AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2875801430
Éditeur : Kennes Editions (09/09/2015)

Note moyenne : 3.58/5 (sur 87 notes)
Résumé :
À Fairy Oak, depuis plus de mille ans, quand sonne minuit, de minuscules fées lumineuses racontent des histoires de petits enfants à des sorcières attentives. Insolite, n'est-ce pas ?! Chacun sait en effet que les fées et les sorcières ne s'entendent pas très bien et que ces dernières n'aiment pas du tout les enfants. Mais nous sommes dans la Vallée de Verte-Plaine, dans le village de Fairy Oak, et ici, les choses ne se passent pas comme ailleurs...
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (68) Voir plus Ajouter une critique
Ptitgateau
16 juillet 2015
Je me fais le porte-parole des 8-10 ans pour crier haut et fort que ce livre est une pépite ! Il s'agit d'une belle histoire façon Tolkien : dans une vallée paisible, vivent en parfaite harmonie, les magiques et les non-magiques dont l'alliance se transforma en amitié : « les non-magiques enseignèrent aux magiques l'art de la pêche, de l'agriculture et de l'élevage ainsi que les mathématiques, l'histoire, la géographie… Les magiques, quant à eux, produisirent des spectacles prodigieux… » Comme on peut le constater, ainsi naquit une communauté ou régnait la tolérance !
Le narrateur est une fée, une fée nounou venue chez Tomelilla, une sorcière de la lumière, qui transmettra la pratique de la magie à ses nièces : Pervinca, dite « Vi » et Vanilla, dite Babou, car dans ce monde, toutes les filles portent un nom de fleur. L'instruction des jumelles n'est pas sans rappeler l'initiation d'un certain Harry Potter, pas si facile à lire quand on a huit ans ! On se sent bien à la lecture de cette première partie, bercé dans ce monde enchanté.
Les personnages magiques sont, pour l'instant, peu nombreux :
-les fées qui se déplacent en volant, aussi petites que la paume de main d'un enfant (voir citation),
-Chêne, un très vieil arbre planté au milieu du village, qui pensant tout haut, qui sait tout de la vie du village, personnage fort sympathique.
-Les sorcières : de deux types : les sorcières de la lumière et les sorcière de l'obscurité, ces dernière ne sont pas forcément liées au mal, elles ont plutôt des pouvoirs complémentaires de ceux des sorcières de la lumière.
L'action commence réellement avec certains signes qui ne trompent pas : Tomélilla garde son secret tout en manifestant une inquiétude croissante, certains signes ne trompent pas, le mal est en marche vers notre paisible vallée, le mal, présenté sous forme d'obscurité, de tempête, de mal-être … le mal, qui ressemble dans l'oeuvre présente, plus à Sauron qu'à Voldemort, le mal et ses armées de combattants qui apparaissent dans ce premier tome,et qui, dans ce tome, permettra à nos jeunes lecteurs de se faire une idée de la puissance de Tomelilla.
Le livre est agrémenté d'images que l'on regarde consciencieusement parce qu'il s'agit de tous les personnages de l'histoire.

Je crois comprendre que le roman a été écrit en 2004-2005 et vient d'être traduit en français. Il sera suivi du livre 2 : le sort de l'obscurité, et du livre 3 : le pouvoir de la lumière. Dans ce premier livre, il y a un peu d'action, suffisamment pour accrocher le lecteur, mais l'auteure y présente surtout les personnages, les créatures et la vie de la communauté, l'action survient dans le dernier quart et laisse présager ce qui se passera dans les livres suivants, certainement plus de suspens, et encore plus d'action. Best seller dans les pays voisins, il aura certainement beaucoup de succès en dans les pays francophones ! Je ne cache pas que j'ai hâte de connaître la suite !
Je remercie Babélio et les éditions Kennes pour ce partenariat
Lien : http://1001ptitgateau.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
florencem
07 juillet 2015
Je lis très rarement de la littérature de jeunesse pour un public vraiment jeune, j'entends par là 8/10 ans. Cependant, je ne suis jamais contre une nouvelle découverte. D'autant plus que pour Fairy Oak, je ne connaissais ni l'auteure, ni la série des petites jumelles Periwinkle. Et j'ai passé un très bon moment malgré mon grand-âge ;)
Ce premier roman nous présente assez rapidement les personnages et règles qui régissent ce monde. le fait que les Magiques et les Non-magiques cohabitent dans un même village était déjà en soi une très bonne idée de la part de l'auteure. Même si j'avoue qu'il est assez difficile de savoir qui est qui, qui a des pouvoirs ou pas, qui a décidé de ne pas être un Magique... Mais ce n'est qu'un petit détail en fin de compte, car cela ne pose pas de problème quant à la compréhension de l'histoire. Et puis, c'est un premier tome, on s'attend donc à avoir plus d'explications avec les suivants.
L'histoire nous est raconté par Filé, la fée chargée de veiller sur les jumelles, et aussi par un narrateur omniscient. J'ai trouvé l'alternance des deux pas aussi fluide que je l'aurais voulu. Et j'avoue que des fois, il n'était pas évident dans les dialogues de savoir qui parlait. J'ai eu du mal à me faire à l'idée que Filé était la narratrice le plus clair du temps. En fait, même si cela ajoute bien entendu un côté amusant et mignon d'avoir une fée comme narratrice, vu qu'elle n'est pas toujours présente, un narrateur omniscient tout au long du récit aurait été mieux à mon avis. J'ai aussi eu du mal à m'attacher à la petite fée. Son caractère déjà presque moralisateur, sa naïveté malgré son âge, et je n'ai pas tellement compris le pourquoi de sa présence en tant que nounou. En fait, elle ressemble plus à un Jiminy Cricket, une conscience, pour les enfants. Enfin, bref. Elle est adorable, mais encore une fois, elle prend trop de place dans l'histoire, alors que pour moi les héroïnes sont les jumelles Vanilla et Pervinca.
Nos jumelles d'ailleurs. Un duo sympathique et réaliste. J'ai aimé que leur relation ne soit pas toujours idyllique. Elles se disputent, elles n'ont pas les mêmes idées, ni le même caractère. Elles sont soeurs jumelles, mais bien deux être à part entière. Les autres personnages qui les entourent sont tout aussi charmant. le côté familiale est très bien exploité. Les amis et les "faux" ennemis (j'entends par là les habitants peu agréables) sont aussi au rendez-vous et donnent un peu de piment à l'histoire.
Quant à l'histoire justement, j'ai trouvé qu'il y avait quelques petits choses assez étranges. J'ai bien aimé, ne vous y tromper pas, le style de l'auteur étant très agréable et fluide. Cependant, j'avoue que certains passages m'ont paru totalement incongrus dans le fil de la narration. Ce n'est que mon ressenti, mais après l'annonce de l'arrivée du grand méchant, il y a comme une reprise à la vie normale. Pas tellement d'organisation, de sensation de menace. Pourquoi pas, mais je m'attendais à autre chose. Je me suis même dit à la fin du tome que nous n'allions pas avoir d'affrontement final. Mais si il arrive dans les toutes dernières pages et se termine très rapidement. En nous laissant un peu dans le flou d'ailleurs.
Pourtant, le tout est agréable à lire, drôle, adorable, pas vraiment effrayant (de mon point de vue d'adulte). Les personnages sont attachants, un brin loufoques. L'univers est féérique et très bien imaginé. Ce fut un bon moment de lecture et je suis curieuse de savoir ce qu'il va se passer dans les tomes suivants.
Le roman en lui même est aussi un très bel objet. Son format, la couverture rigide, les deux lots d'illustrations présents. Je trouve que ces petits détails sont vraiment un plus, surtout pour un roman destiné à un public assez jeune.
Merci donc à Babelio et aux éditions Kennes pour cette découverte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
Mladoria
08 juillet 2015
Je tiens tout à d'abord à remercier Babelio et les éditions Kennes pour l'envoi de ce superbe livre.
Je dis superbe, il l'est, même si je ne lui ai mis que 2 étoiles. Mais que je vous explique pourquoi, il y a quelques raisons qui viennent étayer ma déception partielle vis à vis de cette histoire qui partait plutôt bien de prime abord, un premier tome de trilogie fantasy jeunesse, a priori, tout ce qu'il faut pour me plaire. Oui. MAIS...
Je ne saurais dire si c'est la traduction qui a été bâclée ou le texte original qui laisse à désirer mais j'ai trouvé le style répétitif, assez bancal dans certaines formulations et très simpliste avec des descriptions basées sur de simples énumérations peu parlantes. A vouloir s'adresser à un très jeune public, le rendu est très fade et manque cruellement de teneur.
Ajoutez à cela que l'action et l'intrigue générale très simple sont assez brouillonnes et s'emmêlent un peu les pinceaux. On a l'impression de lire un premier jet par moments, d'autant que le texte est emmaillé de quelques coquilles dactylographiques assez nombreuses pour être soulignées. Il y a pas mal de longueurs et de répétitions ("la "chose" la plus "adjectif que j'avais jamais connue : formulation maintes et maintes fois répétée par exemple), notamment des voyeeeeeelles et MAJUSCULES dans les dialogues "criés", n'est-ce pas un brin pénible ??? Horripilée par les noms à rallonges des fées (le principe du nom complet pour un contrôle était bien trouvé mais des noms qui tiennent sur deux lignes de texte je dis c'est un brin too much) avec des adjectifs néologiques horripilurticants toutes les 3 pages. Un méchant super méchant mais qu'on ne voit pas, une bataille qui fait rage pendant... euh... 3 pages et des personnages à peine survolés (pour des fées c'est pas mal remarquez ^^). Bref, le fond c'est vraiment pas la forme !
La forme, parlons-en, c'est sans conteste, ce qui sauve ce livre ! J'adore cet objet livre. La couverture est sublime, les gravures disséminées dedans à la fin des chapitres sont très belles, pleines de poésie et de magie, délicates et joyeuses. Les deux livrets d'illustrations papier glacé en couleur sont sublimes et apportent vraiment ce qui manque au texte, des personnages détaillés. Sur l'histoire, j'apprécie cet humour mignonnet, le fait que le récit soit raconté par la fée-nounou, protagoniste assez secondaire face aux héroïnes du récit. J'ai trouvé très intéressant l'antagonisme entre les Magiques de la Lumière et ceux de l'Obscurité dans un travail non associé aux notions de Bien et de Mal comme c'est souvent le cas, même si j'aurais apprécié plus de développement de ce côté-là.
En somme, un premier tome fastidieux et un peu ennuyeux, très beau graphiquement mais qui ne m'a pas plus convaincue que ça et ne m'a pas donné envie d'aller lire la suite. Cependant, je ne suis pas le public cible pour ce genre de littérature, que je situerai chez des petites filles de 8-9 ans, qui aime regarder la série animée créée par l'auteur. Je suis néanmoins contente d'avoir fait cette découverte même si elle ne m'a pas vraiment emballée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
LoupAlunettes
20 juillet 2015
«  Cordes de ronces, mains de vent
qui infligez douleur et tant de frayeur,
celle que vous ravissez n'est encore
qu'une enfant, qui jamais ne fut coupable
de naître sorcière !
Votre maître est tombé dans l'erreur,
trop occupé à dévaster et semer la terreur. ».
Les mots enchanteurs de Lalla Tomilla la sorcière bravaient le tumulte et les fracas de la tempête déchaînée, tentant de se frayer un chemin. La magie tentait surtout d'intimider les ronces animées qui venaient d'emporter l'une de ses nièces, Pervinca Periwinkel, après que le vent ait emporté lui-même deux autres sorcières, Hédéra Dhella et Fragraria Fres.
La fête était gâchée !
La ville de Fairy Oak était sans dessus dessous, habitants magiques et non-magiques s'étaient tous précipités à la rescousse comme un seul homme vers le donjon d'Arroquar, sur les déductions avisées de Tomilla.
La nuit et les grêlons avaient brisé l'harmonie naturelle, interrompu la grande fête du Solstice d'Été dans le petit hameau tranquille de Fairy Oaks et chacun en était à présent convaincus, le Grand 21 était de retour !
Pancrazio Pimpernel, le maire, se trouvait décontenancé devant la série d'événements qui venaient de se précipiter. Les enfants n'étaient pas encore préparés à ce genre de situations, à l'aube de leur apprentissage de magie.
Silebonheurestlàlaféelivreusedebonheurletrouvera, surnommée plus commodément Féli, la fée nounou des jumelles Vanilla et Pervinca, non plus. Éduquer ces deux chipies, ça oui, elle connaissait, sortir des pots de confiture où elles avaient l'habitude de l'enfermer par malice, passons encore, mais rien ne pouvait l'avoir préparé à cela. le retour du terrible 21 !
Elle en avait toujours les antennes qui frétillaient d'inquiétude et n'avait en tête que de retrouver la trace de sa petite faiseuse de bêtises Pervinca.
Pourquoi la si jeune Pervinca avait été enlevé par le Terrible 21 ?
Quels secrets vont être dévoilé par cette aventure ? Pervinca pourra t-elle déclarer sa flamme au jeune Grisam Burdock ? Scarlet Pimpernel, la fille du maire, cessera t-elle d'être une casse-pied ?
: Fairy Oak de l'auteure des WITCH, Elisabetta Gnome, est une aventure tendre et magique du même ordre mais bien moins moderne puisque les illustrations nous inspirent plutôt l'époque du XIXième siècle. Fort est à penser que cette série rencontrera le même succès auprès des jeunes filles.
Pour résumer simplement, Fairy Oak, cela serait un peu comme si Harry Potter aurait débarqué dans le village de Walnut Grove de la célèbre « Petite maison dans la prairie » de Laura Ingalls Wilder.
L'auteure nous livre les origines du village en début de tome, humains et sorciers vivent en harmonie autour du chêne parlant, dans la Vallée de Verte-Plaine. Jusque là rien de particulier, la pêche, les fêtes de village, les histoires avec Pimpernel le Maire (la famille Olsen de la série!), les bons repas, la vie scolaire et les chamailleries des héroïnes avec quelques personnages sur des histoires d'anniversaires et de petits copains.
Et puis arrive très symboliquement la tempête qui va révéler quelques secrets qui seront à découvrir sur la suite et deviendront le fil conducteur. Entre en scène le « Voldemort » de Fairy Oak, le nommé Terrible 21 !
De quoi mettre un peu de piment à l'aventure si tranquille. La comparaison avec Harry Potter s'arrête là, le ton est nettement moins corsé, les intrigues moins fouillées, le niveau devrait s'adresser à un plus jeune public. le récit est raconté par la petite fée nounou, le niveau est vraiment très accessible pour les jeunes lecteurs et les illustrations devraient séduire, faire entrer encore d'avantage dans l'univers de campagne et de Fantasy imaginé par Elisabetta Gnome. de l'enchantement à gogo ! Bonne lecture !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Juin
03 juillet 2015
Voici un monde bien étrange, Fairy Oak est un joli village dans une vallée bien tranquille. Dans cet endroit vivent des "Magiques" et des " Non-magiques" sans que cela ne pose de problème. Endroit tranquille avec ses sorcières - pas du tout inquiétantes - des fées nounous, grandes comme un pouce qui s'occupent des enfants, des ragots, surtout colportés par un vieux chêne, une petite peste fille du maire ( tiens, tiens...) et les jumelles Periwinkle, héroïne de cette histoire.
Vanilla et Pervinca, 9 ans aussi dissemblables qu'elles sont jumelles, filles d'une magique et de M. Cicéro à qui il va évidemment arriver tout un tas d'aventures et nièces de Lalla Tomielilla, sorcière célèbre et estimée, possédant de grands pouvoirs.
Parce que les forces du mal rôdent, autrement tout serait trop idyllique..
Je ne suis pas vraiment adepte de fantasy, je n'aime pas les fées et les sorcières m'inquiètent ...
Mais j'ai pris du plaisir à lire ce livre, les personnages sont bien campés, les rapports entre tous décrits avec tendresse et humour, la fée qui raconte est vraiment attachante. Et puis une fée nounou qui vit dans un bocal, lorsqu'on la trouve trop encombrante, hop on visse le couvercle et c'est la tranquillité...ou les ennuis !
Par contre je n'ai pas tout compris à l'histoire, et encore moins les combats. Et j'ai un peu regretté que les humains ordinaires soient peu représentés dans ce volume.
Mais ce livre n'est que le tome 1 , Elisabetta Gnome met peut-être quelques indices qui nous permettront de mieux appréhender la suite..
Un livre qui se lit aisément et assez rapidement, de belles illustrations légèrement surannées et poétiques présentent les personnages, familles et amis comme un album de photographies.
Un objet livre assez réussi par sa présentation, une histoire sympathique qui se lit bien par un découpage en courts chapitres, un peu de suspens, beaucoup de magie...voilà une potion qui devrait plaire aux 10/13 ans, public visé sans doute.
le tome 2 ? Je pense que je le lirai ne serait-ce que pour retrouver Silebonheureestlàleféelivreusedebonheurletrouvera. Je ne vous l'avais pas dit mais c'est son nom....Mais on peut l'appeler Féli.
Merci à masse critique et à Babélio pour ce livre.




+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130

Les critiques presse (1)
Ricochet30 octobre 2015
Ce premier tome se lit comme un bonheur, facile et captivant, d'une qualité littéraire plutôt bonne mais surtout d'un plaisir hautement sucré.
Lire la critique sur le site : Ricochet
Citations & extraits (25) Voir plus Ajouter une citation
PtitgateauPtitgateau10 juillet 2015
Une seule chose perturba quelques fois mon séjour à Fairy Oak : l'odeur de la suie. Pouah ! Dans les grandes villes, sa pestilence était puantonoirissime, je le savais, mais pour moi qui venais du royaume des rosées d'argent, même les légers relents gris du village étaient parfois pénibles. Lalla Tomelilla m'offrit donc un pot de confiture de mûres, vide mais encore très parfumé, qui devint ma maisonnette.
Maman Dahlia me fit un lit de mie de pain qu'elle changeait chaque jour pour un nouveau tout juste sorti du four; Monsieur Cicéro m'offrit une boîte d'allumette vide, dont je fis mon armoire, et transforma une bobine de fil à coudre en la plus belle écritoire qu'une fée eût jamais eu. C'était une toute petite maison, mais elle me convenait parfaitement. Vous l'aurez maintenant compris : nous autres fées-nounous, nous sommes grandes-quoique petites- comme la paume d'un enfant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          221
ColibrilleColibrille08 juillet 2015
- C'est la plus belle chose que nous savons faire [voler], et nous ne pouvons pas la faire ensemble.
Instinctivement, je repensai à ses douze heures qui les avaient séparées à la naissance : le destin avait voulu les rendre différentes dès le premier jour. Puis, pendant quelques années, il avait permis que leurs vies aient des parcours parallèles. Aujourd'hui, de nouveau, il les éloignait. C'étaient deux personnes identiques, aux pouvoirs opposés : la Lumière et l'Obscurité, comme les deux faces de la même médaille, unies et séparées pour toujours. Pourquoi ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Bellisa55Bellisa5522 juillet 2015
Voilà maintenant qu'on instruit aussi les filles. De mon temps, les femmes restaient à la maison devant leur métier à tisser ou à faire cuire leur morue. Leur tête est trop petite pour la farcir d'aussi grosses choses que les mathématiques, l'histoire et la géographie, leur cervelle risque d'étouffer !
Commenter  J’apprécie          153
ColibrilleColibrille08 juillet 2015
Dissimulée parmi les grands hortensias qui tapissaient le muret, Vanilla vit le jeune magicien sortir [...] un petit écrin rouge avec un beau ruban doré. Et lorsque Pervinca ouvrit ce cadeau, un petit objet scintilla dans les rayons du soleil : c'était un bijou !
Vanilla sentit une grande douleur dans son ventre, comme une épée qui la transperçait de part en part, et sa gorge se noua. Elle s'échappa, avant de se mettre à pleurer. Déçue, trahie et humiliée, elle décida de s'en aller pour ne jamais revenir. [...] Elle ignorait que, pendant tout ce temps, elle n'avait jamais été seule.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Bellisa55Bellisa5518 juillet 2015
Elle s'avançait vers moi, les yeux en forme de dragon et la face violette. Quand une Sorcière de la lumière se fâche, elle est capable de vous réduire en cendres, quitte à vous demander pardon (parce que les Sorcières de la lumière sont gentilles), mais après seulement.
Commenter  J’apprécie          150
Video de Elisabetta Gnone (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Elisabetta Gnone
Bref extrait de la série WITCH d'après E. Gnome, dont les héroïnes sont 5 adolescentes.
autres livres classés : jumellesVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

sorcieres battez vous

quel est le surnom de vanilla ?

pervinca
feli
shirley
babou

5 questions
0 lecteurs ont répondu
Thème : Fairy Oak, tome 1 : Le secret des jumelles de Elisabetta GnoneCréer un quiz sur ce livre
. .