AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 207013296X
Éditeur : Gallimard (03/03/2011)

Note moyenne : 4.12/5 (sur 8 notes)
Résumé :

« Le philosophe de service est un épouvantail dont les grimaces montrent à tout le monde qu’elles n’impressionnent plus personne. Ses postures cérébrales sont le faire-valoir des sentences hommasses et des lieux communs. Quand on lui demande “à quoi sert la philosophie ?”, il trouve généralement à l’amour de la sagesse mille gentilles qualités : à l’entendre, la connaissa... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Fx1
  26 avril 2015
Le philosophe est toujours vu par le coté populaire de la population comme un être ridicule , qui aime s'entendre parler et qui ne sers à rien .
La France de Pernaut et le Pen sera toujours hostile à ce que des gens s'attachent à faire voir le monde de manière différente de celle de l'idéologie de masse .
Un philosophe pourtant c'est trés important .
Contrairement à ce que pense le peuple , la philosophie ce n'est pas forcément la sagesse.
La philosophie c'est se poser des questions sur la vie , sur les composantes de celle ci .
Cet opus au fond , c'est une grande partie de la réflexion d'Enthoven .
Les lecteurs de Philosophie magazine retrouveront ici des textes parus dans cette publication , avec un petit plus cela dis.
Comme l'ensemble des publications d'Enthoven cet opus s'avère passionnant , et ouvre une porte bienvenue sur l'univers de la philosophie.
Commenter  J’apprécie          132
GuillaumeTM
  02 mai 2013
Le philosophe de service, c'est celui qu'on invite sur les plateaux de télévision, pour parler ou débattre sur des sujets d'actualité, des phénomènes de société. Il se fait même parfois, à l'occasion, pédagogue ou psychologue alors qu'il n'a aucune légitimité pour le faire.
On se méprend souvent sur le rôle du philosophe. Probablement que nous confondons philosophe et sage, ce qui n'est pas tout à fait la même chose. le philosophe étant celui qui commence par se poser des questions, le sage étant celui qui s'est résigné à se les poser et donc s'est retiré du tumulte de la vie active.
Étymologiquement, le philosophe est ami de la sagesse, il veut tendre vers celle-ci mais ce n'est pas dit qu'il y parvienne un jour après d'interminables moments de doute et de réflexion, à la recherche de la vérité.
La question est quelque fois plus importante que la réponse.
Nietzsche le démontre en comparant la vérité à la femme et, à la lumière de ce postulat, ces deux aphorismes prennent un tout autre sens : « On tient la femme pour profonde. Pourquoi ? Parce que chez elle on ne touche jamais le fond. La femme n'est pas même plate. »,
« Entre femmes. « La vérité ? Oh, vous ne connaissez pas la vérité ! N'est-ce pas un attentat à toutes nos pudeurs ? » ».
Venons-en au fait. A l'exception du premier texte, tous les autres textes sont issus de Philosophie Magazine, certes un peu remaniés pour ladite publication. Mais il s'agit en réalité de diverses dissertations prenant à chaque fois comme point d'ancrage un mot.
Les deux dissertations qui m'ont parues les plus intéressantes :
Bonheur : Quiconque ressent le bonheur ne peut le vivre pleinement sans la crainte inéluctable de son achèvement.
« Si, enfin, tout projet politique de construire un bonheur collectif est inévitablement totalitaire, ce n'est pas seulement d'imposer une certaine idée du bonheur à ceux qui s'en font une autre, mais aussi et peut-être surtout parce qu'en supprimant les obstacles qui ajournent le bonheur et remplacent le malheur d'être heureux par l'espoir d'y parvenir, il expose les hommes au risque de l'ennui. » Voilà tout le paradoxe du bonheur.
Opinion : « Comment se fait-il qu'à l'instant où quelqu'un prétend – au motif que, n'y connaissant rien il n'a pas la tête farcie par ce que les autres en disent – porter sur un sujet, quel qu'il soit, un jugement sans préjugés, une parole (enfin) libre, il s'apprête immanquablement à enfoncer une porte ouverte ? Par quel mystère suffit-il qu'un être estime penser par lui-même quand il pense tout seul pour que ses propos réintègrent aussitôt, paradoxalement, la grande famille des lieux communs ? »
C'est là toute la difficulté, car bien souvent dans ce cas présent « je » signifie « on », d'ailleurs, dans une démocratie où chacun a le droit à son propre opinion, on assiste la plupart du temps à des combats d'opinion en place de vrais débats où l'essentiel n'est pas d'avoir raison ni de penser mais d'avoir raison sur l'autre.
Il en reste en définitive que c'est un livre, clair, précis avec des exemples tirés de la littérature et accessible, à mettre dans toutes les mains.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
ElisanneElisanne   06 mai 2011
Si quand on aime on ne compte pas, alors il est rare d’aimer. Qui aime sans calcul ? Inconditionnellement ? Sans dépendre de celle ou de celui qu’il aime ? Quel amoureux n’emprunte aucune qualité ? Que reste-t-il de l’amour quand on enlève le fatras des mauvaises raisons qu’il se donne ? Quel est l’amour qui ne relève ni du narcissisme, ni du désir mimétique, ni de la peur d’être seul, ni d’un tempérament de tyran, ni d’une ruse de l’espèce pour garantir sa perpétuation ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
ElisanneElisanne   07 avril 2011
...au gré d'un malentendu, on se surprend parfois, soudain, à aimer pour de vrai, à aimer sans rien demander ni souffrir de savoir que l'autre n'est pas notre propriété. A quoi tient cette genèse inattendue ? D'où vient qu'on en vienne tantôt, contre toute attente, à finalement aimer celle ou celui dont on est d'abord amoureux ? Du fait que la passion d'aimer témoigne du seul amour qui vaille, du seul amour véritable et sans cause: l'amour de la vie...


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
ElisanneElisanne   07 avril 2011
A force d'aimer la vie malgré elle, on finit de temps en temps par aimer les autres sans raison..
Commenter  J’apprécie          120
ElisanneElisanne   07 avril 2011
...Peu importe qu'il soit un malentendu, triste ou joyeux, tomber amoureux est toujours un début de victoire.
Commenter  J’apprécie          100
philippraimbaudphilippraimbaud   17 juin 2013
Le savoir nous distingue, mais l'ignorance nous réunit. Moins on en sait de quoi on parle et plus on en pense et on en dit la même chose que tout le monde. Aussi n'y a-t-il d'opinion que générale.
Commenter  J’apprécie          50
Lire un extrait
Videos de Raphaël Enthoven (22) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Raphaël Enthoven
Raphaël Enthoven - (Nouvelles) morales provisoires aux éditions de l'Observatoire. Entretien avec Sylvie Hazebroucq.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2281798/raphael-enthoven-nouvelles-morales-provisoires
Note de Musique : Free Musique Archive
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : philosophieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Anagrammes pour lire dans les pensées

L'espérance

La prestance
La présence
La pré-science

10 questions
7 lecteurs ont répondu
Thème : Anagrammes pour lire dans les pensées de Raphaël EnthovenCréer un quiz sur ce livre