AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266258656
Éditeur : Pocket (12/11/2015)

Note moyenne : 3.74/5 (sur 485 notes)
Résumé :
Tu sais Paul, Satan était un ange... Et il le redeviendra. Rouler, droit devant. Doubler ceux qui ont le temps. Ne pas les regarder. Mettre la musique à fond pour ne plus entendre. Tic tac... Bientôt, tu seras mort. Hier encore, François était quelqu'un. Un homme qu'on regardait avec admiration, avec envie. Aujourd'hui, il n'est plus qu'un fugitif qui tente d'échapper à son assassin. Qui le rattrapera, où qu'il aille. Quoi qu'il fasse. La mort est certaine. L'iss... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (152) Voir plus Ajouter une critique
marina53
  02 avril 2015
Tic-tac... le temps lui est compté. Quelques mois à vivre. Un peu plus s'il suit le traitement. Mais, François ne veut pas de la chimio et des rayons. Sa tumeur au cerveau aura, de toute façon, le dernier mot. Anéanti par cette terrible nouvelle, il fuit sa vie. Son métier d'avocat, ses clients, Florence à qui il n'ose l'annoncer, sa maison. Au volant de sa voiture, il quitte Lille et rejoint le Sud. Il fuit malgré l'issue fatale. Sur le bord de la route, dans la lumière des phares, une sombre silhouette se détache. Un auto-stoppeur sur la voie rapide, un sac à dos pour tout bagage. Etrange. Et pourtant, François s'arrête. le jeune homme, Paulo, à peine 20 ans, va où lui-même se rend. Qu'importe la destination. Il semble fuir lui aussi. Toujours aux aguets à surveiller si personne ne le suit. François ne se doute pas encore des galères qui l'attendent...
Deux hommes que tout oppose, leur milieu social, leur âge, leur passé. Un seul point commun: la fuite. Ces deux-là vont se retrouver presque bien malgré eux à bord de cette BMW. Paulo, pris en stop par François, fuit les hommes de son passé qui lui en veulent au point de le traquer jour et nuit et de le suivre à travers les routes de France. Karine Giebel nous embarque dans ce road-movie en compagnie de François et Paulo dont un lien indéfectible et pourtant improbable va se nouer. L'auteur réussit le pari de mener à bien ce duo à qui l'on s'attache. le lecture est en cela prenante sans être pour autant captivante. le suspense est maintenu tout du long et les événements s'enchaînent sans répit. Dommage que l'auteur n'ait pas approfondi la partie dans laquelle elle dénonce le système corrompu des déchets toxiques. Bémol pour l'écriture qui manque de caractère et de profondeur.
Satan était un ange et il le redeviendra...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          700
democratz
  30 janvier 2017
La vie de François va prendre une tournure imprévue suite à un grave événement qui va le percuter de plein fouet. Mais qui peut être réellement préparé à vivre cette situation ? Tout part d'une sentence que l'on vous annonce froidement, qui vous glace le sang et ne vous laisse guère d'espoir pour votre futur. Lorsque la peur s'empare de votre esprit et dicte les agissements de votre corps, vous ne pensez qu'à fuir le plus loin possible. Même si la fuite n'est pas une solution, c'est pourtant ce que va privilégier ce brillant avocat dont la route va croiser celle de Paul, un jeune auto stoppeur de 20 ans au passé trouble. A partir de ce moment, leur destin sera scellé par un sentiment qui mêlera l'amitié à l'affection et qui les mènera sur un chemin où la Mort est à la fois souffrance et délivrance.
Satan était un ange est un véritable page-turner. Jusqu'à ce jour, je n'ai jamais été déçu par cette auteure qui avec son 8e roman ne cesse d'explorer la noirceur des êtres.
La trame de départ peut paraître simpliste voir déjà vu et on imagine aisément la tournure que va prendre l'histoire mais c'est ce que j'ai apprécié particulièrement dans ce récit ; Ce côté « fait divers » que chacun d'entre nous pourrait vivre s'il était confronté à la fatalité, comme piégé dans un engrenage insoupçonné et impitoyable.
Plonger dans cette histoire, c'est vivre des heures difficiles avec ces personnages si vivants qu'ils en deviennent nos compagnons de route. Nous souffrons au même rythme que la vie les éprouve, et au fur et à mesure que se dessine la conclusion, on se surprend à espérer la clémence du destin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          502
cannibalector
  16 mars 2016
Le slogan " tout est mal qui finit trés mal"pourrait être la devise de Karine Giebel; ses lecteurs savent bien que ce mal préexiste à chacune de ses oeuvres et se propage jusqu'à son acmé où aucun protagoniste ne sort indemne.
Ses détracteurs peuvent penser qu'elle veut seulement en faire plus: plus de violence, plus de sang, plus de souffrance, une simple manière de choquer, une marque de fabrique qui, par exemple colle à la peau de cinéastes américains comme "peckinpah", "cronenberg", "stone" ou "ferrara".
