milieux ruraux. S'ajoute ici une description sans fioritures de la difficile installation du socialisme chez les paysans-ouvriers du Nord de la Suède. On se perd un peu dans les noms des personnages et des localités, mais avec l'aide de Google Map, on prend plaisir à suivre les pérégrinations d'Elmblad et Nicanor tout au nord de la Scandinavie.
En conclusion, ce roman est très sombre, certains passages sont plus que difficiles, mais il est très intéressant d'un point de vue historique et social. Et le style lyrique et parfois poétique d'Enquist rend la lecture en définitive captivante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
christinebeausson
  19 août 2013
Attention, ce n'est pas un livre facile.
C'est vrai que l'histoire de l'implantation de la sociale démocratie dans une province reculée et profondément conservatrice (ça va ensemble?) de la Suède au début du siècle précédent ne passionne pas les foules.
Mais que nous fera pas faire la curiosité et le plaisir de la découverte!
Le style de Per Olov Enquist, est à l'image de cette région, plutôt rugueux.
Les mots se frottent les uns aux autres en faisant parfois beaucoup d'étincelles, les histoires s'entremêlent et accrochent un peu tout sur leurs passages avec des dégâts collatéraux...
Ce livre est aussi un tableau d'une société presque médiévale avec ses personnages que l'on croirait sorti d'un conte fantastique....avec leurs magies, leurs folies et leurs abominations!
Nous ressortons de ce livre impressionné par le courage, la détermination qu'il aura fallu à ces hommes pour vaincre l'obscurantisme dans lequel un pouvoir voulait les enfermer!
C'est grâce à eux que nous pouvons être ce que nous sommes aujourd'hui et que nous pouvons espérer que d'autres peuples suivront leurs exemples pour évacuer aussi leurs démons, notamment religieux!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
paul3529
  02 mai 2018
Très désagréable traduction des patois suédois : j'ai eu du mal à comprendre. Gache le reste.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
cmpfcmpf   12 février 2015
Tout ceci aurait pu faire croire qu’elle était stupide, ou méchante, ou abominable, mais ce n’était pas le cas, c’était même exactement le contraire et Elmblad le savait bien. Il pensait qu’il avait eu de la chance de la rencontrer. Elle était difficile, mais avec un peu de courage il la comprenait. Elle ne s’était tout simplement pas donné la peine d’écarter les morceaux d’elle-même qui ne collaient pas. La plupart des gens qu’il avait pu rencontrer avaient fait un tri et avaient ôté ce qui ne collait pas, ce qui n’était pas logique en eux : et les morceaux qui restaient ils les avaient frottés et polis pour que les angles ne fassent pas trop mal. Mais Dagmar elle, n’avait pas fait cela.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
petchpetch   18 mars 2013
Il reconnut le chant de la glace [...]. Les fils téléphoniques étaient fixés sur le mur de la maison et la maison formait comme une caisse de résonance. Les fils chantaient. Le chant avait commencé l'hiver après l'installation de l'appareil de Bell. C'était un chant extraordinaire qui semblait venir des étoiles et qu'on entendait nuit après nuit : toujours quand il faisait froid. Ca hurlait comme si la maison avait été une caisse de violoncelle et que quelqu'un, là dehors dans l'obscurité gelée et étincelante, avait touché les fils avec un archet gigantesque [...].
L'un des bouts des fils était attaché à une maison de bois, l'autre se trouvait dans l'espace, les fils étaient accrochés à des étoiles mortes, ça sifflait et meuglait, le chant venait de l'espace, il n'avait pas de paroles mais il parlait de ceux qui ne parlent pas.
C'était la harpe céleste.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
christinebeaussonchristinebeausson   16 août 2013
C'était par là que tout avait commencé. Attendu que notre réputation d'ouvriers est pour nous une question vitale de tout premier ordre, il ne nous est point possible de l'abandonner à l'arbitraire de qui que ce soit. Au fond ce n'était pas un mauvais début. Luthérien ou pas, puritain ou pas, il touchait à quelque chose d'important. Le travail avait une valeur. Ils l'avaient soudain réalisé : leur travail avait une valeur et au début ils avaient limité la définition de cette valeur à une sphère purement morale. Honneur. Morale.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
petchpetch   16 avril 2013
Elmblad préférait toujours l'automne. Les couleurs devenaient plus distinctes. On voyait des jaunes et des rouges très nets et on voyait ce qui n'avait pas de couleur. L'air était clair. L'automne était l'époque où les gens et les couleurs devenaient le plus nets, ressemblaient le plus à eux-mêmes.
Commenter  J’apprécie          60
petchpetch   20 avril 2013
La religiosité y était profonde, sérieuse et sincère, aucune joie temporelle n'y existait, pas de sport, pas une goutte de boisson (bien qu'à y réfléchir je m'aperçois que j'ai quarante-deux cousins).
Commenter  J’apprécie          80

Video de Per Olov Enquist (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Per Olov Enquist
Raoul PECK, cinéaste "Moloch Ttopical" Per Olov ENQUIST, écrivain (Suède) "Une autre vie" Stéphane GUILLON, humoriste Alexandre THARAUD, pianiste
Vous pouvez vous abonner à notre chaîne et activer la petite cloche pour ne rater aucune vidéo !
A B O N N E Z V O U S : https://culturebox.francetvinfo.fr/des-mots-de-minuit/ F A C E B O O K : https://www.facebook.com/desmotsdeminuit.fr/ T W I T T E R : @desmotsdeminuit
autres livres classés : puritanismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox