AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2072732980
Éditeur : Gallimard (07/02/2019)

Note moyenne : 4/5 (sur 9 notes)
Résumé :
Sedd est un garçon de quatorze ans, intelligent, cultivé et très réfléchi pour son âge. Il a un sens aigu de ce qu’il faut faire et du comme il faut – non seulement pour sa propre personne, mais également pour un établissement de standing. Car Sedd vit à Fåvnesheim, un vaste hôtel de montagne tenu par ses grands-parents, dans une Norvège qui n’a pas encore pleinement encaissé les dividendes du pétrole.
On va suivre Sedd pendant cette année 1982 où le monde va... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
cornelia-online
  08 avril 2019
« Une vie de homard » est un roman de Erik Fosnes Hansen, l'un des écrivains norvégiens les plus réputés actuellement. Tels les homards coincés dans leur bocal avant le passage inéluctable dans un marmite d'eau bouillante, les personnages du livre évoluent en vase clos dans un grand hôtel, où progressivement tout vacille et se désagrège.
Svedd, le narrateur, est un adolescent qui vit dans un hôtel tenu par ses grands-parents, en Norvège. Hélas, malgré l'énergie déployée pour maintenir en état l'établissement, les temps sont durs, les clients se font rares. Svedd est un brave garçon, dévoué et mature; il enchaîne les corvées, sous la houlette du cuisinier, Jim, et vole même au secours du banquier local, victime d'un malaise lors d'un dîner officiel, pour tenter de le ranimer.
Roman d'initiation, qui montre un jeune homme en train d'affûter progressivement sa conscience du réel, « Une vie de homard » est aussi le récit de la fin d'un monde, incarné par les deux grands-parents. Ces deux mouvements contraires, inspiration pour l'un, expiration pour les autres, adviennent simultanément – la mort du banquier, dès la première page, marquant le début d'un processus de délabrement inéluctable.
Dès lors, le lecteur se place au niveau de Svedd en observateur de l'effondrement programmé, témoin de faits un peu bizarres, enquêteur dilettante à la recherche de son passé familial. En grandissant, il passe de la collection de timbres à la photographie, signe de son désir de capter les instants, les indices peut-être. Dans l'hôtel existe en effet une chambre au nom mystérieux, dont Svedd ne parvient pas à ouvrir la porte – on ne peut s'empêcher de penser à la chambre de Barbe-Bleue, et la narration vient alors flirter avec le conte.
Mais s'il devait y avoir une morale à cette histoire, il faudrait plutôt la chercher du côté du regard jeté sur la réalité ; s'ils s'entourent d'une carapace protectrice, ‘façon homard', les personnages font aussi preuve d'une myopie persistante, arrangeant les évènements à leur sauce, dans une sorte de déni de la réalité permanent. Ainsi Svedd, ne voit-il dans la jeune cliente de l'hôtel, Karoline, qu'une ‘gamine collante', alors qu'il aurait pu avec elle, s'autoriser à ressentir les premiers émois de l'adolescence.
« Une vie de homard » est ainsi un roman tout en nuances et en subtilités, agréable à lire, avec des personnages attachants, un brin d'humour – et sous la ‘carapace' de l'intrigue, on ressent la sensibilité de l'auteur, et son empathie pour ce microcosme perdu dans les montagnes norvégiennes. Pour la suite, cliquez sur le lien !
Lien : https://bit.ly/2OVKTqw
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
viduite
  23 février 2019
Avec la délicatesse d'un humour où la gravité se laisse à peine deviner, Une vie de homard capture l'inchangé par le récit de l'écroulement d'un hôtel de luxe perdu dans les montagnes norvégiennes. Roman d'initiation, recherche des origines et quête du temps par de belles superposition de situations, Erik Fosnes Hansen emporte le lecteur dans la conservation de ce qui est perdu, toujours avec une vision à hauteur de son personnage, Sedd, un adolescent égaré dans ses réflexions et autres aveuglements. Une découverte saisissante.
Lien : https://viduite.wordpress.co..
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
isabrootisabroot   27 septembre 2019
On marche pendant des heures ou bien on reste assis pendant des heures, et les chiens ne comprennent rien ou ne pensent qu’à jouer, et ils ne trouvent rien, et le temps se traîne sur les hauts plateaux infinis ; les bottes sont trempées à l’intérieur, on a la nuque mouillée, le cordon de l’anorak a perdu sa clochette et a disparu dans son trou pour de bon ce qui fait qu’on ne peut pas attacher la capuche, le fusil grince et la thermos est vide. Il ne se passe rien. Jusqu’à ce que soudain tout se produise en même temps : un bruit de battement d’ailes qui s’élève, une ombre grise qui traverse le ciel, fugitive comme une martre qui aurait des ailes, deux, trois coups de fusil, et puis voilà tout. Après quoi, on entend assez souvent l’écho de quelqu’un qui jure, parce que la proie a été beaucoup trop rapide. La chasse à la perdrix des neiges est une chasse inégale.  
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
cornelia-onlinecornelia-online   08 avril 2019
Dans ces moments-là, après qu’il eut dit précisément ces mots, grand-mère le regardait avec un regard étrangement brillant et un sourire presque enfantin qui faisait qu’en quelques secondes on comprenait pourquoi elle avait choisi de le suivre depuis l’école hôtelière de Linz dans l’Autriche civilisée jusque dans le fin fond des montagnes norvégiennes, dans un pays habité par des adeptes du ski de fond et des ingénieurs des ressources en eau. C’était dans ces moments-là que je l’aimais le plus. Il flottait autour d’eux un calme et une douce chaleur, ainsi que sur tout l’hôtel, pendant des heures après que de telles promesses eurent été honorées.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
cornelia-onlinecornelia-online   08 avril 2019
Peut-être le temps n’est-il ni quelque chose qui vient ni quelque chose qui s’en va, mais une sorte de lame de couteau qui tranche l’univers, de manière impitoyable, régulière, comme quand on pare un beau morceau de viande en enlevant les membranes et les tendons – et nous nous trouvons à l’extrême pointe de ce couteau, nous menons nos vies brèves tandis que les fibres et les éclats d’os sifflent en passant près de nos oreilles. En tous cas, je pense souvent à cette image.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
cornelia-onlinecornelia-online   08 avril 2019
Lorsque dans l’exercice de ses fonctions on est appelé soit à cornaquer des Allemands en mal de pêche sportive, soit à servir de baby-sitter à une gamine collante, il s’agit comme dit précédemment de les maintenir occupés et de varier les plaisirs. Il ne faut pas que le client s’ennuie. Et Karoline était ma cliente. Aucun doute là-dessus.
Commenter  J’apprécie          10
isabrootisabroot   27 septembre 2019
Cela était un autre trait de mon grand-père : il ne parlait jamais pour ne rien dire, et quand il parlait, il disait le plus souvent des choses qu’il avait déjà dites.  
Commenter  J’apprécie          20
Video de Erik Fosnes Hansen (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Erik Fosnes Hansen
Payot - Marque Page - Erik Fosnes Hansen - Une vie de homard
autres livres classés : homardVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Un chanteur, une chanteuse

Johnny Hallyday

Michèle Torr
Véronique Sanson
Sylvie Vartan
Nicoletta

10 questions
75 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur ce livre