AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2702162916
Éditeur : Calmann-Lévy (22/08/2018)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 5 notes)
Résumé :
1857, en Lorraine. Après la disparition mystérieuse du fermier qui l’employait, un tyran qui abusait d’elle, Emilienne part rejoindre aux Salines de Dieuze sa cousine Henriette, mariée à Eugène, fils de paysan que ne rebute pas le travail dans les puits salés. Emilienne, qui peine à oublier les violences dont elle a été victime, est en butte aux soupçons de la gendarmerie quant à son rôle dans la disparition de son ancien patron.
Au moment où elle s’autorise... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
hcdahlem
  05 novembre 2018
Un siècle en Lorraine
Élise Fischer continue à nous raconter sa Lorraine natale, cette fois en suivant le destin de quelques femmes de la seconde moitié du XIXe au XXe siècle. Au moment où l'Histoire bouleverse les histoires personnelles.
« On s'est raconté toutes ces histoires, le soir, au coin du feu, pour ne pas oublier. Souviens-t'en et parles-en à tes enfants! C'est notre histoire. Il ne faut pas qu'elle se perde. » Élise Fischer suit le conseil que donne le personnage de son nouveau roman avec beaucoup de ténacité. Aujourd'hui à la tête d'une impressionnante collection de romans dits du terroir, elle a développé un formidable talent, celui de vulgariser l'Histoire et nous la rendre palpable, chargée d'émotions et de personnages forts, à hauteur des hommes et des femmes qui peuplent la terre de sa Lorraine natale.
Après le jardin de Pétronille situé à Nancy durant l'Occupation et Villa sourire qui dressait une fresque de la Grande guerre, nous voici en 1857. C'est le point de départ d'une saga en deux volumes qui va couvrir plus d'un siècle et, dans ce premier tome, traiter notamment de la Guerre de 1870 qui coupera la région en deux, avec une partie sous administration allemande et l'autre restant française. Mais n'anticipons pas.
Dans la ferme de Buzémont, près de Dieuze, Émilienne n'a qu'une envie, fuir. Comme tout le personnel féminin, elle doit subir les assauts de Jules Waldmann pour lequel le droit de cuissage fait partie de l'éducation. Elle part rejoindre sa cousine Henriette, ouvrière aux salines de Dieuze et où elle espère être embauchée.
Un départ qui va éveiller les soupçons de la gendarmerie, car Jules a disparu sans laisser de traces. Et alors que l'enquête se poursuit Émilienne prend ses marques dans ce monde en mutation où les progrès techniques transforment le paysage. Les machines à vapeur arrivent, les lignes de chemin de fer sont construites entre Dieuze, Nancy, Strasbourg et Paris. Napoléon III montre la puissance de son Empire en organisant une grande exposition universelle en 1867. Dans ce nouveau monde qui se construit Émilienne croit percevoir un avenir plus serein, car l'incendie de la Ferme du Buzémont et la découverte du cadavre de Jules l'a finalement innocentée. Mais d'autres nuages viennent assombrir son horizon. Venus d'Allemagne, ils vont rapidement recouvrir l'Alsace et la Lorraine. La Guerre va provoquer le départ de Napoléon III, mais surtout contraindre la jeune IIIe République à entériner la perte de l'Alsace et d'une grande partie de la Lorraine avec le Traité de Francfort.
C'est l'heure des «optants». Les habitants des territoires devenus allemands peuvent choisir de rallier la France où passer sous l'administration de Bismarck. Émilienne, ainsi qu'une grande partie de la famille, choisit Nancy. Passé le traumatisme, le Chef-Lieu de la Meurthe-et-Moselle entend se construire un avenir. Les peintres, les verriers, les architectes et les sculpteurs développent leur savoir-faire et leur créativité, alors qu'une nouvelle exposition universelle s'annonce.
Si l'on prend beaucoup de plaisir à la lecture de ce roman, c'est parce qu'il nous est raconté à hauteur d'homme. Les histoires de famille et l'Histoire de France, les faits divers et les décisions politiques forment une trame passionnante qui nous fait ressentir les choses. On se réjouit d'ores et déjà du second tome, La Promesse du sel, qui arrive la semaine prochaine en librairie.

Lien : https://collectiondelivres.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
vibrelivre
  01 octobre 2018
Les femmes des terres salées
Elise Fisher
Calmann-Lévy, roman, 2018, 452 p.

le titre sonne comme celui d'une légende, quelque chose qu'on doit lire ou savoir, et attire comme un pays exotique.
C'est un roman de femmes, voire féministe, écrit par une femme. Les titres des parties portent les prénoms des protagonistes féminins. le livre est en deux tomes, le second paraîtra en novembre. C'est aussi un roman qui célèbre le progrès et les nouvelles techniques, les chemins de fer, la roue hydraulique, les moteurs électriques. C'est enfin un roman qui chante une région, et réclame la justice.
C'est une saga historique. le premier tome couvre la seconde moitié du XIX°. L'action se passe dans l'Est, en Lorraine. le lecteur apprend ce qu'est le travail du sel, voit la construction de la tour Eiffel. Nancy est complètement refaite. Il voit d'un autre oeil Victor Hugo, qui serait responsable de la mort de beaucoup d'insurgés, lui, un ambitieux, un opportuniste, un homme à femmes, et Camille Claudel, qui aurait hérité de la folie de sa mère. le clergé aussi est pris à partie, complice de l'asservissement des femmes, et prompt à apeurer les gens.
L'histoire de la saga, qui est aussi familiale, croise L Histoire, et le déplacement des lieux d'économie. Dieuze supplante la Pologne.
Tout commence avec le comportement d'un prédateur qui veut croire que toutes les femmes jeunes et plutôt jolies sont pour lui, et qu'en plus il leur donne du plaisir. Une femme, Henriette, a pu s'enfuir, enceinte de ses oeuvres, qui rencontre un travailleur du sel intelligent, ouvert et respectueux des femmes et de la sienne. Cette femme a une cousine, Emilienne, qui est violée par le prédateur et fait passer l'enfant conçu de si triste manière que son ventre ne pourra plus en porter. Elle l'accueille, et la protège. En effet, la femme du prédateur l'accuse d'avoir tué son mari à sa demande.
Henriette, fatiguée de tant de grossesses, meurt en couches. Une petite fille naît, Emilie, élevée par Emilienne ; elle aime dessiner, mais ses talents de dessinatrice sont médiocres, et elle s'adonne à la sculpture. Un jeune commissaire, qui enquête sur le meurtre de son frère, et qui aime l'art, s'éprend d'elle qui s'enfuit parce qu'elle ne veut pas que sa carrière soit gâchée par un mariage avec la soeur d'un assassin qu'il a conduit à l'échafaud. Elle porte un enfant de lui. Il la retrouve, toujours aussi aimant mais faisant un autre métier.
C'est un livre d'une lecture agréable, et facile. le style est alerte. le temps passe vite, peut-être trop, et l'histoire aussi. On aurait souhaité un peu plus d'épaisseur. le vrai sujet est ailleurs. Les femmes, les rapports hommes/femmes, la condition féminine, les terres salées,  ? La présentation du tome 2 qui conduira au-delà de 1968, parle de bonheur, le vrai. Peut-être La promesse du sel ne répondra-t-elle pas à nos attentes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
brinvilliers
  01 janvier 2019
Fin 19e siècle, on suit Emilienne qui quitte la ferme où elle travaillait. Elle a été expulsée par sa patronne suite à la disparition de son mari Jules. Emilienne qui a été abusée par ce dernier prend refuge chez sa cousine. Mais la police enquête et Emilienne sait qu'elle doit se cacher car tout semble l'accuser.
Mariée et espérant vivre une vie normale, elle doit fuir. Ce ne sera que des années plus tard qu'elle pourra revenir, mais sa vie sera gâchée, c'est elle qui élèvera les enfants de sa cousine.
Après un début alléchant, trop de personnages et une lassitude de lecture dû à un manque d'intérêt pour l'histoire qui s'atténue sur la fin.
Commenter  J’apprécie          90
mimi5751
  01 novembre 2018
Un beau livre sur notre Lorraine. Cette fois c'est le sel Dieuze, Marsal, Delme, Chateau Salins.
Une très belle histoire mais quelquefois un peu longue mais ce qui m'a le plus frappé c'est cette belle solidarité qui régnait.
Emilienne a été placée par sa famille dans une ferme et quand le patron disparait la patronne la licencie et elle va retrouver sa cousine pour travailler aux salines. Elle prend une chambre en ville et fait sa petite vie mais les gendarmes la harcèle car ils pensent que elle a tuer son patron car il est vrai et connu que ce dernier abusé de toutes ses employées.
Le mari de sa cousine la met à l'abri ensuite elle part travailler en ville puis rencontre son mari François mais à cause de ses gendarmes elle ne pourra jamais vivre avec lui et n'aura qu'une seule nuit, celle de la noce.
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
hcdahlemhcdahlem   05 novembre 2018
Que de guerres! Celle de Trente Ans a saigné la Lorraine et l’Alsace à blanc. Mon Dieu, gémissait Eulalie, que de misères pour les pauvres gens! Les mercenaires, des Suédois employés par Richelieu, s’en sont donné à cœur joie. Sur leur étendard figurait une horrible devise: "Tuez-les tous!" Ces habitants de l’Est qui valaient moins que des chiens. Comme s’ils étaient galeux… C’est comme je te le dis, ma petite Henriette. Nous n’étions que des barbares tout juste bons à être donnés aux cochons ou jetés dans l’étang. Deux siècles plus tard, tu vois, ma fille, on s’en souvient encore. Ce cardinal nous a fait tellement souffrir. On s’est raconté toutes ces histoires, le soir, au coin du feu, pour ne pas oublier. Souviens-t’en et parles-en à tes enfants! C’est notre histoire. Il ne faut pas qu’elle se perde. 
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
brinvilliersbrinvilliers   01 janvier 2019
Juste après Noël, la maladie refit l'assaut. Emilienne semblait s'offrir sans se défendre. Ne voulant contaminer personne, elle prit les devants et refusa toute visite.
- Si vous m'aimez, laissez-moi et vivez votre vie ! Pour moi, c'est fait, merci. Je ne vous demande qu'une chose, soyez heureux, autant qu'on peut l'être; mais dans l'honnêteté et la dignité, selon ce que vos parents avaient commencé à vous enseigner.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
hcdahlemhcdahlem   05 novembre 2018
Ferme de Buzémont, Dieuze, février 1857
Émilienne se releva, secoua ses jupes. La colère, après l’humiliation subie, éveillait en elle des pensées meurtrières. Elle eut envie de hurler sa détresse à la terre comme au Ciel resté sourd à ses prières. Elle cracha par terre en se rajustant. Foi de fille bafouée, un jour, elle planterait cet homme et quitterait la ferme.
– Je le jure, murmura-t-elle, le poing levé, il crèvera.
Elle voyait comme en rêve le corps de cet homme se décomposer, devenir une charogne rongée par les vers. Il ne méritait pas autre chose. Et elle jubilait déjà par avance. Elle se reprit, baissa les yeux vers le sol souillé où serpentaient les filets de déjection. « Je ne veux pas rester une fille de ferme dans ces conditions, je croyais valoir mieux que ça ! »
Un jeune veau la regardait.
– Tu n’y es pour rien, petit Blanchot, et tu ne peux rien pour moi qui t’ai aidé à sortir des entrailles de ta mère, la brave Perlette.
Quitter la ferme était son obsession. Elle s’en irait travailler aux salines avec sa cousine Henriette qui y avait trouvé son salut, malgré le travail dur et pénible.
Au moins, après sa journée, elle serait libre. « Bien sûr, les hommes regardent les filles là-bas aussi, mais il y a du monde et ils ne peuvent pas nous culbuter devant tous, lui avait dit sa cousine en lui faisant ses adieux. Je penserai très fort à toi. » 
Henriette clamait à qui voulait bien l’entendre qu’en ces murs, en dépit des vapeurs et de cette odeur de sel, elle respirait. Bien mieux qu’à la ferme, depuis qu’elle n’avait plus à redouter les assauts de Jules Waldmann, une bête de la chose. Jules, toujours émoustillé et prêt à planter son dard entre les cuisses des filles de ferme, puisque sa femme ne pouvait le satisfaire autant qu’il l’aurait voulu. De toute façon, Germaine avait fait son temps ou presque. À peine trente-cinq et déjà vieille et tordue, se plaignait-il. Son petit palais de douceur manquait de fermeté pour un homme comme lui. Les chairs molles d’avoir trop servi, flasques d’avoir trop subi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
SbllySblly   11 janvier 2019
Pour un beau mariage, ce fut un beau mariage. Paul y tenait. C’était pour lui une authentique déclaration d’amour à l’égard d’Émilie, aboutissement d’une reconquête de haute lutte. On se devait de sceller l’alliance.

D’où cette belle cérémonie en l’église Saint-Pierre à Nancy, célébrée par le curé des lieux, Pierre Kessler, demi-frère d’Émilie.

La famille et les quelques amis, dont Irène, sa fille Juliette et le garçon que celle-ci élevait seule, Momo, étaient rassemblés dans cet impressionnant édifice.

Quand on en arriva à l’échange du consentement mutuel, Pierre se racla la gorge…

– Paul Renaudot, voulez-vous prendre pour épouse Émilie Beauchamp ici présente ?

– Oui, affirma Paul. Elle, et pas une autre.

Il prit la main de la jeune femme avec tendresse.

– Et vous, Émilie Beauchamp, voulez-vous prendre pour époux Paul Renaudot ici présent ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   24 octobre 2018
Jules, toujours émoustillé et prêt à planter son dard entre les cuisses des filles de ferme, puisque sa femme ne pouvait le satisfaire autant qu’il l’aurait voulu. De toute façon, Germaine avait fait son temps ou presque. À peine trente-cinq et déjà vieille et tordue, se plaignait-il. Son petit palais de douceur manquait de fermeté pour un homme comme lui. Les chairs molles d’avoir trop servi, flasques d’avoir trop subi. Certes, Germaine lui avait donné quatre gaillards et deux pisseuses. Mais Jules avait encore de l’ardeur et de la semence à répandre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Élise Fischer (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Élise Fischer
Elise Fischer présente son rapport à la lecture. Elle explique comment, selon elle, le lecteur doit s?approprier l?histoire. En savoir plus sur « Sur le fil » : http://bit.ly/2i4htZN
Des coups de c?ur aux coups au ventre, Lena a tout vécu. C?est en prison, accusée de la mort d?un mari tyrannique, qu?elle libère les mots et les souvenirs de sa vie tumultueuse marquée par l?exil, l?univers du cirque, une passion amoureuse et la violence conjugale. Un roman poignant qui met en lumière une cause toujours de triste actualité.
1960, Nancy. Dans sa cellule de prison, Lina attend sans illusions l?issue de son procès. C?est au parloir, grâce à sa visiteuse, s?ur Marie-Bernadette, toute de patience et de douceur, que Lina peut malgré tout libérer sa parole, sa mémoire, et remonter le fil de son histoire : son enfance sous le soleil du Sud, sa vie de bohème dans les cirques, sa folle passion pour un danseur juif allemand pendant l?Occupation. Jusqu?à sa rencontre avec René? Parce qu?il lui avait montré un visage avenant, parce qu?il semblait réellement épris, elle, la jolie saltimbanque, a accepté de s?unir à lui. Mais comment se relever de l?épreuve quotidienne des coups, de l?humiliation, de la honte ? Un jour, à bout, elle l?a laissé mourir?
Un roman intense et plein d?espoir sur la dignité des femmes.
+ Lire la suite
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les enquêteurs célèbres ...

Belgique - Moustache - Petites cellules grises

Sherlock Holmes
Hercule Poirot
Jean-Baptiste Adamsberg
Thomas Linley

16 questions
236 lecteurs ont répondu
Thèmes : personnages , roman policier à énigmeCréer un quiz sur ce livre