AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782265088528
576 pages
Éditeur : Fleuve Editions (09/06/2011)

Note moyenne : 3.77/5 (sur 371 notes)
Résumé :
1307. Le roi Philippe le Bel et le pape Clément V ordonnent l'anéantissement total de l'Ordre du Temple. Mais dans l'ombre des commanderies, sept templiers vont organiser sa survivance par-delà les siècles.

De nos jours, le commissaire franc-maçon Antoine Marcas reçoit l'appel désespéré d'un mystérieux frère, sur le point d'être assassiné, qui lui transmet la piste d'un secret fabuleux : le trésor des templiers.
Au même moment à Saint-Pierre de... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (61) Voir plus Ajouter une critique
ladesiderienne
  11 août 2014
CHALLENGE PAVES 2014/2015 (1/5)
Mais qu'est-ce qu'il aura fait couler d'encre ce fameux trésor des Templiers.... pour mon plus grand plaisir d'ailleurs.

An 1307, Philippe le Bel veut renflouer les caisses du Royaume et décident de s'attaquer aux Templiers, ces anciens moines-soldats reconvertis en banquiers et qui lui font de l'ombre.
De nos jours, soit près de 700 ans plus tard, le Vatican, dont les finances sont au plus mal (la banque du Saint-Siège a été ruinée par un certain Madoff), a la même idée ; il faut donc croire que le premier n' a pas réussi à mettre la main sur le Trésor. Et c'est là qu'Antoine Marcas, franc-maçon et nombre de ses frères entrent en piste ainsi qu'une bande de mercenaires.
Le lecteur est propulsé d'une époque à l'autre dans un thriller ésotérique de haute volée qui ne lui laisse pas un instant de répit. Mais alors qu'est-ce que j'ai souffert (peut-être pas autant que les Templiers sous la torture du Grand Inquisiteur). Déjà, les auteurs font souvent référence à d'autres aventures de notre héros que je n'ai pas lues (cela ne gêne pas la compréhension mais c'est pénible). D'autre part, j'avoue qu'entre les secrets, les clés, les codes, les symboles et les rites de la franc-maçonnerie, j'ai un peu navigué à vue. Je dois être légèrement maso car finalement j'ai quand même aimé ce fourmillement de détails qui apporte une telle vraisemblance à l'intrigue que l'on y croit "dur comme fer". On sent que les auteurs sont des pros puisque l'un d'eux est maçon. J'en redemande et j'accorde un 16/20.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
David_J_Collins
  01 octobre 2016
J'avais entendu parler de Giacometti-Ravenne mais n'avais encore jamais lu un de leurs romans. C'est désormais chose faite avec le Septième Templier. Certes, je commence par la fin, puisqu'ils ont déjà produit des ouvrages avec le héros du récit, Antoine Marcas… du coup, j'ai peut-être quelques blancs à combler et ceci expliquerait peut-être cela (on va y revenir).
Le livre se base sur une légende qui continue à faire rêver historiens et archéologues : le fameux trésor des Templiers. Bon nombre d'ouvrages reprennent le mythe et chaque auteur y va de sa petite hypothèse, contribution destinée à faire grossir un peu plus l'Histoire de la fin de l'Ordre du Temple, ordonnée par Philippe le Bel.
La construction n'a donc rien d'originale dans ce genre d'oeuvre puisque les auteurs font voyager le lecteur entre le début du 14ème siècle et notre époque avec des chapitres relativement courts qui dynamise l'intrigue. Cependant, le principe fonctionne toujours aussi bien.
Trois grands axes se dessinent alors, trois histoires qui trouveront à un moment donné leur point de jonction. le premier axe est bien entendu celui décrivant la chute de l'Ordre du Temple, avec les complots orchestrés entre Philippe le Bel et le pape Clément V.
Le deuxième axe tourne autour du Vatican lui-même, à notre époque. Et le dernier, bien entendu, suit les périples d'Antoine Marcas, commissaire franc-maçon au département des objets historiques volés.
Je vais être franc (sans être maçon, elle était facile !), ce n'est certainement pas la partie contemporaine qui m'aura le plus emballé. Marcas n'est pas intéressant alors qu'il a tout pour plaire. Dès qu'on parle de franc-maçon, on peut tomber sur tout et son contraire et l'énigme est si complexe qu'elle en est forcément intéressante. Or, ici, aucun volume le Marcas, tout juste bon à servir d'aiguillage à l'intrigue qui, elle, se révèle plus intéressante (et encore !). N'ayant pas lu les précédentes aventures de cet Indiana Jones au rabais, c'est peut-être ce qui explique que je n'ai pu adhérer au héros. Et si c'est le cas, cela signifierait que l'on a fait le tour du personnage, qu'il n'est donc pas aussi intéressant que cela pour parvenir à ne plus savoir quoi dire sur lui.
Le point de vue du Vatican passe encore même si c'est loin d'être ma tasse de thé. Mais j'avoue jubiler quand on nous présente une sainte église blanche et pure s'adonner à toutes sortes de blasphèmes qu'ils condamnent eux-mêmes.
Les passages décrivant ce 14ème siècle sont donc les plus réussis, les plus captivants. En s'appuyant sur les faits historiques, les auteurs parviennent à montrer leur vision des choses. On sent la documentation approfondie mais également les hypothèses avancées pour expliquer les évènements flous (notamment sur la fuite des Templiers) ou la volonté de revenir sur des parties de notre Histoire pour leur donner une autre vision, quitte à donner dans le sensationnel.
En fin de volume, on trouve d'ailleurs une petite liste des libertés prises par les auteurs. Liste qui vient renforcer le fait que tout n'est pas aussi clair dans notre Histoire...
On retrouvera cette façon de mêler actualité et roman dans la partie consacrée au Vatican. Les auteurs n'hésitent ainsi pas à rapprocher l'affaire Madoff et l'Église ou même de glisser un mot sur l'affaire Kiervel. le fonctionnement de cet état est d'ailleurs très bien expliqué.
Cependant, quand on revient sur notre héros, c'est une autre paire de manches où là, on a affaire à tout un tas d'incohérences, voire de principes que l'on ne voit que dans les mauvaises séries (comme les journaux diffusant des images de l'attentat sur le pape… dubitatif…), de raccourcis scénaristiques douteux, de situations tirées par les cheveux avec des méchants des années 70 qui expliquent leurs plans alors qu'ils assurent vouloir tirer sur leur cible… Je n'attaque pas l'aspect historique puisque je ne suis pas expert en la matière. Au contraire, ces passages, ces idées, me poussent à approfondir les recherches, découvrant des principes, des choses que je ne connaissais pas avant. Par contre, sur le déroulement de l'intrigue, les personnages, etc. il y a des choses qui ne se font pas ou ne se font plus et qui méritent plus de réflexion pour renforcer les tensions aux moments cruciaux et éviter de tomber dans le facile. On ne fait pas passer un tueur pour intelligent si c'est pour lui donner des propos ou des réactions absurdes quand on balance son héros dans une (pseudo) impasse. On ne fait pas boire un poison à son personnage pour le ressortir d'on ne sait où, on ne sait comment avec pour seule explication : « Ah ! Je vous ai bien eu, j'ai fait semblant de boire le truc pas bon ! »
Bref ! de petits détails bâclés qui à force de faire sourire plombent ces passages qui ne valent plus grand-chose.
Il y a bien un autre point plus important qui me chiffonne et qui en fait remet en question tout le roman mais je ne peux malheureusement pas en faire part dans ces lignes sans spoiler l'ensemble du livre. Car si on supprime ces petits détails gênants, ces incohérences, ces facilités sous prétexte que ce n'est qu'un roman, ça reste très plaisant et très facile à lire.
Je m'attendais quand même à quelque chose de plus abouti, sans erreur trahissant peut-être un manque d'imagination sous couvert d'une documentation historique et contemporaine des plus fouillées.
À noter que l'édition que j'avais entre les mains était exécrable : un nombre incroyable de points non imprimés, des fautes de déterminants, etc…
Point de vue écriture, il y a aussi à déplorer des répétitions dignes d'une rédaction d'élève de CE et un sens du suspense quelque peu désuet de nos jours. La façon de faire est toujours la même et se répète au fil des chapitres : le personnage en sait plus que le lecteur et on le fait bien savoir à ce dernier dans l'espoir qu'il aille au chapitre suivant pour la révélation. Ce lecteur se trouve alors exclu de l'intrigue alors qu'on aurait tout intérêt à le laisser anticiper les choses (seulement, les ficelles sont si grosses que ça serait du foutage de gueule que de faire ainsi).
Et attention les gars à la manière dont vous agencez vos mots : parfois, la phrase ne veut plus dire la même chose ou alors elle constitue une faute de Français si énorme que l'on en est à se demander si ce n'est pas un collégien qui écrit ça.
Autant de points négatifs qui m'ont déçu dans la découverte de ces auteurs et qui les font presque passer pour des amateurs de la langue française…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          21
Bislys
  16 octobre 2018
Enfin! Depuis le temps que je voulais lire un bon policier, il a fallu y ajouter un aspect historique pour que je trouve enfin mon bonheur. L'histoire du Septième Templier alterne entre le présent où le commissaire Marcas doit résoudre le meurtre d'un frère et le passé, à l'époque de la fin des Templiers. J'ai dévoré ce livre qui mêle habilement intrigue policière, roman historique (pas de grosse nouveauté pour moi sur cette période car j'ai déjà lu pas mal de bouquin sur ce sujet) et ésotérisme. Certes le sujet n'est pas très novateur car le trésor des Templiers à été maintes fois utilisé en littérature, mais j'ai été complètement embarquée par cette intrigue haletante que j'ai eu du mal à lâcher. Chaque fin de chapitre donne envie de savoir la suite encore et encore, diabolique. La suite des aventures de Marcas est déjà dans ma PAL et ne devrait pas y rester très longtemps. Gros coup de coeur pour ce policier historique.
Commenter  J’apprécie          160
Levant
  14 juillet 2014
Cet ouvrage est l'antithèse de la tragédie classique. Ici pas d'unité de temps, d'action et encore moins de lieu. C'est un polar dont les péripéties se déroulent à notre époque, en Europe, mais dont la source de l'énigme provient de l'époque des Templiers, leur trésor étant la convoitise essentielle.
Le septième Templier est construit en fait en deux ouvrages imbriqués, par chapitres alternés, à la fois pour suivre les héros dans leur quête contemporaine et pour remettre en mémoire la fin tragique de l'ordre du Temple, abattu par Philippe le Bel entre 1307 et 1314.
Giacometti et Ravenne prennent le parti de faire de la franc-maçonnerie l'héritière de l'ordre du Temple. C'est tentant même si aucune preuve tangible ne vient appuyer la thèse. de la même façon qu'ils décident d'élucider le mystère du trésor des Templiers. La complexité du dénouement est à la hauteur de l'improbabilité de l'existence d'un tel pactole. C'est un pur produit d'imagination dont on appréciera ou non la subtilité.
A propos de la trame historique servant de fondement à l'intrigue contemporaine, je reste sur une question quant au Pape Clément V. Pourquoi les auteurs ont-ils fait de Bertrand de Got le neveu du pape, alors qu'il était le pape lui-même ? Ce premier pape à s'installer en Avignon au terme de son errance entre Poitiers, Vienne et Lyon, élu pour faire diversion aux luttes intestines des familles italiennes, prétendantes au trône pontifical. Un pape de transition aurait-on pu entendre de nos jours. Erreur historique ou artifice romanesque, du style de celui qui consiste à ne pas nommer le pape contemporain, puisque bien entendu les faits qui lui sont attribués sont fictifs.
Toujours est-il que notre personnage principal, policier qui jouit d'une certaine autonomie dans sa vie professionnelle, franc-maçon lui-même, va tenter de dénouer l'énigme qui conduit au trésor, accompagné et assisté par une collaboratrice de circonstance, initiée elle-même, experte qui plus est, puisque auteure d'ouvrages de référence. C'est la modeste touche sensuelle de l'ouvrage, car pour le reste il y a une bonne dose de morbidité, de cruauté. On peut faire confiance pour cela à Guillaume de Paris, l'inquisiteur du temps de Philippe le Bel, ou à la Louve, ex membre de la Fraction Armée Rouge de la bande à Baader pour le périple contemporain.
C'est un parcours faits de rebondissements factuels et intellectuels à partir d'indices puisés dans la culture templière et maçonnique. Une histoire assombrie par un vocabulaire abscons, inaccessible au non instruit. On laisse donc sous nos yeux se détricoter l'énigme, se révéler les secrets distillés à dose homéopathique tout au long des chapitres, pour parvenir au Graal. Même si le périple est mouvementé pour notre héros, Antoine Marcas, on ne nourrit pas vraiment d'inquiétude pour son sort. La seule question étant de savoir de quelle manière il va se sortir du pétrin dans lequel ses investigations le poussent.
Un trésor n'est jamais à la hauteur des espérances que sa recherche a fait mûrir dans les esprits, celui des Templiers étant de ceux qui encouragent encore les fantasmes, je pense personnellement que l'heureux dénouement de cet ouvrage aurait pu être renvoyé à un autre temps. Il y a même une part de déception à sa révélation. Mais il donne quand même envie de lire la suite, le Temple Noir. Peut être le trésor mis au jour va-t-il s'avérer factice ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          31
Fantine
  14 novembre 2011
J'avoue que c'est avec beaucoup de plaisirs que j'ai lu cette nouvelle enquête du Commissaire Antoine Marcas.
C'est un excellent polar ésotérique - comme tous les titres de la série - qui se déroule dans le milieu de la franc-maçonnerie.
Cette dernière est parfaitement décrite. En effet, les deux auteurs connaissent la franc-marçonnerie sur le bout des doigts puisque l'un d'entre eux est franc-maçon.
Les auteurs essayent, par l'intermédiiare de leur héros franc maçon, de "réhabilliter" la franc maçonnerie en démontrant qu'il ne s'agit pas d'une secte mais plutôt un ordre, "un réseau" d'entraide ouvert sur le monde et surtout intégré dans la société.
Il y a, également, de nombreuses anedoctes historiques qui s'intégrent dans l'histoire tout en permettant de suivre l'intrigue qui se déroulent à l'époque actuelle.
Enfin bref, j'ai beaucoup apprécié ma lecture, et, j'attends avec impatience la parution du prochain titre de Eric Giacometti et Jacques Ravenne.
Commenter  J’apprécie          120
Citations et extraits (38) Voir plus Ajouter une citation
TosixceTosixce   27 mai 2020
Accroupi sous un auvent, un aveugle aux yeux laiteux lançait des prophéties. De sa bouche édentée, un flot de paroles dégorgeait comme du sang caillé.
Sa voix résonnait entre les murs de torchis, annonçait un grand bouleversement, un prodige sans pareil. La roue de la fortune allait tourner et précipiter le monde dans les ténèbres.
Un cri éclata et le petit groupe autour du prophète se disloqua aussitôt. Entouré de gardes, Guillaume de Paris venait de surgir. Le nez busqué et la barbe clairsemée, l'Inquisiteur de France remontait la rue en direction du Louvre.
Guilhem ne le connaissait que par la rumeur qui le précédait. Infatigable traqueur d'hérétiques, ce dominicain parcourait le royaume pour la plus grande gloire de Dieu, brisant des vies, ruinant des réputations, déterrant et brûlant même des morts, pour peu qu'ils aient été soupçonnés d'hérésie.
Ces bûchers de cadavres avaient terrifié les populations.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
AmourDesMotsAmourDesMots   26 mai 2020
"Le regard fiché sur les deux croix noires, le roi ne répondit pas. Il attendait ce moment avec jubilation. Si froid par nature, il sentait monter en lui une sève nouvelle. Maintenant que le Temple était définitivement abattu, il se sentait rempli de force et d'espoir pour l'avenir. Sept ans que le royaume vivait au rythme des rebondissements du procès des templiers. Sept ans de procédures, d'aveux, de rétractations, qui s'achevaient ce soir. Sept ans à se battre contre le pape, sa propre famille... Philippe se tourna vers sa droite. A côté de lui, sa place était vide. Guillaume de Nogaret était mort, trois ans auparavant, écrasé, épuisé par la tâche, mais vainqueur.
En ce jour de printemps, Jacques de Molay allait finir brûlé."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
AmourDesMotsAmourDesMots   26 mai 2020
"De sa main gantée, Charles de Valois indiquait une tache blanche qui grossissait rapidement. Bientôt, on aperçut deux silhouettes courbées, coiffées de la fausse mitre dont on affublait les hérétiques promis au bûcher.
Jacques de Molay et Geoffroy de Charnay, précepteur de Normandie, venaient d'entrer en scène.
Aussitôt, le vacarme monta. Cris, insultes fusèrent de toutes parts. Dans un même mouvement de frénésie, la populace vomit sa haine des puissants Ces templiers qui étaient montés si haut, le destin les avait abattus. Une farandole de joie entoura les condamnés. Hommes, femmes, tous saisis par l'ivresse de la mort, hurlaient de plaisir au passage de ces deux dignitaires, brisés et hagards."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
akhesaakhesa   22 août 2013
Croyez-vous que l'eglise a été batie uniquement sur le message d'amour du christ?Depuis deux mille ans,elle faitnface a des ennemis redoutables,des rois ont voulu la faire plier,des empereurs ont mis l'Europe a feu et a sang pour la mettre a leur botte.Les heretiques,les protestants,les conquérants de l'Islam,les barbares,les paiens...meme en son sein,elle a nourri les pires vipères qui voulaient l'empoisonner.Ils ont tous voulu l'abattre et tous s'y sont fracasses.Deux mille ans plus tard,l'eglise catholique apostolique et romaine est toujours debout et son message d'esperance est aussi puissant qu'au premier jour.Tout cela grace a la foi mais aussi a des serviteurs devoues.Des hommes de fer qui n'ont pas eu peur de mettre leur ame en peril pour prendre des décisions que le monde peut reprouver
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
sandraboopsandraboop   19 février 2014
- il s'appelle Guilhem. One le soupçonne d'une folle passion pour les cadavres.
- il les viole ?
Le bossu ricana.
- croyez- vous que les inquisiteurs aient du temps à perdre ? S'il fallait torturer tous les braves gens qui ont commerce charnel avec des morts ou des animaux, on n'en finirait plus.
[...]
-non, lui, ce n'est pas pour le plaisir. C'est plus grave. Il ouvre,il dépèce, il mutile ... Pour un tout autre besoin.
- enfin, vas- tu me dire de quoi on l'accuse ?
Le nabot remonta la lampe à l'huile sous son menton. En un instant, il ressembla à un de ces noyés que l'on retire, vert et difforme, de l'eau croupie des marais.
- d'un crime sans pardon : la soif de connaissance.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Videos de Éric Giacometti (32) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Éric Giacometti
👀 Vous ne savez que choisir dans tout ces coups de cœur ? Ne vous en faites pas ! Chaque semaine vos libraires vous proposent ici les 3 livres indispensables « la crème de la lecture fouettée acidulée piquantée » en format poche ou grand format ! 👀 • • 📚 Les Indes fourbes de Alain Ayroles et Juanjo Guarnido aux éditions Delcourt 👉🏻 https://www.lagriffenoire.com/1012665... • 📚 Largo Winch - Introduction à la Finance de Olivier Bossard, Éric Giacometti aux éditions Dupuis 👉🏻 https://www.lagriffenoire.com/1013896... • 📚 Grand Canal de Laurent Dequick aux éditions Chêne 👉🏻 https://www.lagriffenoire.com/1026042... •
+ Lire la suite
autres livres classés : templiersVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1866 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre
.. ..