Mais " Satan était un ange" nous dévoile ses véritables obsessions: préexistence du mal sur la vie, sublimation du mal pendant la vie et aucun espoir ensuite.
La plupart des titres de ses romans sont marqués par une mystique sibylline mais réeelle. Son premier livre "terminus elicius" fait référence à Ovide qui accola l'adjectif elicius " qui attire " à Jupiter, toutes les histoires de Karine giebel sont là: elle nous parle d'hommes et de femmes qui attirent la foudre de ou des dieux.
François, avocat d'affaires lillois de 48 ans, n'avait rien demandé à personne lorque son neurologue lui révéla une importante tumeur au cerveau: 2 ans d'espoir avec chimio et rayons, de 3 à 6 mois sans.François fuit, s'enfuit, s'enfouit dans sa BMW roule vers le sud, vers l'inconnu "la mort, cette inconnue".
A Lyon, il prend en stop Paul, jeune mec qui va rejoindre un pote à Marseille.
Pourquoi pas Marseille?
Au moment où François dépose Paul, ils se font canarder et détalent donc aussi sec, s'ensuit une cavale dans le sud de la France.
Paul n'est pas un ange, est-il Satan ou juste une autre cible de Jupiter?
La mort, François, Paul: étrange trinité létale où seule l'amitié peut encore les faire réver et combattre l'ineluctable.
" quand on a que l'amour à offrir en partage..."
Ce roman, beaucoup moins oppresssant, moins angoissant, moins violent que les autres opus de l'auteur, mais plus profond, plus intellectuel, plus spirituel est un vrai coup au coeur.
L'amour est- il plus fort que la mort?J'en sais rien mais j'ai envie d'y croire
Mais ce n'est que mon humble avis.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          450
lyoko
  01 mars 2017
Le destin joue parfois des drôles de tours. François est un illustre avocat Lillois, mais sa vie va basculer en une fraction de seconde. Suite a ça, il va faire des rencontres dont une en particulier qui va le mener là ou il ne pensait pas aller.
Un road movie assez prenant avec des personnages qui gagnent fortement en intensité au fils des pages. On fini même a être plus qu'attaché a ces deux personnages principaux.. et l'histoire nous montre qu'il ne faut pas toujours se fier aux apparences.
J'ai réellement apprécié ce roman qui m'a tenue en haleine du début à la fin. J'ai été intriguée par le jeune Paul et on comprend aisément pourquoi sa vie a pris cette tournure.
C'est aussi une très belle leçon sur l'amitié..
Commenter  J’apprécie          517
Stelphique
  27 août 2015
Les personnages:
François, on comprend sa souffrance, son choix démesuré, son envie de rédemption.
Paul, un petit jeune plein de charme mais au regard brisé.
Tour à tour, je les ai adoré, détesté. Ils sont humains, faibles, pervertis, horribles. Mais dès fois, on voit en eux, une certaine lueur d'espoir, l'envie de s'en sortir, un certain honneur. Leur duo fonctionne bien , bien qu'on sente comme une relation bancale, mais plus le temps passe, plus on s'attache à chacun d'entre eux……
Ce que j'ai ressenti….Un souffle d'adrénaline…
J'ai foncé tête baissée, je me suis laissée conduire, j'ai apprécié la ballade, à l'heure du bilan: qu'ai-je vraiment retenu???
Le point fort de ce roman, c'est l'écriture incisive, franche, tranchante. J'ai vraiment dévoré ce livre! On est happé dans ses lignes, dans ce road-trip. Il m'a tenu en haleine une bonne partie de la nuit, j'étais hypnotisée. Rien que pour cela, je suis sûre de lire d'autres livres de cette auteure. J'ai aimé sa construction de chapitres, avec les extraits de poésies de Baudelaire. (Du coup, j'ai très envie de me le relire ce magnifique recueil.) J'ai adoré l'énergie, les courses poursuites nerveuses, le ton implacable, la puissance du désespoir.
J'ai moins compris ce choix du titre. Satan n'a pas trop sa place dans ce duo, il me semble. On a des hommes fracassés mais pas d'anges déchus (enfin moi l'explication ne m'a pas paru adéquate). Ensuite, j'ai eu beaucoup de mal à comprendre François dès le départ sa confiance en un inconnu auto-stoppeur ne m'a paru très plausible, qu'il se rapprochent, forcement avec les obstacles, oui, mais dès les premières minutes, c'est bizarre. Et le dernier « truc » sur lequel j'ai un peu tiqué, c'est quitte à dénoncer un fait de société brûlant, autant le faire avec plus de convictions. J'ai trouvé que le « dossier » était, on ne peut plus, survolé.
En bref, j'ai apprécié la complicité avec les deux personnages, leurs histoires personnelles, le lien qui se tisse entre deux générations, leur désespoir de vivre et de mourir. En fait, c'est plus ce duo qui m'aura frappé, plus que le cadre… Pas assez réaliste à mon sens. Un bon moment de lecture.

Lien : https://fairystelphique.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          422
Citations et extraits (57) Voir plus Ajouter une citation
marina53marina53   02 avril 2015
J'ai plus de souvenirs que si j'avais mille ans
Un gros meuble à tiroirs
Cache moins de secrets que mon triste cerveau
C'est une pyramide, un immense caveau
Qui contient plus de morts que la fosse commune
Je suis un cimetière abhorré de la lune
Où comme des remords se traînent de longs vers
Qui s'acharnent toujours sur mes morts les plus chers

Baudelaire, Les fleurs du mal (Spleen)
Commenter  J’apprécie          560
Amnezik666Amnezik666   02 décembre 2014
En définitive, ce n’est pas la mort qui enchaîne. C’est la vie.
Avec toutes ses contraintes absurdes, ces choses que l’on s’impose à soi-même ; ces barrières que l’on érige patiemment autour de soi. Par obligation, par peur, bêtise ou convenance. Par habitude ou par pudeur.
On participe à construire sa prison, dorée ou pas, barreau après barreau. Et même si on dispose des clefs, rester à l’intérieur pour y périr lentement…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
marina53marina53   02 avril 2015
Il me semble parfois que mon sang coule à flots,
Ainsi qu'une fontaine aux rythmiques sanglots.
Je l'entends bien qui coule avec un long murmure,
Mais je me tâte en vain pour trouver la blessure.

Les Fleurs du mal, CXIII,
"La fontaine de sang"
Commenter  J’apprécie          310
ladesiderienneladesiderienne   03 octobre 2016
- T'es plus vieux que mon père.
- Quel tact !
- Désolé, je voulais pas te vexer... On a l'âge qu'on a, de toute façon.
C'est certain. Et puis maintenant, l'âge n'a plus d'importance. Au moins, François ne se verra pas vieillir. Une grande angoisse qui l'a poursuivi ces dix dernières années. Vieillir, devenir impotent, dépendant, inutile... Improductif. Incontinent. Impuissant... Tous ces préjugés-clichés liés à l'âge, matraqués par la société de consommation, histoire de fourguer camelotes en tout genre, de la crème antirides à la convention obsèques.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Amnezik666Amnezik666   03 décembre 2014
Une femme, c’est délicat, c’est précieux. Ce n’est ni un jouet, ni une chose.
(...)
Une femme, il faut la respecter. Toujours. Si tu n’y arrives pas autrement, c’est que tu as un sérieux problème, mon garçon.
(...)
Un homme, ce n’est pas un gros con qui maltraite une fille ! C’est tout le contraire.
Commenter  J’apprécie          230
Videos de Karine Giebel (23) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Karine Giebel
Deuxième partie de notre rencontre avec Karine Giebel pour la sortie de "De Force" (Belfond).
autres livres classés : thrillerVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Juste une ombre

Comment s'appelle l'héroïne du roman?

Cloé Beauchamp
Chloé Beauchamps
Chloée Beauchamt
Kloé Beauchamp

10 questions
233 lecteurs ont répondu
Thème : Juste une ombre de Karine GiebelCréer un quiz sur ce livre
. .