AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782020805858
125 pages
Éditeur : Seuil (04/03/2005)
3.54/5   13 notes
Résumé :
Elle claque comme un coup de fouet. Elle jette à l'écart de soi, loin des mots, des analyses, de la raison, hors du sens. Les sentiments n'existent plus, elle occupe toute la place. Nue comme le fil d'une lame. Comment décrire une attaque de panique sans l'abraser ? Qui ne connaît pas l'angoisse des espaces de la ville ne peut mesurer la terreur de quelques secondes d'arrêt au feu rouge. Qui ne vit pas l'angoisse d'être enfermé dans un ascenseur ou un avion ne peut ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Melieetleslivres
  11 janvier 2019

Elle claque comme un coup de fouet. Elle jette à l'écart de soi, loin des mots, des analyses, de la raison, hors du sens. Les sentiments n'existent plus, elle occupe toute la place. Nue comme le fil d'une lame. Comment décrire une attaque de panique sans l'abraser ? Qui ne connaît pas l'angoisse des espaces de la ville ne peut mesurer la terreur de quelques secondes d'arrêt au feu rouge. Qui ne vit pas l'angoisse d'être enfermé dans un ascenseur ou un avion ne peut imaginer l'étendue de cet effroi. Ce n'est pas seulement la gorge qui se rétrécit, la respiration qui se bloque, l'asphyxie qui gagne, c'est un écartèlement de tout l'être, une dépossession de soi, la sensation d'une mort imminente. L. F.(4e de couverture).
Résumé : Une femme fait une crise d'angoisse dans sa voiture. Au feu rouge. Personne ne peut voir ce qu'elle ressent. Elle est "juste" claustrophobe. Elle n'arrive plus à respirer, à voir, à réfléchir : elle a juste envie de sauter de la voiture et de trouver quelqu'un qui la sauve.
Une autre femme, claustrophobe et agoraphobe, est paniquée d'avance : le lendemain elle doit prendre l'avion pour aller faire une conférence à New York sur des tableaux post-impressionnistes. Ça, elle maîtrise, mais pas l'angoisse d'être dans un avion. Ça fait des jours qu'elle en est malade. C'est invisible sur elle. Elle préfèrerait mourir.
L'auteur, psychanalyste, connaît bien, et connait aussi ce que disent les autres gens, les gens normaux, les gens qui n'ont jamais eu à vivre cette angoisse épouvantable : la panique.
"De quoi vous plaignez-vous? C'est dans la tête, ça n'existe pas, l'angoisse, un peu de volonté, que diable! Vous vous écoutez trop, ce sont des enfantillages ! Tout va bien dans votre vie! Pensez un peu aux autres, ceux qui sont au chômage, ou vraiment malades!"
Et certains jours, tout va bien, personne ne sait quand ça va nous tomber dessus.. il suffit de l'évocation d'une réunion, d'un rdv à venir. L'auteur est dans la peau de ces phobiques, et parle à la première personne, racontant les pensées qui tournoient et emprisonnent. Mais aussi les refuges :
"Je suis assise devant l'écran de l'ordinateur, à ma table de travail. C'est un lieu encombré, en désordre, rassurant. J'aime la vie virtuelle. C'est la solution des agoraphobes, des claustrophobes, des timides et des phobiques en tout genre. Pas de visages à affronter, pas d'ascenseur à prendre, pas de grands espaces à traverser ni de files d'attentes interminables. Tout se règle chez soi..."
Tout se passe dans le livre sur une période de 24 heures, avec toutes ces pensées tournoyantes. Un tout petit livre qui permet de faire comprendre la crise d'angoisse, et ses mécanismes.

L'auteur : Ecrivain, psychanalyste et photographe, Lydia Flem est traduite dans une vingtaine de langues.Publiée au Seuil, elle a écrit des essais sur Freud, Casanova, et l'amour à l'opéra (La voix des amants, 2002), mais elle a surtout rencontré le succès avec "Comment j'ai vidé la maison de mes parents" ou "La Reine Alice". Elle se définit volontiers comme une « conteuse », son territoire est celui de l'intime et des émotions.
Mon avis : Évidemment, c'est un livre dans lequel je me suis reconnue, pas tout-à fait car il s'agit là d'une claustrophobe, mais j'ai reconnu les paroles que l'on me dit, que ma mère me dit, ma famille, ... ils ne peuvent pas comprendre. Vivre avec une phobie, c'est douloureux. Ce livre aide à s'accepter, et aidera, j'espère, ceux qui ne comprennent pas. Rien de didactique, c'est juste les émotions d'une phobique, sur 24 heures.
Panique - Lydia Flem, ed Poi
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
madameduberry
  15 février 2015
Une écriture très précise et fine d'un phénomène parfois décrit dans les romans mais de façon fugace et sans tellement d'instrospection: ne parle-t-on pas souvent de moments de panique? Ici la panique, ou l'angoisse, est repérée comme venant de soi, et associée à d'autres manifestations de l'inconscient comme les rêves, ou les associations d'idées ou les émotions qui surgissent en regardant un tableau. Elle est décrite dans son double effet sur la réalité (distorsion subjective), et sur le sujet (modifications du métabolisme, sensations corporelles et cénesthésiques..) Lydia Flem a sans aucun doute traversé des épisodes anxieux et s'est attelée à en rendre compte de façon phénoménologique.. Ce petit livre ouvre sur des réflexions philosophiques ..vertigineuses, sur les rapports entre le sujet et le monde, et fait découvrir la fragilité du "sentiment d'être soi", un peu comme Antoine Roquentin dans la Nausée, mais avec un tout autre angle d'attaque .
Commenter  J’apprécie          70
l-opulence-de-la-nuit
  28 avril 2020
Je n'ai pas aimé ce livre alors que toutefois le sujet me touche personnellement. Peut-être tout simplement qu'à part quelques phrases clefs - l'anxiété d'une personne ne se traduira jamais véritablement, et encore moins personne (même si anxieuse) ne comprendra l'autrui anxieux aussi. L'anxiété, c'est trop en nous. Comment être claire ici ; je ne le suis; c'est que l'angoisse non plus n'est pas claire.
Je tirerai quand même quelques conclusions du bouquin :
Un livre qui se lit très vite. Qui a pu s'écrire très vite ?
Comme l'angoisse et la crise de panique ; l'écriture est ici sous le qualificatif de "haletant". C'est le but recherché, s'il est tel et se comprend. Des phrases brèves, comme quand le sujet angoissé n'est plus capable de s'exprimer.
On inspire les mots de l'ouvrage, on les expire aussitôt.
L'angoisse est selon l'auteure, un "chef d'orchestre" et tout ce livre est orchestrée par elle.
L'angoisse de panique est un véritable handicap. Un handicap comme dit l'auteure, "à cacher". Même s'il ne faudrait, on refuse de paraître lâcher prise. Ce n'est pas ici la simple angoisse lambda, mais "l'attaque de panique", celle qui nous fait métaphoriquement mourir.
Pour Lydia Flem, les anxiolytiques (calmants) marchent, et c'est tant mieux pour elle. Certaines personnes y sont insensibles.
Je cite, "Je remets à plus tard (...) telle promesse, qui m'entraînerait au-delà du cercle de la sécurité." L'angoisse, la pure, celle que je connais aussi, c'est la question d'un : je veux rester dans ma zone de confort. Sans faiblesse à nous targuer, s'il vous plaît.
"Je préférerais ne pas partir...(...) - Et bien, ne pars pas- Tu crois, vraiment ? - Mais oui, rien ne t'y oblige. N'y vas pas, reste ici". Ne pas sortir de sa zone de confort, ou sortir et s'enfuir devant le danger ? Telle reste la question. Mais personne, et non plus aucun écrivain, n'aura la réponse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Femmoon
  14 décembre 2014
Je ne savais pas à quoi m'attendre en débutant ce roman et lorsque j'ai découvert les premières pages, j'ai été agréablement surprise.
Tout débute lorsque l'héroine de notre histoire est dans sa voiture, seule, en attendant (im)patiemment à un feu rouge. L'attente vers le feu vert est longue, affreuse et synonyme d'une crise de panique immense. Un moment de suffocation intense, un étouffement irréel.
Le livre de Lydia Flem n'est autre que l'évocation d'une journée type de la protagoniste, une journée remplie, bourrée dirons nous même de crises d'angoisses. Que ce soit en voiture, à l'aéroport, chez elle....Elle angoisse, et les crises sont vécues de façon fortes.
Cela peut paraître étrange comme roman, mais ayant déjà vécu des crises de ce genre au cours de ma vie, cela m'a fait "plaisir" de lire quelque chose de semblable. de voir au travers de ces quelques pages que ce mal qui se vit en silence existe au delà de notre vécu. Que d'autres personnes ressentent ce que l'on a ressenti un jour dans notre vie.
Les émotions expliquées sont si proches du réel : la respiration qui se coupe, le coeur qui bat partout en soi, la transpiration qui s'accélèrent, les émotions qui sont décuplées. Ces émotions sont réelles et elles font la beauté de ce livre
Je risque d'être peut être trop honnête en vous disant cela mais ce roman est à la fois ennuyeux et bouleversant, à la fois long et à la fois poignant.
Quoiqu'il arrive, ce roman m'a bouleversée, il m'a touchée et c'est vraiment ce que j'attends d'un livre.
Je suis bien consciente qu'il risque de ne pas plaire à tout le monde, c'est bien pour cela que je ne l'offrirai pas ou que je ne le conseillerai pas à n'importe quoi mais prenez la peine de découvrir cette plume qu'est celle de Lydia Flem.
Lien : http://booknlove.blogspot.be..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Lucioledanslalune
  23 janvier 2013
L'auteur évoque tout au long d'une journée, à travers des chapitres très courts, ses angoisses et ses émotions. Elle parvient à décrire ses moments de panique, ses ressentis et ses sensations, de manière assez simple. Parfois assez bouleversant.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
LucioledanslaluneLucioledanslalune   23 janvier 2013
Je m'observe dans un miroir, il n'y a rien à voir. Mon visage est impassible, personne ne pourrait y lire la panique. Je suis parfaitement lisse. Rien n'accroche le regard, pas de rictus, de tic, de grimace. Des yeux un peu trop clairs peut être, une certaine absence, un très léger flottement, mais à peine perceptible. Qui pourrait imaginer l'ampleur de cet effroi ? Je suis seule, absolument seule, avec la conscience aigüe que personne ne pourra rien pour moi. C'est moi la bateau en perdition qui coule à pic sans plus de capitaine à bord.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
madameduberrymadameduberry   15 février 2015
Peu de gens savent que sans être "fou" on peut connaître des instants où l'évidence de soi disparaît. Quelque chose se grippe, la panique se glisse dans le quotidien, à quelques pas du familier, si près, si loin. Le sentiment confiant de vivre se désagrège.
Commenter  J’apprécie          61
l-opulence-de-la-nuitl-opulence-de-la-nuit   28 avril 2020
Sommes nous donc si peu de chose ? Livrés en un instant aux désordres, aux passions intempestives, à l'intranquilité radicale. Dans une détresse et une puissance proches de celles d'un nouveau-né.
Est-ce cela vivre ?
Pourquoi ?
Commenter  J’apprécie          30
l-opulence-de-la-nuitl-opulence-de-la-nuit   28 avril 2020
(...) j'ai peur, peur à en mourir, j'ai peur de mourir. La catastrophe est imminente. Faites quelque chose. Ne me laissez pas à la merci de cette ogresse, de cette folle angoisse qui m'engloutit dans sa gueule, elle va me broyer, me laminer, me déchiqueter.
Commenter  J’apprécie          10
l-opulence-de-la-nuitl-opulence-de-la-nuit   28 avril 2020
"De quoi vous plaignez-vous? C'est dans la tête, ça n'existe pas, l'angoisse, un peu de volonté, que diable! Vous vous écoutez trop, ce sont des enfantillages. A votre âge, vous n'avez pas honte? Tout va bien dans votre vie! (...)"
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Lydia Flem (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Lydia Flem
Psychanalyste, mais aussi écrivaine et photographe, Lydia Flem publie "Paris Fantasme", chez Seuil. Ce livre raconte comme aucun autre une rue très spéciale de Paris. Parant du Jardin du Luxembourg jusqu'à la Place Saint-Sulpice, la rue Férou est celle des "Trois Mousquetaires", De Voltaire, De Chateaubriand ou encore de Madame de la Fayette. 
Retrouvez l'intégralité de l'interview ci-dessous : https://www.france.tv/france-5/la-grande-librairie/
>Maladies du système nerveux. Troubles psychiques>Névroses et troubles apparentés>Anxiété, dépression, neurasthénie (85)
autres livres classés : agoraphobieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les Chefs-d'oeuvre de la littérature

Quel écrivain est l'auteur de Madame Bovary ?

Honoré de Balzac
Stendhal
Gustave Flaubert
Guy de Maupassant

8 questions
8932 lecteurs ont répondu
Thèmes : chef d'oeuvre intemporels , classiqueCréer un quiz sur ce livre