AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2265116971
Éditeur : Fleuve Editions (08/06/2017)

Note moyenne : 3.77/5 (sur 22 notes)
Résumé :
Pour avancer, il faut savoir revenir en arrière…

Après des années de splendeur puis de misère, la ferme des Neshov est désormais à l’abandon et la famille éclatée.

Seul à Trondheim, Margido s’est tourné vers Dieu et se voue à son entreprise de pompes funèbres, mais peine à sépanouir dans sa vie privée. À la tombée du jour, ni les tartines trop riches, ni les soirées dans son sauna personnel ne comblent le vide.
À Copenhague, en r... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
sandrine57
22 juin 2017
Presque quatre ans ont passé depuis que Torunn a fui la ferme des Neshov, excédée par les projets grandioses de son oncle Erlend, ployant sous le poids des responsabilités. Depuis, l'exploitation familiale est à l'abandon et sa propriétaire vit près d'Oslo avec Christer, musher le jour, trader la nuit, infidèle en toute occasion. L'heure est venue pour elle de faire un choix, continuer à jouer les naïves auprès d'un homme qui se joue d'elle ou reprendre sa vie en main. le temps d'une pause de deux jours, elle retourne à Trondheim et s'installe chez son oncle Margido. Pour ce vieux garçon solitaire, cette visite est une bouffée d'air frais qui vient bousculer une routine qui ne le satisfait plus guère malgré sa foi en Dieu et son entreprise de pompes funèbres. le grand-père Tormod, désormais installé en maison de retraite, enfin délivré de la ferme, est lui aussi très heureux de revoir Torunn et tout prêt à lui pardonner sa défection. Erlend, quant à lui, vit sur un petit nuage, toujours amoureux fou de Krumme et heureux père de trois enfants en bas âge.
Il n'y a pas de plus grand plaisir que de retrouver des personnages que l'on croyait avoir quitté pour toujours. La saga des Neshov méritait une suite et Anne B. Ragde nous régale de nouvelles aventures aux côtés de Torunn, Margido et les autres. Tout n'est pas pacifié bien sûr mais le temps des drames est révolu. Certains ont trouvé le bonheur, comme Tormod et Erlend, d'autres cherchent encore un sens à leur vie. Margido vieillit seul, Torunn doit prendre des décisions. Tous ont gardé leurs particularités de l'exubérant Erlend au taciturne Margido.
Au bonheur de se replonger dans cette ambiance familiale s'ajoute les perspectives d'avenir qui se profilent. La ferme va-t-elle retrouver sa splendeur passée ? Torunn va-t-elle réussir dans sa nouvelle carrière ? le destin des Neshov n'est pas scellé, on brûle de connaître la suite de cette saga à la fois tendre et drôle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          360
Aela
10 juillet 2017
Nous retrouvons les sympathiques héros de la célèbre trilogie nordique de la ferme des Neshov ("La terre des mensonges", "La ferme des Neshov", "L'héritage impossible") série qui fut un des best-sellers des années 2000, une ville, Trondheim au nord de la Norvège, ancienne capitale du pays et port important, une famille de paysans plutôt terre à terre, un secret de famille qui va empoisonner l'atmosphère longtemps, une famille qui se disperse entre Copenhague, Oslo et Trondheim.
Cette fois-ci c'est Torunn, la fille de Tor, qui va être au centre de ce volet. Elle sort d'une rupture douloureuse, et quitte Oslo pour renouer avec ses racines dans la région de Trondheim. Elle va renouer ses liens familiaux et notamment avec son oncle Margido, entrepreneur de pompes funèbres. La ferme familiale, quant à elle, est à l'abandon.
Erland, l'autre oncle de Torunn, continue sa vie à Copenhague, où il vit en couple avec un célèbre journaliste, nommé affectueusement Krumme (miette de pain en danois). Ils ont adopté trois enfants et sont bien occupés dans leur organisation quotidienne.
Les personnages sont toujours aussi attachants et criants de vérité mais j'ai regretté la présence de trop nombreuses longueurs. On aimerait bien sortir un peu du quotidien et avoir parfois plus de profondeur psychologique. Lecture très agréable toutefois.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          243
sarahdu91
24 juin 2017
Mme Ragde a vraiment bien travaillé sur ce tome 4 il est plus que captivant et l'on a peine à refermer le livre... bien heureusement je crois fermement que cette saga n'est pas terminée et tant mieux.
Je me suis régalée une fois de plus et franchement chapeau à cette auteure norvégienne de nous faire savourer l'histoire des Neshov O combien originale et jamais ennuyante.
L'idée d'avoir repris la présentation de chaque personnage au début de ce tome est vraiment pertinente et nous remet dans le bain directement.
Vivement la suite, car là on ne peut pas refermer ce livre comme ça...Impossible.
N'attendez pas, lisez le, vous ne serez pas déçu(e).
Commenter  J’apprécie          201
VivianeB
15 août 2017
Avec ce 4è tome, j'ai envie de dire que la boucle est bouclée, à moins d'un 5è tome mais qui je pense ne servirait pas cette belle histoire des Neshov. Avec ce dernier opus, j'ai retrouvé l'essence même de cette saga et le même plaisr de lecture que pour les précédents volumes.
Commenter  J’apprécie          60
Pitchoubinou
15 juillet 2017
La joie de retrouver les personnages d'une trilogie que j'avais beaucoup appréciés est légèrement ternie par le fait qu'il ne se passe finalement pas grand chose. L'auteur prend le temps de nous décrire le quotidien de tous nos personnages (c'est vrai que la trilogie initiale date de 2009-2010, on a oublié certains éléments). C'est très factuel, Torunn prend des décisions, revient habiter à la ferme et fait le ménage, au propre comme au figuré. Heureusement qu'on est content de les retrouver. Sinon, on s'ennuierait un peu.
Malgré TOUT ça, ce fut une lecture agréable (et rapide). J'ai lu dans une interview de l'auteur qu'il y aura une suite. Je pense que je la lirai également pour connaitre le fin mot de l'histoire ! (juillet 2017)
Commenter  J’apprécie          82

