AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2754801472
Éditeur : Futuropolis (26/08/2010)

Note moyenne : 3.79/5 (sur 80 notes)
Résumé :
New York de nos jours. Il s'appelle Carson Mc Neal. C'est un phénomène de l'édition. Écrivain immensément talentueux, il est l'auteur de best-sellers traduits dans le monde entier et adaptés au cinéma. Pourtant, personne ne sait vraiment qui il est. Sa vie est un mystère. Il n'a jamais accordé d'interview, n'est jamais paru en public, aucune photo de lui n'existe...
Elle s'appelle Kerry Stevens. Cette jeune blondinette à taches de rousseur est critique littér... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (24) Voir plus Ajouter une critique
Crossroads
  02 novembre 2014
Carson McNeal est un écrivain célèbre. Si ses bouquins sont reconnus, son public ignore tout de cet auteur qui semble d'une habileté hors norme lorsqu'il s'agit de passer sous les radars de la presse spécialisée. Bien malin celui ou celle à même de mettre un visage sur cette machine à best-seller cent fois plus mystérieuse que la chambre jaune.
Kerry Stevens est une critique littéraire célèbre, décidément, on se croirait dans le who's who.Rouletabille ayant fort à faire avec les effluves d'une certaine dame en noir, c'est à elle qu'il reviendra de percer à jour l'énigmatique Mc Neal. La petite a les dents longues, le tigre à dent de sabre ferait presque figure de chaton édenté en comparaison.
Afia est la variable d'ajustement de cette bd qui pratique la mise en abyme en mode XXXL. Elle est le facteur x, celui par qui tout commence et tout finit.
Un récit passionnant de bout en bout qui n'a qu'un seul but, vous perdre dans les méandres d'une histoire labyrinthique à souhait, que même Dédale s'y serait pêté les neurones, c'est dire la complexité de cette Page Noire chimérique qui se dévore d'une traite, celle de 6h selon La Noiraude, à condition d'adhérer a minima au fantastique de la situation...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          480
marina53
  02 juillet 2013
Kerry Stevens travaille pour le magazine Tales and Writters en tant que journaliste. Après avoir quitté la maison familiale et s'être brouillée avec son papa, elle vit désormais à New York. Pour le moment, elle n'a qu'une envie: rencontrer et interviewer le romancier de renom Carson McNeal que personne n'a encore réussi à approcher. Véritable phénomène littéraire, il est devenu la curiosité des journalistes qui tentent à tout prix de l'approcher ou de le photographier. Ayant réussi à s'introduire dans le bureau du comptable de son éditeur et fouiller dans les papiers, Kerry tombe sur sa fiche de paie ainsi que l'adresse de la personne chez qui il est censé habiter, Lewis Shiffer. C'est donc dans la campagne, à Blue Falls, qu'elle se rend. Sur son vélo, elle provoque un accident avec un homme. Lewis ou Carson, peu importe, elle tente de discuter avec lui mais l'homme reste évasif. Deuxième tentative d'approche qui, cette fois, réussit. Elle finit par aller chez lui. Après avoir fouiné dans sa maison, elle tombe sur un manuscrit et une machine à écrire. Plus aucun doute, il s'agit bien du grand écrivain! Sur ces pages, l'auteur raconte l'histoire d'une Palestinienne, Afia, qui a survécu à un drame dont elle a bien du mal à sortir et qui cherche à découvrir ce qui se cache derrière ce traumatisme...
Alternant passé et présent et avec une double narration, Giroud et Lapière ont vraiment réussi à capter toute notre attention. le lecteur ne pourra que tenter d'essayer de comprendre ce qui relie les deux histoires qui semblent pourtant indépendantes et qui s'alternent judicieusement pour faire monter le suspense. Avec une intrigue savamment travaillée et un final époustouflant, cet album à quatre mains est tout simplement surprenant. Avec une mise en abyme inattendue!
Pour couronner le tout, Ralph Meyer a lui aussi joué le jeu du «double» dessin. Alternant un dessin plutôt encré sur fond bleu et un superbe lavis à dominance rouge, il nous montre ici toute l'étendue de son talent.
Page noire... pour nuit blanche..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          252
Chrisdu26
  04 août 2013
«Aussi étroit que soit le chemin,
Bien qu'on m'accuse et qu'on me blâme :
Je suis maître de mon destin ;
Et capitaine de mon Âme ».
W. E HENLEY
Carson Mc Neal, écrivain, est un phénomène d'édition, une plume comme on n'en voit plus depuis Steinbeck. Ces livres se vendent par milliers à travers le monde mais personne ne le connaît, ni ne sait à quoi il ressemble. Il est une énigme à lui tout seul que personne n'a réussi à élucider.
Kerry Stevens, jeune journaliste, est prête à tout pour avoir «The interview» de l'écrivain, un génie. Personne n'a jamais pu l'approcher donc elle tente le tout pour le tout et va se jeter sous sa voiture. Il faut bien ça pour avoir sa place dans le monde du journalisme.
Afia Maadour, palestinienne, est l'héroïne principale du roman de Mc Neal. Sortie de prison suite à une condamnation pour prostitution et usage de drogue, elle part à la recherche de ses racines. Elle veut comprendre pourquoi tous ces cadavres et cauchemars viennent la hanter chaque soir, pourquoi sa mémoire lui fait défaut. Que peut bien cacher ce trou noir béant ? Elle seule détient la clé de la vérité.

Trois personnages attachants, trois écorchés de la vie vont se mettre à nu et se livrer pour nous faire comprendre que parfois la vie ne fait pas de cadeau, que certains choix se font malgré nous, malgré tout. Pourquoi Kerry souffre-t-elle de l'absence de son père ? Quel est ce mystère autour de ce Mc Neal et que cache ce regard ténébreux ? Afia arrivera-t-elle au bout de sa quête sans se perdre dans la folie des ténèbres de l'oubli ? Ces destins vont se croiser, se lier, se renverser entre espoir et désillusion, vérité et mensonge.
Giroud, Lapière et Meyer signent un excellent roman graphique. L'histoire passe de la vie de Kerry et Carson à celle d'Afia en toute fluidité, c'est brut et concis. La rétrospective macabre de l'héroïne est consolidée par un dégradé de pourpre qui accentue ce climat sanguinaire et nous laisse présager l'horreur. Tandis que celle de la journaliste et l'écrivain est confortée par des nuances de bleu laissant planer un parfum d'espoir. L'intrigue nous embarque dès les premières lignes. Elle nous tient en haleine du début à la fin avec une angoisse qui va crescendo. le passage d'une vie à une autre nous porte au fil des pages, plus moyen de lâcher ce livre avant de connaitre la vérité. Où commence la réalité et où se termine la fiction ? le bleu et le pourpre vont-t-il s'imbriquer où la page restera-t-elle noire ?
Kerry, Carson, Afia, trois destinées et une page noire pour une nuit blanche…

Lien : http://marque-pages-buvard-p..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
melusine1701
  09 octobre 2010
Kerry Stevens, une jeune critique littéraire prometteuse, prévoit un gros coup: interviewer le talentueux Carson McNeal, écrivain au sommet mais dont l'identité est un secret absolu. Une bonne occasion de faire ses preuves et de montrer à son père mourant qu'elle ne s'est pas trompée de voie et qu'elle mérite son respect. L'attaché de presse du romancier lui a justement fait parvenir en exclusivité quelques pages de son dernier roman: l'histoire d'Afia, une réfugiée libanaise dont le passé, obscurcit par une page noire qu'elle a peur de tourner, ressurgit de manière violente.
J'ai été bluffée par cette bande-dessinée. D'abord par le concept: deux histoires racontées en parallèle, ou plutôt l'une dans l'autre, sur le mode du récit enchâssé. On se doute bien que le contenu du livre ne nous est pas raconté au hasard, mais le lien entre les deux mondes reste suffisamment flou, suffisamment longtemps. Mais là où la bande-dessinée se démarque, c'est que chacun de ces récits est raconté dans un style bien différent, avec deux dessins bien distincts : on a réellement l'impression de lire deux BD en une, notamment lorsque l'on passe de l'une à l'autre sur une seule et même double-page. La différence est flagrante: on n'est pas dans le même univers. Tracé, ton, même les couleurs de sont pas les mêmes. Et on s'y laisse prendre, on suit l'histoire de ces deux femmes, dont le seul lien est le romancier. Peu à peu, l'histoire d'Afia prend corps, plus souvent portée par les images que par les mots, au fur et à mesure que l'écrivain la couche sur le papier. Séduite tant par les qualités graphiques que par le scénario de cette bande-dessinée, qui mêle drame personnel et horreurs historiques, je concluerai sur la culture littéraire évidente de ses auteurs et sur le rapport à la lecture, les liens entre réalité et fiction qu'elle dessine et avec lesquels elle joue, et je vous laisse tirer votre propre interprétation des dernières planches. La mienne est faite!
Je remercie mille fois Babelio et les éditions Futuropolis pour m'avoir fait découvrir ce petit bijou de la bande-dessinée. Pari gagné!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
chocobogirl
  28 septembre 2011
Kerry est une jeune critique littéraire qui essaie de faire son trou. Admirant l'oeuvre de Mc Neal, écrivain très mystérieux qui ne laisse filtrer aucune information sur sa vie ou même son image, elle va tenter de démasquer cet homme qui se cache et ramener le scoop de sa carrière.
Parrallèlement, nous suivons Afia, une palestinienne orpheline qui tente de se reconstruire après un passage en prison pour prostitution et drogue.
Les 2 intrigues n'ont rien à voir ensemble... et pourtant !
Voilà un récit croisé fort intriguant. Kerry pénètre l'intimité de l'écrivain à force de ruses et réussit à s'attirer sa sympathie...et plus si affinités. Pourtant notre journaliste se débat également avec quelques soucis familiaux : son père, avec qui elle est fâchée depuis quelques années pour divergence d'opinion quant à sa carrière, est en train de se mourir d'un cancer. Son seul souhait est de lui prouver qu'il avait tort et de lui montrer sa réussite professionnelle.
Afia, de son côté, est également une jeune femme tourmentée. Des cauchemars l'assaillent toutes les nuits et lui donnent à voir des bribes d'un passé qu'elle ne comprend pas. Pourtant, elle tente tant bien que mal de s'en sortir et son quotidien dans un centre social lui offre l'espoir d'un avenir meilleur où elle aidera les autres.
Le lecteur comprend, dès le départ, que l'histoire d'Afia est le futur roman de Mc Neal que Kerry vient d'obtenir. Les 2 intrigues alternent et sont parfaitement identifiables par 2 styles graphiques différents. le récit avance lentement mais le mystère autour de l'écrivain s'épaissit alors que peu à peu les souvenirs d'Afia se font jour. La tension monte jusqu'à ce que vérité et fiction se mélange de manière surprenante et intelligente...
L'intrigue en quinconce qui nous permet d'avancer tour à tour sur les 2 récits est très intéressante. L'idée d'introduire 2 styles graphiques différents est aussi très efficace et se passe d'explication au niveau de la narration. le lecteur ne se perd pas dans ces 2 temporalités et les différencie bien. du coup, lorsque celles-ci se recoupent, l'incompréhension et la surprise est tout aussi importante pour nous que pour Kerry qui ne comprendra rien à ce qui lui arrive.
La réflexion sur le travail d'auteur est aussi en quelque sorte une mise en abyme du propre travail des auteurs et offre une belle piste de réflexion.
