AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Étienne Klein (Autre)
EAN : 9782706722547
186 pages
Salvator (25/05/2022)
3.19/5   8 notes
Résumé :
Qu'est-ce que le réel ? L'univers a-t-il commencé ? Quelle est la place de l'homme au sein du cosmos ? Ces questions philosophiques et métaphysiques nous montrent que les théories scientifiques les plus récentes ne sont pas parvenues à tout expliquer. C'est dans ce monde plus complexe, voire plus mystérieux qu'on ne le pensait, que réapparaît « l'hypothèse » Dieu. Selon François Euvé, il faut d'abord se demander de quel Dieu on parle. Plus largement, il faut s'inter... >Voir plus
Que lire après La science : L'épreuve de Dieu ?Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
C'est un livre écrit par deux physiciens réputés: François Euvé et Etienne Klein; qui se veut comme une réponse au livre récemment sorti de Michel-Yves Bolloré et Olivier Bonnassies "Dieu la science les preuves", pour bien montrer dès le titre qu'il n'est nullement question de démontrer ici l'existence ou la non-existence de Dieu!

Après un rappel rapide de l'histoire des sciences, les auteurs nous montrent la révolution qui s'opère dès le début du 20ème siècle avec l'émergence de nouvelles théories et surtout de nouvelles visions du monde: théorie de la relativité et mécanique quantique. Des théories qui abordent des domaines physiques loin de notre monde familier, que ce soit l'univers à grande échelle, les très grandes vitesses ou la matière dans ses composants les plus petits. La théorie quantique va nous faire prendre conscience qu'il existe une limite à notre connaissance, un horizon qui peut paraître lointain.

Quelle peut être la place de Dieu et de la religion dans tout cela? François Euvé, qui a basculé de la science vers la théologie, reprend la formule du pape Jean-Paul II "La science peut purifier la religion de l'erreur et de la superstition; la religion peut purifier la science de l'idolâtrie et des faux absolus", formule intéressante au regard de certains faits de l'histoire des sciences.

La science peut avancer en bousculant la philosophie ou la théologie ainsi les découvertes sur l'atome, atome qui constitue un monde en soi, ont contredit l'idée philosophique de l'atome, qui existait depuis longtemps.
Etienne Klein rappelle que prétendre prouver l'existence de Dieu serait faire preuve de naïveté envers la science. Cela reviendrait à donner une conclusion à ce qui est hors des champs d'action de la science... Nous en sommes de plus encore à la contradiction entre les deux théories fondamentales, la relativité générale et la mécanique quantique.

C'est surtout la dernière partie qui m'a vraiment intéressée, avec le dialogue entre François Euvé et Etienne Klein.

Pour finir, je citerai cette très belle phrase d'Etienne Klein "La science physique complique la raison "(formule de Bachelard). "Et elle la déplace. Elle remet en cause les idées les plus solides."

C'est un livre court mais très dense, qu'on peut lire facilement même si l'on n'a pas de culture scientifique solide (ce qui est mon cas), les parallèles entre science et théologie sont toujours passionnants ici et bien amenés.




Commenter  J’apprécie          263
Le livre annonce en gras et en rouge sur la couverture :
Réponses au livre : Dieu, la science, les preuves.
J'ai lu le 1er (plein de polémiques, intéressant sur le plan scientifique, controversé sur le plan théologique, et finalement très (trop) tendancieux).
Je viens de finir cette "réponse" de François Euvé, et j'en ressort particulièrement déçu, pour ne pas dire plus...
On n'y apprend rien de nouveau, et le propos est banal et terne.
Seuls points d'intérêt quelques citations bienvenues, et surtout à la fin lors de l'entretien avec Etienne Klein, quand le débat prend enfin de la hauteur (30 pages intelligentes dues au physicien de renom sur 180).
Avec la question de toujours et non résolue posée par Leibniz : pourquoi y-a-t-il quelque chose plutôt que rien?
Telle est la question.
En tout cas, aucune réponse particulière de Euvé au 1er livre.
On peut passer.

Commenter  J’apprécie          250
Tout d'abord, je remercie Babelio et les éditions Salvator pour m'avoir permis de lire ce livre.
Le but affiché de ce livre, comme la couverture l'indique, est de répondre au livre Dieu, la science, les preuves.
Le réel but de ce livre est de dire : la science et la religion ça ne se mélange pas, voilà tout. Fin du débat.
Pour les plus pressés, ma critique pourrait s'arrêter là. Ce livre est dénué de tout intérêt et je vous déconseille de perdre votre argent et votre temps.

Avant de commencer « La science l'épreuve de Dieu ? », je me suis procurée le livre auquel il était censé répondre et je l'ai lu en entier. Critiquable sous de nombreux aspects, la première partie de l'ouvrage « Dieu, la science, les preuves » est cependant documentée, accessible et intéressante (tout au moins pour ceux qui n'ont pas vraiment de bagage en la matière). Bien que le parti pris soit très clair, les auteurs n'ont, pour leur part, au moins pas le mérite de tourner en rond dans le vide. (Si vous voulez avoir mon point de vue sur ce livre, consultez ma critique à venir sur le sujet : voir dans le commentaire de cette critique).
Pour en revenir au livre qui nous intéresse ici, jouer l'aspect commercial en prétendant apporter des réponses à un livre ayant connu une bonne publicité (car oui, ce n'est même pas une réponse que l'on nous promettait mais plusieurs ! quelle blague) afin de mieux vendre son propre livre, passons. Mais la moindre des choses est d'au moins vaguement évoquer le livre en question ! Ici, pas une seule citation, pas une seule évocation du contenu du livre « Dieu, la science, les preuves ». On se contente de reprendre l'idée générale (à savoir mêler deux conceptions du monde (religieuse et scientifique) ou comment la foi et la science peuvent toutes les deux gagner à être associées) et de crier au scandale : chacun reste à sa place et les vaches seront bien gardées !
Petit aparté aussi, pourquoi ce titre ? Je suppose que c'est un jeu de mot en référence au livre auquel on prétend répondre. Je le trouve cependant déplacé. D'un côté, cela peut laisser penser que l'ouvrage « Dieu, la science, les preuves » montrerait que science et religion (ou Dieu) seraient en opposition : ce qui n'est pas du tout présenté comme cela, au contraire. D'un autre côté, cela pourrait laisser penser que c'est eux (François Euvé et Etienne Klein) qui prétendent que des éléments scientifiques remettraient en cause l'existence de Dieu : ce qui n'est pas non plus le cas, puisqu'ils restent volontairement dans le flou. Ce titre n'a donc à mon avis aucun sens.
On peut également noter que les deux ouvrages abordent les choses sous deux plans différents :
- Dieu, la science, les preuves : dans sa première partie (qui est selon moi la plus intéressante et la seule que je retiendrais) se place sur un plan essentiellement scientifique.
- La science l'épreuve de dieu ? : se place principalement sur un plan philosophique, voir historique (histoire de la philo et de la science). le plan scientifique commence à être abordé surtout dans l'entretien en fin d'ouvrage (≈30 pages).
Bon, passons ces fausses promesses (ce n'est pas la première (ni la dernière) fois que l'on appâte un lecteur ainsi), « La science l'épreuve de dieu ? » vaut-il quand même la peine d'être lu ? Selon moi, non.
Plusieurs questions intéressantes sont abordées, mais à peine sont-elles ouvertes que les auteurs se pressent de changer de sujet.
La conclusion de la première partie est : « Chaque domaine a son espace de validité, qu'il convient de ne pas transgresser ». Bien que les auteurs accordent quand même qu'il est possible de conserver une pluralité d'approches du monde.
La conclusion de l'entretien est : nous n'avons aucune réponse et l'origine de l'univers reste (et restera surement) un mystère ou au moins quelque chose d'inaccessible.
On finit ce livre en ayant l'impression de n'avoir rien appris et d'avoir perdu son temps.
En conclusion, je ne conseillerai pas ce livre (au contraire).
Que lire à la place ?
- Si vous souhaitez compléter le livre « Dieu, la science, les preuves », lisez d'autres livres sur le sujet : ex Science et quête de sens (directeur de publication Jean Staune) ou encore le monde s'est-il créé tout seul ? (collectif) ou La Bible, le Coran et la science de Maurice Bucaille
- Si vous voulez savoir si la science et la foi doivent être opposées ou si elles peuvent se renforcer, mon seul conseil est de lire : lisez des ouvrages scientifiques de tout bord, intéressez vous aux textes des grandes religions. Réfléchissez par vous-mêmes et faites-vous votre propre opinion.
Commenter  J’apprécie          30
Einstein disait, paraît-il : « Définissez-moi d'abord ce que vous entendez par Dieu et je vous dirai si j'y crois ! ». Effectivement, cela me paraît être la première prudence à adopter avant de tenter de confronter la science à la question de Dieu !
À ce jour, la science n'est pas capable de fournir des preuves de l'existence de Dieu, ne serait-ce que parce la conscience reste encore pour elle une profonde énigme, qu'il s'agisse de celle des êtres humains, des animaux ou, à plus forte raison, de Dieu !
Aussi, François Euvé choisit-il sagement d'évoquer dans le titre de son livre « l'épreuve de Dieu » plutôt que « les preuves de Dieu » qu'il serait bien présomptueux de pouvoir proposer aujourd'hui.
En s'efforçant d'éviter aussi bien scientisme que dogmatisme religieux, l'auteur nous propose dans cet ouvrage une histoire des nombreuses et diverses idées humaines, en Occident, au sujet de l'Univers et du concept de Dieu. Cette revue passe par les religions, la philosophie, la science…
Une leçon d'humilité qui devrait aider à prendre du recul et à éviter les positions catégoriques !
À noter, en fin d'ouvrage, un dialogue intéressant entre Etienne Klein et l'auteur.
Commenter  J’apprécie          130
Avant de commencer ma critique, vu le type de livre il me semble important de qualifier ma nature de lectrice.
Je ne suis pas une érudit des sciences loin de là, j'ai une certaine appétence et une curiosité des lois de l'univers, et donc des méthodes scientifiques (tout du moins les noms et parfois les grandes lignes) et niveau Dieu je ne suis pas une personne fermée à son existence.
Ceci étant dit, voici ma critique.

Ce livre m'a paru extrêmement long malgré ses 178 pages. En effet, l'auteur François Euvé nous étale sa science et ses connaissances en nous abreuvant de notes de pages et de citations. Nous en avons quasi à toutes les pages ce qui a tendance a nous faire perdre tout le fil du livre. Souvent je suis revenue au titre du chapitre pour me rappeler à quoi on tentait de répondre.
Plus j'avançais dans ma lecture moins je comprenais le but du livre.
J'ai lu le livre en lisant trente à quarante page par jour, ce qui je le croyais me permettrai de mieux assimiler le livre et aussi pour être tout à fait honnête car je ne pouvais pas en lire plus tellement je ne trouvais pas de sens au livre.
Mais je n'ai jamais imprimé aucune notion de ce livre.
Au début du livre et pendant 80 pages je pense j'ai surtout pensé que François Euvé nous sortait des évidences (à moins d'avoir vraiment aucune notion du thème) masquées avec des grands mots et à coups de références ! Donc pour moi aucune utilité.
Ensuite cette sensation m'est restée mais en plus je me perdais dans le bouquin, le propos me semblait noyé et on a du mal à comprendre où l'auteur veut en venir.
Puis enfin la conclusion et au final c'est ce qu'on avait compris depuis le début et bon tout ça pour ça. Autant résumer le livre en un essai de quelques pages ça aurait été plus pertinent.
La manière d'écrire en plus ajoute à la lourdeur du livre. Je me suis revue à l'école quand on devait rédiger des compositions. Point de vue 1, point de vue 2, confrontation des 2, conclusion.
En bref je ne recommande pas du tout ce livre où l'on n'a qu'un tas de notes de pages avec des références littéraires et qui n'apporte rien en terme de contenu.
Et même si vous avez zéro connaissances, ça ne fonctionnera pas non plus car l'auteur s'est bien gardé d'écrire ce livre en toute simplicité.

En revanche d'où ma note d'une étoile et demie, à la fin du livre, l'auteur nous retranscrit un dialogue avec Étienne Klein et celui-ci est tout à fait intéressant et nous ouvre l'esprit sur une autre manière de voir les choses, cette petite trentaine de pages m'en a appris plus que le bouquin entier et je vous recommande de lire ce dialogue (qui est plutôt un questions réponses) où Étienne Klein nous répond simplement à des questions plutôt complexes ce qui nous ouvre d'autres champs des possibles ! Merci donc à lui !
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
" Tout ce qui a commencé à exister a une cause d'existence ; l'univers a commencé à exister ; donc l'univers a une cause d'existence ." (William Craig, philosophe théologien américain, né en 1945)
Commenter  J’apprécie          124
… En conséquence, nous n'avons pas la preuve que l’univers a eu une origine (entendue comme une transition entre l’absence de toute chose et le surgissement d’au moins une chose), et nous n’avons pas non plus la preuve qu’il n’en a pas eu... Inutile, donc, de mettre en la matière la charrue de la conclusion avant les bœufs de la recherche. (Etienne Klein)
Commenter  J’apprécie          52
D'autres types d'univers pourraient-ils (ou peuvent-ils) exister ? À défaut d'observations, rien ne permet ni de l'affirmer, ni de le nier. Il semble assez simple de se représenter un « ingénieur » cosmique qui, au commencement de l'univers, en aurait réglé les constantes. On en revient à l'argument de William Paley face à un système qui, si nous l'avions conçu, nous aurait demandé de déployer des trésors d'intelligence, nous devons penser, puisqu'il n'est pas d'origine humaine, qu'il a été élaboré par une intelligence suprahumaine ». À moins qu'il ne s'agisse d'une sorte de «darwinisme cosmique» une multiplicité d'univers se forme spontanément, de toutes sortes et de tous degrés de complexité, mais seuls certains subsistent...
Commenter  J’apprécie          10
Un texte important est un dialogue de Platon, le Timée, qui décrit le processus de la fabrication du cosmos. C'est une sorte de «mythe» qui correspond aux représentations de l'époque. Il est question d'un «ouvrier» (en démiurge») divin grec: demiourgos, qui a donné « qui réalise le monde à partir de schémas géométriques. La géométrie est l'idéal de la perfection. un peu Cela se retrouve dans la structure du ciel, moins sur la terre qui est un monde dégradé
Par contraste, dans le monde chrétien, l'idée va s'imposer d'une création du monde «à partir de rien». Rien ne précède l'action divine. À la différence du soleil qui ne peut pas ne pas rayonner sa lumière et sa chaleur, l'acte créateur divin n'obéit à aucune nécessité. C'est un acte de pure liberté. Cette option jouera un rôle décisif par la suite.
Commenter  J’apprécie          00
Le développement de nos connaissances sur le monde montre que l'univers n'est pas un incompréhensible chaos. Le postulat de constance des lois de la nature parait se vérifier. Il y a là quelque chose d'étonnant. Peut-être y sommes- nous tellement habitués que nous n'y prêtons pas attention. Aux yeux d'Einstein, l'intelligibilité du monde paraissait pourtant relever de l'ordre du «mystère ». Il n'hésitait pas à y voir une dimension religieuse, sans pour autant postuler l'existence d'un Dieu personnel. La position d'Einstein mérite qu'on s'y arrête car elle me semble caractéristique de l'attitude d'un scientifique à la fois très exigeant sur la rigueur de la méthode, et ouvert à d'autres dimensions.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de François Euvé (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de François Euvé
✨ 3 questions à François Euvé ✨ A l'occasion de la parution aux Editions Salvator de son livre "La science l'épreuve de Dieu" avec la participation du physicien @Etienne Klein 🔎Pourquoi la question de #Dieu se pose à nouveau aux #scientifiques? 🔎Peut-on prouver #Dieu par la science ? 🔎Que signifie un dialogue science et #foi ? ✨Le résumé du livre: Qu’est-ce que le réel ? L’univers a-t-il commencé ? Quelle est la place de l’homme au sein du cosmos ? Ces questions philosophiques et métaphysiques nous montrent que les théories scientifiques les plus récentes ne sont pas parvenues à tout expliquer. C’est dans ce monde plus complexe voire plus mystérieux qu’on ne le pensait que réapparait « l’hypothèse » Dieu. Ce dernier serait-il la réponse à nos interrogations laissées sans réponses ? Selon François Euvé, il faut d’abord se demander de quel Dieu l’on parle. Plus largement, il faut s’interroger sur les principes qui fondent la science moderne, sur ses présupposés philosophiques et théologiques. Sans confondre les plans, sans céder à la tentation du concordisme, foi et science, peuvent dialoguer ensemble et nous faire accéder à une vérité qui ne prône ni le matérialisme scientiste, ni l’irrationnalité fidéiste. Si la science peut purifier la religion de la superstition, à l’inverse, la religion peut aider la science à se purifier des faux absolus.
+ Lire la suite
autres livres classés : physiqueVoir plus
Les plus populaires : Non-fiction Voir plus


Lecteurs (31) Voir plus



Quiz Voir plus

Jésus qui est-il ?

Jésus était-il vraiment Juif ?

Oui
Non
Plutôt Zen
Catholique

10 questions
1856 lecteurs ont répondu
Thèmes : christianisme , religion , bibleCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..