AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Anne Guitton (Traducteur)
EAN : 9782081215344
471 pages
Flammarion (20/10/2008)
3.56/5   16 notes
Résumé :

" Lorsqu'elle apparaissait, tous les yeux se tournaient vers elle ; absente, on ne se lassait pas d'en parler. " Georgiana Spencer devient duchesse de Devonshire en 1774. Elle devait être une reine irréprochable de la société mondaine, une hôtesse d'influence et une figure importante du parti whig, mais son destin la condamne à une suite de déceptions cruelles et de souffrances. Adorée qu'elle est par un large publi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Pixie-Flore
  11 septembre 2012
Je suis tombée par hasard sur ce livre dont j'avais vu un extrait de l'adaptation cinématographique. Bien plus qu'une biographie, c'est toute une période de l'Histoire anglaise et de ses moeurs que nous livre Amanda Foreman.
Et malgré 400 pages à l'écriture serrée où la politique revient constamment, le style d'écriture est vraiment entraînant. On ne voit pas les pages défilées.
Georgiana Spencer, épouse du duc de Devonshire, est une femme à la vie bien remplie. Décrite comme une femme généreuse et proche des autres, son attitude m'a parfois un peu agacée. Notamment en ce qui concerne sa manie de s'endetter encore et encore. de plus, les personnages qui passent dans la vie de la duchesse sont nombreux, de quoi s'y perdre facilement.
Néanmoins je ne me suis pas ennuyée. Je n'ai pas eu l'envie folle de sauter des pages, comme ça peut arriver quelque fois. Certains passages sont même captivants. Enfin, il faut tout de même aimer la politique et l'histoire, deux choses importantes dans la vie de la duchesse, et si ce n'est pas le cas, passez votre chemin...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Kingsbere
  12 septembre 2013
Plus qu'une biographie, c'est carrément une étude de la deuxième moitié du XVIIIe siècle que nous propose Amanda Foreman. Je considère ce travail comme une bonne source secondaire, très bien documenté, étayé par des lettres et des témoignages de l'époque.
C'est à lire !
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
KATE92KATE92   14 juin 2012
La duchesse et la Révolution française

Le 20 juin 1789, la duchesse embarque pour Calais. En France, elle reçoit un accueil chaleureux. La visite des Devonshire en des temps aussi troublés rassure les Parisiens. Le 25 juin, trois jours après l'installation des Devonshire en leur hôtel, une révolte secoue les Etats-Généraux : l'essentiel du clergé et une cinquantaine de nobles, conduits par le duc d'Orléans (l'ancien duc de Chartres), rejoignent le Tiers-Etat. Arthur Young écrit : “Paris est en pleine effervescence, plus que tout ce qu'on peut imaginer. Toute la journée, plus de dix mille personnes étaient rassemblées au Palais-Royal. Chaque heure qui passe semble donner au peuple un regain d'énergie : les réunions au Palais-Royal se font plus nombreuses, plus violentes et plus assurées. Dans toutes les bouches, quel que soit leur rang, on entend les mêmes mots : Révolution et établissement d'une Constitution.” Pour Georgiana, habituée aux débordements londoniens lors des élections, toute cette agitation constitue plus un désagrément qu'un véritable danger. Elle annonce à sa mère que “le tumulte à Versailles prend de telles proportions qu'il serait difficile d'y aller”, comme elle avait prévu de le faire le 24 juin. Son insouciance très britannique ébahit les Français qui n'ont jamais assisté à une élection anglaise. En l'espace de quelques jours, elle reçoit la visite de l'essentiel de la haute société parisienne ainsi que de tous les commerçants de la ville : “Je suis envahie par les fabricants de corsets”, dit-elle en s'amusant. Elle reçoit ses amis sans aucune considération politique, s'assurant simplement que les partisans de la couronne n'arrivent pas au même moment que les patriotes. Il ne faut pas que la princesse de Lamballe, en buvant son thé, se retrouve face au duc d'Orléans ! Quand elle peut se rendre à Versailles, elle est accueillie à bras ouverts par les Polignac, le roi et la reine. La première fois, les Devonshire arrivent tôt le matin et acceptent de rester dîner. Ils y retournent ensuite chaque jour pour écouter, d'une oreille compatissante, les malheurs de leurs amis. Georgiana trouve le roi en meilleure santé quelle ne pensait, contrairement à la reine : “Elle nous a reçu très gracieusement, bien qu'elle semblât également très lasse. Elle m'a beaucoup interrogée à votre sujet (???) et a regardé le portrait des enfants, qu'elle a beaucoup admiré. Elle est tristement marquée, a pris beaucoup de ventre et perdu tous se cheveux, mais elle conserve encore tout son éclat.” Ils passent beaucoup de temps avec le comte d'Artois, furieux de la traîtrise de son cousin, le duc d'Orléans. La duchesse continue à donner de somptueux dîners pour ses amis mais écrit le 5 juillet : “Il m'est impossible de décrire ce qui se passe ici, les gardes refusent d'intervenir, le peuple est à moitié fou et la plus grande partie de la noblesse est étonnamment divisée.” Elle rencontre avec plaisir les “patriotes” : “Je dois avouer que je m'amuse à Paris. J'ai vu La Fayette et le vicomte de Noailles récemment. Nous avons eu une discussion formidable sur la politique. Je suis pour la cour, car je soutiens Mme de Polignac. Eux y sont violemment opposés.” Elle a conscience du paradoxe entre la position qu'elle défend en France et son combat contre la couronne en Angleterre, mais elle s'en moque. La société parisienne admire son indépendance d'esprit : “Ils font grand cas de moi et me couvrent de compliments démesurés.” Lady Sutherland, la femme de l'ambassadeur d'Angleterre, écrit : “Je ne trouve pas que les gens qui composent le bon ton français soient très beaux, car ils sont petits et ternes et tout rabougris. La duchesse de Devonshire semble appartenir à une autre espèce ; tous les hommes sont merveilleusement épris d'elle, et les femmes ayant des prétentions s'écartent sur son chemin ; comme je n'en ai aucune, étant un être plutôt stupide et inoffensif, je la considère comme la créature la plus charmante qu'il m'ait été donné de rencontrer, et il est presque impossible de la fréquenter sans l'apprécier énormément.” Le 8 juillet, Georgiana rend une dernière visite au couple royal. Elle passe quelque temps seule avec la reine puis avec Mme de Polignac.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
KATE92KATE92   14 juin 2012
Son mariage a lieu le 7 juin 1774. Sa mère se plaint : “J'avais cru que j'aurais plus de temps pour améliorer ses connaissances et, avec l'aide de Dieu, renforcer ses principes, pour lui permettre de déjouer les nombreux pièges que le vice et la folie placeront sur son chemin. Elle est aimable, innocente et bienveillante, mais aussi étourdie, indolente et prompte à se laisser dissiper.” Son trousseau est somptueux et se monte à 1 486 livres (il faut multiplier par 60 pour avoir l'équivalent en livres actuelles) : 65 paires de chaussures, 48 paires de bas, 26 paires “et demie” de gants, chapeaux, plumes, rubans, robes de jour, robes de promenade, de bal, tenues d'équitation, robe pour la cour, robe de première visite, manteau, châles, écharpes, etc. Sa robe de mariage est blanc et or, elle porte des mules argentées et des perles dans les cheveux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
KATE92KATE92   14 juin 2012
Elle se rend pour la première fois à paris avec ses parents en 1772 (elle a donc 15 ans). Selon un compatriote, “Lady Georgiana Spencer a été beaucoup admirée. Elle possède, je crois, un caractère excessivement agréable, et a reçu une éducation qui saura, espérons-le, contrebalancer tout qui pourrait sinon lui tourner la tête.” Elle fait preuve de naturel tout en maîtrisant parfaitement l'étiquette. ”C'était une science peu ordinaire que de savoir comment pénétrer avec grâce et assurance dans un salon où une trentaine d'hommes et de femmes se tenaient assis en cercle autour du feu, puis comment entrer dans ce cercle avec une petite courbette pour chacun et s'avancer vers la maîtresse de maison, et enfin codent se retirer avec dignité, sans gestes maladroits qui auraient pu déranger les robes, les volants de dentelle ou les foulards des trente-six perruques poudrées et comme couvertes de givre”, écrit un ancien courtisan.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Pixie-FlorePixie-Flore   03 septembre 2012
Son ami le vicomte Palmerston commente tristement: "Il me semble que c'est un homme dont peu de gens connaissent la valeur. La face joyeuse de son caractère n'apparaît qu'en privé et sa face sombre qu'en public... Seuls ses intimes savent qu'il possède une grande intelligence et un coeur que beaucoup envieraient."
Commenter  J’apprécie          70
KATE92KATE92   14 juin 2012
Le journal Morning Post du lundi 11 mars 1776 écrit : “Les excès de plaisir et de débauche auxquels se livre la société qui donne le ton, les dames de qualité, en particulier, semblent ne plus avoir de bornes. La duchesse de D-e s'est presque ruiné la santé par la vie dissolue qu'elle mène depuis quelque temps ; sa mère, lady S-r, inquiète, l'a fait remarquer au duc, qui s'est contenté de répondre : Laissez-la tranquille - ce n'est encore qu'une enfant.”
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Video de Amanda Foreman (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Amanda Foreman
Bande annonce du film "la duchess" sorti en 2008.
>Histoire de l'Europe>Iles Britanniques>Grande Bretagne, Royaume uni : Histoire (21)
autres livres classés : biographieVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura




Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1242 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre