AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Marie-Claire Pasquier (Traducteur)
ISBN : 2290008621
Éditeur : J'ai Lu (17/03/2008)

Note moyenne : 3.54/5 (sur 116 notes)
Résumé :
Eve Green, 8 ans, de père inconnu, sa mère subitement morte, se trouve renvoyée chez ses grands-parents dans un petit village du beau et sauvage pays de Galles.

Un univers dur, où les mesquineries et le mépris jalonnent sa vie d'écolière. Un jour, la plus jolie fille de la classe disparaît, et le microcosme villageois se met en ébullition : enquête, soupçons, mensonges, faux témoignages, vengeance, culpabilité.

A huit ans, c'est une d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (36) Voir plus Ajouter une critique
LiliGalipette
  03 décembre 2012
Eve, à 29 ans, se remémore l'été de ses huit ans. Depuis plusieurs mois, elle vivait chez ses grands-parents, essayant d'oublier le brusque décès de sa mère. Dans cette ferme perdue du Pays de Galle, Eve grandit librement, mais elle subit la vindicte de certains habitants du village. On lui reproche son insolence et ses cheveux roux, héritage d'un père qu'elle n'a jamais connu, mais dont le village garde un mauvais souvenir. « L'Irlandais. C'est ainsi qu'on l'appelle, comme si son nom était maudit. Comme si, en prononçant son nom à voix haute, on était sûr de ne pas aller au paradis. » (p. 59)
Eve porte en elle une immense propension au mensonge. Difficile pour elle de se faire des amis à l'école. « Pour toute l'école, j'étais la nouvelle avec un sale caractère, un air sévère d'adulte, et de temps en temps une crise d'eczéma. » (p. 210) Elle dissimule à tous son amitié avec Billy le fou. Et dans le secret de son coeur, elle aime déjà celui qui partagera sa vie.
L'été des huit ans d'Eve, une disparition secoue le village gallois : la jeune Rosie est introuvable. La peur se répand et les soupçons deviennent fous, d'autant plus qu'ils sont alimentés par les mensonges d'une enfant qui a la haine chevillée au coeur. Les rumeurs vont bon train : « Et si… ? On se pose cette question pour se faire du mal. » (p. 181) Des années plus tard, le mystère reste entier, mais le remords vient torturer les esprits.
Mon avis est assez mitigé sur ce roman. J'ai aimé le mystère qui entoure le père d'Eve, cette lourde ascendance rousse. J'ai aimé fouiller dans la boîte secrète de la mère de la fillette. Mais je n'ai pas aimé l'intrigue qui entoure la disparition de Rosie. L'évènement est annoncé à maintes reprises dans la première partie du roman, puis viennent les recherches et les soupçons. Et là, j'ai trouvé que le tout s'enchaînait très mal. Enfin, je n'ai éprouvé aucune empathie pour cette enfant. Certes, elle a perdu sa mère. Certes, on ne lui fait pas de cadeaux au village. Mais Eve est une peste insolente et dissimulatrice.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
pyrouette
  08 mai 2014
Perdre sa mère à 7 ans est déjà un traumatisme. Être gardée par une voisine, récupérée par les services sociaux et emmenée chez ses grands-parents sans un mot d'explication est aussi un choc émotionnel. Eve reprend vie chez ses grands-parents qui l'entourent d'attentions et d'amour. Elle vit maintenant à la campagne, avec les colporteurs de ragots en tous genres, les gardiens des légendes méchantes et ceux qui décident de mettre à l'écart une personne différente d'eux. Eve n'a pas de chance : elle est rousse, a du caractère, et son père, inconnu pour elle, a laissé de mauvais souvenirs aux villageois. La disparition d'un fillette de son âge la première année de son arrivée va relancer la suspicion et le mystère dans le village. Eve a maintenant 29 ans et est enceinte. Ses grands-parents sont décédés et elle est restée au village sur ses terres. Comme toutes les femmes qui sont sur le point de donner la vie, elle se retourne sur son passé, à travers les lettres et objets de sa mère, conservés précieusement toutes ces années dans un coffret. Malgré la violence de certains faits et ressentis, c'est une histoire douce et paisible, une transmission d'amour, l'acceptation des faits et une recherche pour conserver le bien-être, un certain bonheur ou un bonheur certain.
Lien : http://pyrouette.canalblog.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
liliba
  02 novembre 2012


Lecture commune avec Mirontaine , Titou le matou, Sandrine , Philisine Cave , et Solenn.

Quand Evangeline perd sa maman, elle est recueillie par ses grands-parents qu'elle ne connait pas et se retrouve isolée dans une ferme perdue au coeur du pays de Galles. du haut de ses 8 ans, elle doit faire face à sa peine, mais aussi aux regards des gens, ces regards qui la transpercent de leur mépris, la jaugent, la jugent. Est-ce à cause de sa chevelure rousse indomptable, de ses taches de rousseur, de son innocence juvénile, ou bien pour quelque autre secret que l'enfant ne comprend pas ?

Car les gens parfois lancent des piques, et parlent de son père. Un père qu'elle ne connait pas, qu'elle n'a jamais vu, mais auquel il parait qu'elle ressemble énormément. Un père qui a quitté sa mère, et qui a laissé dans le village un souvenir bien négatif… Un père qu'elle aimerait tant aimer.

C'est la femme mûre qui raconte son enfance, une Eve en attente d'un enfant, heureuse, mais qui pourtant ne peut se départir d'une forme de nostalgie face au temps d'avant, et aussi de regrets et de remords. Car le passé pèse encore sur son âme, comme une chape. Elle se remémore sa rencontre avec ses deux seuls amis, un qu'elle perdra en cours de route, et l'autre qu'elle gardera, s'en étonnant encore des années plus tard. Caressant son ventre rond, Evangeline repart dans le passé, redevient la petite Eve sauvage et effrontée d'autrefois. Billy le bizarre ne lui fait pas peur, ou si, peut-être un peu, mais elle tente pourtant par tous les moyens de s'en approcher et leur relation, bien que ne pouvant être qualifiée vraiment d'amitié, se teinte malgré tout d'un sentiment d'attachement. Billy ne parle pas, ou si peu, mais il voit, il sait, il comprend beaucoup de ce qu'il se passe dans les environs et la fillette aimerait pouvoir accéder à ses secrets, elle aimerait qu'il lui raconte… Daniel quant à lui veille sur elle, la regarde grandir, la protège de loin. Eve se souvient aussi de la jeune voisine disparue, qu'on n'a jamais retrouvée, des soupçons qui ont alors pesé sur tout le village, de l'enquête.

Ses grands-parents sont aimants et l'élèvent du mieux qu'ils peuvent. Mais eux aussi ont leurs soucis, leurs peines qu'ils tentent de cacher, et des secrets, comme tous. Ils parlent peu de la maman d'Eve, et encore moins de ce qui s'est passé 9 ans plus tôt. La petite fille tente désespérément de percer tous les mystères qui entourent sa mère et son arrivée à elle, de découvrir ce que veut dire le mystérieux K gravé dans le bois. Elle veut comprendre et remettre en place les pièces du puzzle qui s'imbriquent tant bien que mal pour reconstituer le passé.

C'est un réel bonheur de retrouver la plume de Susan Fletcher, une auteur qui décidément me plait de plus en plus ! Après Un bûcher sous la neige et Avis de tempête, elle nous embarque dans une histoire où à nouveau le passé des protagonistes leur remonte en mémoire, où il pèse sur leur vie actuelle. Une histoire où l'enfance est décrite avec une sensibilité vraiment exceptionnelle, où la violence se mêle à la douceur. Les personnages sont comme dans ses autres romans peints avec une réelle délicatesse, et sa plume permet une vraie introspection, une descente au coeur des gens pour tenter de les comprendre, et bien, sûr, pour arriver à les aimer. L'auteur excelle également à décrire la campagne environnante, le vent, la pluie ou le soleil, les teintes du ciel et l'immensité, la beauté de la nature. Tout à la fois roman intimiste et oeuvre lyrique dans ses descriptions du pays, La fille de l'Irlandais laisse un goût de trop peu : c'est si beau qu'on en voudrait encore !

Lien : http://liliba.canalblog.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
maevedefrance
  11 novembre 2013
Evangeline, petite fille au prénom bien trop long à son goût, perd subitement sa mère. Elle quitte Birmingham pour le Pays de Galles. Elevée par ses grands-parents, de père irlandais inconnu, la petite fille de huit ans rencontre une certaine Rosie qu'elle va d'emblée détester car bien trop crâneuse et maniérée à son goût, mais aussi parce que Rosie la rejette, mais surtout parce que toutes les deux ont le coeur qui bat pour le même garçon. Seulement voilà, Rosie du jour au lendemain disparaît.
Pourtant, dans ce roman l'intrigue est très dissolue et pour tout vous dire, le lecteur n'aura jamais la réponse. Ce roman est avant tout un roman d'atmosphère et c'est ce qui fait son charme : un village du Pays de Galles battu par les vents, délavé par la pluie ou succombant à la chaleur l'été (bah oui !), dont les habitants se connaissent tous trop, comme dans tous les villages du monde. Un monde clos où tout ce qui est différent est suspect. Un jeune homme étrange devenu, selon eux, simplet parce qu'il a reçu le coup de sabot d'une jument sur le crâne quand il était jeune. Une petite fille rousse aux cheveux incoiffables, portrait craché de son père irlandais, un baroudeur, roux lui aussi, dénommé Kieran Green, qui a mis les bouts le jour où il a appris que Bronwen (mère d'Evangeline) attendait un enfant de lui. Voilà pour les ingrédients de ce qui est aussi un roman d'apprentissage et de deuil. Evie parle alors qu'elle va à son tour devenir mère. Un adieu à l'enfance et sans doute au remord aussi. Car Evie du haut de ses huit ans a fait une chose grave, mais ce qu'elle a a fait est la réponse d'une enfant à un événement traumatique tout aussi grave...
J'ai un avis mitigé sur ce livre car même si j'ai beaucoup aimé l'atmosphère galloise, je me suis tout de même ennuyée pendant une bonne moitié du roman, reprenant une once d'intérêt dans le dernier tiers. J'ai trouvé que l'intrigue était trop dissolue au point que parfois je l'ai perdue de vue. J'ai pourtant aimé le style poétique de Suzanne Fletcher mais les allers-retours présent/passé (qui pourtant d'habitude ne me gênent pas dans une narration) m'ont fait perdre le fil. Dommage. Enfin, il n'y a pas de "surprise", c'est un peu trop archétypal à mon goût : les Irlandais roux (et Green !) ; le simplet du village, le pervers etc. On s'y attend trop. Malgré tout j'ai eu de l'empathie pour Evangeline, malgré ses cachotteries et sa grosse bêtise.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
angelita.manchado
  11 août 2013
Evangeline a 7 ans. Elle vit seule avec sa mère. Mais celle-ci meurt dans sa baignoire et Evangeline est envoyée chez ses grands-parents dans un petit village du Pays de Galle. Elle est née un premier janvier.
Elle a maintenant 29 ans et est enceinte de Daniel, un homme plus âgé qu'elle de 16 ans. Une grossesse qui est mal vue par certains habitants de son village.
Mon contact des éditions J'ai Lu adore le style de Susan Fletcher, qui a sorti un nouveau roman, Les reflets d'argent.
Elle m'a proposé La fille de l'Irlandais, premier roman de l'auteur, paru en 2008.
Tout ce qui concerne l'Irlande, j'adore. J'aime les paysages, les caractères…
Même si le roman se passe au Pays de Galle, le roman est centré sur Evangeline et surtout son père, qu'elle n'a jamais connu, car parti avant sa naissance, après avoir commis un vol dans le village où il était et où il a connu la mère d'Eve.
Un premier essai et un coup de maître. J'adore l'histoire, j'adore le style, j'adore les personnages, certains plus attachants que d'autres, comme dans tout roman.
Le roman est décomposé en trois Livres.
Evangeline est très bien accueillie par ses grands-parents qui l'adorent et qui vont tenter de l'élever avec amour, mais en se montrant fermes, afin qu'elles ne fassent pas les mêmes erreurs que sa mère.
Elle sera surveillée lorsque la disparition d'une jeune fille, Rosie Hugues, 12 ans, aura lieu. Elle sera punie lorsqu'elle se battra, fera des bêtises à l'école ou ne suivra pas les ordres. Mais Evangeline a un sacré caractère. Comme son père ? Surtout comme sa grand-mère. Car Evangeline est partie à la recherche de son passé. Sa mère a laissé une boîte à sa mort. Boîte qu'Evangeline trouvera lorsqu'elle aura 18 ans. Entre temps, elle veut tout savoir sur ce qui s'est passé entre son père et sa mère. Et c'est un homme, reclus, mal vu dans le village, avec qui elle va se lier d'amitié. Un homme qui a aimé sa mère et qui retrouve en Eve un peu de son amour de jeunesse. Mais cet homme, Bily, qui tente de protéger cette petite fille aura une fin abominable. Une fin qu'Evangeline se reprochera à jamais. Et Evangeline se fera de nombreux reproches sur ce qu'elle a pu faire lorsqu'elle était enfant, à 8 ans, comme accuser quelqu'un pour se venger. Car la vie est dure. Et certaines personnes lui font sentir d'où elle vient. Elle est la fille d'un Irlandais. Et les Irlandais, on les connait. Ils ont mauvais caractère, bagarreurs et surtout voleurs.
Dans ce roman, il y a des retours constants vers le passé, des premiers mois passés auprès de ses grands-parents, de sa rencontre avec Daniel, alors qu'elle n'était qu'une petite fille. Daniel, un homme à qui elle s'est attachée, dont elle est tombée amoureuse, mais à qui elle ne dira pas tout. le roman est parsemé des souvenirs de sa mère, de son enfance. Avec les mots laissés et ce que lui a dit Billy, Evangeline imagine leur liaison, comment tout s'est déroulé.
Elle nous raconte son amitié avec Gerry, qui a préféré fuir ce pays où maintenant il n'y a plus rien. En effet, Evangeline pense qu'il va lui falloir vendre la ferme de ses grands-parents.
Il y a aussi toutes ces personnes qui ont vécu auprès d'elle, des voisins de ses grands-parents, des personnes à qui elle s'est confiée.
J'adore Evangeline. J'adore son caractère entier. Et comme tout le monde, elle a fait des erreurs. Comment lui en vouloir, elle a perdu sa mère. Evangeline est humaine. En plus, elle a peur de ne pas être à la hauteur pour son bébé, de le perdre.
J'adore comment Susan Fletcher nous raconte les paysages de ce Pays de Galle dur, de cette campagne pas si différente des nôtres, où les gens médisent, où les gens cachent… le lecteur accompagne Evangeline au cours de son périple. Heureusement qu'elle a été aimée de ses grands-parents. Cela lui rend la vie quand même beaucoup moins dure.
Lien : http://angelitamblog.com/201..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
pyrouettepyrouette   07 mai 2014
Bon et alors ? Qu'est ce qui se passe quand vous arrivez à destination ? Quand votre rêve se réalise enfin ? Mieux vaut ne pas poser cette question. Ce serait tenter le destin ; et puis c'est du pessimisme. La réponse est simple : vous êtes heureux. Vous n'avez plus à chercher ailleurs.
Commenter  J’apprécie          110
ClarissaDallowayClarissaDalloway   15 avril 2010
J’avais huit ans. Il ne me vint pas une seconde à l’esprit qu’il pouvait y avoir des amitiés dangereuses ou qu’elles pouvaient se développer pour de mauvaises raisons. J’ai juste souri, et je me suis assise près de lui sur la souche. J’étais contente de l’avoir trouvé. J’ignorais tout des trahisons, à l’époque.
Commenter  J’apprécie          40
pyrouettepyrouette   09 mai 2014
Ici, on n’oublie pas facilement. C’est une sorte de consolation, je suppose, une forme d’immortalité… Mais l’histoire est aussi un fardeau
Commenter  J’apprécie          90
pyrouettepyrouette   08 mai 2014
C’est ça une cicatrice : la preuve qu’on a vécu un événement qui mérite un récit.
Commenter  J’apprécie          160
jodettejodette   03 février 2013
L'amour est aussi varié et imprévisible que la pluie. Ce peut être une petite pluie d'été, fine, régulière, ou une de ces tempêtes subites qui font sortir les rivières de leur lit (...). Cela peut tambouriner doucement en vous, ou vous submerger à en perdre la raison. Cela peut tomber goutte àgoutte, ou se déverser en trombe.
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Susan Fletcher (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Susan Fletcher
SMEP 2016 - Susan Fletcher
autres livres classés : irlandeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

L'Irlande

Le pays est divisé en deux : l'Irlande du Nord et...

La République d'Irlande
Le Royaume d'Irlande
La Principauté d'Irlande

11 questions
106 lecteurs ont répondu
Thèmes : irlande , paysCréer un quiz sur ce livre
.. ..