Les critiques presse (2)
Actualitte09 août 2017
Une ambiance très contemporaine empreinte de légèreté et de dérision au sein de laquelle les personnages s’interrogent pourtant sérieusement sur la famille, la vieillesse, la solitude, l’amour, la mort et confrontent le lecteur à ses propres tourments.
Lire la critique sur le site : Actualitte
Telerama21 juin 2017
Anne Ragde sait mener cette saga avec une bonne humeur communicative (...) Le plaisir de lecture est permanent.
Lire la critique sur le site : Telerama
Citations & extraits (3) Ajouter une citation
SZRAMOWOSZRAMOWO22 juin 2017
Mais ici, au Danemark, les vaches restent à l’étable, et on leur donne tout à fait autre chose à manger.
— J’en ai vu, intervint Ellen. Elles étaient dehors.
— Certaines sortent peut-être aussi, mon trésor, répondit Erlend. Mais en Norvège, elles vont dans les hauts pâturages de montagne, où l’air est beaucoup plus pur qu’ici, au Danemark. Beurre des tartines pour les enfants, Krumme, la soupe peut bien rester deux secondes sans surveillance. Qu’est-ce que vous voulez, dessus ?
— Du fromage.
— Du fromage.
— Du Nutella.
— Non, tu as déjà eu une tartine de Nutella, Leon. Trois avec du fromage, Krumme. Et l’herbe est plus verte en hauteur, et…
— Si je comprends bien, en Norvège, il y a des vaches de haute montagne avec des cornes ? dit Krumme.
— T’as fini de me parler de ces cornes !
— Non, on devrait faire un sujet là-dessus dans BT , ça paraît très exotique. Veux-tu un espresso, petit mulot ? Il faut que je chasse ce goût de lait dans ma bouche.
— Ça te fera l’effet d’un cappuccino, alors, quand tu y tremperas tes lèvres. En tout cas, c’est le meilleur lait du monde.
— Qu’est-ce que tu vas leur lire, ce soir ? demanda Krumme. Pendant que je finis de préparer le dîner ?
— Nous n’avons pas encore décidé, mon petit Vladimir. Nous verrons ça dans la salle de bains.
— Papa a dit « pisser », dit Leon. Si, il l’a dit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
AelaAela10 juillet 2017
Autrefois s'était changé en quelques années. Certes, les présentateurs du journal télévisé n'annonçaient toujours pas les noms des décédés avant que les famille n'aient été prévenues, mais pour combien de temps encore?
Où était passée la dignité? La crainte face à la mort? Le respect? Il était surtout frappé de constater que la mort, finalement, désertait la vie des gens. De moins en moins de gens voyaient un défunt au cours de leur vie. Comment pouvaient-ils apprécier la vie à sa juste valeur s'ils ne connaissaient pas la mort?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
AelaAela10 juillet 2017
Dans sa branche, on prévoyait que les faire-part de décès dans les journaux disparaîtraient complètement dans quelques années. Cela coûtait trop cher. Internet était gratuit. Tous ces canaux impersonnels, tous ces sentiments adressés à un écran et non à un visage.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Anne B. Ragde (27) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Anne B. Ragde
SMEP 2016 - En tête à tête avec Anne B Ragde
autres livres classés : saga familialeVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle