AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2755702605
Éditeur : Panama (16/01/2008)

Note moyenne : 4.33/5 (sur 3 notes)
Résumé :

Suffit-il vraiment de travailler plus pour gagner plus ? La société française offre-t-elle réellement aux moins diplômés une chance de quitter un quotidien de précarité ? Ou bien serait-ce le " goût du risque " qui fait défaut à ceux qui ne décollent pas du Smic ? En janvier 2007, Elsa Fayner part pour Lille en se fixant comme objectif d'aller chercher des réponses à ces questions. Pour... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
cleomine
  27 septembre 2011
Jeune diplômée, Elsa Fayner nous raconte son expérience en recherche d'emploi sur un secteur bien délimité. Agent de grande distribution, téléconseillère,employée de nettoyage, femme de chambre... Sans parler des relations avec l'ANPE et les agences d'intérim. Elle nous embarque dans le quotidien de "La France qui se lève tôt", et du "travailler plus pour gagner plus". Mais même si elle se lève aux aurores, pas facile de travailler tout court... Un témoignage simple, éloigné des grandes théories mais plein d'informations qui nous permettent de mieux comprendre les précaires, et plus généralement les mauvaises conditions qui polluent le monde du travail.
Commenter  J’apprécie          10
pyrouette
  28 décembre 2010
La version française de Barbara Ereinrech avec "l'Amérique pauvre"
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
pyrouettepyrouette   30 juillet 2011
…Un salarié est précaire lorsque son travail lui semble sans intérêt, mal rétribué et faiblement reconnu dans l’entreprise. Pour le salarié en question, ce n’est pas d’avoir un emploi qui pose problème, mais d’y trouver un certain épanouissement. Or si l’activité professionnelle ne donne pas satisfaction dans ces cas là, c’est parce qu’elle implique des souffrances physiques – Lorsque les conditions de travail sont pénibles - ou morales, quand l’ambiance dans l’entreprise est tendue, les relations avec les supérieurs et les collègues mauvaises.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
pyrouettepyrouette   30 juillet 2011
Et la lecture de magazines féminins, le soir, au foyer, devient vite absurde. « Restez à l’écoute de votre rythme naturel », les vertus de la sieste ; « santé : ne forcez pas » ; « régime : mangez quand la faim vient ». Et comment fait on quand la pause déjeuner vient à 14 heures….à 11 heures….. Ou la pause dîner à 18 heures… ? Difficile de reste à l’écoute de soi-même.
Commenter  J’apprécie          30
pyrouettepyrouette   30 juillet 2011
On ne pointe pas ici, mais tout se sait amplifié et déformé. Alors la méfiance règne. Chacun est sur la défensive. Les employés ont mis en place des détecteurs. Ils se communiquent les noms des mouchards sans se croiser, ils apprennent à deviner et à voir venir. Où plutôt à sentir et à entendre venir… Sinon quoi ? Quel est le risque ? Perdre son emploi ? La menace plane.
Commenter  J’apprécie          10
pyrouettepyrouette   30 juillet 2011
…La perturbation de l’équilibre personnel a des conséquences sur l’entreprise, qui accueille, dans ce cas, des salariés moins investis et moins disponibles pendant leur temps de travail.
Commenter  J’apprécie          30
pyrouettepyrouette   30 juillet 2011
1 salarié européen sur 3 déclare que son travail est source de stress. Le phénomène survient lorsqu’il y a déséquilibre entre la perception qu’une personne a des contraintes qui lui impose son environnement et le perception qu’elle a de ses propres ressources pour y faire face.
Commenter  J’apprécie          10
Dans la catégorie : Economie du travailVoir plus
>Sciences sociales>Economie>Economie du travail (133)
autres livres classés : Travail précaireVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
449 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre