AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2866422082
Éditeur : Cahiers du cinéma (07/03/2001)

Note moyenne : 4.43/5 (sur 7 notes)
Résumé :
Alexandre est un oisif. Il passe son temps dans les cafés germano-pratins à lire, à discuter, à regarder les filles. Le soir, il retrouve Marie chez elle. Il a d'autres aventures. Veronika notamment, qui peu à peu envahit sa vie. Si l'intrigue de ce film de trois heures trente peut tenir en quelques lignes, les dialogues en revanche ne se résument pas. Il faut les écouter ou les lire. Car l'intérêt de l'édition de ce scénario ? qui est la version rédigée par Jean Eu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (1) Ajouter une critique
moertzombreur
  15 septembre 2014
« c'est un film unique qui ne ressemble à rien d'autre »
Il accroche par son titre, il explose sous nos regards, calmement, chaque plan démontre une maîtrise technique rare. D'emblée le personnage joué par Léaud nous séduit, par sa verve sans gêne. La durée du film (3h40) dénote une grande indépendance, l'emploi du noir et blanc semble être une provocation de plus. L'utilisation du champ / contre-champ ne laisse rien au hasard et suppose un travail, une réflexion et une connaissance profonde du cinéma. Dès lors les échanges de paroles ne sont plus simplement traités en va-et-vient mais selon une économie du déséquilibre très subtile : la caméra se focalise sur celui qui parle, moins sur celui qui écoute, l'effet d'attente ainsi créer rend d'autant plus sensible la réception des mots.
L'utilisation de la durée permet aussi de long plan fixe et pousse le spectateur hors des limites traditionnelles, mais tout est fait dans la construction de l'ensemble, l'écriture sublime, pour que l'on soit à l'écoute ; et notre attention est en permanence aiguisée. Mis à part les nombreuses qualités de l'image et su son – notamment dans les scènes de café – c'est le travail d'écriture de Jean Eustache qui frappe
le spectateur-lecteur.
La vérité, la pureté et la crudité de ces mots donnent une tension surprenante à l'ensemble du film, un souffle brûlant, de gaieté et de révolte. « le langage est une peau : je frotte mon langage contre l'autre. C'est comme si j'avais des mots en guise de doigts, ou des doigts au bout de mes mots. Mon langage tremble de désir. L'émoi vient d'un double contact : d'une part, toute une activité de discours vient relever discrètement, indirectement, un signifié unique, qui est « je te désire », et le libère, l'alimente, le ramifie, le fait exploser (le
langage jouit de se toucher lui-même) ; d'autre part, j'enroule l'autre dans mes mots, je le caresse, je le frôle, j'entretiens ce frôlage, je me dépense à faire durer le commentaire auquel je soumets le relation » (idem). La densité du jeu des acteurs est marquante, Eustache est une exigence presque surhumaine, et la longueur, la beauté des monologues, nous montre la force d'un « discours » plein de sincérité et d'émotion, et il nous dévoile peu à peu la douleur d'un écorché vif : « J'ai fait ce film parce qu'une femme m'a quitté. Et j'espérais qu'elle
reviendrait », dit Jean Eustache.
La vie se dévoile dans ce film, de manière étonnante. Dans l'économie du discours les femmes prennent donc le dessus, notamment Véronika. On est sous le choc, car on éprouve que trop rarement un tel plaisir au cinéma. Il ouvre sur la vie et sa complexité, et vous donne finalement le vertige. « Parler en dernier, conclure, c'est donner un destin à tout ce qui s'est dit, c'est maîtriser, posséder, dispenser, asséner le sens (…) par le dernier mot, je vais désorganiser, « liquider » l'adversaire, lui infliger une blessure (narcissique)
motelle, je vais l'acculer au silence, le châtrer de toute parole » (Barthes encore)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations & extraits (3) Ajouter une citation
aleatoirealeatoire   10 septembre 2015
J'ai souvent souhaité un nouveau réveil, pour renaître, tout ressentir à nouveau, les joies, les peines et tout et tout. Je crois aujourd'hui ce réveil trop grand ou trop dangereux pour l'homme que je suis Cette porte vers la félicité qui me visite dans mes rêves peut je crois n'être que celle de la mort.

Peine perdue (fragments d'un scénario abandonné).
Commenter  J’apprécie          120
HeidiiHeidii   26 mars 2017
C'est curieux. Je n'ai pas cessé de souffrir. Je ne me suis pas accroché à toi mais à ma souffrance. J'ai essayé de la retenir pour te garder près de moi. Pour nous garder. Le jour où je m'en sortirai, comme tu dis, où je ne souffrirai plus, c'est que je serai un autre.
Et je n'ai pas envie de devenir un autre parce que ce jour-là nous ne pourrons pas nous retrouver. Tu sais, je ne suis pas dupe. Il y a le temps qui passe... Je ne pourrai pas lutter très longtemps contre lui. Aujourd'hui, je suis venu te chercher. Si tu ne sais pas ce que tu veux il sera peut-être trop tard quand tu le sauras...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
aleatoirealeatoire   10 septembre 2015
Elle remonte.
VERONIKA. J'ai pensé à vous dans les chiottes. Il y a un graffiti.
"Ma rage d'aimer donne sur la mort comme une fenêtre sur la cour" et quelqu'un a écrit dessous "Saute Narcisse".
ALEXANDRE. Ca vous a fait penser à moi.
VERONIKA. Ca vous ressemble non ?
Commenter  J’apprécie          40
Video de Jean Eustache (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean Eustache
La Maman et la Putain Voilà l’extrait vidéo avec Françoise Lebrun, Bernadette Lafont et Jean-Pierre Léaud
autres livres classés : cinemaVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle

Autres livres de Jean Eustache (1)Voir plus


Quiz Voir plus

Livres et Films

Quel livre a inspiré le film "La piel que habito" de Pedro Almodovar ?

'Double peau'
'La mygale'
'La mue du serpent'
'Peau à peau'

10 questions
4557 lecteurs ont répondu
Thèmes : Cinéma et littérature , films , adaptation , littérature , cinemaCréer un quiz sur ce livre