AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 270216093X
Éditeur : Calmann-Lévy (04/10/2017)

Note moyenne : 4.22/5 (sur 107 notes)
Résumé :
Anne Frank est née le 12 juin 1929 à Francfort. Sa famille a émigré aux Pays-Bas en 1933. À Amsterdam, elle connaît une enfance heureuse jusqu’en 1942, malgré la guerre.
Le 6 juillet 1942, les Frank s’installent clandestinement dans « l’Annexe » de l’immeuble du 263, Prinsengracht, où Anne écrit son journal.
Le 4 août 1944, la famille est arrêtée vraisemblablement sur dénonciation.
Déportée à Auschwitz, puis à Bergen-Belsen, Anne meurt du typhus... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (36) Voir plus Ajouter une critique
Kirzy
  13 janvier 2018
Une vraie réussite !
Ce roman graphique a été commandé au duo Folman / Polonsky par le fonds Anne Franck dans le but de faire redécouvrir le chef-d'oeuvre d'origine, le rendre accessible au jeune public afin d'en élargir la diffusion.
Pas facile de condenser 360 pages écrites en 160 pages illustrées, mais le pari a été relevé avec brio !
Cette oeuvre est d'une grande fidélité au Journal, fidélité au contexte historique, à l'essence même du journal, aux petits événements qui s'y déroulent, aux relations qui s'y jouent durant les deux années d'enfermement de la famille.
J'ai particulièrement apprécié le traitement de l'humour, du mordant, de l'espièglerie batailleuse d'Anne. le dessin exagère le burlesque des situations, le ton cocasse du roman, on rit souvent lorsque Anne décrit le petit monde de l'Annexe et croque les défauts et caractères de chacun.
Mais les pages les plus réussies sont celles où les auteurs s'octroient le plus de liberté avec des échappées visuelles très fortes, notamment pour retranscrire les périodes de désespoir et de dépression d'Anne grâce à des scènes fantastiques ou oniririques. J'ai beaucoup apprécié également les détournements du Cri de Munch ou du Portrait d'Adèle Bloch-Bauer de Klimt.
C'est évident que ce roman graphique donnera envie aux lecteurs de relire en profondeur le Journal d'Anne Franck.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          506
RosenDero
  05 octobre 2017
Ce roman graphique n'est pas la première adaptation du Journal d'Anne Frank que je lis, mais il aura eu sur moi un effet singulier. le récit fait la part belle aux sentiments d'Anne, au point qu'on en oublierait presque la guerre et les raisons de son enfermement (presque, car elle sait se rappeler dans le quotidien). Cela en devient même un peu trop philosophique et métaphysique à mon goût, notamment dans la seconde partie, quand le roman graphique devient copie du journal ; les auteurs s'en expliquent ainsi : « à compter du moment où elle tombe follement amoureuse de Peter, ses textes quittent la sphère de la sensibilité pour atteindre une sagesse tout à fait exceptionnelle pour son âge. Il nous a semblé absurde de les remplacer par des illustrations et nous avons donc décidé de reproduire in extenso des pages entières de son Journal », et bien c'est un peu lourd à digérer et difficile à concevoir quant on sait que ce roman graphique se veut accessible à tous et qu'il cible notamment les plus jeunes, ceux « qui, dans leur grand majorité, se sont laissé séduire par l'attrait des écrans ». Là, vous allez les perdre...
Mais il y a du bon à prendre, notamment, pour ceux qui n'auraient pas lu ou envie de lire le fameux « journal ». Outre les informations sur la guerre et la condition des juifs, de voir l'évolution de cette fillette en pleine puberté, face à ses sentiments et à ce microcosme qu'est « L'Annexe » et qui décuple les réactions déjà fort bouleversées à cet âge est très enrichissant.
Le tout donne toutefois un sentiment de malaise, non pas tant à cause de la partie seconde guerre mondiale, mais de ces réflexions pessimistes sur les liens familiaux et notamment la relation entre Anne et sa mère, sa soeur, son père, elle l'enfant « qui s'est éduqué lui-même », l'innocence de l'enfant est bien loin.

Ce roman graphique aura eu le mérite de changer mon regard sur « le journal d'Anne Frank » que je croyais connaître pour en avoir tant entendu parler. C'est avant tout un journal intime d'une petite fille intelligente et mature, qui ne passe pas son temps à se plaindre de sa condition, mais réfléchit d'une manière étonnement sage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
Saiwhisper
  14 juin 2018
Encore une fois, j'ai décidé de découvrir un livre dont les avis sur la toile ou dans les médias étaient globalement positifs. Cette fois-ci, il s'agit d'une adaptation d'une oeuvre incontournable : le journal d'Anne Frank, une adolescente ayant vécu cachée avec sa famille et d'autres juifs pendant la Seconde Guerre mondiale… de nouveau, je constate que les ressentis généraux sont mérités : cette adaptation en bande dessinée est excellente ! J'avais déjà lu une adaptation BD de ce journal intime, cependant cet ouvrage est différent de celui d'Antoine Ozanam et Nadji. Ici, il n'est pas question de teintes dominantes. Les couleurs sont jolies, mais ne provoquent pas la même idée d'atmosphère confinée ou pleine d'émotions. Pour ma part, j'ai eu du mal à m'habituer au coup de crayon d'Ari Folman et David Polonsky qui m'a donné l'impression de plonger dans de vieux dessins. Les visages sont parfois assez simples et mériteraient plus de détails et parfois très réalistes. Cela dit, on finit par s'y faire ! Au fil des pages, j'ai finalement trouvé que le style d'illustrations collait parfaitement à l'époque et que les personnages étaient très expressifs. J'ai surtout aimé les clins d'oeil aux personnalités d'époque (ex : des femmes et des actrices célèbres) ainsi que les illustrations d'Anne reprenant des tableaux comme « le cri » d'Edvard Munch ou encore « Carré de Soie » de Gustav Klimt.
Cette nouvelle adaptation a également pour avantage de proposer un contenu hyper riche ! On est sur 160 pages fourmillant de détails et d'informations. le dessin colle parfaitement au texte, tandis que ce dernier est vraiment complet. On a réellement les extraits du journal intime de la demoiselle et on suit son quotidien à ses côtés. On découvre ainsi le contexte, la montée du nazisme, l'augmentation des interdictions, les mentalités de l'époque ainsi que la vie dans la maison… Si l'autre bande dessinée avait su m'attirer par son coup de crayon et les émotions que les planches dégageaient, j'ai trouvé que celle-ci était beaucoup plus touffue et intéressante en ce qui concerne le contenu. On apprend énormément sur chaque habitant. On voit les tensions qui montent, la dureté de l'isolation, le fait d'être caché, la peur d'être dénoncé… Même si les auteurs disent avoir pris quelques libertés, j'ai trouvé tout cela captivant. On a là une superbe adaptation complète et fluide à suivre. C'est un très bon complément à la biographie que l'on peut trouver sous format livre. Par ailleurs, je suis ravie d'avoir pu lire les deux versions BD. Elles sont toutes les deux à découvrir et ont une poignée d'atouts entre leurs pages. Ce sont deux beaux hommages. Que vous connaissiez ou non cette oeuvre, je vous incite fortement à plonger dans l'univers de la jeune Anne Frank. (Au pire, l'une des BD serait un bon compromis, car c'est très fidèle au texte original.) Dans tous les cas, vous serez irrémédiablement touche(e) par son destin, par ce qu'elle a vécu et par son incroyable maturité…
Lien : https://lespagesquitournent...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          222
marmotte-g
  15 octobre 2017
Ayant lu le journal d'Anne Franck, je trouve qu'en comparaison le roman graphique restitue très bien le journal. Les graphismes sont très bien faits. Et le roman graphique se lit très vite. C'est, je pense, un bon compromis pour les jeunes ne souhaitant pas lire le livre.
Commenter  J’apprécie          271
emilie5335
  21 février 2018
Il s'agit de l'adaptation en roman graphique du Journal d'Anne Frank. Tout commence par la fête d'anniversaire d'Anne Frank, le 12 juin 1942. Elle fête ses treize ans et reçoit un cadeau qui ne la quittera plus : un journal intime. Elle, qui se sent souvent différente malgré ses nombreux amis et prétendants, est ravie d'avoir enfin une confidente, une amie et elle s'empresse de lui donner un nom : Kitty. Grâce à « Kitty » l'histoire d'Anne Frank a pu parvenir jusqu'à nous. A l'époque la vie d'Anne est encore heureuse. Sa famille originaire de Francfort a dû fuir le nazisme et s'est installée en 1933 à Amsterdam aux Pays-Bas. Mais tout bascule le 12 juillet 1942 lorsque le nazisme les rattrape et qu'ils se voient contraints de se cacher. Une « annexe » est dissimulée derrière une bibliothèque pivotante dans les locaux de l'entreprise du père d'Anne Frank. C'est là qu'ils vont se terrer pendant la guerre : Anne, sa grande soeur Margot, leurs parents mais aussi une autre famille, les van Daan (les parents et leur fils Peter), et un dentiste. Ils doivent leur survie à la complicité des employés du père d'Anne Frank qui les ravitaillent régulièrement. C'est là qu'Anne Frank rédige l'essentiel de son journal. Tout s'arrête le 4 août 44 avec l'arrestation et la déportation à laquelle Anne Frank ne survivra pas. La forme du roman graphique est intéressante car elle permet de toucher un public plus large pas forcément attiré par la lecture intégrale du journal. de mon côté, je ne me souviens plus si je l'ai lu ou pas…mais ça m'a donné envie de le faire d'autant plus que les auteurs de ce roman graphique ont eu la bonne idée de reproduire des pages entières du journal original. J'ai été surprise de découvrir une Anne Frank très complexe. Elle se décrit elle-même comme difficile à vivre, ne pouvant s'empêcher de dire tout haut ce qu'elle pense même dans des circonstances si difficiles ce qui entraîne le rejet des autres habitants de l'annexe. Ses relations avec sa mère sont aussi exécrables au point qu'elle dit ne rien ressentir à son égard...Et en même temps elle parle d'une Anne Frank beaucoup plus douce tapie au fond d'elle. J'ai aimé qu'elle ne soit pas lisse, qu'elle n'apparaisse pas comme une sainte résignée à son sort. Une chose est sûre Anne Frank écrit très bien et fait preuve d'une maturité, notamment dans son analyse d'elle-même, très étonnante pour quelqu'un de son âge.
Lien : http://monpetitcarnetdelectu..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130

critiques presse (1)
Sceneario   10 janvier 2018
Cette adaptation est un chef d'oeuvre. Un document sur cette période qui garde toute sa puissance émotionnelle. Lorsque nous refermons ce roman graphique, nous n'oublions pas la famille Frank.
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (57) Voir plus Ajouter une citation
Nat_85Nat_85   30 septembre 2018
A quoi bon, oh à quoi bon cette guerre, pourquoi les gens ne peuvent-ils vivre en paix, pourquoi faut-il tout anéantir?
Il y a tout simplement chez les hommes un besoin de ravager, un besoin de frapper à mort, d'assassiner et de s'enivrer de violence.
Tant que l'humanité entière, sans exception, n'aura pas subi une grande métamorphose, la guerre fera rage ; tout ce qui a été construit, cultivé, tout ce qui s'est développé sera tranché et anéanti, pour recommencer ensuite !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
mandrake17mandrake17   18 novembre 2017
A plusieurs reprises déjà, une des ombreuses questions qui viennent tourmenter mes pensées est de savoir pourquoi par le passé, et souvent aussi maintenant, la femme occupe une place moins importante que l'homme dans la société. Tout le monde peut dire que c'est injuste, mais cela ne me satisfait pas, j'aimerais connaître la cause de cette grande injustice! On peut concevoir que l'homme, grâce à sa plus grande force physique, a depuis le départ exercé sa domination sur la femme. Les femmes sont idiotes de s'être laissé imposer cette règle sans rien dire. Les soldats et les héros de la guerre sont honorés et fêtés, les inventeurs jouissent d'une renommée éternelle, les martyrs sont vénérés... Mais combien sont-ils, ceux qui considèrent la femme aussi comme un soldat? Les femmes sont des soldats, qui luttent et souffrent pour la survie de l'humanité, beaucoup plus braves, plus courageux que tous ces héros de la liberté avec leur grande gueule! Les hommes ont beau jeu, ils n'ont pas et n'auront jamais à supporter les souffrances que connaissent les femmes! Heureusement, les femmes ont ouvert les yeux grâce à l'école, au travail et au développement. Dans beaucoup de pays, elles ont obtenu l'égalité des droits; beaucoup de gens, des femmes surtout mais aussi des hommes, s'aperçoivent maintenant à quel point cette division du monde était injuste. Les femmes modernes exigent le droit à une indépendance totale!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
NievaNieva   17 janvier 2018
J'ai souvent été abattue, mais jamais désespérée, je considère notre clandestinité comme une aventure dangereuse, qui est romantique et intéressante. Dans mon journal, je considère chaque privation comme une source d'amusement. C'est que je me suis promis de mener une autre vie que les autres filles et, plus tard, une autre vie que les femmes au foyer ordinaires. Ceci est un bon début pour une vie intéressante et c'est la raison, la seule raison pour laquelle, dans les moments les plus dangereux, je ne peux pas m'empêcher de rire du burlesque de la situation.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
RosenDeroRosenDero   05 octobre 2017
Pour les nazis, les juifs étaient la cause de tous les maux. Lorsqu'ils ont pris le pouvoir, ils se sont fixé pour objectif d'éliminer les juifs de la société allemande - alors qu'ils représentaient moins de 1% de la population.
Commenter  J’apprécie          100
mandrake17mandrake17   18 novembre 2017
Chère Kitty, comme tu peux t'en douter, on se demande souvent ici avec désespoir: "A quoi bon, oh à quoi bon cette guerre, pourquoi les gens ne peuvent-ils vivre en paix, pourquoi faut-il tout anéantir?" Pourquoi fabriquent-ils en Angleterre des avions de plus en plus gros, des bombes de plus en plus lourdes... et en même temps des pavillons individuels pour la reconstruction? Pourquoi dépenser des millions pour la guerre... et pas un sou pour la médecine? Pourquoi les gens doivent-ils souffrir de la faim... tandis que dans d'autres parties du monde, une nourriture surabondante pourrit sur place? Il y a tout simplement chez les hommes un besoin de ravager, un besoin de frapper à mort, d'assassiner et de s'enivrer de violence. Tant que l'humanité entière, sans exception, n'aura pas subi une grande métamorphose, la guerre fera rage, tout ce qui a été construit, cultivé, tout ce qui s'est développé sera tranché et anéanti, pour recommencer ensuite!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Ari Folman (47) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Ari Folman
Soixante dix ans après la première parution du Journal d?Anne Frank, Ari Folman et David Polonsky, respectivement scénariste et dessinateur de Valse avec Bachir, se sont emparés de cette ?uvre magistrale pour l?adapter en roman graphique sur proposition du Fonds Anne Frank. Parue aux éditions Calmann-Lévy en même temps que L?Intégrale des ?uvres de la jeune fille, cette nouvelle version rend particulièrement vivants Anne Frank et sa famille et redonne au Journal une magnifique résonnance intime.
En savoir plus sur le Journal d'Anne Frank, roman graphique : https://www.hachette.fr/livre/le-journal-danne-frank-roman-graphique-9782702160930
En savoir plus sur L'Intégrale Anne Frank : https://www.hachette.fr/livre/anne-frank-lintegrale-9782702161722
+ Lire la suite
autres livres classés : seconde guerre mondialeVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox

Autres livres de Ari Folman (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1416 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre
.. ..