Pourtant, contrairement à toute attente, je dois dire que j'ai été déçue par cet album... Je ne suis pas du tout rentrée dans l'histoire...
Si les personnages de Mc Neal et d'Afia m'ont parus fouillés et suffisamment intrigants, j'ai trouvé Kerry pas totalement crédible. Son histoire d'amour avec l'écrivain tombe comme un cheveu sur la soupe et m'a semblé totalement irréaliste (genre il se connaissent depuis 3 jours et s'aiment passionnément). Elle tente de faire pleurer dans les chaumières avec son histoire personnelle un peu miteuse. Bref, elle m'a été très antipathique.
Malheureusement, j'ai trouvé que le dessin ne l'a mettait pas plus en valeur, elle comme le reste...
Comme je le disais, il y a 2 genres de dessin. le premier, associé à Afia, est dans une ligne plutôt claire, de genre classique avec une majorité de teintes bleues, grises et vertes. le récit autour d'Afia est au contraire, plus chaleureux. Les couleurs sont rouge clair, orange, saumon et les traits plus fondus, plus doux.
Si la partie concernant Afia m'a plu, je n'ai pas du tout mais alors pas du tout accroché à l'autre section. Les personnages, en particulier Kerry, sont grimaçants et figés. Les décors sont réduits à un simple aplat de couleur sur certaines cases. La réunion graphique de ces 2 styles en fin d'album ne m'a pas beaucoup plus convaincue, gardant les défauts relevés ci-dessus.
De plus, si l'intrigue en elle-même tient parfaitement la route, la fin m'a laissée un peu dubitative et j'ai refermé l'album avec un "tout ça pour ça ?"
Au final, Page noire est une grosse déception pour moi qui avait pourtant tant aimé le Berceuse assassine de Ralph Meyer, un de mes premiers coups de coeur en BD... où son dessin était autrement plus fin et travaillé, je trouve. C'est dommage, l'histoire avait tout pour plaire : une intrigue puzzle à reconstituer, des personnages aux psychologies poussées, une réflexion sur le travail d'écriture,le pardon et la rédemption, un arrière-fond historique même... La rencontre a été ratée... alors que je n'entends que des éloges de cet album !
Il est à noter tout de même la belle performance des 2 scénaristes. Chacun s'est attribué une partie des 2 intrigues avant de se rejoindre dans les dernières planches en même temps que Kerry et Afia. Une idée originale qui a dû demander une certaine complicité entre les 3 auteurs !
Lien : http://legrenierdechoco.over..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
JumaxJumax   20 mai 2012
" Méfiez-vous ! Vous risquez de glisser dans la courtoisie... ou même l'amabilité ! Et ... c'est de la pure fiction ?
Quoi ? L'hypothèse selon laquelle je pourrais devenir aimable ? Sans aucun doute ! "
Commenter  J’apprécie          120
deuxquatredeuxdeuxquatredeux   06 juillet 2018
Alors, les brodequins se tournèrent vers elle et le diable la fixa un long moment. Il fit un geste du bras. Et par ce regard, et par ce geste, il l'a précipita dans un trou noir sans fond, un enfer obscur et confus d'où elle ne reviendrait pas. Ou alors différente et brisée. (p. 11)
Commenter  J’apprécie          30
ClinkerfrClinkerfr   06 janvier 2014
Et je sais que l'assassin a commis une erreur. Il m'a épargnée
Commenter  J’apprécie          10
Lire un extrait
Videos de Frank Giroud (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Frank Giroud
L'implacable thriller de Frank Giroud et Colin Wilson sur Martha, le personnage emblématique du premier tome de la série XIII, qui sauve le héros amnésique... Les révélations en série continuent avec ce 8ème tome de la série XIII Mystery ! http://www.dargaud.com/bd/XIII/XIII-Mystery/XIII-Mystery-tome-8-Martha-Shoebridge EN LIBRAIRIE LE 5 JUIN
autres livres classés : libanVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
3516 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre